Sciences-Faits-Histoires

Billets de yvesh

    • Ecrivain, rédacteur, auteur

Centres d'intérêts : Histoire, Sciences, Fictions, astronomie, archéologie, robotique, intelligence artificielle, génétique, livre, littérature, musique pop/rock, spiritualité, paranormal, mysteres

À propos de l'auteur : Yves Herbo
Né à Valenciennes (Nord) un 04 août 1959, issu d’une famille de mineurs de charbon.
Un don certain (ou un certain don) pour la littérature, écriture et imagination apparaît subitement vers mi 1969, et il écrit son premier texte de 50 pages manuscrites à l’age de 10 ans ("Les aventures de Bacara") d’une traite. Le livre, amélioré, modifié et corrigé par son instituteur et la classe, sera publié par l’école et un petit reportage sur cet événement sera diffusé pendant l’heure régionale à l’époque à la télévision (FR3).
- 1969-1977 : écriture de plusieurs romans, nouvelles et essais - une écriture simultanée des deux principaux romans à partir de 1969-1970 fera qu'il faudra quelques années pour les reconstituer :
- Quatre éternités pour une Rose Immortelle ((69-74) retenu par des comités de lecteurs en 2009 - publication en 2015 chez Edilivre et Amazon.
- "Je n’étais qu’un androïde" (69-75) retenu par des comités de lecteurs en 2009, revu et publié en 04/2011 aux Editions Baudelaire et en Epub sur Amazon en mai 2014, réédité en 2016 chez LULU et Amazon
- "La Pierre Tombée du Ciel" Nouvelle parue dans Studio Babel 1 en 08/2011
- "Sentiments Profonds" Nouvelle parue dans Studio Babel 2 en 01/2012

- Recueil de nouvelles (72/77-2002/2013 inédits), autres essais et romans inachevés, dont une auto-biographie (voir sur sites).
- Ancien membre des teams informatiques Password-Euroswap, Delight, Paradox (H1). (1987/1994) – démos et design informatiques - uniquement sur Atari STF/STE et Amiga 1200
- Cadre administratif (Ressources Humaines) pendant 20 ans dans le groupe Thalès, ex Thomson-CSF et père d’une superbe fille, marié de 1983 à 2001.
- Nombreux articles et commentaires sur différents sites, sous différents pseudonymes, notamment chez Ogame-teams U21 (RP), SerieViewer.com, Sciences-Faits-Histoires.com/, https://herboyves.blogspot.com/...
- (depuis 2010) Vice-Secrétaire de l’Association SerieViewer (Association à buts non lucratifs) créée par sa fille et rédacteur sur son blog et forums internet, réalisation de documentaires, conférencier, auteur et compilateurs de données.

Citation préférée :

L'imagination est plus importante que la connaissance. La connaissance est limitée alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. Albert Einstein

  • Des ruines au large des Canaries ?

    Des ruines au large des Canaries ?

     

    Moroccosunkenbuilding

     

    Suite de mes enquêtes sur les cités préhistoriques et antiques englouties, recherches sur l'Atlantide et autre civilisations légendaires...

    Cet article est en complément des autres recherches au niveau de la zone d'Atlantique centrale proche de l'Europe et de l'Afrique de l'Ouest : Açores, Pays Basque et Landes françaises, cotes du Portugal, d'Espagne, Gibraltar, Maroc, Mauritanie, Canaries et Iles du Cap Vert... des liens vers les articles de ces zones sont en bas de cet article.

    Un petit aparté pour parler brièvement des affirmations de la psychologue et linguiste passionnée d'Atlantide, Maxine Asher, au sujet d'une expédition organisée par elle avec les fonds de la célèbre université américaine privée Pepperdine. C'est en 1973 que cette expédition a eu lieu, au large de Cadiz et Gibraltar en Espagne et au large du Maroc

    Composée de 70 enseignants, étudiants et d'autres parties intéressées, les membres de l'expédition étaient préparés pour des plongées libres le long de la côte de l'Espagne et du Maroc, à la recherche de preuves de l'île perdue d'Atlantide. Employée à l'époque par Pepperdine comme expert de l'enseignement audiovisuel, Asher a exprimé sa confiance dès le début que le voyage serait un succès. Le groupe a ensuite affirmé avoir découvert et photographié des artefacts atlantes, mais ils ont été contraints de chercher refuge en Irlande après avoir eu des problèmes avec le gouvernement fasciste espagnol de Franco, qui croyait qu'ils étaient des espions. Asher a affirmé qu'il y avait eu des tentatives de meurtre, et que, à un moment, elle a été forcée de sauter d'une voiture en mouvement, pour échapper à des kidnappeurs. Elle a écrit un scénario qui n'a jamais été produit sur ses expériences espagnoles. Après son arrivée en Irlande, son groupe a exploré des sites intérieurs autour de la baie de Galway, Craughwell, et la péninsule de Dingle, et a mené des plongées dans la région de la baie de Galway, près de la côte des îles d'Aran. Ces enquêtes ont été menées en Irlande dans la conviction que les mégalithes irlandais anciens sont vraiment le travail des Atlantes... Aucun matériel n'a jamais été publié, Asher a affirmé que son travail et ses preuves avaient été censurés (volés ?) par les autorités religieuses chrétiennes ou juives car certaines prouvaient l'impossibilité de certaines données bibliques... Asher a tout de même publié plusieurs livres sur le sujet mais ses tentatives pour sa propre existence et vie (les moyens pour gagner sa vie) ont surtout mené à sa mise au banc des accusés (à tord ou à raison) pour des détournements de lois sur l'éducation, et sa ruine, l'exil. Elle est décédée récemment en 2015 :

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Artefacts et légendes du Sierra Leone

    Artefacts et légendes du Sierra Leone, Afrique de l'Ouest

     

    bureh-beach-sierra-leone.jpg

    Sierra Leone-Bureh Beach

     

    Le Sierra Leone est un petit pays d'Afrique de l'Ouest coincé entre l'océan Atlantique, la Guinée et le Libéria. 

    Les Nomoli (ou Nomori) ont été trouvées sur les terres et champs des tribus Temné, les Mendé et les Sherbro, et elles présentent des similitudes avec le Pomdo des Kissi de Guinée. Elles sont faites en stéatite – une pierre presque aussi souple à travailler que le bois.

     

    sierraleone-figurinespierre4.jpg 

    sierraleone-figurinespierre3.jpg

     

    En cherchant des diamants en Sierra Leone, Afrique occidentale, des indigènes firent des découvertes inattendues : ils tombèrent régulièrement sur des sculptures en pierre hautes de 40 à 70 cm. La provenance de ces Nomoli est indéterminée.

     

    sierraleone-pierresduciel.jpg


    Certains d’entre eux ont été découverts à des profondeurs de 50 mètres. Cela signifie qu’elles pourraient avoir 17 000 ans. Une datation qui ne correspond pas aux découvertes faites à ce jour par l’archéologie. Le professeur Pitoni a toujours récupéré un matériau organique sur le lieu même de la découverte et la datation de ces artefacts en pierre s'échelonne de 2500 à 17 000 ans pour le plus vieux.

     

    sierraleone-figurinespierre5.jpg 

    sierraleone-figurinespierre6.jpg 

    sierraleone-figurinespierre2.jpg

     

    " Vous avez là un homme très très grand assis sur un éléphant, puisqu'il y a également des légendes de géants dans toute l'Afrique. Vous connaissez la taille d'un éléphant !  Le travail de la pierre est remarquable, l'objet est très dur et très lourd ". YH : Notons tout de même que la plupart des anciennes civilisations ont représenté leurs rois comme étant beaucoup plus grands que leurs sujets, histoire de pouvoir et de domination, d'action psychologique sur le peuple... les momies de plusieurs pharaons ont été découvertes par exemple, et ils n'étaient pas plus grands que leurs sujets mais ils étaient bien représentés sur les murs comme l'étant...

     

    sierraleone-figurinespierre9.jpg 

    sierraleone-figurinespierre11.jpg

    sierraleone-figurinespierre12.jpg

     

    Certains artefacts représentent aussi des humains ou semi-humains à tête de reptile et tenant une sorte de pot où ils pourraient mettre quelque chose. Au sommet de plusieurs Nomolis se trouve également un trou pour y entrer quelque chose. Ils étaient très probablement utilisés pour les cérémonies.

     

    sierraleone-figurinespierre13.jpg 

    sierraleone-figurinespierre14.jpg 

    sierraleone-figurinespierre15.jpg

     

    L'une d'entre elles, parmis les plus âgées, détenait en elle, dans une cavité, une petite sphère métallique. Vous avez ici une sorte d'animal... qui ressemble à un dinosaure. Quand le professeur Pitoni a trouvé cette statue, elle émettait un drôle de bruit. Il l'a donc ouverte et on a trouvé à l'intérieur une petite bille noire. Vous pouvez la voir au pied de la statue [en haut à droite] ; elle était en métal ferreux.

     

    sierraleone-figurinespierre16.jpg sierraleone-figurinespierre17.jpg sierraleone-figurinespierre18.jpg sierraleone-figurinespierre19.jpg sierraleone-figurinespierre20.jpg sierraleone-figurinespierre21.jpg sierraleone-figurinespierre22.jpg sierraleone-figurinespierre23.jpg sierraleone-figurinespierre25.jpg sierraleone-figurinespierre26.jpg

     

    L'expert en musée et artefacts Klaus Dona (Photos issues de son documentaire) :

    "Au moment des recherches sur cet artefact et sur cette bille de métal plus particulièrement, le professeur m'a appelé le lendemain matin pour me dire qu'on avait dû me faire une mauvaise plaisanterie. 
    Pourquoi ? ai-je demandé. Parce que les recherches ont révélé que le matériau était de l'acier chromé et que l'acier chromé a été découvert en Autriche au début du XXème siècle. Cela signifie qu'il était impossible d'en trouver à l'intérieur d'une statue vieille d'environ 17 000 ans !

    Mais lorsque j'ai, immédiatement après, contacté le professeur Pitoni, il a ri et m'a dit : "Je suis géologue. Si une statue fait un bruit bizarre, je ne l'ouvre pas tout de suite, mais je la passe d'abord aux rayons X."

    Vous pouvez voir ici, sur l'image de droite [ci-dessous] une des radiographies et vous pouvez constater qu'à l'intérieur de la statue se trouve déjà la bille, la bille en acier chromé était déjà là."

     

    Statueavecbille metal On voit tout dans cette radiographie. Le professeur Pitoni a également vu que cette statue de pierre avait déjà été ouverte auparavant et parfaitement refermée. Il a fait appel à un spécialiste qui l'a ouverte exactement comme sur cette photo, le petit bouchon de pierre qui obturait le trou à l'intérieur, et on peut constater que la bille de métal était déjà là.

    Nomoli sierra leone museum

     

    « Nomoli-Sierra Leone Museum (2) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg#/media/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg

     

    Nomoli mende sierra leone

     

    « Nomoli-Mende-Sierra Leone » par Ji-Elle — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg#/media/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg

     

    Nomoli british museum

     

    « Nomoli-British Museum (8) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg#/media/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg

     

    Nomoli tervuren

     

    « Nomoli-Tervuren (1) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg#/media/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg

     

    Lire la suite ci-dessous pour les Pierres du Ciel et leur légende :

    Lire la suite

  • L'île au Trésor du Capitaine William Kidd par Albert Fagioli

    L'île au Trésor du Capitaine William Kidd par Albert Fagioli

     

    Albertfaggioli lileautresor wkidd500

    J'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de parler des recherches de Albert Fagioli, tant pour ses recherches historiques (Le testament du duc d'Enghien Le secret du fabuleux trésor de Marthille) que pour ses recherches dans de multiples églises, cathédrales et chateaux de cryptes cachées, en utilisant à la fois les archives historiques et ses indéniables dons, puisqu'il est considéré comme l'un des meilleurs radiesthésistes français. Rappelons brièvement que la radiesthésie est toujours considérée comme une pseudo-science par la grande majorité des scientifiques, mais que des progrès ont été effectués par le Docteur es Sciences en physique - mathématiques, Ingénieur E.S.C.I.L., Jacques Ravatin qui a travaillé en axiomatique quantique et en mathématiques, et a démontré via la radionique que les ondes de forme ne sont pas des "ondes" au sens de la physique classique mais un phénomène d'émergence dû aux formes à partir du concept de champ de cohérence. Pour Ravatin, la radiesthésie n'est pas un processus divinatoire mais une méthode d'exploration de l'existence dite « sans repères ». Une possible approche d'une perception du "quantique" ou d'une "nouvelle physique" utilisée par le cerveau humain à son insu ou non, mais qui pourrait démontrer aussi des latences du règne animal encore présents dans l'Homme, ce qui serait après tout assez logique...

    Le nouveau livre d'Albert Fagioli vient de sortir ce mois après 7 années de recherches, et un an et demi de décalage dû à la pandémie mondiale. " L'île aux 20 coffres. Le trésor du capitaine Kidd enfin dévoilé. Enfin son second livre est sorti après presque 7 années de travail acharné. Depuis sa découverte de la vraie île au trésor du capitaine William Kidd en novembre 2014. Travail en radiesthésie et dans les archives du monde entier et dans de nombreux livres… Il dédicace ce livre à son père décédé en 1988 (il aurait été fier de son fils) et à sa mère. Sans oublier sa femme et son fils et toutes les personnes qui l’ont soutenue pendant toutes ces recherches."

     

    Albertfaggioli lileautresor wkidd

    https://editions-du-cordeau.com/index.php?id_product=85&id_product_attribute=0&rewrite=l-ile-au-tresor-du-captain-william-kidd-par-albert-fagioli&controller=product

    Cliquer sur le lien ci-dessus pour commander le livre chez l'Editeur, le livre sera dispo aussi par la suite chez Decitre, Amazon, etc...

     

    La description du livre " Le 23 mai 1701, le capitaine de marine William Kidd, convaincu de piraterie et de meurtre, est pendu sur le quai des exécutions à Londres. Dans les derniers jours de son procès, il avait proposé, sans succès, d’échanger sa vie sauve contre l’incroyable révélation du lieu où il a caché son fabuleux trésor de 100 000 Livres Sterlings. Plus de 10 millions en euros d’aujourd’hui.

    Depuis trois siècle, l’histoire du trésor caché de Kidd enflamme les esprits des curieux et des aventuriers du monde entier. Les écrivains Robert-Louis Stevenson (« L’île au trésor ») et Edgar Allen Poe (« Le scarabée d’Or ») se sont emparés de la légende. Mais ce n’est pas une légende, car de nombreuses expéditions se sont lancées à la recherche du trésor mythique dans les Caraïbes, les îles de l’Atlantique et de mer de Chine.

    Qui n’a rêvé de décrypter de vraies cartes au trésor ? C’est à ce voyage qu’Albert Fagioli vous convie. Il a mené un long travail de recherche personnelle, il a consulté des archives du monde entier, il a analysé les cartes anciennes, il a utilisé les techniques de l’archéologie sensorielle dont il est un des spécialistes français. Albert Fagioli a identifié, le premier, le lieu où est enfoui le fabuleux « trésor aux 20 coffres », dans une petite île au large de la Thaïlande. Des marques du capitaine ont été découvertes récemment sur des rochers de l’île. "

    Le livre comporte plusieurs photos, ainsi qu'une post-face de... moi-même, Yves Herbo, car j'ai effectué également quelques recherches sur William Kidd et raconté en détail son Histoire dans un article qui a eu beaucoup de succès auprès de spécialistes (avec beaucoup de photos et vidéos) :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

    Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

     

    Geoglyphesiberie1

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans. Image composite : Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie, SiberianTimes

     

    Un géoglyphe a été découvert en Sibérie en septembre 2021, en forme de taureau de galets et de grès de 3 mètres sur 4 et il est le premier géoglyphe animal découvert dans cette partie du monde.

    La découverte a été faite près du village de Khondergey dans le sud-ouest de la République de Touva, près de la frontière de la Russie avec la Mongolie. 

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans, ce qui rend le géoglythe de mille ans plus vieux que le cheval blanc taillé à la craie en Angleterre (YH : dont je parle ici) et deux fois plus vieux que les lignes de Nazca au Pérou (YH : mais probablement pas ceux de Palpa attribués aux Paracas). 

    Seul le dos du taureau avec les pattes arrière et une queue a été conservé, la partie avant a été involontairement détruite dans les années 1940 par la construction de routes.

     

    Geoglyphesiberie2

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Il s'agit de la première découverte de ce type non seulement pour la République de Touva, mais à travers l'Asie centrale.

    " Le motif du taureau est très typique des cultures d'Asie centrale de l'ère du bronze ancien. Plus tard, à l'époque scythe, les taureaux ont été remplacés par des cerfs. "

     

    Geoglyphesiberie3

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

    Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

     

    Comete 2

    (Crédit : Flashinmirror/Shutterstock)

     

    Deux nouvelles études astronomiques, l'une parue fin septembre et l'autre prévue en novembre 2021, établissent un lien entre la comète Encke, les événements catastrophiques du Dryas récent, l'essaim d'astéroïdes des Taurid et l'explosion de Tunguska en 1908. Les deux études sont disponibles sur internet.

    Un essaim de comètes géocroiseurs lié à la récente rupture des géants de glace

     

    Les résultats sont bien accueillis par les partisans des théories des catastrophes cométaires de l'histoire de la Terre.

    Les comètes les plus étudiées de notre système solaire ont inspiré des mythes anciens, une ferveur religieuse et des controverses scientifiques modernes. Maintenant, la découverte de 88 astéroïdes et météoroïdes alignés orbitalement avec l'un d'entre eux, la comète Encke, suggère qu'ils se sont tous formés à partir de la rupture relativement récente d'une comète glacée encore plus grosse. Les découvertes sont bien accueillies par ceux qui pensent que la comète Encke et les autres produits de cet événement astronomique sont responsables de bon nombre des impacts les plus violents et les plus conséquents de la Terre au cours des 20 000 dernières années.

    Preuves antérieures

    La comète Encke a été observée pour la première fois en 1786 et plus tard identifiée comme la source de nombreuses pluies de météores annuelles. Connus collectivement sous le nom de Taurides, ces averses illuminent le ciel des hémisphères nord et sud lorsque la Terre traverse un flux de débris créé par la comète. (Cette année, regardez les étoiles en novembre pour avoir un aperçu de la vôtre.) Dans les années 1980, cependant, l'astronome William Napier et l'astrophysicien Victor Clube ont suggéré que des objets plus gros que votre « étoile filante » moyenne étaient arrivés d'une source similaire à celle de la comète. 

    Les premières preuves sont venues avec la découverte d'une demi-douzaine d'astéroïdes , jusqu'à un mile de diamètre (1.6 km), en orbite à l'intérieur du flux de météores Taurides. Selon Napier et Clube, ces blocs rocheux – bien trop gros pour avoir été laissés par la comète Encke – pourraient s'expliquer par la fragmentation d'une comète géante de 100 km de large il y a 20 000 ans. C'est comparable en taille à la " méga comète " récemment découverte de Bernardinelli-Bernstein, considérée comme la plus grande enregistrée dans l'Histoire. En théorie, cette rupture capitale a produit non seulement la comète Encke, mais tout un complexe d'astéroïdes, de comètes mineures, de débris caillouteux et de poussière, qui sont aujourd'hui disposés en cercles concentriques étroitement liés autour du Soleil.

     

    Comete2

    photo @shutterstock music “Perception” from bensound.com

     

    Un complexe aussi dynamique, imprévisible et bien peuplé, capable de se rapprocher fréquemment de la Terre, a alimenté l'imagination des universitaires ; les astronomes ont commencé à remonter l'horloge et à rechercher des preuves des interactions de la Terre avec les Taurides dans les archives archéologiques et au-delà. Le scientifique Richard Firestone, maintenant au Lawrence Berkeley National Laboratory, a invoqué en 2007 le complexe de Tauride pour expliquer le refroidissement du climat mondial au début d'une période quasi-glaciaire appelée le Dryas récent et la disparition soudaine de la culture Clovis, un peuple préhistorique supposé être les ancêtres de la plupart des peuples autochtones des Amériques. Et l'année dernière, une équipe comprenant Napier a affirmé avoir trouvé sa propre preuve d'impact pendant le Dryas plus jeune : des dépôts de verre fondu et de terre brûlée qui semblaient marquer la disparition d'une ancienne communauté de chasseurs-cueilleurs dans la Syrie d'aujourd'hui.

    Des rappels rapprochés plus récents ont également été liés à des événements percutants. En 1908un petit astéroïde connu sous le nom de Tunguska est entré dans l'atmosphère terrestre avant d'exploser à environ huit kilomètres au-dessus d'une partie inhabitée de la Russie. Des millions d'arbres ont été abattus, dévastant une superficie de plus de 1200 miles carrés. Ignacio Ferrin, astronome à l'Université d'Antioquia en Colombie, écrit dans son nouveau livre The Next Asteroid Impact que la comète Encke était à sa distance minimale de la Terre deux semaines avant l'arrivée de Tunguska. " Ce n'est pas une coïncidence ", dit Ferrin. " Cela implique qu'ils sont associés, à mon avis ".

    Aujourd'hui, Ferrin – qui a précédemment retrouvé le météore de Chelyabinsk (apparenté au groupe des Apollo), qui a blessé plus de 1500 personnes après sa rupture en 2013 – a tourné son attention vers le complexe des Taurides lui-même. Avec Vincenzo Orofino de l'Université du Salento en Italie, il a réanalysé une douzaine d'articles publiés au cours des décennies qui ont suivi l'hypothèse originale de désintégration de la comète géante de Napier et Clube. Ensemble, leur analyse orbitale des corps a augmenté le nombre de membres du complexe d'une demi-douzaine à 88 objets. De plus, en utilisant une technique appelée courbes de lumière séculaires, qui recherche les changements de luminosité de chaque membre le long de son orbite, les chercheurs ont trouvé des preuves d'activité cométaire dans 67 pour cent des 51 nouveaux membres taurides sur lesquels ils disposaient de bonnes données.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

    Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

     

    Indonesie machoirewallacea4 730

     

    Fig 6. Maxillaire droit et processus frontal (Maros-LBB-1a) de la couche 4a à Leang Bulu Bettue. - Crédits photos : Ratno Sardi (publicité) ; David Bulbeck (e). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0257273.g006

     

    La mâchoire découverte dans une grotte indonésienne représente les plus anciens restes humains trouvés à Wallacea

     

    Dans une grotte de l'île indonésienne de Sulawesi, une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une mâchoire qui représente le plus ancien reste humain jamais trouvé à Wallacea. Le groupe a publié un article décrivant sa découverte sur le site en accès libre PLoS ONE.

    Au cours des dernières décennies, les archéologues ont trouvé des preuves d'anciens peuples vivant à Wallacea, un groupe d' îles indonésiennes relativement proches de l'Australie. Dans une grotte appelée Leang Bulu Bettue, ils ont trouvé des outils, des bibelots et de l'art rupestre, mais peu de restes humains. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé une mâchoire avec trois molaires attachées. La datation des ornements, des pigments et de l'art portable entourant la découverte suggère que les restes provenaient d'un humain moderne vivant dans la région il y a entre 16 000 et 25 000 ans, pendant la période glaciaire. La découverte pourrait faire la lumière sur les personnes qui vivaient dans la région à cette époque - les scientifiques pensent qu'elles étaient les ancêtres de personnes arrivées par bateau des milliers d'années auparavant, et les ancêtres des premières personnes modernes à arriver en Australie.

     

    Indonesie machoirewallacea

    Fig 1. Carte de Wallacea montrant l'emplacement de Sulawesi. Le site de la grotte du Pléistocène supérieur Leang Bulu Bettue est situé dans la péninsule sud-ouest de l'île, connue sous le nom de Sulawesi du Sud. Wallacea comprend une vaste zone d'îles océaniques situées à l'est d'une limite biogéographique importante, la ligne Wallace. Cet archipel est positionné entre les régions continentales de l'Asie (Sunda) et de l'Australie-Nouvelle-Guinée (Sahul). La ligne malaise-papoue délimite une division majeure est-ouest dans la diversité génétique des populations humaines modernes à Wallacea. Source de la carte, Shuttle Radar Topography Mission 1 Arc-Second Global par NASA/NGS/USGS ; Grille GEBCO_2014, version 20150318 ( http://gebco.net ). Carte de base générée à l'aide d'ArcGIS par M. Kottermair et A. Jalandoni.

     

    Résumé de la publication :

    " Des lacunes importantes subsistent dans notre connaissance de l'histoire ancienne de l'Homo sapiens à Wallacea. Il y a 70 à 60 000 ans (ka), les humains modernes semblent être entrés dans cette zone biogéographique distincte entre l'Asie continentale et l'Australie. Malgré cela, il existe relativement peu de sites du Pléistocène supérieur attribués à notre espèce à Wallacea. Les restes fossiles de H. sapiens sont également rares. Auparavant, une seule île de Wallacea (dans la partie sud-est de l'archipel) avait fourni des preuves squelettiques de l'homme moderne pré-Holocène. Nous rapportons ici les premiers restes squelettiques humains du Pléistocène de la plus grande île wallacée, SulawesiLes éléments récupérés consistent en un palais presque complet et un processus frontal d'un maxillaire droit de l'homme moderne excavé de Leang Bulu Bettue dans la péninsule sud-ouest de l'îleDaté par plusieurs méthodes différentes entre 25 et 16 ka, le maxillaire appartient à un individu d'âge et de sexe inconnu, avec de petites dents (seulement M 1 à M 3 existent) qui présentent une usure occlusale sévère et des pathologies dentaires associées. Le motif d'usure dentaire est inhabituel. Ce spécimen fragmentaire, bien que largement non diagnostiqué en ce qui concerne l'affinité morphologique, fournit le seul aperçu direct que nous ayons actuellement des archives fossiles sur l'identité du peuple du Pléistocène supérieur de Sulawesi. "

     

    Indonesie machoirewallacea1

    Fig 2. Fouilles à Leang Bulu Bettue. (ab) aperçu de la tranchée dans la zone de l'abri sous roche (2017) ; (a) vue du sud au nord; (b) vue du nord-ouest au sud-est. (c) plan du site montrant la disposition des carrés excavés dans l'abri-sous-roche et la grotte (2013-15, 2017-18).

     

    Les restes squelettiques d'humains anatomiquement modernes (AMH) sont rares dans les archives du Pléistocène supérieur de l'Asie du Sud-Est insulaire. Les preuves disponibles sont actuellement limitées à un petit nombre de spécimens fouillés à Bornéo, Java, Palawan et Alor [ 1 , 2 ]. Les restes d'AMH sont particulièrement rares dans l'archipel wallacé, ou Wallacea [ 2 ], une zone biogéographique distincte composée de milliers d'îles océaniques ( Fig 1). Wallacea se situe entre le bord du plateau continental de l'Asie du Sud-Est (Sunda) et le "super-continent" de Sahul, la masse continentale qui a émergé pendant le Pléistocène à des moments où le niveau mondial de la mer baissait suffisamment pour drainer le détroit peu profond séparant l'Australie continentale de Nouvelle Guinée. Aucune des quelque 2000 îles de Wallacea n'a jamais été connectée à la Sonde ou à Sahul, même à la hauteur du dernier maximum glaciaire (LGM ; 22–19 ka) lorsque le niveau mondial de la mer a baissé jusqu'à 130 m.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Hittites: Possible découverte de la cité perdue de Zippalanda

    Hittites : Possible découverte de la cité perdue de Zippalanda

     

    Un ancêtre des mosaïques méditerranéennes découvert

     

    Hittites temple3500ans 730

    Le temple sur le site dans le centre de la Turquie était dédié au dieu de la tempête Teshub. Crédit photo : non précisé

     

    Turquie : La découverte d'un pavé vieux de 3 500 ans, décrit comme "l'ancêtre" des mosaïques méditerranéennes, offre des détails éclairants sur la vie quotidienne des mystérieux Hittites de l'âge du bronze.

    L'assemblage de plus de 3 000 pierres - dans des tons naturels de beige, rouge et noir, et disposés en triangles et en courbes - a été mis au jour dans les vestiges d'un temple hittite du 15e siècle av. J.-C., 700 ans avant les plus anciennes mosaïques connues de la Grèce antique.

    " C'est l'ancêtre de la période classique des mosaïques qui sont évidemment plus sophistiquées. C'est une sorte de première tentative pour le faire ", explique Anacleto D'Agostino, directeur des fouilles d'Usakli Hoyuk, près de Yozgat, dans le centre de la Turquie.

    Sur le site à trois heures d'Ankara, la capitale de la Turquie, localisé pour la première fois en 2018, les archéologues turcs et italiens utilisent minutieusement des pelles et des brosses pour en savoir plus sur les villes des Hittites, l'un des royaumes les plus puissants de l'ancienne Anatolie.

    " Pour la première fois, les gens ont ressenti la nécessité de produire des motifs géométriques et de faire quelque chose de différent d'un simple trottoir ", explique D'Agostino.

    "Peut-être que nous avons affaire à un génie ? Peut-être pas. C'était peut-être un homme qui a dit 'construis-moi un étage' et il a décidé de faire quelque chose de bizarre ? "

     

    Hittites mosaique3500ans

     

    L'assemblage de plus de 3 000 pierres a été mis au jour dans les vestiges d'un temple hittite du XVe siècle av. J.-C., 700 ans avant les plus anciennes mosaïques connues de la Grèce antique. Crédit photo : non précisé - vous pouvez agrandir cette photo.

     

    La découverte a été faite en face de la montagne Kerkenes et le temple où se trouve la mosaïque était dédié à Teshub, le dieu de la tempête vénéré par les Hittites, équivalent de Zeus pour les anciens Grecs.

    " Probablement ici, les prêtres regardaient l'image de la montagne Kerkenes pour certains rituels et ainsi de suite ", ajoute D'Agostino.

    Les archéologues ont également découvert cette semaine des céramiques et les restes d'un palais, soutenant la théorie selon laquelle Usakli Hoyuk pourrait en effet être la cité perdue de Zippalanda.

    Lieu de culte important du dieu de la tempête et fréquemment mentionné dans les tablettes hittites, l'emplacement exact de Zippalanda est resté un mystère.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

    Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

     

    MAJ 09-2021 en bas

     

    Jordanie tall el hammam 32 728

     

    Un bilan de plusieurs années d’étude au sujet du site de Tall El-Hammam, situé au sud de la vallée du Jourdain, à environ 14 kilomètres au nord-est de la mer Morte, a été exposé récemment lors de la réunion annuelle de l’American Schools of Oriental Research. C'est l’archéologue Steven Collins de la Trinity Southwest University aux États-Unis, qui mène des fouilles des lieux depuis plusieurs années dans le cadre du Tall el-Hammam Excavation Project avec des collègues, qui en est le principal rapporteur. Je parle déjà des recherches de Steven Collins en 2012, voir le lien tout en bas...

    Notons que ce site de Tall el-Hammam semble être considéré comme l'une des plus grandes villes antiques de l'âge du bronze au Proche-Orient et que le chercheur suppose qu’il peut correspondre aux villes de Sodome et Gomorrhe de la Bible, à l'instart d'autres villes citées dans cet ancien texte, découvertes au fil du temps. Pour rappel, ces villes sont décrites dans les textes comme des lieux de perdition, qui finissent par attirer la colère divine et qui sont donc détruites en réaction par le soufre et le feu...

     

    Jordanie0

     

    Les études locales semblent indiquer un tout autre scénario sur la destruction de ces villes, qui aurait été interprétée d'une façon religieuse par les prêtres :

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

    Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

     

    Maroc gr4

    Figure 4: Étapes de fabrication de l'outil en os spatulé

     

    Une nouvelle étude parue dans Cell.com/Iscience conclue que les premiers hommes modernes vivant sur la côte Atlantique du Maroc utilisaient des outils en os pour fabriquer des vêtements, entre 120 000 et 90 000 ans avant le présent.

    " Les os qui ont été intentionnellement façonnés et utilisés comme outils ont été considérés comme une caractéristique du comportement humain moderne () car ils nécessitent d'importants investissements en temps et en main-d'œuvre et des séquences de production élaborées (). " YH : Ce qui a été démenti assez rapidement avec les découvertes d'os utilisés également par Néandertalien comme outils (). Soressi et al. décrivent les outils en os formels de lissoir fabriqués par les Néandertaliens en Europe et interprétent ces lissoirs comme étant utilisés comme outils de travail du cuir (), même si pour l'instant ces découvertes en France sont plus récentes, on sait que si Néandertaliens n'était pas présent en Afrique subsaharienne, il l'était bel et bien au niveau du Sahara et du Levant. Néanmoins, l'attribution à Homo Sapiens (Homme Moderne) repose également sur le type d'outils (lissoirs en forme de spatules), puisque également trouvé en Afrique du sud, Tanzanie et Zambie.

    " Nous décrivons ici un assemblage d'outils en os probablement utilisé pour la production de cuir et de fourrure de la grotte des Contrebandiers, daté d'il y a environ 120 à 90 000 ans (ka). Les vêtements et la fourrure étaient probablement nécessaires à l'expansion de l' Homo sapiens dans les habitats froids au cours du Pléistocène. Cependant, il est extrêmement peu probable que la fourrure et d'autres vêtements organiques soient conservés dans les archives fossiles. Des études génétiques sur les poux des vêtements suggèrent une origine des vêtements dès 170 000 avec H. sapiens en Afrique (). Dans cet article, nous présentons des preuves d'enlèvement de fourrure trouvés sur des ossements de carnivores datant d'il y a 120 000 ans à la grotte des Contrebandiers au Maroc. La combinaison d'os de carnivores avec des marques de dépouillement et d'outils en os probablement utilisés pour le traitement de la fourrure fournit des preuves indirectes très suggestives pour les premiers vêtements dans les archives archéologiques.

    Les outils osseux varient selon les régions et sont généralement décrits comme formels ou informels. Cette étude suit la définition concise de d'Errico et al. des outils osseux formels comme « des artefacts fonctionnels façonnés avec des techniques spécifiquement conçues pour l'os, telles que le grattage, le meulage, le rainurage et le polissage » (d'Errico et al., 2012a), et nous ajoutons donc que les outils formels en os peuvent être identifiés comme tels car ce sont également des morceaux d'os, de bois, d'ivoire ou de dent façonnés qui portent des marques de fabrication. Suivant la définition de Tartar des outils en os intermédiaires comme « non formellement travaillés et uniquement reconnaissables par les marques de percussion à leurs extrémités » (), nous ajoutons que les outils en os informels sont des morceaux d'os qui ont été utilisés sans façonnage préalable et ne portent donc pas de marques de fabrication. "

    " Des outils en os informels et formels apparaissent dans plusieurs sites archéologiques du Pléistocène en Afrique et en Europe, avec les premières preuves d'os utilisés comme outils pour creuser des termitières (Backwell et d'Errico, 2001) datant d'environ 2,0 millions d'années (Ma) (d'Errico et Backwell, 2003). Sur le site de Swartkrans, en Afrique du Sud, quatre carottes de corne et un os présentent des marques de meulage qui suggèrent que ces outils de creusement ont été intentionnellement façonnés et sont donc des outils osseux formels dont l'âge s'étend de ∼ 1,8 à 1,0 Ma (d'Errico et Backwell, 2003)." (...) YH : Ces anciennes dates sont évidemment à rapporter à divers hominidés, tout en sachant que des études prouvent que les singes (chimpanzés et autres) utilisent aussi parfois des pierres ou branches-brindilles comme outils...

    (...) " Enfin, en Afrique du Nord, un outil formel « couteau en os » de la grotte de Dar es-Soltan I a été identifié dans des gisements atériens datés d'il y a ∼ 90 ka (Bouzouggar et al., 2018) et des outils en os « spatule » provenant de gisements atériens ont été identifiés à El Mnasra (El Hajraoui, 1993, El Hajraoui, 1994; El Hajraoui et Debénath, 2012).

    Lorsque l'on compare les premiers assemblages d'outils osseux formels et informels d'Afrique et d'Eurasie à ceux de la MSA africaine plus récente ∼ 100 ka, il est clair que ces derniers sont : (1) géographiquement plus répandus, (2) en comprennent un plus grand nombre, et ( 3) révèlent une plus grande diversité de types. Cependant, ce n'est qu'à l'âge de pierre tardif africain (il y a ∼ 44 ka) (d'Errico et al., 2012b) et du Paléolithique supérieur eurasien (il y a ∼ 48 ka) (Hublin et al., 2020; Langley et al., 2020) qu'il y a une explosion de formes d'outils osseux diverses et plus élaborées.

     

    Maroc gr1

    Figure 1 La grotte des Contrebandiers, El Mnasra et Dar es-Soltan I sont des grottes côtières avec des outils en os dans des gisements archéologiques stratifiés dans la région de Témara au Maroc. Carte d'altitude du Maroc, où km fait référence à des kilomètres et ka à des milliers d'années. Carte du (A) Maroc avec (B) localisation de la grotte des Contrebandiers et des sites archéologiques mentionnés dans le texte.

     

    La grotte des Contrebandiers (33°55′18,2″N, 6°57′42,4″W) est située sur la côte atlantique du Maroc ( Figure 1 ), à environ 250 mètres (m) de la côte actuelle. Taillée dans des calcarénites du Pléistocène, elle a une profondeur de 30 m avec une entrée de 28 m de large. Fouillé à l'origine dans les années 1950 et 1970 par l'abbé Roche, une nouvelle fouille conjointe maroco-américaine a commencé en 2007 dirigée par Harold Dibble et Mohamed Abdeljalil El Hajraoui (Dibble et al., 2012). Les fouilles récentes ont utilisé des méthodes modernes pour assurer un degré élevé de contrôle contextuel, qui comprenait la détection ponctuelle de tous les objets de plus de 25 mm avec une station totale et le criblage d'objets plus petits à partir de seaux de 7 L avec 1 cm et 2 mm maillage (Dibble et al., 2012)."

    " Les fouilles précédentes de Roche ont enlevé la quasi-totalité des dépôts ibéromaurusiens plus récents de l'âge de pierre (LSA) et du néolithique (Dibble et al., 2012). Une petite quantité de matériel ibéromaurusien est restée à l'avant de la grotte (Informations supplémentaires), et ailleurs au Maroc, des matériaux similaires ont été datés de 23 459 à 12 568 ans calibrés avant le présent (Personnel et al., 2019). Les outils osseux décrits ici proviennent des gisements sous-jacents dits maghrébins du Moustérien et de l'Atérien ( Figure S1 ), qui sont désormais attribués au MSA panafricain (Dibble et al., 2013). Les âges des couches MSA ont été estimés à l'aide de trois techniques (résonance de spin électronique, thermoluminescence et datation par luminescence stimulée optiquement) (Informations supplémentaires), qui ont toutes donné des résultats concordants ( tableau S1 ) et indiquent que les couches porteuses d'outils osseux MSA ont commencé Il y a ∼ 120 ka et s'est terminé il y a ∼ 90 ka (Dibble et al., 2012)."

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Vietnam : des dessins préhistoriques découverts dans une grotte

    Vietnam : des dessins préhistoriques découverts dans une grotte

     

    Tham chang cave vietnam

    Grotte de Tham Chang à Nghe An (Photo : journal Nghe An)

     

    Des scientifiques ont découvert des dessins préhistoriques datant d'il y a 3 000 ans dans une ancienne grotte de la province centrale nord de Nghe An.

    Mais il n'y a aucune mention pour l'instant de la façon dont cette datation a pu être effectuée.

    Lors d'un voyage de vérification archéologique en février dans le district de Quy Chau, une délégation de l'Institut vietnamien d'archéologie a trouvé les peintures murales préhistoriques dans la grotte de Tham Chang dans la commune de Thuan Chuan.

    La grotte a été découverte par l'institut en 2015, a déclaré Assoc. Le professeur, Dr Trinh Nang Chung, chef de l'équipe archéologique, ajoutant que sur la base d'outils en pierre trouvés à l'intérieur, la grotte se serait formée à l'âge de la pierre. YH : ce n'est bien sûr pas parce que des outils de pierre (appartenant à une culture de 3000 ans ?) ont été trouvés dans la grotte que les peintures sont obligatoirement issues de cette culture, il s'agit d'un raccourci interprétatif pas très scientifique en soit.

    Ce n'est pas la première fois que de l'art ancien est découvert dans des grottes de la province de Nghe An.

    Dans les années 1940, quand le VietNam s'appelait encore l'Indochine, des archéologues français ont trouvé des dessins dans une grotte de la commune de Chau Phong, à environ 15 km au sud de la ville de Quy Chau. En outre, des gravures rupestres à figure humaine ont récemment été détectées dans une grotte de la commune de Hoa Son, dans le district d'Anh Son.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Suisse : Un mystérieux alignement de 13 menhirs déterré

    Suisse : Un mystérieux alignement de 13 menhirs déterré

     

    Suisse alignement 13 menhirs 2021b

    L'alignement de menhirs découverts dans la commune suisse de Saint-Léonard daterait du Néolithique moyen, d'après les estimations préliminaires des chercheurs de l'Office cantonal d'Archéologie du Valais. Commune de Saint-Léonard/Office cantonal d'Archéologie/François Mariéthoz/Romain Andenmatten

     

    Au centre du plus grand canton francophone de Suisse, une opération d'archéologie préventive a mené, au début de l'été, à la découverte de 13 menhirs, alignés en rang serré. Cachés de la surface du monde sous plus de deux mètres de terre, ils ont refait surface à l'occasion d'un chantier de construction d'un futur quartier de villas à Saint-Léonard, dans le sud du pays. Une découverte «exceptionnelle», selon la commune : déjà connue en Suisse pour son formidable lac souterrain - formé par l'érosion d'une cavité de gypse, il y a plusieurs dizaines de milliers d'années -, Saint-Léonard peut désormais s'enorgueillir d'avoir abrité une remarquable ligne de médiolithes. Moins imposantes que les vedettes mégalithiques de Stonehenge ou que les fiers alignements de Carnac, les pierres dressées découvertes dans le Valais au début de l'été n'arrivent, certes, qu'à mi-hauteur d'un homme adulte. Mais il n'en fallait pas davantage pour ravir les archéologues régionaux, pour qui l'importance de chaque vestige se jauge à sa valeur historique plutôt qu'aux centimètres accumulés.

     

    Suisse alignement 13 menhirs 2021a

    On ignore encore la fonction de cet alignement de 13 menhirs dressés. Photo Commune de Saint-Léonard/Office cantonal d'Archéologie/François Mariéthoz/Romain Andenmatten

     

    " Nous avons beaucoup de vestiges néolithiques dans la région ", rappelle avec enthousiasme François Mariéthoz, archéologue cantonal adjoint à l'Office d'Archéologie du Valais. " Des sites d'habitats, des tombes, du mobilier céramique… Du Néolithique moyen jusqu'au Néolithique récent, il y avait une réelle activité dans cette partie de la Suisse ", énumère-t-il. Mieux encore, les 13 menhirs de Saint-Léonard s'inscrivent dans un contexte local déjà connu pour son patrimoine préhistorique et ses pierres dressées. L'aire géographique correspond en effet au domaine identifié par les archéologues comme la culture néolithique de Cortaillod, présente en Suisse centrale, occidentale et jusqu'en Haute-Savoie entre le Ve et le IVe millénaire avant notre ère (il y a plus de 6 500 ans donc). Des roches gravées avaient en particulier été découvertes sur le terrain de la commune en 1974, pendant qu'à Sion, trois kilomètres plus en aval, les dolmens d'une nécropole néolithique avaient été identifiés dès 1964, au lieu-dit du Petit-Chasseur. La trouvaille des 13 menhirs de Saint-Léonard ne constitue, donc, « pas une réelle surprise » pour François Mariéthoz, au regard du riche patrimoine néolithique de la région, même si elle n'en reste pas moins «extraordinaire et très rare». Leur signification, en revanche, est moins évidente.

     

    Suisse alignement 13 menhirs 2021c

    Commune de Saint-Léonard/Office cantonal d'Archéologie/François Mariéthoz/Romain Andenmatten

     

    Cet ensemble lithique est, pour l'heure, daté du milieu du Ve au IIIe millénaire avant notre ère, même si « rien ne permet non plus d'écarter une éventuelle datation récente au tout début de l'âge du bronze, vers 2000 avant J.-C.», précise François Mariéthoz. Si la chronologie du site est ainsi promise à s'affiner, la question de sa fonction reste en suspens.
     

    Lire la suite ci-dessous et voir d'autres photos, ainsi qu'une vidéo sur les chasseurs-cueilleurs :

    Lire la suite

  • Des crop circles photographiés par la RAF en 1945

    Des crop circles photographiés par la RAF en 1945 ?

     

    cropcircles-1945.jpg

     

    Après avoir apporté selon lui la preuve que ce n'est pas le Captain James Cook qui a découvert la côte est de l'Australie lors de son expédition de 1770, mais que c'est un navire britannique au 16ième siècle qui l'a fait, un historien australien prouve que des crop circles existaient déjà en nombre en 1945 en Angleterre.

    greg-jefferys-coin.jpg

    Greg Jefferys tenant la pièce britannique datée de 1593 trouvée dans une épave au large de l'Australie

    Greg Jefferys en est convaincu : il est impossible que tous les crop circles soient l’œuvre de plaisantins. Greg Jefferys, originaire de Tasmanie, a étudié des centaines d’images aériennes de la campagne anglaise prises par la RAF au lendemain de la seconde guerre mondiale et mises en ligne par Google Earth.

    Il a procédé à un tri minutieux des photos, excluant les images où une confusion était possible entre un cercle et un défaut sur la pellicule. En définitive, il a conservé 13 photos où apparaissent, sans le moindre doute, un ou plusieurs crop circles.

    1945-cropcircles3.jpg

    Dans un mail adressé à l’édition anglaise du Huffington Post, il précise : 

    « Comme cette couverture photographique de l’Angleterre ne couvre que 35% du pays et exclut les traditionnels points chauds comme le Wiltshire, on peut extrapoler de ces résultats qu’une centaine de cercles agraires sont apparus au cours de la seule année 1945. » et aussi :  “Using aerial photographs primarily from the Google Earth 1945 overlay, that the number of crop circles appearing each summer has been relatively constant for at least the last 70 years and that these crop circles cannot be explained by the ‘hoax theory’. This removal of the validity of the hoaxer’s claims means that crop circles remain an unexplained natural phenomenon deserving of serious investigation by academic institutions and other research organisations.”

    1945-cropcircles2.jpg

    " Il y a une montagne d'évidences qui suggèrent qu'il y a une forme rare d'énergie éléctromagnétique qui a été appelée vortex de plasma ionisé (généralement connu comme une boule de feu) en est responsable. Les boules de plasma vont des choses étranges comme passer à travers des objects solides (comme des murs de pierre ou des fenêtre de glace) et voler à travers l'air contre le vent. La science ne comprend pas encore exactement d'où vient cette énergie et ce qui la cause. En me basant sur mes études je suspecte que les forces invoquées dans la création des crop circles représentent une extraordinaire potentialité de nouvelle découverte pour la science, une nouvelle frontière qui pourrait nous mener vers de nouvelles technologies et importantes découvertes. " La communauté scientifique doit donc selon lui se pencher sur le sujet.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une idole paienne de 2,5 mètres découverte en Irlande

    Une idole paienne de 2,5 m découverte en Irlande

     

    Irlande idolepaienne2 730

    L'idole a été fabriquée à partir du tronc d'un chêne et sculptée d'une tête - maintenant pour la plupart pourrie - et d'encoches horizontales qui peuvent représenter des côtes. (Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique)

     

    Il s'agit d'une idole en bois de forme humaine assez semblable aux autres découvertes dans tout le nord-ouest de l'Europe, la plus ancienne à ce jour étant la plus grande et datée de 12 000 ans (l'idole Shigir en Russie dont j'ai déjà parlé sur ce site, voir plus bas). Mais celle-ci est probablement l'une des dernières, et la surprise est qu'elle date de 100 ans avant la christianisation de l'Irlande, c'est à dire qu'elle date de environ 400 Après JC, au haut Moyen-âge européen. Elle a été probablement enfouie dans cette tourbière lorsque les chrétiens ont réussi à convertir les irlandais et à les convaincre d'abandonner leurs idoles pour le Dieu unique. 

    Mais cela démontre une fois de plus la continuité de pratiques et cultures quasiment identiques pendant des milliers d'années sur des espaces de milliers de kilomètres de distance.

    Cette idole païenne vieille de 1 600 ans, fabriquée à partir d'un poteau en bois sculpté dans un chêne, a été déterrée dans une tourbière de l'ouest de l'Irlande et les archéologues disent que l'idole date du stade très avancé de l'Irlande païenne, environ 100 ans seulement avant la conversion des Irlandais au christianisme lors de la mission de Saint-Patrick au Ve siècle. 

    L'idole semble avoir été brisée en deux - une pratique courante avec des objets sacrificiels, signifiant peut-être qu'elle était "morte" et ne pouvait plus être utilisée - et délibérément déposée dans la tourbière, peut-être en remplacement d'un sacrifice humain ou " tourbière corps ", selon les archéologues. YH : l'idole a été créée il y a 1600 ans, mais a probablement été en fait brisée et enterrée au Vième siècle sur ordre des chrétiens, ou par les chrétiens eux-mêmes, c'est l'explication la plus logique...

     

    Irlande idolepaienne7

    Le site était une bande de terre marécageuse à côté d'une rivière d'il y a environ 5 000 ans jusqu'à ce qu'elle soit asséchée à l'époque médiévale ; les dernières fouilles archéologiques ont été faites à la tête de la construction de routes dans la région.(Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Les fouilles montrent que le site de la zone rurale de Gortnacrannagh, dans le comté de Roscommon, a été considéré comme un lieu saint païen pendant des milliers d'années, a déclaré Eve Campbell, archéologue chez Archaeological Management Solutions qui a dirigé les fouilles sur le site.

    " C'était une tourbière sacrée, un endroit qui aurait été spécial ou important pendant plusieurs milliers d'années, de la fin du Néolithique jusqu'au début de la période médiévale ", a-t-elle déclaré. " Les gens sont venus et ont déposé des objets, comme notre idole, dans la zone humide - essentiellement un fen [une bande de terre marécageuse] le long d'une rivière."

    " L'idole mesure environ 2,5 mètres de haut et est effilée à l'extrémité inférieure afin qu'elle puisse se tenir debout dans le sol ", a déclaré Campbell. " L'extrémité supérieure a été sculptée dans la forme d'une tête humaine, mais elle est maintenant en grande partie pourrie. Neuf encoches horizontales sculptées le long du corps de l'idole représentaient peut-être sa cage thoracique."

     

    Irlande idolepaienne1

    L'idole en bois vieille de 1 600 ans a été retrouvée dans une tourbière du comté de Roscommon, à l'ouest de l'Irlande. Il semble avoir été volontairement cassé en deux.(Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Une douzaine de telles idoles ont maintenant été trouvées en Irlande seulement, datant souvent de l'âge du bronze d'Europe du Nord (il y a environ 3 500 à environ 2 500 ans), mais l'objet récemment découvert semble être à la fois le plus grand et le plus récent d'entre eux ; la datation au radiocarbone montre qu'il a été fabriqué à partir du tronc d'un chêne abattu au IVe siècle.

    " L'une des choses vraiment excitantes à propos de l'idole est sa date tardive, car elle se situe à la toute fin de l'âge du fer et elle est sur le point de devenir christianisée de l'Irlande ", a déclaré Campbell. " Donc, dans ce sens, cela nous a donné un aperçu intéressant des types de pratiques dans lesquelles les gens se livraient à la veille de la christianisation." YH : et bien en fait, ils continuaient exactement les mêmes pratiques que leurs ancêtres depuis des milliers d'années... on pourrait pratiquement parler d'une idole préhistorique, sauf qu'elle date du Haut Moyen-Age...

     

    Irlande idolepaienne4

    Bien qu'une douzaine d'idoles païennes en bois aient été trouvées en Irlande, avec une longueur de 8 pieds (2,5 m), c'est la plus grande. (Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

    Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

     

    Bristol manuscript fra 3

    Imagerie multispectrale des fragments à la bibliothèque centrale de Bristol avec Team Pigment. Crédit : Professeur Leah Tether

     

    Des fragments manuscrits de Bristol de la célèbre légende de Merlin parmi les plus anciens du genre

     

    Des fragments de manuscrits médiévaux découverts à Bristol qui racontent une partie de l'histoire de Merlin le magicien, l'un des personnages les plus célèbres de la légende arthurienne, ont été identifiés par des universitaires des universités de Bristol et de Durham comme certains des premiers exemples survivants de cette section de Le narrateur.

    L'analyse a également révélé comment les documents écrits à la main se sont retrouvés à Bristol, des différences dans le texte des versions précédentes de l'histoire et en utilisant une technologie d'imagerie multispectrale, les chercheurs ont pu lire des sections endommagées du texte invisibles à l'œil nu. et pourrait même identifier le type d'encre qui a été utilisé.

    Les sept fragments de parchemin ont été repérés par hasard au début de 2019 par Michael Richardson de la bibliothèque des collections spéciales de l'Université de Bristol. Ils ont été collés dans les reliures de quatre volumes de l'époque moderne, publiés entre 1494 et 1502 et conservés dans la collection de livres rares de la bibliothèque centrale de Bristol.

    Les fragments contiennent un passage de la séquence de textes en vieux français connue sous le nom de cycle de la Vulgate ou cycle Lancelot-Grail, qui date du début du XIIIe siècle. Des parties de ce cycle ont peut-être été utilisées par Sir Thomas Malory (1415-1471) comme source pour son Le Morte Darthur (imprimé pour la première fois en 1485 par William Caxton) qui est lui-même le principal texte source de nombreux récits modernes de la légende arthurienne en Anglais.

    Après la découverte, le professeur Leah Tether, président de l'International Arthurian Society (British Branch) du département d'anglais de Bristol, son mari, historien médiéval et spécialiste des manuscrits, le Dr Benjamin Pohl du département d'histoire de l'université et le Dr Laura Chuhan Campbell, spécialiste dans les histoires Old French Merlin de l'Université de Durham, a entrepris d'examiner et d'analyser les fragments en détail pour en savoir plus à leur sujet.

    Leurs recherches et découvertes collaboratives, qui comprennent une transcription complète et une traduction en anglais du texte, ont été rassemblées dans un nouveau livre intitulé The Bristol Merlin: Revealing the Secrets of a Medieval Fragment, récemment publié par ARC Humanities Press avec une page entière images en couleur des fragments capturés par le photographe primé basé à Bristol, Don Hooper.

     

    Bristol manuscript fra 2

    Un gros plan du texte montrant les mains des deux scribes. Oui, c'est du vieux français. Crédit : Don Hooper - cliquer pour agrandir

     

    Le professeur Tether a déclaré: " Nous avons pu dater le manuscrit dont les fragments ont été extraits de 1250-1275 grâce à une analyse paléographique (écriture manuscrite), et nous l'avons localisé dans le nord, peut-être le nord-est de la France grâce à une étude linguistique. Le texte lui-même (la Suite Vulgate du Merlin) a été écrit vers 1220-1225, ce qui place le manuscrit de Bristol à une génération de la paternité originale du récit. Nous avons également pu placer le manuscrit en Angleterre dès 1300-1350 grâce à une annotation dans une marge - encore une fois, nous avons pu dater l'écriture et l'identifier comme une main anglaise."

    " La plupart des manuscrits du texte connus pour avoir été en Angleterre au Moyen Âge ont été composés après 1275, il s'agit donc d'un exemple particulièrement ancien, à la fois des manuscrits de la Suite Vulgate en général connus, mais surtout de ceux connus pour avoir trouvé leur chemin de la France vers l'Angleterre au Moyen Âge."

    " Travailler avec le professeur Andy Beeby du département de chimie de l'Université de Durham a également changé la donne pour notre projet grâce au spectromètre mobile Raman développé par lui et son équipe, Team Pigment, en particulier pour l'étude des manuscrits. Nous avons capturé des images de sections endommagées et, grâce au traitement numérique, avons-nous pu lire certaines parties du texte plus clairement."

    " Ce procédé nous a également permis d'établir, puisque le texte apparaissait sombre sous lumière infrarouge, que les deux scribes avaient en fait utilisé une encre à base de carbone - fabriquée à partir de suie et appelée " noir de fumée " - plutôt que le plus courant " fer à repasser " - l'encre de galle, fabriquée à partir de noix de galle, qui apparaîtraient claires sous un éclairage infrarouge. La raison du choix de l'encre des scribes peut avoir un lien avec les matériaux de fabrication d'encre particuliers disponibles près de leur atelier. "

    En plus de découvrir des détails sur l'âge du manuscrit, l'équipe a également pu reconstituer comment les fragments se sont retrouvés dans les livres et comment les livres eux-mêmes ont trouvé leur chemin jusqu'à Bristol.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Il y a 70000 ans, une étoile a traversé notre système solaire

    Il y a 70000 ans, une étoile a traversé notre système solaire

     

    Binarysystem mini

    Credit: Michael Osadciw/University of Rochester.

    C'est une nouvelle qui vient d'être révélée par les astronomes de l'Université de Rochester. Ils ont identifié le plus proche passage d'une étoile dans notre système solaire : une naine sombre qui a traversé le nuage de comètes Oort il y a seulement 70.000 ans.

    Un groupe d'astronomes des États-Unis, d'Europe, du Chili et de l'Afrique du Sud ont déterminé qu'il y a 70,000 années, une étoile faible récemment découverte est susceptible d'être passée à travers les nuages ​​lointains des comètes du système solaire, le nuage de Oort. Aucune autre étoile n'est connue pour avoir jamais approché notre système solaire d'aussi proche - cinq fois plus proche que l'étoile actuelle la plus proche, Proxima Centauri.

    Dans un article publié dans Astrophysical Journal Letters, l'auteur principal Eric Mamajek de l'Université de Rochester et ses collaborateurs ont analysé la vitesse et la trajectoire d'un système d'étoile de faible masse surnommé "l'étoile de Scholz."

    Binarysystem

     

    Artist's conception of Scholz's star and its brown dwarf companion (foreground) during its flyby of the solar system 70,000 years ago. The Sun (left, background) would have appeared as a brilliant star. The pair is now about 20 light years away. Conception artistique de l'étoile de Scholz et de son compagnon naine brune (derrière) durant son survol du système solaire il y a 70.000 ans. Le Soleil (à gauche au fond) devait apparaître comme une étoile brillante. Credit: Michael Osadciw/University of Rochester.

    La trajectoire de l'étoile suggère qu'il y a 70.000 années, elle est passée à environ 52 000 unités astronomiques de distance (ou environ 0,8 années-lumière, ce qui équivaut 8.000.000.000.000 de km ou 5 trillions de miles). C'est astronomiquement à proximité; notre plus proche voisine, l'étoile Proxima Centauri est à 4,2 années-lumière de distance. En fait, les astronomes expliquent dans le document qu'ils sont à 98% certains que c'est passé par ce qui est connu comme le "nuage de Oort externe" - une région au bord du système solaire rempli de milliers de milliards de comètes d'un mile ou plus, et ils pensent que cela a donné lieu à des comètes de longue période en orbite autour du Soleil, après que leurs orbites soient ainsi perturbées.

    L'étoile à l'origine a attiré l'attention de Mamajek lors d'une discussion avec le co-auteur Valentin D. Ivanov, de l'Observatoire européen austral. L'étoile de Scholz avait un mélange inhabituel de caractéristiques : en dépit d'être assez proche ("seulement" 20 années-lumière actuellement), elle a montré un mouvement très lent tangentiel, c'est un mouvement à travers le ciel. Les mesures de vitesse radiale prises par Ivanov et ses collaborateurs, cependant, ont montré que l'étoile se déplaçait presque directement au loin du système solaire à une vitesse considérable.

    « La plupart des étoiles à proximité montrent de beaucoup plus grands mouvements tangentiels », dit Mamajek, professeur agrégé de physique et d'astronomie à l'Université de Rochester. "Le petit mouvement tangentiel et la proximité initiale indiquent que l'étoile était plus probablement, soit en déplaçement vers une future rencontre rapprochée avec le système solaire, ou qu'elle s'était « récemment » approchée du système solaire et s'en éloignait. Effectivement, les mesures de vitesse radiale étaient compatibles avec sa fuite du voisinage du Soleil - et nous avons réalisé qu'il a dû y avoir un survol proche dans le passé ".

    Pour travailler sur sa trajectoire, les astronomes avaient besoin des deux morceaux de données, la vitesse tangentielle et la vitesse radiale. Ivanov et ses collaborateurs avaient caractérisé l'étoile récemment découverte par la mesure de son spectre et sa vitesse radiale par l'intermédiaire de l'effet Doppler. Ces mesures ont été effectuées en utilisant les spectrographes sur de grands télescopes en Afrique du Sud et au Chili : le Large Telescope de l'Afrique australe (SALT) et le télescope Magellan à l'Observatoire de Las Campanas, respectivement.

    Une fois que les chercheurs ont reconstitué l'ensemble des informations, ils ont compris que l'étoile de Scholz s'éloignait de notre système solaire et ils sont remonté en arrière dans le temps jusqu'à sa position il y a 70.000 années, lorsque leurs modèles ont indiqué qu'elle est venue au plus proche de notre Soleil.


    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite