Articles de yvesh

Bourret galley

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 6

Par Le 16/04/2023

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 6 -

 

Année 2022 - 22 vidéos

 

Allen hynek jacques vallee 1

Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

 

Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

 

Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

Cette nouvelle saison 6 des Ufologues dans l'Histoire comporte les interviews de feu Guy Loterre, Thibaut Canuti, Bruno Botta et Anne (2 fois), Jacques Scornaux, Rémy Fauchereau, feu Francine Fouéré, Alain Blanchard, Michael Vaillant, Robert Roussel, Chantal D., Didier Gomez, feu Donald Cyr, Eric Zurcher, Thierry Gaulin, Claude Maugé, Jean-Marc Deschamps, Renaud Benoist, Giorgio Pattera et Marco La Rosa, Patrice Galacteros, François Vilbert et Gilles Durand, François Haÿs, feu Jean-Louis Peyraut.

Soir ovni dans le monde

Voir ci-dessous :

Hamecon requin 6000ans israel hamecon en cuivre recemment decouvert sur un site pres d ashkelon en israel credit image emil aladjem autorite des antiquites d israel 730

Pêche du requin en Méditerranée il y a 6000 ans

Par Le 11/04/2023

Pêche du requin en Méditerranée il y a 6000 ans

 

Hamecon requin 6000ans israel hamecon en cuivre recemment decouvert sur un site pres d ashkelon en israel credit image emil aladjem autorite des antiquites d israel 730L'hameçon en cuivre récemment découvert sur un site près d'Ashkelon en Israël. (image : Emil Aladjem, Autorité des antiquités d'Israël)

 

Les chercheurs ont déterré un "crochet de requin" dans un village nouvellement découvert enfoui sous un site archéologique connu. Les experts disent qu'il pourrait s'agir de l'un des premiers du genre fabriqués dans la région.

Le requin était probablement au menu il y a environ 6 000 ans dans ce qui est aujourd'hui Israël, selon des chercheurs qui ont découvert un grand hameçon de pêche en cuivre dans un ancien village jusque-là inconnu.

Les archéologues ont mis au jour le "crochet de requin" lors d'une enquête menée en 2018 le long de la côte méditerranéenne à la périphérie d'Ashkelon, une ville qui a été construite au-dessus d'un ancien port maritime du même nom et qui remonte à l'Égypte ancienne. Des structures byzantines et romaines avaient déjà été découvertes sur le site, qui se trouve à environ 4 kilomètres de la mer. Mais les nouvelles fouilles ont révélé des parties d'un village qui remontent à environ 6 000 ans à la période chalcolithique, également connue sous le nom de "l'âge du cuivre", qui a duré entre 4500 avant JC et 3500 avant JC dans la région. (s'ouvre dans un nouvel onglet).

L'hameçon mesure environ 2,5 pouces (6,5 centimètres) de long et 1,6 pouces (4 cm) de large, ce qui est assez grand pour pêcher des requins entre 6,5 et 10 pieds (2 et 3 mètres) de long, tels que les requins sombres ( Carcharhinus obscurus ) et requins gris ( Carcharhinus plumbeus ), ou de gros poissons comme le thon, qui sont tous locaux de la Méditerranée. Cependant, compte tenu de ce que les biologistes marins savent des écosystèmes des grands fonds de la région, les requins étaient une cible plus probable, selon le Times of Israel (s'ouvre dans un nouvel onglet).

La découverte est une "découverte unique" car la plupart des autres hameçons découverts à cette époque sont plus petits et fabriqués à partir d'os, a déclaré Yael Abadi-Reiss (s'ouvre dans un nouvel onglet), un archéologue de l'Autorité des antiquités d'Israël qui a codirigé les fouilles, dans un communiqué (s'ouvre dans un nouvel onglet). Il est possible qu'il s'agisse de l'une des premières variantes de métal créées dans la région, étant donné que le cuivre était un matériau relativement nouveau à l'époque, a-t-elle ajouté.

 

Lire la suite ci-dessous :

Dans OVNI/UFO
cienci90.jpg

Une base extra-terrestre sous-marine au large de la Californie du sud ?

Par Le 24/03/2023

Une base sous-marine au large de la Californie du sud ?

- MAJ en bas

 

cienci90.jpg

 

Le chercheur Preston Dennett, membre du MUFON a commencé ses investigations sur les ovnis dès les années 1980, et il a reçu assez rapidement des rapports signalant des ovnis sortant de l'océan. Plusieurs de ces rapports provenaient d'un certain endroit le long de la ligne de côte de la Californie, d'environ Santa Barbara au sud jusqu'à Long Beach. Après que plusieurs témoins lui aient dit qu'ils pensaient qu'il y avait une base sous-marine d'ovni située là, il décidait d'effectuer une enquête plus en profondeur pour déterminer la vérité.

Sa première étape a été d'examiner les recherches d'autres investigateurs importants. A sa surprise, la plupart des chercheurs locaux se rendaient déjà compte de ces signes. Ann Druffel écrit : " Ces eaux superficielles se trouvent entre le littoral du sud de la Californie et l'île Santa Catalina, à 20 miles (32 km env.) en mer vers le sud-ouest. Le secteur a pendant au moins trente années été la scène de rapports de toutes sortes - des apparitions de vaisseaux flous croisant lentement avec une belle vue des installations militaires, des sphères aériennes  qui volent en oscillant, de gigantesques nuages-cigares et au moins un rapport d'un ovni sous-marin avec des occupants en uniformes ".

Un autre chercheur, Robert Stanley, éditeur du maintenant défunt magazine Unicus, écrit : " Même dans les années 1960, les familles descendaient à la plage et attendaient pour voir un ovni passer... Dans les années 1970, des familles entières descendaient à la plage au Point Dume la nuit pour voir les ovnis multicouleurs qui descendaient sous l'eau parfois. "

L'investigateur de terrain du MUFON Bill Hamilton Jr. écrit : " Pendant des années ont été vus beaucoup de types d'ovnis croisant vers la peninsule Palos Verdes au sud de la Californie. Les ovnis ont réellement été vus sortir du Canal de San Pedro. "

Il avait déjà découvert plusieurs cas de première main par lui-même. Sa nouvelle étape a été de monter une liste complète de tous les rapports de rencontres en haute mer dans ce secteur. Après avoir complété son enquête, il avait plus de cinquante signalements. Il était évident que les cas devait être catégorisés par types.

Le premier type et le plus commun sont les cas qui prennent place au-dessus du littoral. Dans ces cas, les gens voient les ovnis soit du rivage, ou alors lorsqu'ils sont en mer.

Plusieurs cas typiques suivent :

Lire la suite ci-dessous:

Gravettien reconstitution dun chasseur cueilleur associe a la culture gravettienne 32 000 24 000 ans credit tom bjoerklund

Chasseurs-cueilleurs: des études génomiques

Par Le 19/03/2023

Chasseurs-cueilleurs: des études génomiques

 

Gravettien reconstitution dun chasseur cueilleur associe a la culture gravettienne 32 000 24 000 ans credit tom bjoerklund

Gravettien-Reconstitution dun chasseur-cueilleur associé à la culture gravettienne présente dans toute l'Europe -32 000-24 000 ans - Crédit-Tom Bjoerklund

 

1- Paléogénomique des chasseurs-cueilleurs européens du Paléolithique supérieur au Néolithique

(https://www.nature.com/articles/s41586-023-05726-0) - https://www.haaretz.com/archaeology/2023-03-01/ty-article/study-of-age-hunters-changes-what-we-know-about-european-ancestry/- traductions partielles en français.

La plus grande analyse génétique jamais réalisée sur les chasseurs-cueilleurs de la période glaciaire à ce jour, a mis en lumière les mouvements humains avant, pendant et après le Dernier Maximum Glaciaire (LGM) il y a environ 25 000 à 19 000 ans. Alors que les grandes calottes glaciaires descendaient du nord, les gens ont en effet fui vers le sud, selon l' étude publiée début mard 2023 dans Nature par le professeur Cosimo Posth de l'Université de Tübingen avec des chercheurs du Centre Senckenberg pour l'évolution humaine et le paléoenvironnement, l'Université de Pékin et le Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology à Leipzig, en collaboration avec 125 scientifiques internationaux.

Outils, art et autres artefacts culturels ont conduit les chercheurs à définir deux cultures paneuropéennes de la période glaciaire : l'aurignacien, qui a émergé peu après l'arrivée de sapiens (YH : ? et/ou qu'il a amené en partie de ses origines et rencontres (néandertaliennes aussi), suivi du gravettien d'il y a environ 33 000 ansLes deux couvraient plus ou moins toute l'Europe occidentale, méridionale et centrale.

Il s'avère que les Aurignaciens d'Europe de l'Est et de l'Ouest, avant il y a 33 000 ans, étaient génétiquement très différents les uns des autres. Les Aurignaciens ont engendré les Gravettiens, et les caractéristiques du Gravettien se retrouvent de la péninsule ibérique à l'ouest jusqu'à la Crimée à l'est.

Sur la base de caractéristiques culturelles et morphologiques crâniennes partagées, les Gravettiens étaient supposés partager un profil d'ascendance. 

Mais ce n'est pas le cas, selon l'analyse génomique de 356 anciens chasseurs-cueilleurs vivant il y a 35 000 à 5 000 ans en Europe occidentale, centrale et méridionale - d'avant le dernier maximum glaciaire jusqu'au Chalcolithique : les Européens de l'Ouest associés au Gravettien descendent des populations aurignaciennes occidentales, tandis que les Européens du centre et du sud associés au Gravettien dérivent des populations aurignaciennes de leurs régions.

 

Aurignacian culture map fr svgCarte de localisation de la culture Homo Sapiens de l'Aurignacien, il y a entre 37 000 et 28 000 ans. © Sémhur / Wikimedia Commons - CC BY-SA 4.0

 

Résumé : " Les humains modernes ont peuplé l'Europe pendant plus de 45 000 ans 1 , 2 . Notre connaissance de la parenté génétique et de la structure des anciens chasseurs-cueilleurs est cependant limitée, en raison de la rareté et de la mauvaise conservation moléculaire des restes humains de cette période 3 . Ici, nous analysons 356 anciens génomes de chasseurs-cueilleurs, y compris de nouvelles données génomiques pour 116 individus de 14 pays d'Eurasie occidentale et centrale, d'il y a entre 35 000 et 5 000 ans. Nous identifions un profil d'ascendance génétique chez les individus associés aux assemblages du Gravettien du Paléolithique supérieur d'Europe occidentale qui est distinct des groupes contemporains liés à cette culture archéologique en Europe centrale et méridionale 4, mais ressemble à celui des individus précédents associés à la culture aurignacienne. Ce profil d'ascendance a survécu pendant le dernier maximum glaciaire (il y a 25 000 à 19 000 ans) dans les populations humaines du sud-ouest de l'Europe associées à la culture solutréenne et à la culture magdalénienne suivante qui s'est ré-étendue vers le nord-est après le dernier maximum glaciaire. À l'inverse, nous révélons un renouvellement génétique dans le sud de l'Europe suggérant un remplacement local des groupes humains à l'époque du dernier maximum glaciaire, accompagné d'une dispersion nord-sud des populations associées à la culture épigravettienneIl y a au moins 14 000 ans, une ascendance liée à cette culture s'est propagée du sud à travers le reste de l'Europe, remplaçant en grande partie le pool génétique associé au Magdalénien."

" Les humains modernes ont quitté l'Afrique subsaharienne il y a au moins 60 000 ans (ka), et lors de leur expansion initiale en Eurasie, ils se sont mélangés génétiquement avec des Néandertaliens, ce qui a donné 2 à 3% d'ascendance néandertalienne dans la majorité des populations non africaines actuelles 5. Les données génomiques ont montré que les humains modernes étaient présents dans l'ouest de l'Eurasie 12 au moins 45 ka (YH: 55 ka plutôt maintenant). Certains de ces premiers groupes datant de plus de 40 ka se sont encore mélangés à des Néandertaliens, comme le montrent les signaux d'introgression récente chez des individus de Bacho Kiro en Bulgarie - associés à une culture archéologique du Paléolithique supérieur initial (IUP) - et de Peştera cu Oase en Roumanie 2 , 6. D'autres individus de cette période, tels que Zlatý kůň de Tchéquie et Ust'Ishim de Russie, ne portent pas beaucoup plus d'ascendance néandertalienne que d'autres groupes non africains 1 , 7 , indiquant des interactions différentielles entre les Néandertaliens et les premiers humains modernes lors de leurs expansions initiales à travers Eurasie. Étonnamment, cependant, aucun de ces individus d'avant 40 ka n'a laissé de traces substantielles dans la constitution génétique des populations eurasiennes actuelles 1 , 2 , 6 , 7. Les génomes les plus anciens portant des ancêtres qui dérivent principalement de la lignée menant aux Européens actuels sont Kostenki 14 (à partir de 37 ka, avec une association archéologique incertaine de l'ouest de la Russie), Goyet Q116-1 (35 ka, associé à l'Aurignacien de Belgique) et Bacho Kiro 1653 (35 ka, probablement associé à l'Aurignacien de Bulgarie) 2 , 4 , 8 . Ces données suggèrent que les ascendances génétiques identifiées chez les individus pré-40 ka analysés jusqu'à présent se sont largement éteintes ou ont été assimilées par des expansions ultérieures 1 , 9. La signature génétique de Kostenki (liée au génome de Kostenki 14, et ci-après dénommée groupe ou ascendance Kostenki) a contribué au dernier groupe génétique Věstonice (ci-après, groupe ou ascendance Věstonice), du nom du site Dolní Věstonice en Tchéquie 4. Cette signature génétique est partagée par les individus associés à la culture gravettienne définie archéologiquement (33-26 ka) en Europe centrale et méridionale et a apparemment disparu après le Dernier Maximum Glaciaire 4 (LGM). Cependant, le profil génétique des individus contemporains associés au Gravettien d'Europe occidentale reste inconnu, tout comme leur contribution aux populations après le LGM. Connue pour avoir été la phase la plus froide de la dernière période glaciaire, la LGM est considérée comme ayant provoqué un déclin démographique dans de grandes parties de l'Europe 10, avec des populations se rétractant vers les latitudes méridionales comme en témoigne, par exemple, la contemporanéité de la culture solutréenne ( 24-19 ka) dans la péninsule ibérique et le sud de la France. D'autres refuges climatiques proposés pour la survie humaine au cours de cette période sont la péninsule italienne, les Balkans et la plaine européenne du sud-est, mais la contribution génétique réelle des populations de ces régions aux Européens post-LGM est fortement débattue 111213.

Après le LGM, une composante génétique lointainement liée à l'individu Goyet Q116-1 de Belgique daté de 35 ka - nommée ascendance GoyetQ2 (ci-après, groupe ou ascendance GoyetQ2) - est réapparue (YH : migration) chez des individus du sud-ouest et d'Europe centrale associés à la culture magdalénienne (19 –14 ka, de la péninsule ibérique à l'Europe de l'Est à travers l'Europe centrale) et sous une forme mixte chez les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique final et du Mésolithique ultérieurs 4, 14, mais l'extension géographique de cette ascendance n'est toujours pas claireAu lieu de cela, dans le sud de l'Europe, un profil génétique distinct de chasseurs-cueilleurs a été trouvé dès 17 ka chez des individus associés à la culture épigravettienne 15 (24–12 ka, de la péninsule italienne au sud-est de la plaine européenne à travers les Balkans). Cette ascendance « Villabruna » (ci-après, groupe ou ascendance Villabruna) a montré des liens avec les populations anciennes et actuelles du Proche-Orient 4, 16, mais le mode et le rythme de son expansion dans la péninsule italienne restent inexplorés. L'ascendance Villabruna est apparue plus tard en Europe centrale et on pense qu'elle a largement remplacé les groupes liés à l'ascendance GoyetQ2 4. Cependant, sa formation, sa diffusion et son interaction avec les chasseurs-cueilleurs contemporains d'Europe de l'Est et leur interaction avec les expansions ultérieures des agriculteurs néolithiques du sud-est de l'Europe ne sont pas bien caractérisées.

Dans cette étude, nous analysons 356 anciens génomes de chasseurs-cueilleurs, y compris de nouvelles données génomiques de 116 individus datés de 35 à 5 ka, ainsi qu'une nouvelle méthode d'estimation de la contamination basée sur des cycles d'homozygotie. Nous fournissons une description systématique des transformations génomiques que les groupes de chasseurs-cueilleurs ont subies depuis le début du Paléolithique supérieur à travers l'Eurasie occidentale et centrale et comment celles-ci sont éventuellement liées aux changements culturels et climatiques.

 

Dans OVNI/UFO
Afficheconferenceyh 07 02 2023

Conférence ABDUCTES LES REFERENCES par Yves Herbo 07-02-2023

Par Le 22/01/2023

Conférence ABDUCTES LES REFERENCES avec Yves Herbo le 07-02-2023

 

pour l'association Les Chemins Du Mystère à Tours Nord

 

Affiche conference tours

Affiche conférence : Gwendoline HANAU (grand merci !)

 

Je vous invite à nous rencontrer à l'occasion d'une Conférence après repas organisée par mes amis de l'association " Les Chemins Du Mystère " située dans la région de Tours (37) en France (réserver à lescheminsdumystère@gmail.com le nombre de places). J'indique ici les modalités : 20€ le repas + 5€ accès à la conférence pour un adhérent, 8€ pour un non-adhérent ! Prix de l'adhésion septembre à septembre : 6€.

Cette Conférence aura pour objet un sujet ufologique controversé : les Abductés (Enlèvements par des Entités liées au phénomène OVNI ou PAN) en revenant sur les premières affaires assez documentées pour servir de références. Un rappel de 8 cas pour les connaisseurs du sujet et l'occasion de découvrir un autre aspect du phénomène pour ceux qui le découvrent, sont curieux ou ont été témoins et s'interrogent.

18 heure au Relais de Tours Nord, Rue Morane Saulnier - ZA du Pavillon 37210 Parçay Meslay donc !

 

MAJ 10-02-2023 : Super ambiance et sympathies au menu, merci à la trentaine de personnes de s'être déplacées en semaine. Mais que le temps a passé vite !!

 

Conferencetours 07 02 2023 yh1

Conferencetours 07 02 2023 yh4

Conferencetours 07 02 2023 yh10

by Gwendoline HANAU (grand merci !)

 

 

Yves Herbo, relais et compilations de Données, Sciences-Faits-Histoires, 22-01-2023, 10-02-2023

Dans OVNI/UFO
Ufo2014 usarmy

Pentagone: 171 nouveaux rapports d'OVNI inexpliqués

Par Le 17/01/2023

Pentagone: 171 nouveaux rapports d'OVNI inexpliqués

 

Ovnis pentagone

 

Près de la moitié de tous les nouveaux cas d'OVNI ouverts en 2022 ne peuvent pas être expliqués, ont écrit des responsables du Pentagone.

 

Le gouvernement américain a été inondé de centaines de rapports de rencontres d'OVNIS au cours de l'année écoulée, et environ la moitié d'entre eux restent inexplicables, selon un document non classifié publié par le Pentagone le jeudi 12 janvier 2023.

Le rapport de 11 pages, déposé par le Bureau du directeur du renseignement national (ODNI), révèle que le Pentagone a répertorié un total de 510 rapports d'observations présumées d'objets volants non identifiés (OVNI) - ou de phénomènes aériens non identifiés (UAP), comme le gouvernement préfère les appeler – en grande partie déposées par des militaires américains. Parmi ces cas, 366 ont été nouvellement identifiés en 2022, tandis que les 144 restants ont été identifiés dans un précédent rapport ODNI qui examinait les données OVNI compilées entre 2004 et 2017.

Sur les 366 cas nouvellement ouverts, 195 ont été initialement résolus avec des explications relativement banales ; selon le rapport, 26 cas ont été identifiés comme des drones, 163 ont été classés comme "ballons ou entités ressemblant à des ballons" et six ont été étiquetés comme encombrement aérien, comme des oiseaux ou des sacs en plastique. Ces conclusions correspondent aux affirmations antérieures des responsables du Pentagone selon lesquelles les rapports les plus récents de l'UAP étaient probablement le résultat de drones de surveillance étrangers et de désordre.

Les 171 cas restants sont toujours "non caractérisés et non attribués", en raison d'un manque de données détaillées, selon le rapport. Certains de ces cas, qui impliquaient des objets se déplaçant de manière inhabituelle ou inexplicable, font toujours l'objet d'une enquête.

Le rapport refuse de mentionner la possibilité d'une implication étrangère dans tous les cas.

 

Lire la suite ci-dessous :

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6