Le Trésor du Capitaine Kidd : les indices se multiplient

Le Trésor du Capitaine Kidd : les indices se multiplient

 

Bible crane capitaine kidd

 

William Kidd, ou Capitaine Kidd, est né, selon la légende populaire, le 22 janvier 1645 à Greenock Écosse, fils d'un pasteur qui a connu un destin hors normes, même pour son époque. En fait, en 1695, Kidd témoigna sous serment dans l'affaire Jackson et Jacobs v. Noell devant la Haute Cour de l'Amirauté d'Angleterre. À l'audience, il a donné son âge de 41 ans, et son lieu de naissance comme Dundee ~ qui est soutenu par une inscription dans le registre des baptêmes de la paroisse de Dundee : il serait donc né en 1654... et son père n'était pas pasteur mais marin. Un indice est donné par une petite boîte de mer, qui a été découverte par les frères Palmer portant l'inscription "William Kidd - Leith". C'était peut-être la première boîte que Kidd avait emportée avec lui et dans laquelle il aurait gardé ses quelques effets personnels. Il a probablement rejoint son premier navire en tant que jeune matelot à la sortie de Leith, un petit port de la banlieue nord d'Edimbourg ~ sur la côte est de l'Écosse...  On ne connaît rien de son enfance et pas grand chose de ses premiers trente ans, sinon qu'il s'engage vers 1672 (vers ses 18 ans réels donc) dans la Marine Royale britannique lors de la troisième guerre contre la Hollande, qui ne durera que trois ans. Après, on le retrouve au Nouveau Monde, et son nom réapparaît dans des documents en 1689 : Comme membre d'un équipage privé dans les Caraïbes, il réussit à réquisitionner un navire français et l'embarqua fièrement dans le port de Nevis, alors colonie anglaise. Christopher Codrington, le gouverneur de l'île a rebaptisé le bateau "Blessed William" d'après le roi William III et a nommé Kidd en tant que capitaine. Pourquoi Kidd a été nommé Capitaine n'est pas très clair, peut-être juste pour récompenser quelqu'un de l'équipage. Quelle que soit la raison, William Kidd a eu son premier commandement, avec une nomination privée par le gouverneur pour défendre l'île contre les maraudeurs français. Kidd devait garder les marchandises dérobées aux Français pour payer ses services. Le capitaine Kidd était maintenant prêt et autorisé à piller.

En décembre 1689, le bienheureux William se joignit à une escadre de la Royal Navy dirigée par le capitaine Thomas Hewetson pour attaquer la plantation de canne à sucre française de Marie Galante. La ville a été saccagée et, à la fin du raid, Kidd avait rangé dans sa cale 2000 £ de butin. Son équipage a reçu la part habituelle et il était maintenant un homme riche selon les normes de son époque. Hewetson a écrit sur le raid dans son journal, et a dit de Kidd "était un homme puissant qui s'est battu aussi bien que n'importe quel homme que j'ai jamais vu" .

Peu de temps après ce succès, Kidd reçut l'ordre de rejoindre un autre escadron, mais cette fois pour attaquer des navires de guerre français dans une bataille navale - une mission bien plus dangereuse. Son équipage a refusé de rejoindre l'escadron. Ils ont soutenu qu'ils étaient payés à même le produit du pillage et du pillage et qu'ils n'auraient rien pour participer à une mission aussi dangereuse. Kidd les a confrontés et leur a rappelé qu'ils étaient employés par la Couronne en tant que corsaires et qu'ils devaient donc obéir loyalement à ses ordres. Comme le problème n'était toujours pas résolu, Kidd se rendit à terre à Nevis. Au milieu de la nuit, son équipage en colère, dirigé par un certain Robert Culliford, coupa le câble et vola le "Blessed William", ainsi que le butin de Kidd dans la cale. En colère et sans ressources, Kidd reçut un autre navire, un sloop nommé "Antiguaet l'équipage par le gouverneur pour rechercher et reprendre le "Blessed William". Mais on ignore s'il réussit cet exploit... 

En 1690, Kidd est soudainement arrivé à New York. À l'époque, New York était au milieu d'une rébellion. Le chef autoproclamé de la colonie, Jacob Leisler, avait refusé de reconnaître le nouveau gouverneur, le colonel Henry Sloughter. Kidd, après avoir évalué la situation, a accepté de se joindre au gouverneur et a offert de transporter des fusils et des munitions pour aider à réprimer la rébellion. Pour cette action, Kidd a reçu 150 £ et une mention élogieuse du gouverneur. Kidd était maintenant un New-Yorkais bien connu et respecté. Il a rencontré Sarah Bradley Cox Oort, l'épouse de John Oort, un riche propriétaire foncier et homme d'affaires de la ville. William et Sarah ont demandé une licence de mariage le 16 mai 1691, juste deux jours après que John Oort soit soudainement et mystérieusement mort. La cause exacte de la mort n'est pas connue, cependant la spéculation et la rumeur couraient, avec Kidd et Sarah soupçonnés d'être impliqués dans sa mort. Rien n'a pu être prouvé cependant, et ainsi William et Sarah, avec les deux filles de Sarah d'un mariage précédent, se sont installés dans une vie conjugale respectable. Kidd a noué une amitié étroite avec le colonel Benjamin Fletcher, le nouveau gouverneur colonial, qui devait être relevé de ses fonctions à cause de ses relations avec des pirates bien connus, dont Thomas Tew et Henry Every. Au cours des cinq années suivantes, Kidd a assumé et vécu la vie d'un homme d'affaires et d'un citoyen new-yorkais prospère. Il possédait de grandes propriétés surplombant l'Hudson et avait même un banc dans l'église Trinity. Pourquoi Kidd a quitté cette vie apparente de luxe pour revenir à une vie en mer est un grand mystère...

Le mariage lui a apporté une propriété considérable et il sera un marchand respectable, faisant le commerce entre le Royaume natal et le Nouveau Monde avec son propre bateau de commerce, l'Antigua... Quelle que soit la raison du désir de Kidd de retourner aux aventures, lorsqu'il rencontra Robert Livingston à New York, au début de 1695, un compatriote écossais et confident du roi Guillaume III, Kidd était prêt à accepter un nouveau défi. Le plan de Livingston consistait à approcher des bailleurs de fonds en Angleterre qui financeraient l'achat et l'équipement d'un navire approprié. La deuxième partie de son plan consistait à obtenir les services d'un corsaire chevronné et d'un capitaine de navire digne de confiance, ce qui correspond à la situation de Kidd. Ils (les bailleurs de fonds) récupéreraient leur investissement des profits réalisés à partir de butin pillés dans l'océan Indien. New York, Boston et le Rhode Island étaient inondés de «Gold Arabian» pillés et de précieux bijoux ramenés de l'océan Indien par des pirates américains, dont Thomas Tew. Livingston convainquit Kidd qu'il pourrait aussi profiter de cette occasion, mais sous la protection d'une commission royale. C'était une opportunité à laquelle Kidd a eu du mal à résister.

Plus tard cette année, Kidd a navigué en Angleterre à bord de son sloop "Antigua" pour rencontrer à nouveau Livingston, afin de mettre la touche finale à leur plan. Une fois à Londres, Livingston présenta Kidd à Richard Coote, comte de Bellomont ~ qui possédait des contacts de haut rang et, surtout, avait aussi l'oreille du roi. Son aventure était sur le point de commencer. Coote fait en fait chanter Kidd, qui doit accepter de toute façon les règles édictées par les nobles sous la menace de voir son navire saisi. Lord Bellomont met lui-même de sa poche 3000 livres et trouve pour affréter le navire quelques « hautes personnalités » dont le nom doit rester secret mais qui sont les mêmes qui fournissent le financement de la plupart des corsaires de l'époque : Sidney, comte de Romney et grand maître de l’artillerie, Edward Russel, comte d’Orford, premier lord de l’amirauté, Sir John Somers, garde du sceau, Charles Talbot, duc de Shrewsbury, secrétaire d’Etat. Bellomont, Livingston et Kidd ont signé le contrat d'engagement de l'entreprise en octobre 1695. Bellomont devait fournir 80% du coût de l'entreprise (qu'il a obtenu de ses quatre bailleurs de fonds secrets) pour un total de £ 6000. Les 20% restants (1500 £) devaient être investis par Livingston et KiddCe dernier prendra possession de l’Adventure Galley lancée à Deptford en décembre 1695. Le contrat de corsaire est adapté et élargi : " ...Donner et accorder le plein pouvoir et l'autorité au Capitaine William Kidd, Commandant du navire Adventure Galley ... pour appréhender, saisir et garder les-dits Thomas Tew, John Ireland, Tho Wake, et William Maze, et tous les autres Pirates, Libres-combattants et des marins, de n'importe laquelle nation, avec qui il devrait se trouver ou se rencontrer, sur les-dites côtes ou mers d'Amérique, ou dans d'autres mers ou parties, avec leurs navires et vaisseaux, et toutes ces marchandises, argent. Les marchandises et richesses doivent être trouvées à bord d'eux ". Les bénéfices devaient être divisés de sorte que les premiers 10% soient versés au Trésor du Roi en échange de la Commission Royale de Kidd, et du reste, 60% devaient aller aux bailleurs de fonds anonymes, 15% à Kidd et Livingston et 25% à l'équipage. Mais craignant pour ses propres intérêts au cas où Kidd échouerait et qu'il devrait rembourser les bailleurs de fond comme prévu, Livingston a persuadé Kidd de conclure un accord à trois avec un certain Blackham en lui vendant une partie de leurs actions (ils détenaient officiellement 15% d'entre elles) en échange de l'argent nécessaire. Dans un document extraordinaire, trouvé dans la Collection Gilder Lehrman et montré par Brian Riggs, chercheur, Livingston et Kidd concluent un accord séparé avec un marchand londonien dénommé Richard Blackham. Ils ont vendu un tiers de leurs actions à Blackham en échange d'argent, que Kidd et Livingston ont utilisé pour financer leur investissement requis (£ 1500) dans l'entreprise. Cet arrangement était très peu orthodoxe et a été conclu dans le secret complet, qui à l'époque, était inconnu du roi ou de l'amirauté ou des autres bailleurs de fonds secrets... C'est probablement cette accumulation de contrats secrets impliquant plusieurs nobles et personnalités politiques britanniques qui condamna à mort William Kidd plus tard, son silence étant primordial...

Document 1695 blackham kidd livingstondocument-1695-blackham-kidd-livingston.jpg (269.88 Ko) - le document secret impliquant Livingston, Blackham et Kidd sur le financement des 1500 livres manquantes... 

L’Adventure Galley est une galère mixte (à voile et à rame) à tirant d’eau réduit, armé de 34 canons et jaugeant 287 tonneaux. Kidd et un marchand londonien ont triés sur le volet plus de 70 marins anglais pour l'Adventure GalleyPresque tous les hommes qu'il a choisis étaient mariés avec des familles en Angleterre. Il prévoyait de se rendre à New York pour recruter 80 autres hommes avant d'entreprendre sa dangereuse mission dans l'océan Indien. Il part le 27 février 1696, mais à cause d'un manquement au salut respectueux envers un capitaine de la Royal Navy à quai sur la Tamise, un vaisseau de guerre britannique a saisi l'essentiel de son équipage. Alors, Kidd doit perdre du temps à Plymouth pour recruter les hommes manquant pour aller à New-York. Il n'arrive à New York qu'en juillet 1696. Cela mit gravement Kidd sous la pression du temps, car sa commission l'obligeait à retourner à Boston avec son butin le 20 mars 1697Il doit compléter son équipage car le navire a besoin de 150 hommes environ, mais ses engagements ne lui ont permis d'offrir aux parts d'équipage seulement le quart du butin (au lieu de la moitié habituelle) et il n'y aurait aucun salaire régulier; le voyage serait strictement «pas d'achat, pas de salaire», ou en argot marin, «pas de proie, pas de salaire». Kidd a été forcé de signer "l'écume pirate" du quai de New York, des flibustiers sans travail. Une fois sorti du port, il n'a eu aucune chance de trouver des bateaux de pirates rapidement. Le seul navire qu'ils croisent dans les Caraïbes leur tire bien dessus, mais quand il a capturé le navire, il s'est avéré être un navire hollandais, qui est en paix à nouveau avec les anglais. Son équipage - dirigé par le canonnier William Moore - a voté pour le prendre de toute façon, mais Kidd, les pistolets à la main, a changé d'avis... Et ses problèmes débutent assez rapidement lorsqu'il a du mal à couvrir les frais engendrés par des patrouilles qui ne rapportent pas toujours de quoi payer les hommes et le ravitaillement dans les ports. Sous la pression de ses hommes, il est contraint de plus en plus à attaquer tout ce qui n'est pas anglais, y compris les alliés de la Couronne, et à se transformer petit à petit en pirate, sans arborer obligatoirement le fameux pavillon noir d'ailleurs...

 

PortraitkiddWilliam Kidd

 

Le Capitaine Kidd s'enfonce alors de plus en plus dans la piraterie pure et dure, possiblement à cause d'enchaînement d'événements :

Kidd a finalement pris la mer pour l'océan Indien le 6 septembre 1696. Le 12 décembre 1696 en début de soirée, Kidd était à 100 miles au nord-ouest de Capetown. Il avait perdu certaines de ses voiles dans une tempête et progressait lentement. Il a rencontré un escadron de la Royal Navy au large du cap de Bonne-Espérance et a demandé de nouvelles voiles. Quand cela a été refusé, il a informé le commandant Warren, qui dirigeait l'escadron, de sa commission royale qui lui donnait le droit d'aider. Kidd a menacé que si aucune aide n'était offerte, il arrêterait le premier navire marchand qu'il rencontrait et saisirait de nouvelles voiles. À la suite d'un débat houleux, Warren, maintenant très méfiant à l'égard de Kidd, menaça de réquisitionner 30 membres de l'équipage de Kidd le lendemain matin. Kidd ne pouvait pas se permettre de perdre plus d'équipage, alors au milieu de la nuit, il s'esquiva en utilisant les rames de son vaisseau jusqu'à ce que l'escadron soit hors de vue.

En février 1697, Kidd a abordé sur l'île de Mehila aux Comores. Des réparations urgentes étaient nécessaires sur son navire après le long voyage depuis New York. C'est là que Kidd a perdu 50 membres d'équipage à cause de la fièvre et de la maladie en l'espace d'une semaineÀ ce stade, Kidd doit avoir profondément réfléchi à sa situation. Il avait quitté Londres presque un an auparavant et n'avait toujours pas pris de butin. Les termes de son contrat l'obligeaient à être de retour à Boston le mois suivant avec son butin ! Ses provisions s'épuisaient et son équipage, en particulier le contingent new-yorkais, parlait continuellement de la piraterie. Avec son navire réparé, et plus de membres d'équipage recrutés pour remplacer l'équipage qui était mort, Kidd a navigué vers l'île de Joanna, où un certain Nicholas Churchill prétend avoir rejoint l'équipage de Kidd, (Les Babs) le 27 avril 1697.

 

Carte 17emesiecle

Dans sa recherche effrénée d'une expédition en vue d'une attaque, Kidd avait fait naviguer jour et nuit l'"Adventure Galley" jusqu'à ce que plusieurs de ses articulations soient sorties. La cale devait être pompée constamment, juste pour la maintenir à flot... La mission de Kidd a également été entravée en raison de sa difficulté à identifier des navires légitimes à attaquer. Sous la menace continuelle de la piraterie sur les routes commerciales achalandées, les navires marchands ont choisi de porter n'importe quel drapeau avec lequel ils se sentaient le plus en sécurité à l'époque. La véritable identité d'un navire était souvent impossible à déterminer. Dans son effort pour découvrir la nationalité d'un navire, Kidd arborait régulièrement différents drapeaux pour tester la réponse d'un navire potentiel. Son équipage n'avait pas le temps pour l'éthique de leur capitaine...

La révolte gronde à bord de l’Adventure Galley : Kidd a refusé à deux reprises d’attaquer des navires et l'équipage commence à trouver le temps long. Le 30 octobre 1697, lors d’une altercation avec son chef canonnier, William Moore, qui l'accuse de l'avoir ruiné ainsi que tout l'équipage, Kidd s’empare d’un seau en fer et fend le crâne de ce dernier, qui meurt le lendemain. Il a calmé provisoirement une mutinerie mais devra répondre plus tard de ce meurtre lors de son procès. Dés lors Kidd fait le serment de faire la chasse à tout navire qui croisera sa route. Veux-t-il se racheter aux yeux de son équipage ou considère-t-il qu’il n’a plus rien à perdre, étant déjà un meurtrier ? Nul ne le sait.

 

Adventuregalley 500x289

L'Adventure Galley

 

Il se livre alors à plusieurs araisonnements. Il attaque notamment un navire du grand Moghol, dirigeant indien allié des anglais, qui hurle alors à la trahison et met dans l’embarra le gouvernement de sa majesté. Sa dernière prise est en février 1698, presque un an après avoir attendu son retour de mission, Kidd a finalement décroché le gros lot au large de la côte indienne, au nord de Cochin. Il s’agit du Quedagh Merchant, un navire arménien de 500 tonneaux chargé d’or, de pierres précieuses, d’argent, de soie, de sucre et de fusils. Kidd s'approche du navire et hisse le pavillon français. En retour, le Quedah Merchant hisse également le pavillon français, espérant ainsi éviter la bataille, sans succès. C'est seulement en montant à bord que Kidd se rend compte de la supercherie, et qu'il s'agit d'un allié des Britanniques. Il tente alors de convaincre son équipage de laisser repartir le Quedah Merchant, mais l'équipage refuse...  Bien que le marchand de Quedagh fût évidemment un navire arménien avec un équipage de Maures et quelques chrétiens à bord, l'officier présenta des papiers français, ce qui en fit un prix légitime, étant donné l'état de guerre à l'époque entre l'Angleterre et la France. Et c'était un prix riche. Le marchand de Quedagh était rempli de beaux tissus, de soieries et de bijoux, d'une valeur pouvant aller jusqu'à 400 000 livres sterling... Kidd considérait ce prix, ainsi que les prix plus petits précédents, comme une compensation suffisante pour son retour tardif, et une récompense suffisante pour ses soutiens. Le prix était pourtant un cauchemar légal. Possédé par des Indiens, portant une cargaison persane, équipage par des Maures, et avec un capitaine anglais nommé Wright. Tous ont navigué ensemble, prétendument sous un col français. Kidd devait décider si c'était un prix légitime. Le Pass français était la clé de la réponse, et sur lequel se fondait le résultat de son éventuel procès.

Le 1er avril 1698, Kidd retourne à Sainte Marie vers Madagascar, avec le gros navire capturé et un autre plus petit, le "Rouparelle" (parfois appelé le "Maiden") que Kidd avait renommé le "November". Pourtant, son contrat stipule que dans ce cas, il devait ramener les navires capturés à Boston (ou à Londres, si une escorte britannique armée apparaissait) afin qu'un tribunal de l'Amirauté puisse décider s'il s'agissait de captures légitimes et pourrait documenter le butin. À son arrivée à l'île de Sainte-Marie, un bateau de pirates sans surveillance et bien connu appelé «Mocha Frigate» était à l'ancre dans le port. Le navire était commandé par Robert Culliford, qui, 10 ans plus tôt avait volé le navire de Kidd le "Blessed William" au port de Nevis. Le vaisseau de Culliford ne se serait pas avéré une difficulté pour le vaisseau de guerre de 34 canons de Kidd, même dans son état de délabrement. Kidd avait sa chance de se venger et en même temps respecter les termes de sa commission pour débarrasser la région des pirates.

Le compte-rendu de Kidd sur ces événements, à son procès, est assez invraisemblable. Kidd prétendit qu'il se trouvait à la merci de son adversaire après que ses hommes eurent déserté pour rejoindre Culliford, un pirate connu. Kidd alléguait que Culliford avait ensuite mis le feu au "November" et avait ensuite dépouillé le "Quedagh Merchant" et le "Adventure Galley" de leurs fusils, poudre, projectiles, armes légères et câbles avant de reporter son attention sur Kidd. Pendant la mêlée, Kidd a affirmé, Culliford a également saisi et brûlé son journal et a menacé de le tuer. Kidd a ensuite allégué que lui et ses treize membres d'équipage loyaux se sont barricadés dans sa cabine. La durée du prétendu siège n'est pas connue. Kidd a prétendu qu'il s'est finalement rendu à Culliford. En échange de tout ce que Kidd offrit (ce qui est sujet à spéculation puisque Kidd ne précisait pas les termes de sa reddition), Culliford épargna la vie de Kidd et celle de son équipage qui lui était resté fidèle. Curieusement, aucune mention n'a été faite qu'un quelconque butin avait été pillé sur l'un des navires de Kidd, ce qui pourrait indiquer que Kidd aurait pu cacher son butin sur une île secrète en route vers Madagascar... ou même sur une île quelconque du continent asiatique car deux mois étaient suffisant depuis la capture du gros navire arménien... Si Kidd avait des trésors et des biens dans ses cales, Culliford l'aurait sûrement pris et Kidd l'aurait rapporté.

Six semaines après la prétendue confrontation, en juin 1698, Kidd déclara que Culliford avait mis les voiles dans sa «Mocha Frigate» pour reprendre ses habitudes de pirate, laissant le «Adventure Galley» et le «Quedagh Merchant» dénudés dans le port. Le «Adventure Galley», qui fuyait comme une passoire, reposait maintenant au fond du port. Kidd a prétendu avoir transféré tout ce qu'il pouvait récupérer du "Adventure Galley" pour équiper le "Quedagh Merchant" et avoir ensuite incendié le "Adventure Galley". Pourquoi devrait-il mettre le feu à un navire qui, selon Kidd, reposait déjà sur le fond du port est déroutant. Quel serait le but ? Ce n'est que l'un des nombreux aspects du rapport de la salle d'audience de Kidd qui n'a tout simplement aucun sens. D'ailleurs, les fouilles effectuées sur place n'ont jamais trouvé l'épave du navire... 

En fait, lors du procès, Kidd parle bien d'un petit trésor, qui se trouvait dans la maison d'un hébergeur local, mais cela paraît tout aussi improbable : " Ces déserteurs sont montés à bord, et ont emporté des fusils, de la poudre, des grenades, des petits "bras", des voiles, des ancres, des câbles, des coffres de chirurgien, et tout autre qui leur plaisait; et ont menacé à plusieurs reprises d'assassiner le Narrateur [c.-à-d., Kidd]. Leur méchanceté était si grande, après qu'ils eurent suffisamment pillé et saccagé, qu'ils firent quatre milles jusqu'à la maison d'Edward Weiche, où le coffre du Narrateur avait logé, et le détruisirent. Et en ont sorti dix onces d'or, 40 livres d'assiette, 370 pièces de huit (grosses pièces d'argent), le journal du narrateur, et un grand nombre de papiers qui lui appartenaient, et ce peuple de New York m'a mit dehors...".

L'histoire concoctée était un récit commode de Kidd sur la façon dont il «perdait» son navire, son équipage, ses 34 canons et le journal de bord de son navire sans admettre avoir commercé avec un pirate connu. Le récit de Kidd n'expliquait pas pourquoi Culliford lui aurait épargné la vie, ou pourquoi il avait laissé le "Adventure Galley" et le "Quedagh Merchant" dénudés, mais indemnes dans le port de St. Marie. Le rapport de Kidd a été jugé aussi incroyable et d'ailleurs, lors de son procès, ses procureurs se réfèrent à cette rencontre avec Culliford comme preuve de la collusion de Kidd avec des pirates connus...

Le plus probable est que lorsque Kidd est arrivé à Sainte-Marie, il a été ravi de voir le navire de Culliford, à l'ancre dans le port. Kidd, maintenant à bord du "Quedagh Merchant", n'avait plus besoin de son vaisseau de combat qui fuyait et offrit à Culliford (qu'il connaissait des précédentes campagnes dans les Caraïbes) le "Adventure Galley", et les membres de son équipage qui exigeaient de rester dans l'Océan Indien, en échange d'un équipage de remplacement, de biens et d'argent. Culliford, dont le navire "Mocha Frigate" avait été gravement endommagé dans une escarmouche avec le navire britannique "Dorrill" dans le détroit de Malacca, (son mât principal a été cisaillé par une salve du "Dorrill") a accepté et a décidé de dépouiller le " Adventure Galley "de la plage de carénage pour rendre la galère plus légère. Et ce sont la "Mocha Frigate" et le "November" qui ont été brûlés... Après que Culliford ait fait caréner la "Adventure Galley" et l'ait rendu digne de la mer, (ce qui lui aurait pris environ six semaines), lui et son équipage nouvellement acquis embarquèrent dans ce "nouveau" bateau (qui aurait été rebaptisé) pour continuer leurs actes de piraterie dans l'océan Indien...

Kidd entreprit alors de recruter un équipage de remplacement, approvisionna sa cale avec des provisions, et partit dans le Quedagh Merchant alors rebaptisé l'Adventure Prize pour cacher son trésor personnel et attendre le début de la saison de la mousson, avant de s'embarquer pour l'Amérique six mois plus tard, le 15 novembre 1698, avec son histoire et ses excuses... Les vents de la mousson le font passer facilement par le Cap africain pour rejoindre l'Atlantique sud, puis les Antilles.

Lorsque Kidd et son équipage ont finalement atteint Anguila aux Caraïbes, en avril 1699. Ayant appris que le roi avait émis un mandat royal pour leur arrestation pour des actes de piraterie, son équipage voulut saborder le Quedagh Merchant et se dissoudre plutôt que de se rendre aux autorités. Kidd cependant, était si sûr de son innocence, qu'il a convaincu la majorité de son équipe de rester avec lui pour effacer leurs noms. En route pour New York, Kidd s'est arrêté à Hispaniola (aujourd'hui République Dominicaine) où il a acheté un petit sloop nommé "Antonio" ou "St. Anthony". Il a transféré une partie de son butin du Adventure Prize à l'Antonio et, avec un équipage de douze ou treize hommes, a mis les voiles pour New York, laissant le reste de son équipage pour garder l'ex Quedagh Merchant et le reste de son pillage et cargaison.

Des fouilles récentes, nous savons maintenant que l'équipage qu'il a quitté pour garder le Quedagh Merchant a enlevé tout ce qui avait de la valeur et sabordé le navire où Kidd l'avait laissé, au large de l'île de Catalina que Kidd a nommée St. Katharina. Les questions persistantes sont - nous savons ce que Kidd a transporté en Amérique pour partager avec ses bailleurs de fonds secrets (trouvé dans un coffre sur l'île Gardiner), mais qu'a-t-il laissé dans l'océan Indien ? N'avait-il pas laissé la plus grande partie de son trésor dans sa cache secrète dans l'océan Indien pour la retirer à une date ultérieure ? , quand l'euphorie de son retour au pays serait passée ? Pour quelle autre raison aurait-il soigneusement dessiné et dissimulé habilement une carte (ou plusieurs) de son île si tout avait été retiré de son île et rangé dans son bateau (et laissé à son équipage) avant de se lancer en Amérique? Pourquoi, après son arrestation, Kidd a-t-il fait allusion (plusieurs fois) à ses «biens cachés dans les Indes» ?

Kidd aurait pu rester aux Caraïbes un homme très riche. Au moins £ 10 000 de trésors sont restés et peut-être même jusqu'à £ 40 000 ou même plus, ici ou ailleurs... Au lieu de cela il a navigué au nord vers New-York, persuadé qu’il ne sera pas inquiété : il n’a en effet jamais attaqué de navire anglais. Kidd était sûr que lorsque Lord Bellomont, devenu Gouverneur, entendrait parler des événements survenus dans l'océan Indien, l'affaire serait résolue. Après tout, Bellomont était un membre clé du syndicat qui lui a demandé d'assister à la mission dangereuse, et il avait de l'argent investi dans le projet. Cependant, Kidd n'allait pas prendre de risques, et passa deux semaines à New York, planifiant son prochain mouvement. Kidd a également passé du temps avec sa femme et ses beaux-enfants avant sa rencontre avec Bellomont à Boston. La première chose que Kidd a faite a été de contacter John Emmot, un avocat d'Oyster Bay et de lui donner l'ordre d'approcher Bellomont à Boston en son nom. Kidd avait besoin de connaître la position de Bellomont avant de le rencontrer lui-même. Kidd donna à Emmot les deux Lettres de Marque françaises (ce qui prouverait son innocence), pour donner à Bellomont... que Bellomont a promptement confisqué, et n'en parlera pas ! C'était la dernière fois que Kidd voyait les lettres de marque, une erreur fatale.

 

Laissez passerfrancaisdonneabellomont

Sans la preuve documentaire "perdue" (voir ci-dessus), il a également été reconnu coupable de trois des cinq accusations de piratage. En toute justice pour Kidd, tout au long de son interrogatoire et de son procès, il n'a jamais impliqué ou nommé ses commanditaires secrets, même s'il savait qu'ils étaient impatients de le faire disparaître. S'il l'avait fait, il aurait sauvé sa propre vie. Kidd possédait un étrange sentiment de loyauté.

Cependant, méfiant jusqu'au bout, Kidd se rendit en juin 1699 à Long Island et sur l’île Gardiner afin d’y enterrer une partie de son trésor... L’île de Gardiner, situé au nord de Long Island dans l’Etat de New York était nommée par les indiens Montauketts, Manchonac. Cette petite île de 1200 hectares se situe par 72°6’ de longitude ouest et 42°6’ de latitude nord. Elle est la propriété de Robert David Lion Gardiner, qui l'a rachetée aux indiens et renommée île de Wight, mais elle restera connue comme l'île Gardiner.

 

Gardiners island

En juin 1699 donc, le Capitaine Kidd croise au large de l’île de Gardiner. Il y fait un arrêt programmé de trois jours et avec la complicité silencieuse de Madame Gardiner, enfouit un trésor notable estimé à trente mille dollars. Le magot, dont l’emplacement est identifié par une pierre sertie d’une médaille de bronze, est précisément caché dans un ravin, entre la pointe de Bostwick et le manoir Gardiner. En échange de son silence, Kidd offre à Madame Gardiner quelques pièces d’or, un morceau du tissu d'or prélevé dans la cargaison d’un navire maure (dont un morceau est maintenant à la bibliothèque de East Hampton) et un sac de sucre, denrée rarissime pour l’époque. Mais ce « cadeau » avait une contrepartie… Il menace John, le fils de Lion Gardiner, en ces termes : si lors de son retour, le trésor n’est plus à sa place d’origine, il se chargera lui-même d’ôter la vie à sa famille. On peut comprendre alors le silence qui s’en suivit. Cependant,  le témoignage de John Gardiner du 17 juillet 1699 ne mentionne aucune menace, et la conduite de Kidd semble avoir été assez civilisée...

 

CoffrekiddUn dessin de Howard Pyle

 

Il semble que la femme et la fille de Kidd le rejoignent sur l'île de Gardiner, alors que le cousin du roi, Richard Coote, qui a financé Kidd et qui doit être très ennuyé de la tournure des choses, a envoyé le maître de poste de Boston sur Block Island, voisine de l'île de Gardiner, pour donner un message à Kidd. La note déclarait que le gouverneur était favorable à la version des événements de Kidd et qu'il lui faisait confiance... Certains chercheurs pensent qu'une autre partie du trésor y a été cachée, à l'intention de Coote...

 

200 richardcoote

Richard Coote, Comte de Bellomont, Cousin du Roi, l'un des Gouverneurs en Nouvelle-Angleterre

 

Kidd ensuite se rend à Boston, afin de rencontrer donc son protecteur et financier, mais ce dernier, loin de se rendre comme prévu aux arguments de Kidd le fait arrêter et le maintiendra en prison, avant un transfert en Angleterre afin qu’il y soit jugé. Il fait aussi saisir le navire de Kidd et récupérer le trésor de l’île Gardiner. John Gardiner n’a plus de crainte à avoir. Sous la demande pressante de Lord Bellomont, Richard Coote, il indique la cache du trésor de Kidd... qui se trouve dans un grand coffre enterré.

Le reçu officiel délivré le 7 juillet 1699 donne le détail suivant :
– 3 sacs de poudre d’or
– 1 sac de pièces d’or
– 1 sac de pièces d’argent
– 1 sac de bagues en argent et pierres précieuses
– 1 sac de gemmes brutes
– 1 sac de cristaux purs avec deux améthystes et deux agates
– 1 sac de boutons et de lampes en argent
– 2 barres d’or
– 1 sac contenant 67 pierres précieuses diverses.

Le tout pour 60 kilos dans le coffre et pour une valeur dev 20000 livres sterling de l’époque (2 millions de livres UK actuelles).

TresorgardinerTresorgardiner (309.09 Ko) : Le butin que Kidd a emmené lors de son dernier voyage en Amérique est bien documenté, et surtout expliqué, comme on peut le voir dans le manifeste du comte de Bellomont sur la cargaison et les possessions de Kidd montrées ici.​

Le procès de Kidd commence à Londres le 8 mai 1701. Pour sa défense, Kidd rapporte que tous les navires qu’il avait pris, disposaient de saufs conduits français, ce qui en faisait des ennemis de la couronne et qui rendait ses attaques légales. Hélas Kidd ne peut fournir au tribunal ces saufs conduits « égarés » lors de son transfert vers Londres (mais on a su plus tard que Bellomont les avait caché pour être sûr que Kidd soit condamné). On ne retrouvera que récemment des pièces dans les dossiers poussiéreux de l’amirauté.

Notons que les quelques membres d'équipage arrêtés ont tous été condamnés à des peines légères, sauf un seul, le seul à avoir soutenu Kidd jusqu'au bout, et qui sera pendu à ses côtés... Voici la liste des membres d'équipage jugés en même temps que Kidd : Nicholas Churchill, James How, Robert Bradenham, James Brown, John Eldridge, Robert Hickman, Turlagh Sullivan, David Evans, Darby Mullins. Ils ont tous sauf un (Darby Mullins a été pendu aux côtés de Kidd) donné raison au Roi contre Kidd, et ont été condamnés à purger seulement un an d'emprisonnement comme punition pour leur implication dans la mission malheureuse de Kidd. D'après des témoignages, Churchill et How ont soudoyé leur geôlier pour une libération anticipée et n'ont purgé que quelques mois de leur peine. Ils repartirent immédiatement pour l'Amérique où ils récupérèrent leur butin enterré : leur part de la mission de Kidd. Les parts de Churchill et de How étaient évaluées à £ 1500...

Son exécution prononcée, Kidd joue son dernier va-tout : il écrit au parlement et propose, contre sa grâce de conduire des personnes désignées par lui « à un endroit des Indes » où il avait caché « des marchandises et un trésor d’une valeur de 100000 livres ». (estimés à 10 millions d'euros actuels !).

C’est peine perdue : le 23 mai 1701, à marée basse, Kidd préalablement abreuvé de force de rhum et de cognac est sorti de sa prison de Newgate. On le hisse de force sur l’échafaud de Wapping, au bord de la Tamise. Kidd tente bien de protester une dernière fois de son innocence, mais le nœud coulant coupe court à ses allégations. Mais son calvaire n’est pas terminé : on le pend, mais la corde ne tient pas : il retombe lourdement dans la vase de la Tamise. Qu’à cela ne tienne : On s’empare de lui et on le pend une seconde fois. Cette fois ci la corde tient bon.

 

Kidd pendu 180x300

lithographie d'époque

 

Après que son corps eu été recouvert à trois reprises par la marée, comme c'était la coutume, son corps fût dépendu, cerclé de fers et de chaînes, enduit de goudron et exposé pendant deux longues années à Tilbury, à un endroit où tous les marins entrant ou sortant du port de Londres pouvaient le voir et recevoir ce terrible avertissement. Notons que de nombreux historiens pensent que William Kidd n'a jamais été véritablement un pirate, mais bien un corsaire très malchanceux... et possiblement trahi par tous, y compris ses commanditaires... dont Richard Coote... qui n'en profita pas puisqu'il mourut subitement le 05 mars 1701... avant William Kidd (pour lequel il ne put donc pas témoigner, à charge ou à décharge...).

Qu’en est-il du fabuleux trésor caché de Kidd qui a inspiré A.E. Poe pour son scarabée d’or ? Simple tentative désespérée d’un homme désespéré pour échapper à la corde en vendant du vent ? Ou fabuleux trésor qui attend encore sous terre, quelque part à être découvert ? C'est ici qu'entre en jeu de nombreux chercheurs de trésor, au fil du temps, mais aussi le radiesthésiste Albert Fagioli, dont j'ai déjà eu l'occasion de conter les exploits et réelles découvertes ici, voir ces liens :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Inutile de dire que, depuis les affirmations de William Kidd concernant son trésor caché "quelque part" lors de son voyage vers les "Indes", de nombreuses recherches ont été faites, tant par des historiens que par des chercheurs de trésors. Et que plusieurs cartes portant les signes du Capitaine malchanceux ont été trouvées et dévoilées au fil du temps. Et n'oublions pas de dire que le procès de William Kidd a été publié assez récemment, qu'il a bien été condamné pour actes de pirateries... mais qu'il s'est toujours défendu en disant que tous les navires qu'il a attaqué, coulé ou capturé, avaient tous des laissez-passer français, donc ennemis. Il a en tout cas été confirmé que plusieurs navires avaient été attaqués et qu'un butin assez conséquent avait bien existé. Et il semble bien que son équipage, composé de flibustiers errant dans le port de New-York, n'aient pas trop voulu se contenter d'une petite part de ce butin... (20% au mieux si jugés favorablement par l'Amirauté britannique...).

En fait, la question est restée ouverte depuis 1701 : Kidd a-t-il menti pour tenter de gagner du temps et sauver sa vie, ou a-t-il réellement pu cacher un immense trésor qu'il estimait à 100.000 livres britanniques de l'époque (+10.000.000 € actuels) ?

C'est moins de 100 ans après l'exécution de William Kidd qu'une découverte étrange fera que de nombreux chercheurs, y compris de nos jours, soupçonneront la présence du (ou de l'un des) trésor du corsaire/pirate sur une petite île canadienne, l'île Oak (ou l'île aux chênes), et qu'une émission télévisée canadienne sera même diffusée dans les années 2000 ! J'ai fait un article sur les découvertes faites sur cette petite île mystérieuse, car nous avons également des artefacts romains qui sont concernés à priori !http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-romains-en-amerique-il-y-a-2000-ans.html

 

Oak islandOak Island de nos jours

 

Pour résumer le début de la partie concernée de cet article (qui comporte aussi des photos), " C'est durant l’été 1795 que Daniel Mc Ginnis, un adolescent de 16 ans, arrive sur l’île en barque pour y chasser la perdrix. À 150 m environ du rivage, il trouve une clairière où trône un énorme chêne. En se rapprochant de l’arbre, il aperçoit une poulie de navire rouillée suspendue à une branche coupée. À la verticale de cette poulie, il voit au sol une cuvette d’une trentaine de centimètres de profondeur, comme si quelqu’un avait creusé un trou et l’avait rebouché ensuite avec de la terre. Il revient le lendemain avec deux amis : John Smith et Anthony Vaughan et, équipés de pelles et de pioches, ils se mettent à creuser. Très vite, ils se rendent comptent que la terre est meuble, que le trou fait 3,50 m de diamètre et que les parois sont très solides. À 1,50 m de profondeur, ils rencontrent une couche de pierres qu’ils enlèvent : déception, il n’y a rien dessous. Cela ne les décourage pas et ils continuent de creuser le sol, fait d’un mélange d’argile et de cailloux : ils tombent alors sur trois épaisses plates-formes composées de poutres de chêne, solidement ancrées dans les parois du puits. Fait étonnant, ces trois plates-formes sont situées à des profondeurs équidistantes : 3 m, 6 m et 9 m. Cela prouve que cette construction n’est pas naturelle et que des hommes ont réalisé ces plates-formes afin d’empêcher que le poids de la terre n’écrase ce qui est enterré plus bas et qui, pour les trois jeunes, ne peut être qu’un trésor.

 

Oakisland1900https://www.oakislandcompendium.ca/sawmill.html​

 

Après plusieurs semaines de travail, les trois jeunes gens sont épuisés et n’ont atteint que 9 m de profondeur ! Ils surnomment alors ce trou parfaitement circulaire le « Money Pit », le puits au trésor. En 1804, une société du nom de Lynds Syndicate se rend sur l’île et poursuit, de façon plus professionnelle, les excavations commencées en 1795. Au-delà des trois premières plateformes, ils rencontrent le même phénomène : une plate-forme tous les trois mètres à 12 m, 15 m, 18 m… Certaines contiennent même des fibres de cocotier, une matière très prisée des piratesÀ la neuvième plate-forme, donc à 27 m de profondeur, les ouvriers n’en croient pas leurs yeux : ils découvrent une pierre rectangulaire de 1 m sur 30 cm. Quand ils la retournent, ils aperçoivent qu’elle est gravée de signes, hélas, incompréhensibles. Ce type de message codé était souvent laissé par des pirates. Il sera finalement déchiffré bien plus tard, en 1866, par James Leichti, professeur de langues à l’université de Dalhousie, ville de la province canadienne du Nouveau-Brunswick. Leichti donnera, en anglais, la traduction suivante : « Forty feet below, two million pounds buried » (40 pieds plus bas sont enterrés 2 millions de livres). Un trésor serait donc caché 13 m plus bas soit à 40 m, au niveau de la treizième plate-forme ! Hélas, en 1804, personne ne comprenant le message codé, les ouvriers continuent de creuser : ils se trouvent à la onzième plateforme soit à 33 m de profondeur.

Je vous laisse poursuivre cette longue et passionnante histoire contée dans l'article en question cité plus haut, mais quelques faits demeurent de cette découverte de 1795 et des fouilles suivantes : une grande planche en bois qui a été datée du 17ème ou 18ème siècle et faisant probablement partie à cette époque d'un navire, des pièces de monnaie et artefacts datant aussi bien de l'époque romaine... que de celle des pirates des 16ème et 17ème siècles ! La profondeur du puits, inondé régulièrement par les infiltrations d'eau de mer a fait qu'aucun trésor n'a pu être découvert en plus de 200 ans de fouilles, alors que des photos montrant un crane et trois coffres sont citées comme des "objectifs" très identifiés selon l'un des propriétaires de l'île... qui aurait peut-être en fait caché au fisc sa réelle découverte ?... Quoiqu'il en soit, il est logique que certains chercheurs du trésor de Kidd ait vu dans cette île une possibilité d'un lieu du trésor, ou de celui de membres de son équipage... A l'époque de Kidd, en l'absence du Canal de Panama, le passage par le Canada et le détroit de Béring pour rejoindre ou revenir du Pacifique était tentable en été pour des pirates provenant ou allant à New-York, ou se cachant au Canada... (the plank of wood Tony Sampson unearthed in the Oak Island swamp was carbon dated from 1680-1735 with a 95% degree of accuracy... : https://www.mysteriesofcanada.com/nova-scotia/the-curse-of-oak-island-season-4-episode-3-swamp-things/). Ce site montre aussi une ancienne carte intéressante de l'île Oak, visible dans un musée, et dont Albert Fagioli parle aussi, voir plus bas...

Mais c'est en 1929 que les légendes liées à ce trésor perdu reviennent à la mémoire des chercheurs et du public : un certain Hubert Palmer annonce avoir découvert des cartes authentiques de William Kidd, dans des affaires retrouvées du célèbre Capitaine. Voici un large résumé de cette découverte, et on note rapidement quelques anomalies. Ceci est extrait et traduit du site spécialisé sur William Kidd, http://captainkidd.org.

" M. Hill-Cutler était l'un des principaux antiquaire de Londres. En 1929, il est entré en possession d'un meuble que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de "Bureau de Kidd". Le meuble a été décrit par Hill-Cutler comme de style Américain fabriqué en chêne, datant du 17ème siècle, et portant une lourde plaque en laiton usé ou sont inscrits les mots «Capitaine William Kidd Adventure Galley 1669" (? anomalie de date). Conscient de l'intérêt de Hubert Palmer pour ces objets, il prit immédiatement contact avec lui et l'invita à réaliser une inspection et une évaluation du bureau. "

 

Bureaudekidd

Le "bureau de Kidd" trouvé en 1929

 

" Il dit à Palmer que les anciens propriétaires venaient de Londres (sans donner toutefois plus d'informations pour en démontrer la provenance). Lors de l'inspection, en présence de Hill-Cutler, Palmer remarque que l'un des filets en laiton était scellé avec de la cire de fabricants de ficelle (type utilisées pour l'imperméabilisation). Après avoir soigneusement enlevé la cire, il découvre un morceau étroitement enroulé de parchemin à l'intérieur. Celui-ci avait jauni avec l'âge et contenait une partie d'un document contenant les mots «de moi Sarah» et l'initiale «W» qui saignait au bord du parchemin. Plus important encore, il contient l'esquisse de contour d'une île avec les initiales «WK» et la date «1669». Selon George Edmunds, des photographies du bureau ont été présentés à un expert en antiquités, ainsi qu'à l'expert de meubles de Victoria & Albert Museum, à un moment (il ne dit pas quand). Ils en ont conclus que le style du bureau ne pouvait pas dater d'avant 1740.

 

Premiere carte tresor capitaine william kidd 300x217

Carte N°1

 

Nous avons donc ici notre première série d'anomalies. La plaque de cuivre sur le bureau est inscrite avec la date 1669 et le nom Adventure Galley. Le parchemin contient également le nom de Sarah et la date 1669. Pourtant, en 1669, Kidd auraient été dans la mi-vingtaine et certainement pas un capitaine, car nous savons qu'il n'a pas reçu son premier commandement réel  jusqu'à ce qu'il atteigne la mi-quarantaine aux alentours de 1689. Il n'a pas rencontré Sarah avant 1691 (Sarah était un nom populaire de l'époque, et pourrait faire référence à une tout autre Sarah) et n'a pas pris le commandement de l'Adventure Galley avant 1695/6. Si quelqu'un voulait vraiment cacher une carte dans une cache de laiton, l'aurait-il fait dans une simple cache de bureau ? À moins bien sûr que la personne qui ai placé le parchemin à l'intérieur du bureau voulait qu'il ne soit trouvé. Certains chercheurs ont tenté d'expliquer cette anomalie flagrante, en proposant que Kidd ai apposé cette date de 1669 signifiant qu'il y avait 30 ans (?) qu'il commandait le navire appelé Adventure Galley (qu'il n'a connu qu'en 1695 !) et que donc, la date signifiait 1699 et non 1669. Même si vous acceptez cette explication farfelue sans réserve, elle n'explique toujours pas pourquoi la plaque de laiton sur la face du bureau est inscrite comme ça. Il y a aussi de grosses incertitudes sur l'âge et la provenance du bureau. Il semble aussi que les initiales «WK» et la date «1669» apparaissent ne pas avoir été écrite de la même main. Et certaines forment de caractère semblent plus dater du 20ème siècle que du 17ème. "

Plus tard, en 1932, Palmer voyaga à Bristol où il fut présenté à un M. Dan Morgan par Hill-Cutler. Morgan avait répondu à une annonce émise par Hill-Cutler dans le journal local. Sa lettre est la suivante :

" Cher Monsieur,
Comme il semble que vous vous intéressiez à la piraterie, je souhaite vous informer avoir trouvé dans mon grenier quelque chose qui pourrait vous intéresser. J'espère que vous aimerez que je dise que Kidd fut un gentleman assassiné lâchement. Mais lorsque vous verrez ce que j'ai sous les yeux, vous comprendrez qu'il fut un pirate sanguinaire, volant tous ce qu'il put. Je vais essayer de venir vous voir d'ici la fin de la semaine. N'oubliez pas d'apporter du rhum à boire après notre transaction. Votre serviteur, Dan Morgan ".

Morgan est décrit comme un vieux loup de mer. Cependant, Palmer, qui sait également que la vérité peut souvent se révéler être plus étrange que la fiction, n'a pas mis hors de cause les avances de Morgan. Morgan a dit qu'un prédécesseur du geôlier de Kidd, qui était à la tête à la prison de Newgate, avait "acquis" le coffre de biens de Kidd immédiatement après avoir été exécuté, et que ce coffre était resté dans sa famille depuis, bien que dans le grenier. Morgan a poursuivi en disant que, depuis l'enfance, son père lui avait dit que ce coffre était une pièce réelle produite au procès de Kidd. La présentation du "coffre du Pirates" au procès avait aidé l'accusation à prouver la culpabilité de Kidd.

 

Bible crane capitaine kidd 2eme carte au tresor de kid sans logo 

La bible et son crâne en plâtre et la carte n°2

 

Le devant du coffre avait une plaque de cuivre fixée à elle avec le monogramme "K" au-dessus d'une gravure d'un crâne et des os. Dans le coffre, il y avait une bible avec un crâne en plâtre fixée au couvercle. La Bible a été fixée à un faux fond du coffre qui n'a pas été fixé sur le coffre, de sorte que le faux fond fut facilement enlevable. Sur la face inférieure du faux-fond il y avait un petit miroir enveloppé par un perlage complexe. Palmer enleva soigneusement le perlage et fit glisser la glace pour révéler un chiffon rêche qui contenait un morceau de parchemin. À son grand plaisir, il découvrit une carte qui représentait la même forme d'île en fer à cheval,  comme sur la première carte, mais cette fois avec des informations et des indices supplémentaires. Le coffre contenait également ce qui semblait être un drapeau de pirate noir. (YH : Il est curieux que le coffre présent à son procès contienne une éventuelle carte du trésor !)...

Puis, vers la fin de 1932, Palmer acheta un coffre de mer à M. Hill Cutler. Il dit à Palmer que le coffre avait été en possession d'une Mlle Pamela Hardy, qui était la nièce du capitaine Thomas Masterman Hardy qui avait servi avec Nelson à la bataille de Trafalgar. Il a également décrit comment la famille Hardy est venu à être en possession du coffre en conservant un lien avec l'arrière petit-fils de Ned Ward (maître d'équipage de Kidd sur l'Adventure Galley) qui selon lui avait vendu le coffre au capitaine Thomas Masterman Hardy. Le coffre mesure 26 pouces par 13 pouces et est de 16 pouces de profondeur. La date 1699 est gravée sur le couvercle du coffre. La date encerclée est une représentation d'un drapeau noir et d'un sabre. Sous la date et le drapeau, le texte "Capn. Kidd son coffre" a été sculptée.

Palmer a ausculté le coffre comme à son habitude et a remarqué que les clous à l'intérieur / bas du coffre ont été très habilement déguisés en vis. Il dévissa soigneusement les vis afin de révéler le faux fond du coffre. Il y trouva un petit livre au dos duquel il trouva un morceau de vieux parchemin, similaire au morceau de parchemin qu'il avait trouvé à l'intérieur du bureau, trois ans auparavant. Il dépeint la même île en forme distinctement, mais à sa grande déception, cette carte ne contenait pas d'indices quant à l'emplacement de l'île. Sur le coffre il est noté la date de 1699, alors que Kidd est revenu de l'océan indien en novembre 1698.

 

Hubert palmer et le coffre du capitaine kidd Troisieme carte tresor capitaine william kidd

Le coffre marin, Hubert Palmer et la carte n°3

 

Maintenant, nous avons une deuxième série d'anomalies. Si Kidd affirmé son innocence de la piraterie, pourquoi aurait-il un drapeau noir et sabre gravé sur le couvercle de son coffre. Pourquoi le faux-fond a été fixé par des vis habilement déguisées (propre description de Palmer). La recherche a révélé que les vis ne sont pas encore utilisées dans la menuiserie avant 1744 (soit 43 ans après l'exécution de Kidd) lorsque les charpentier ont introduit un outil plat et tranchant pour tourner des vis métalliques. Voir ci-après un extrait de "L'Histoire de menuiserie": " En ce qui concerne le tournevis. Il a été précédée d'abord par une à lame plate autour de 1744. Les premiers articles historiques montrant un tournevis ont été retrouvés après 1800, mais le tournevis ne devient courant que vers 1850, quand des vis à bois ont commencé à être produites en masse ".

Enfin, le quatrième objet fait surface deux ans plus tard en 1934. Il s'agit d'une petite boîte en bois qui mesure 12 pouces de long, 7 pouces de large et 7 pouces de profondeur. La boîte avait une plaque de cuivre fixée au couvercle portant l'inscription "William et Sarah Kidd ~ leur boîte ~ 1699". À la joie de Palmer, la boîte avait une histoire et une traçabilité. La boîte appartenait à un officier de marine respecté à la retraite qui avait vécu dans les îles anglo-normandes. La boîte était précédemment détenue par son frère qui avait déjà vécu en Amérique. La boîte était une belle boîte, décorée de laiton ornementale. Palmer a pris les mesures extérieures et intérieures et déduit qu'il devait y avoir un compartiment caché. Il a alors enlevé une partie du bourrelet du fond de la boîte pour révéler une cavité étroite. Enthousiaste, il en a sorti un morceau de parchemin, jauni avec l'âge. Dès qu'il a vu la carte sur le parchemin, il a réalisé l'importance de sa découverte, cette carte contenait beaucoup plus de détails que les autres cartes qu'il avait découvert, y compris latitude et la longitude pour l'île en forme de fer à cheval. Il a nommé la carte "Le Plan Key", comme il le pensait, cette carte était la clé pour débloquer les secrets détenus par les trois cartes précédentes.

3eme carte au tresor de kid sans logo

La carte N°4

 

" La découverte du parchemin du Yunnan en 1938/9 (4 ans après que la Plan Key ai été découverte) a dérouté Palmer. Il avait acheté un vieux miroir en chêne encadré (de 15 pouces carré) avec un motif de crâne et d'os croisés et les initiales "WK" sculptées dans le cadre. Le miroir a été acheté localement et on n'en connait pas la provenance. Palmer était à juste titre méfiant. Cependant, il réalisa un examen approfondi comme à son habitude et décida de supprimer le cadre du miroir. Derrière le miroir se trouvait une petite cavité qui contenait un morceau de parchemin attaché à une planche de bois. Le nom de "l'île Yunnan" avait été piqué sur le bois avec un clou. Dès l'ouverture du parchemin, Palmer trouva trois lignes d'écriture suivie des initiales «WK». Les mots «Sh China sea" sont apparus comme sur le parchemin du Bureau, du plan Key et de la carte Morgan, et tous avaient désigné "Mer de Chine», comme l'emplacement de l'île. "

 

Tableau miroir capitaine kidd 5eme lettre tresor capitaine william kidd

Le miroir encadré et le parchemin N°5

 

" L'écriture n'a pas la même extravagance qui coule comme la main de Kidd (comme le montre la lettre Harley), de sorte que Palmer pensa que si elle était authentique, elle pourrait se rapporter à une phase antérieure de la vie de Kidd, dont nous savons peu de choses. Le terme «4e Neat" semble avoir dérouté d'autres chercheurs, de nombreuses interprétations étranges et merveilleuses ont circulé sur ce morceau de texte au fil des ans. Le mot "Neat" en vieil anglais signifie «net» ou «part» dans le langage d'aujourd'hui. Donc, l'auteur du texte nous dit que ce message est la quatrième quote-part, ou la première quote-part. Le reste du texte semble donner des instructions pour trouver l'endroit où le trésor est enterré. "

Selon les principaux protagonistes de la Saga, la carte du Bureau, la carte principale et la carte Morgan ont été soumises à des tests par le British Museum. D'autres recherches ont révélé qu'un employé du Musée (MRA Skelton) s'est chargé d'inspecter et de vérifier les cartes avec une commission privée. Skelton était un érudit brillant, enthousiaste et hautement qualifié qui devint plus tard le conservateur du département des cartes au Musée. Cependant, il faut se rappeler qu'au moment où il a entrepris la commission de Palmer, il était un membre junior du personnel. Skelton aurait déclaré l'encre et le parchemin comme datés du 17ème siècle. Un autre chercheur, Rupert Furneaux avait accès aux journaux de Palmer. Il a publié une photographie de la carte principale avec la règle d'échelle du British Museum montrée, indiquant que la photographie a été prise sous les auspices du British Museum, quoique dans une capacité non officielle. George Edmunds a en sa possession des documents d'inspection sur lesquels le timbre du British Museum est imprimé. Ce qui n'empêche pas le musée de nier avoir dans ses dossiers officiels des rapports de ces cartes... ".

" À la suite du décès d'Hubert Palmer, en 1949, à l'âge de 85 ans, tout son patrimoine passa à sa gouvernante de onze ans, Mme Elizabeth Dick. En 1957, elle a été contactée par M. Maurice Taylor de Toronto, Canada. Il a informé Mme Dick qu'il agissait au nom d'un consortium canado-américain. Il a reçu la première option d'achat. Plus tard au cours de la même année, M. Alex Freeman de Winnipeg s'est rendu au Royaume-Uni pour conclure l'entente. Les quatre cartes originales, divers documents, y compris vraisemblablement toutes les lettres confirmant l'authentification et un autre parchemin ~ Le "Yunnan Parchemin" a été remis à l'avocat du consortium pour une somme non divulguée. On croit maintenant que les marchandises sont entreposées dans un coffre de banque quelque part en Amérique du Nord. "
 

Au fil des siècles, diverses cartes pirates présumés ont fait surface. Notons aussi qu'il a été coutume jusqu'au 19ème siècle inclus, pour beaucoup de monde, y compris les Mormons, de creuser à la recherche des trésors de Kidd, dans tout l'ouest de l'état de New-York (voir ici : http://sdpiclubzooming.publicoton.fr/joseph-smith-captain-kidd-le-tresor-cache-de-la-colline-de-cumorah-et-le-contradictoire-livre-de-mormon-joseph-smith-le-capitaine-kidd-cumorah-et-moroni-236876  ). Pratiquement toutes ces cartes contiennent des codes énigmatiques ou "X marquant l'endroit. Certaines des îles représentées sont connues et certaines sont sujets à interprétation. Mais la plupart ont été prouvées comme étant des oeuvres de fiction et certaines îles montrées ont été identifiées, comme Trinidad ou les Comores. Il n'est pas impossible non plus qu'une carte de l'île de Gardiner ait aussi été faite par Kidd, dans la mesure où un vrai trésor y a été retrouvé... Sans compter l'île d'Oak et ses artefacts datés du 17 ou 18ème siècles pour laquelle une ancienne carte est aussi visible dans un musée... :

 

Carteware1 Carteware2

 

Ces cartes auraient été dessinées par John Ware (second de l'Adventure Prize) et Kidd ensemble, bien que le nom de Kidd n'apparaisse pas sur la deuxième version. Edward Rowe Snow prétend avoir acheté la carte à un concessionnaire new-yorkais avec plusieurs autres cartes, y compris la carte de l'île Gallops dans le port de Boston, où Avery (membre d'équipage) aurait caché un petit dépôt après son retour de l'océan Indien. Les experts à l'époque (nous ne savons pas qui) se sont mis d'accord sur l'authenticité des cartes. Les cartes ont été dessinées sur un parchemin tatoué, et un examen attentif a révélé qu'une vieille plume était utilisée pour faire le croquis. La plume de parchemin et le filigrane datent le document à la fin du 17ème siècle. En tout cas, cette île recèle probablement un volcan bien visible et une chaîne de montagne rejoignant un bord, et est cernée par trois îlots de trois côtés (les marins étant en principe assez précis sur les éventuels récifs, on comprend pourquoi). Ces cartes ont été identifiées par certains comme étant probablement une île du Cap Vert, au large de l'Afrique (ce qui expliquerait une côte continentale proche) qui lui ressemble beaucoup, et avec les mêmes îlots mentionnés. Les îles du Cap Vert étant de surcroît des îles volcaniques bien connues et où il était facile pour un pirate de s'approvisionner en eau et nourriture...

Entre 1929 et 1948, un auteur et journaliste nommé Harold T. Wilkins (1891-1960) publie une série de livres sur les trésors et notamment un livre sur l'histoire de Kidd, puis d'autres histoires de pirates. Il s'agit essentiellement d'oeuvres de fictions ou de reconstitutions, basées à la fois sur de vrais documents et sur des interprétations. Il produit notamment une carte d'une région des Caraïbes (Archipel des Cocos ?) (pas une île mais une côte d'après lui) que certains ont pensé être une recopie d'un vrai document de Kidd. Cependant, avec une mention "1669", il est possible qu'il ait été influencé par les découvertes de Palmer mentionnant sur un "bureau de Kidd" une date de "1669" aussi... une possibilité est que le marchant d'antiquité aurait arnaqué Palmer, qui lui achetait tout ce qu'il trouvait, en commettant une grossière erreur de date... reprise dans l'oeuvre de Wilkins. Mais on sait aussi que Kidd aurait "joué" sur ses cartes avec le chiffre 9, qui était son "chiffre d'or" préféré... Entre 1669 et 1699, Kidd aurait peut-être laissé un indice concernant une île dont la latitude serait en Mer de Chine... Quoiqu'il en soit,  on a du mal a apprécier le degrés de fiabilité de Wilkins, dans la mesure où il affirmera plus tard être la réincarnation de Kidd (!). Dans les années 1950, il emboîtera le pas aux théories sur les OVNIs mais aussi les mystères des civilisations sud-américaines, avant de décéder en 1960...

 

Wilkins ilesquelette 1669a Wilkins ilesquelette 1669b

Deux versions d'une même île dessinées et publiées par Wilkins, avec une mention "1669" et un "W.K" trop semblables à celui d'une carte de Palmer que Wilkins a pu voir en 1934...  Le contour de l'île diffère considérablement de celui représenté sur les cartes de Palmer-Kidd. Il y a une suggestion que les instructions sont une fabrication ou que le contour est son rendu d'une île existante ou celle qu'il a imaginée. Wilkins devait plus tard prétendre que les instructions lui étaient réellement apparues dans un rêve, dans des circonstances qui seront discutées plus tard. Important cependant : la 1ère carte mentionne : 18 W et par 7 E sur Rock - 30 SW. 14 N. Arbre - 7 Par 8 Par 4 alors que la seconde mentionne : 18 NE par 71 W: on Rock - 26 ENE: par 18 SW: Palmier - 7 pieds par 7 pieds par 8.

 

Harold T Wilkins était un auteur prolifique de fiction historique dans les années 1930 et 1940. Il se concentre sur les sujets de pirates, les trésors enfouis, la chasse au trésor et bien sûr, les cartes au trésor. En 1934, dans le cadre de ses recherches, il a visité le musée des pirates de Palmer à Eastbourne, au Royaume-Uni. Là-bas, il a également interviewé Hubert Palmer à propos de son musée. Au cours de l'entrevue, Palmer a montré à Wilkins sa série de cartes Kidd nouvellement découvertes qui, à l'époque, n'était pas connue du public. L'observation de Wilkins des cartes l'a inspiré pour écrire "le capitaine Kidd et son île de Skeleton" (1937). Le livre qui a porté la découverte de Palmer à l'attention du monde. Palmer a refusé de laisser Wilkins prendre des photographies des cartes, donc les créations de Wilkins sont basées sur la courte vue des cartes Kidd que Palmer lui a permises. Les cartes de Skeleton et les autres cartes de Wilkins (pour tous ses livres) sont toutes dessinées dans le même style distinctif. Wilkins a prétendu à l'époque que ses cartes étaient de véritables cartes de pirate du 17ème siècle, mais a refusé de divulguer la source de sa découverte. Les cartes "originales", si elles ont jamais existé, ont maintenant été perdues dans le temps.

On croit que lorsque Wilkins a présenté pour la première fois le manuscrit de son livre à son éditeur, ce dernier voulait savoir pourquoi ses véritables «cartes au trésor des pirates» n'incluaient pas d'instructions codées pour localiser le «trésor enseveli» . On croit en outre que Wilkins est réapparu au bureau de son éditeur le lendemain matin avec ses cartes "modifiées" montrant que finalement, il y avait des instructions codées pour localiser le trésor enterré...

Il y a beaucoup de similitudes entre l'ensemble des cartes de Skeleton Island de Wilkins et les cartes de Palmer / Kidd. Il semble que Wilkins ait utilisé un mélange éclectique de caractéristiques dont il se souvenait en voyant brièvement les cartes de Palmer / Kidd pour créer ses propres créations. Malheureusement, il se souvint de la date (crûment forgée) de 1669 de la carte du Bureau qu'il appliqua à ses cartes de l'île Skeleton. Il se souvient aussi de la lagune, qui apparaît sur toutes les cartes de Palmer / Kidd, et a inclus cette caractéristique comme une "Laguna" (un peu de portugais!) Sur ses cartes. L'histoire est liée à un autre livre de WilkinsA Modern Treasure Hunter, qui concerne certains exploits dans la vie du chasseur de trésor et prospecteur James Patrick Nolan. Ce livre aborde une chasse au trésor dans les environs de Oak IslandHerman Westhaver a travaillé comme pilote à St. Margaret's Bay. En 1912, lui et un autre pilote, Amos Smith, ont trouvé une boîte avec des cartes dans un cairn de pierres sur l'île de Cochran, ou l'île de Redmond, à Shad Bay. A l'intérieur, il y avait un paquet de papiers qui comprenait une carte dessinée sur du papier épais. Quand on l'a vu une cinquantaine d'années plus tard, c'était vraiment pire pour l'usure. Cette carte, qui a été montrée plus tard pour être une carte de Oak Island, contenait les instructions que Wilkins a mises sur la carte dans son livre. Cependant, il semble que les documents restants trouvés dans la boîte se rapportent à un dépôt ailleurs que dans l'île Oak...

 

Floodmap 1940 1710 wilkins

Une autre carte de HT Wilkins - réputée tracée par un capitaine Flood en 1710 - Cette carte est apparue dans "American Weekly" dans les années 1940. Elle a accompagné une histoire de Wilkins au sujet d'un pirate qui aurait existé sous le nom de capitaine Flood. Elle ne montre pas de montagne mais bien un lagon. Malheureusement, dans l'histoire de Wilkins, tout le monde est tué et personne ne vit pour raconter l'histoire ~ mais la carte survit !! La carte est inhabituelle dans la mesure où elle n'est pas d'une île, (la plupart le sont), mais représente une région côtière quelque part autour des Caraïbes. Un autre exemple de l'imagination colorée de Wilkins ? La carte comporte des indices de type identiques (3 par 4 sur 3) tels qu'utilisés dans ses créations Skeleton Map, (montrées plus tard) qu'il a copié à partir des cartes Palmer / KiddLa recherche a montré qu'un Captain Flood existait entre le milieu et la fin du XVIIe siècle. Marin anglais, il s'installe en Virginie lorsqu'il quitte la mer, se marie deux fois et a dix enfants. Sa généalogie familiale ne fait aucune mention d'un lien avec le piratage. Cette carte serait authentique d'après Mr Fagioli, du point de vue des indices donnés...

 

En 1989, Cork Graham et Richard Knight partent à la recherche de ce trésor sur une île vietnamienne Hon Doc (au passage vous noterez que cette ile n’est pas du tout à la bonne latitude marquée sur certaines cartes). Knight et Graham ont été capturés et condamnés pour intrusion et espionnage sur le territoire vietnamien. Ils ont été emprisonnés pendant 11 mois jusqu'à ce qu'ils paient une amende...

C'est un peu par hasard que, en 2014, le français Albert Fagioli dont je parle un peu plus haut haut dans cet article, découvre l'histoire du Capitaine Kidd et commence à procéder à sa manière habituelle : il étudie les cartes existantes et utilise son dozer et pendule sur des cartes mondiales pour voir si son don et expérience l'aide à situer un endroit. Le magnétisme de ce radiesthésiste semble lui indiquer un archipel situé dans le Golfe de Thaïlande. Les quelques mentions "Mer de Chine" portées sur certaines cartes, que certains avaient pris pour des mentions trompeuses (car les nombreuses îles indonésiennes ou encore les Comores, citées par l'équipage, semblaient plus abordables pour le pirate) serait donc un bon indice.

Mr Fagioli parle dès novembre 2014 sur son site qu'il pense savoir où se trouve cette île montrée dans les quatre principales cartes de Kidd, trouvées par H. Palmer, et c'est en décembre 2014 qu'un premier article paraît dans la presse à ce sujet (Bruno Coince du Midi-Libre/l'Indépendant du dimanche 07 décembre 2014)​:

 

Article af12 2014

" C'est une île en Mer de Chine mais je ne peux pas dire son nom car mon livre sortira en 2015 (repoussé à ce jour). Et l’éditeur, avec lequel j’ai un contrat, veut garder l’exclusivité. Mais je sais qu’il s’agit de l’île où le pirate William Kidd, vers 1669, a caché son trésor. Albert Fagioli est catégorique ". L'erreur de date (1669) est due à sa méconnaissance (provisoire) de l'histoire compliquée du Capitaine Kidd et des découvertes de certaines cartes, sans compter la manie de Kidd a crypter les données. On sait en tout cas que Kidd est probablement né en 1654 (et non 1645) et qu'il n'était pas encore un corsaire/pirate en 1669. « Comme d’habitude, ça s’est passé intuitivement. Le 25 novembre, sur internet, j’ai vu un reportage, qui s’intitulait, je crois « Chasseurs de Légendes » où ils parlaient de ce William Kidd. J’ai pris des cartes de géographie et j’ai passé le dowser, ainsi que le pendule, au-dessus des zones maritimes (Océan Indien et Mer de Chine). Puis j’ai calculé les latitudes et longitudes de cette île. Le trésor est là. ». On sait que si Kidd a caché son trésor, c'est probablement en 1698, et qu'il a aussi possiblement dessiné certaines de ses cartes entre 1699 et 1700... A la même date, il annonce : " Le trésor de William Kidd était composé d'environ 20 coffres...Et oui cela fait rêver...Celui qui se trouve sur l'ile au trésor...cette ile était son coffre fort comme l'ile Cocos pour d'autres pirates... Et non il ne s'agit pas de 20 TURTLES (tortues), mais de 20 coffres... ". Cette mention fait évidemment référence à la mention sur la carte N°4 plus haut. 

« L’île où se trouve le trésor de Kidd est au large de la Thaïlande par 9°, 18’48,49’’ N de latitude et 99° 54’44,42’’ E de longitude (cliquez pour voir l'île directement sur Google Earth) dans une zone géographique appelée Taling Ngam. Je pense que ce trésor, dont Kidd a dit que la valeur se montait à 100 000 livres, serait un joli cadeau à offrir au roi de ce pays d’Asie ». Albert Fagioli est prêt à mettre en jeu sa réputation. Il n’a pas peur : « J’ai tout calculé et n’importe qui peut le vérifier ».

Taling ngam

" île au trésor du capitaine William Kidd, Archipel de Taling Ngam, Thaïlande. (Albert Fagioli) "

Il n’aura fallu que 20 minutes à M. Fagioli pour localiser l’île du capitaine William Kidd. Ce résultat exceptionnel est dû à ses capacités extrasensorielles et à son précieux dowser, complétés par quelques cartes des océans et Google Earth. Tout en précisant les dimensions de l’île et son relief, il a ainsi pu localiser la fameuse île au trésor recherchée depuis plus de trois siècles par les historiens du monde entier. C'est une découverte formidable ! A partir de ce premier travail, il aura suffi de quelques jours pour confirmer cette découverte et faire parler les cartes de William Kidd. Mais c'est vraiment au bout de quinze jours qu’Albert Fagioli a trouvé la clef définitive, qui se trouve sur la carte n° 4. En faisant un arrêt image sur la carte n° 4 reprise par le documentaire, il a pu voir que le capitaine Kidd avait laissé des indices dans son dessin représentant les bois ou la forêt... Quand on a découvert la vérité, cela saute aux yeux mais ne dit-on pas que les solutions les plus évidentes sont aussi les plus difficiles à trouver ! Et surtout cherchez le petit T (qui correspond à Tombe ou Trésor, je vous laisse le choix...). Et vous trouverez en dessous de ce petit T, une petite croix... Fin du suspens, cette île fait partie de l'Archipel de TALING Ngam (Petit archipel composé d'environ 14 petites îles) Cherchez bien sur une des cartes les lettres TA….LI….NY… (le Y étant un G en grec).

Carte4 afdécryptage partiel Albert Fagioli

 

Voici les coordonnées précises de cette ile au trésor, il s'agit du coffre-fort du capitaine Kidd.

Coordonnées Google Earth : 9° 18' 48.49'' N et 99° 54' 44.42'' E

Coordonnées Google Maps : (légèrement différentes de quelques minutes) : 9° 31' 30.32'' N et 99° 91' 34.04 E

Mais encore une coïncidence regardez la carte N°4 et on peut lire longitude 31°30’ (Bizarre n’est-ce pas : a-t-il voulu donner la latitude précise ?)

Vous pouvez voir que la latitude semble exacte mais Kidd a voulu rendre la découverte de son île très compliqué à découvrir... En inversant les points cardinaux (de 90°), en ne divulguant que la latitude, en dessinant les croquis de vraies îles au trésor (mais des îles facile à découvrir, comme l’île des Cocos, ou l’île de Graham et Knight au Viet-Nam, Hon Tre Lon, voir celle de George Edmunds, Hei Ling Chau)... Et oui l'une des clefs de cette énigme, c'est qu'il a mis les indices sur des vraies îles connues par les pirates mais qui ne correspond pas à son île au trésor. Même la Mer de Chine au lieu de Golf de Thaïlande. Oui ce n’est pas vraiment la même chose, c'est à la limite. De toute manière on peut voir que cette énigme aura tenue plus de 300 ans et même plus de 80 ans après la découverte des cartes de Kidd. Mr Fagioli a quasiment percé toutes les énigmes des cartes de Kidd... A part quelques chiffres sur une des cartes. La date de 1669... Ne pourrait-elle pas se transformer en 1699 ! Surtout quand on découvre que le chiffre 9 EST le chiffre-clef de Kidd. Mais il y a également un indice qui donne la vraie date d’enfouissement. Cela correspond au dernier voyage de Kidd et surtout 1 an après avoir réalisé sa plus grosse prise (Le Quedash Merchant, 400 000 livres d’objets précieux). Donc il est fort possible que la part revenant au capitaine soit 1 quart du trésor (donc 100 000 livres) une part à la Couronne d’Angleterre et l’autre part à l’équipage... Un autre indice : Comparer aussi les rosaces (ou croix ou flèches)) des points cardinaux sur les 6 cartes au trésor et réfléchissez à la croix de la carte N°1…Cela vous donnera un bel indice…

 

Kowanknok1

Voici une photo prise sur l'île au trésor du capitaine William Kidd. Et oui il s'agit de son île aux 20 TURTLES (Plutôt : île aux 20 COFFRES). Cette île fait partie de l'archipel de Taling Ngam en Thaïlande. Son nom est KO WANG NOK. Photo prise par C.L. le vendredi 2 janvier 2015. (Un ami de Mr Fagioli).

Les autorités de Thaïlande sont au courant depuis le 2 décembre 2014. Vous pouvez voir sur cette photo qu'il y a toujours des palmiers plus de 300 ans après...Et vous pouvez voir les palmiers sur les deux cartes de Kidd, ils sont toujours au même endroit...Ainsi que le lagon... (A l'inverse). Et cette île est toujours déserte comme sur les cartes de Kidd, 300 ans après. (Malgré la présence d'une cabane de pêcheur). Cette île est l'une des trois caches de William Kidd, l'autre étant la cache à New York de l'île de Gardiner... Cadeau de Kidd à Lord Bellomont... Mais il en existe encore une troisième...

http://mapcarta.com/14645512

Il serait très long de détailler les 4 pages du site de Mr Fagioli sur cette découverte. Mr Fagioli m'a contacté pour me dire qu'il y avait encore eu des nouveautés et confirmations, des preuves photographiques et vidéos localement, et des documents inédits de Kidd découverts dans une vieille église, conservés dans des cartons des siècles et revendus pour une miette de pain à un correspondant asiatique. Ces preuves concernent notamment des gravures laissées sur des rochers par Kidd lui-même et ses hommes. Il semblerait aussi que chaque officier ou proche de Kidd ait pu enterrer son propre butin et part chacun dans une île différente. Combien de ces hommes n'ont jamais pu retourner sur les lieux pour récupérer leur part est un mystère, évidemment. Quand au trésor de Kidd, il y a une forte suspicion concernant une alliance américano-canadienne qui a racheté et conservé les cartes de Palmer dans les années 1960. En effet, l'île taïlandaise en question a accueilli dès les années 1940 une entreprise minière... canadienne. Et, encore de nos jours, il semble bien que des intérêts anglo-saxons  (avec la construction possible d'un hotel sur place ?) demeurent sur cette île encore de nos jours. Par quel extraordinaire hasard des americano-canadien seraient encore en partie propriétaires de cette île ? Se pourrait-il que le trésor de Kidd ait été trouvé dans les années 1940 (expliquant aussi certains écrits et cartes de HT Wilkins qui ont été validées par Mr Fagioli) par cette entreprise minière canadienne... qui aurait fini par pouvoir acheter les cartes de Palmer/Kidd dans les années 1960, afin de faire disparaître tout original (et preuves authentifiées) du trésor découvert à la barbe du gouvernement thailandais (qui ne partage pas les découvertes archéologiques ou autres) ?...

 

La carte des cartesdekidd

Les cartes du capitaine William Kidd décryptées par Albert Fagioli. (Albert Fagioli)

Mr Fagioli a décrypté toutes les cartes du capitaine William Kidd. Vous pouvez voir les cartes avec les images de Google Maps ou Google Earth plus de 300 ans après...Oui c'est impressionnant.

Il y a très peu de journalistes étrangers qui ont parlés de cette découverte des cartes de Kidd…Mr Fagioli tient à remercier Mr Michael Alexander du journal The Courier en Ecosse, pour son article : 

http://albert-fagioli.blogg.org/the-courier-diviner-claims-he-has-discovered-captain-kidd-s-long-lost--a116736442

Et non seulement Mr Fagioli a découvert les trésors de Kidd, mais aussi à priori au passage l’île au trésor de Jenkins William (le moussaillon du second du capitaine Kidd)... qui serait donc du côté de KO WUA TA LAP​...

En effet, il y a des indices sur une carte dite d'OAK ISLAND du Musée d'Histoire Naturelle d'Halifax au Canada, J.W 1699. Et ces indices sont trop proches des manières de Kidd pour que ce soit une coïncidence à priori... Cette carte est visible ici :

https://www.mysteriesofcanada.com/nova-scotia/the-curse-of-oak-island-season-4-episode-3-swamp-things/

 

Je vous laisse découvrir par ordre chronologique la découverte et recherches de Mr Fagioli sur son site, ainsi que quelques articles de journaux et problèmes avec un contact local qui a bien voulu laisser publier des choses... avant de se rétracter, probablement pour des intérêts financiers peu reluisants. Cette recherche et ses développements feront probablement l'objet d'un autre article, Mr Fagioli ayant eu l'amitié de me partager beaucoup de documents que je conserve pour un moment qu'il jugera opportun. :

http://albert-fagioli.blogg.org/ile-au-tresor-du-capitaine-william-kidd-c26554406/4

http://albert-fagioli.blogg.org/ile-au-tresor-du-capitaine-william-kidd-c26554406/3

http://albert-fagioli.blogg.org/ile-au-tresor-du-capitaine-william-kidd-c26554406/2

http://albert-fagioli.blogg.org/ile-au-tresor-du-capitaine-william-kidd-c26554406

 

Depuis plus de 300 ans, la légende du trésor de William Kidd hante l'esprit d'intrépides aventuriers aux quatre coins du globe. Avant d'être pendu le 23 mai 1701, le célèbre pirate a révélé avoir enterré un trésor de 100 000 livres (environ 14 millions d'euros) sans en donner la localisation. Depuis, ce fabuleux butin a inspiré de nombreuses aventures, fictives pour la plupart (Stevenson en parle dans " L'Ile au trésor "), mais aussi bien réelles pour d'autres. Aujourd'hui, l'historien George Edmunds compte bien déterrer le fabuleux trésor de William Kidd.

 

 

 

Sources : http://albert-fagioli.blogg.org/ile-au-tresor-du-capitaine-william-kidd-c26554406

http://captainkidd.org/

http://www.monnaiesdetections.com/?p=5329

https://www.mysteriesofcanada.com/nova-scotia/the-curse-of-oak-island-season-4-episode-3-swamp-things/

http://www.neatorama.com/2011/09/19/myth-adventure-the-true-story-of-captain-kidd/

http://allothailande.com/le-tresor-du-capitaine-william-kidd-pourrait-se-situer-au-large-de-lile-de-koh-samui

http://www.gjbath.com/OakIsland/OI303.htm

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.fr/, 21-01-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie échange auteur écrivain lire video mystère paranormal Histoire

Ajouter un commentaire