Indonésie, Gunung Padang 3 : Confirmations ?

Indonésie, Gunung Padang 3 : Confirmations ?

 

Gunung padang site

Cet article est la suite des articles précédents sur l'Indonésie, en particulier sur Gunung Padang :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/pyramide-geante-a-java.html (2013)

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gunung-padang-les-traces-perdues-de-l-atlantide.html (2014)

 

C'est lors d'un meeting scientifique qui s'est déroulé en décembre 2018 qu'une publication importante, concernant Gunung Padang, est passée assez inaperçue pendant les fêtes.

Après des années de fouilles et de recherches scientifiques, la nouvelle publication du Dr géologue Danny Hilman Natawidjaja (Indonesian Institute of Sciences) vient étoffer ses précédentes analyses sur l'artificialité d'une grande partie du site...

Voici le résumé de cette publication accompagnée d'un PDF plus bas : " Le site archéologique du mont Padang est connu depuis la fin du XIXe siècle comme ayant un complexe mégalithique au sommet. Nos études prouvent que la structure ne couvre pas seulement le sommet mais qu’elle enveloppe également les pentes  sur une superficie d’au moins 15 hectares.

Des études géophysiques complètes combinant des méthodes de radar de pénétration du sol (GPR) et de résistivité multicanal, une tomographie sismique complétée par des données de carottage et des fouilles archéologiques, montrent par ailleurs que les structures sont non seulement superficielles mais enracinées plus profondément. Les structures ne sont pas construites en une fois, mais consistent en plusieurs couches de périodes consécutives.

La couche la plus élevée de la surface est constituée de piles horizontales de roches en colonnes basaltiques formant des terrasses en escalier et décorées par des arrangements exotiques de colonnes rocheuses dressées formant des murs, des chemins et des espaces.

La deuxième couche, qui avait été précédemment interprétée à tort comme une formation rocheuse naturelle, enfouie à 1 à 3 mètres sous la surface du sol, est un remblai de plusieurs mètres d'épaisseur consistant en un agencement plus compact et plus avancé de roches en colonnes similaires dans une matrice à grains fins.

 

Gunungpadang kujang dhn 2018b

cet artefact, nommé " Kujang " par les Sundanais, a été découvert à 3 mètres de profondeur, à la limite du sol de la seconde couche, a été daté à entre 9770 et 9550 ans avant maintenant calibrés.

 

La troisième couche est également un arrangement artificiel de fragments de roche avec des types variés allant jusqu’à environ 15 mètres de profondeur. La troisième couche repose sur une langue de lave fracturée et massive. L'enquête révèle également des preuves de grandes cavités ou chambres souterraines.

Les résultats de la datation préliminaire au radiocarbone indiquent :

que la première couche a été construite autour de Cal BP 3000. La deuxième couche a été construite autour de 7 000 Cal BP. La troisième couche a été construite avant Cal.BP. 9.500, et pourrait être aussi vieille que Cal.BP.13.000 à 28.000 ans. (YH : BP = Before Présent : Avant Maintenant - Cal = Calibré, C14 calibré (2004)).

 

Gunungpadang dhn 2018

Gunungpadang dhn 2018b

Institut indonésien des sciences

 

L'existence du site est mentionnée dans les Rapporten van de oudheid kundigen Dienst (ROD, "Rapport du Service des Antiquités") hollandais en 1914, qui signale pour la première fois ce qui avait toujours existé pour être un lieu majeur sacré par les Sundanais, qui croient qu'il a pour origine une tentative du roi Siliwangi de Pajajaran de construire un palais en une nuit... Cette étude sera complétée en 1949 par l’historien néerlandais Nicolaas Johannes Krom, puis en 1979 par des employés du « National Archeology Research Centre ». Mais ce n’est que sous l’impulsion du géologue Danny Hilman Natawidjaja (Indonesian Institute of Sciences) que ce site mégalithique majeur de Gunung Padang sortira de l’anonymat.

2018 gunungpadang agu poster v5b stand 12018 gunungpadang agu poster v5b stand 1 (6.95 Mo)

Ces différents documents nous indiquent que même le sommet de la masse de basalte volcanique, vers 17 mètres de fond, représentant la quatrième couche, était modifié et ses contours aménagés. Jointes par un ciment artificiel composé de 45% de fer, des colonnes présentes sous la surface ont été retrouvés positionnées dans une direction Est-Ouest. Des indices de différents alliages montrerait que la civilisation ayant édifié ce site maîtrisait aussi une certaine métallurgie.

• Le Sundaland, un continent englouti

Au moment de son érection le tertre pyramidale de Gunung Padang faisait parti d’un vaste continent, le Sundaland (lui-même rattaché au vaste Sunda). Il regroupait l’ensemble des îles de la péninsule indonésienne au continent euroasiatique. Aujourd’hui englouti, cet espace connu une expansion culminante au maximum glaciaire il y a environ 22 500 ans. L’ingénieur indonésien Dhani Irwanto allait y consacrer de longues études et compilations des découvertes faites par différents chercheurs ou instituts internationaux. Son ouvrage est la somme de tous les éléments connus autour de ce vaste espace disparu à la remontée des eaux (suite au dégel), mais aussi aux dynamiques et ingénieuses civilisations austronésiennes qui y prospérèrent dès la fin du Paléolithique se dispersant dans les Océans Indien et Pacifique (3), préludes à de riches échanges et civilités avec les ports ou cités de ce vaste ensemble disparu que fut le Sundaland.

 

Gunungpadang kujang dhn 2018c

Une grande salle et un tunnel ont été possiblement détectés par plusieurs méthodes. Institut indonésien des sciences

 

Sources :

- Présentation officielle des résultats finaux validés au Congrès international AGU 100 Fall Meeting, Washington DC (10-14 déc. 2018)
- Danny Hilman Natawidjaja - NS33B-0785: Evidences of Large pyramid-like structure predating 10,000 Year BP at Mount Padang, West Java, Indonesia: Applications of geological-geophysical methods to explore buried large archeological site (https://agu.confex.com/agu/fm18/meetingapp.cgi/Paper/385509)
- Dhani Irwanto, «Sundaland, tracing the cradle of civilisations», Indonesian HydroTM Media, 2019. Voir références p. 327-377.

 

Gunungpadang kujang dhn 2018d Institut indonésien des sciences

 

https://www.facebook.com/watch/?v=1104264132959453

 

Articles sur l'Indonésie :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/pyramide-geante-a-java.html (2013)

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gunung-padang-les-traces-perdues-de-l-atlantide.html (2014)

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/indonesie-malaisie-philippines-les-mysteres-caches-vont-ils-finir-par-reapparaitre.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/tres-etrange-artefact-en-indonesie.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-peintures-rupestres-en-indonesie-redessinent-l-image-des-premiers-arts.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-homo-sapiens-a-bien-un-nouveau-cousin.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/homo-floresiensis-dit-le-hobbit-avait-un-plus-gros-cerveau-que-prevu.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/deux-statues-polynesiennes-trouvees-en-indonesie.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 05-08-2019

 

 

archéologie prehistoire interviews échange environnement volcanisme lire mystère légendes

Ajouter un commentaire