Billets de yvesh

Les Grecs antiques au Canada vers l'an 56 ?

Les Grecs antiques au Canada vers l'an 56 ?

 

Hypothèse de Liritzis, I .; Preka-Papadema, P .; Antonopoulos, P .; Kalachanis, K., et Tzanis, CG, 2018

 

Navigation grecs vikings

 

Un archéologue, Ioannis Liritzis, et une équipe de l'Université de la mer Égée, l'astronome Panagiota Preka-Papadema, le philosophe Konstantinos Kalachanis, le météorologue Chris G. Tzanis et le consultant en technologies de l'information Panagiotis Antonopoulos ont étudié le texte de Plutarque (biographe et essayiste grec entre 46-119 après JC) " De facie quae in orbe lunae (Le visage qui apparaît dans le disque de la lune) " et posent la question : Les informations astronomiques et géographiques du De Facie de Plutarque décrivent-elles un voyage au-delà de l'océan Atlantique Nord ?

« Notre intention est de prouver, avec la science moderne, qu'il était possible de faire ce voyage », a écrit Ioannis Liritzis, archéologue à l'Université de la mer Égée qui a proposé que ces anciens voyages aient eu lieu.

Cette étude, traduite, évidemment controversée, fait partie des données et théories, hypothèses, idées venant contribuer à une compilation de données concernant la navigation ancienne. Une compilation de données parmi d'autres, connectées ou non, visant à leur mémorisation, comparaisons, études et recherches selon les nouvelles découvertes du futur. L'auteur de ces compilations de données n'a aucune préférence les concernant, il peut parfois donner son avis ou mettre à jour les données selon les publications, ajouter ses recherches et vérifications d'autres liens les concernant directement ou pas. Toutes les sources et références sont toujours mentionnées dans ces compilations de données dès leur ajout.

 

Santorini ship fresco 1 1700avjc minos mycenes

Santorin, fresque minoenne - 1700 AV JC

 

Résumé " Dans le livre de Plutarque De facie quae in orbe lunae, les interlocuteurs développent un dialogue autour d'un voyage sur le «grand continent» au-delà de l'Atlantique Nord. En appliquant des données scientifiques modernes, la présente réévaluation des éléments astronomiques et géographiques de ce dialogue a produit une nouvelle interprétation de la date et du lieu de la rencontre et un voyage vers le nord de l'océan Atlantique. Une éclipse solaire décrite est datée de 75 après JC, en utilisant la liste de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) / Espenak / Meeus, ainsi que des informations historiques. Les voyages particuliers et récurrents décrits ont lieu tous les 30 ans (lorsque la planète Saturne atteint la constellation du Taureau) de la mer Méditerranée à la mer ouverte de Cronian, qui est identifiée aux côtes nord de l'océan Atlantique. Il a été suggéré que la dernière mission était revenue à la patrie en avril 56 après JC. Les informations fournies concernent, les distances entre les sites côtiers et les îles, la durée des trajets maritimes en jours, ainsi que le cadre et la taille signalés entre le lieu de destination et son golfe en ce qui concerne Azov (en Crimée) et la mer Caspienne. Les implications des courants marins et la géomorphologie côtière de ces terres sont données. En suivant strictement le courant du Gulf Stream, ainsi que d'autres courants marins connus dans le nord de l'océan Atlantique, et en introduisant la vitesse estimée du navire, l'emplacement géographique de destination des colons grecs est proposé avec le golfe du Saint-Laurent et l'île de Terre-Neuve. D'autres îles sans nom mentionnées dans ce dialogue sont identifiées avec les îles de Norvège, les Açores, l'Islande, le Groenland et les îles de Baffin."

Propulsés par des voiles et des rames, ils ont peut-être régulièrement visité Terre-Neuve, extrait de l'or et établi des colonies qui ont prospéré pendant des siècles, selon l'étude.

Cependant, disons-le tout de suite, il n'y a aucune preuve concrète de ces voyages et de nombreux historiens et archéologues maritimes ont rejeté le travail comme «non fondé». L'idée est entièrement basée sur un nouvel examen d'un dialogue écrit par l'influent auteur romain, la source est donc historique.

Mais, parmi les données déjà connues ou supposées (les archéologues extrapolant souvent dans leurs propos), n'y a-t-il réellement aucune possibilité, aucun "fondement" ? Ces données méritent d'être examinées et peut-être même complétées, comme ici plus bas :

Lire la suite

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 4

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 4 -

 

MAJ épisodes 10 - 11 - 12 - 13 - FIN saison 4

 

Allen hynek jacques vallee 1

Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

 

Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

 

Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

Cette nouvelle saison 4 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Didier Gomez, de Bruno Botta, Rémy Fauchereau, Gérard Deforge, Thierry Rocher, Bernard Hugues, Franck Maurin, Jean-Louis Lagneau, Guy Coatanroch, Gilles Durand, Jean Librero, Gilles Thomas et Emma d'Area51-blog.

Soir ovni dans le monde

Lire la suite

Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue

Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue - MAJ 02-09-2014, 13-10-2018

stanton-cave.jpg

Une ancienne civilisation aurait vécue dans des grottes sous le Grand Canyon ? C'est aussi vague qu'une déclaration demandant pourquoi certains des anciens peuples méso-américains représentaient leurs dieux comme des hommes blancs alors que les dieux olmèques semblaient africains. Etendre l'imagination ... peut-être que tout ce qu'on trouve dans les grottes du Grand Canyon décrites ci-dessous, est lié à la théorie des Ancient Aliens (théorie affirmant que des extra-terrestres ont habité la Terre et "éduqués" pour leurs intérêts la race humaine). Il est intéressant de spéculer sur les Egyptiens ou les Tibétains desservant le Grand Canyon avec des Vimanas anciens, mais, à ce jour, il n'existe aucune preuve tangible pour étayer ces allégations...

Secrets archéologiques par David Hatcher Childress

Peut-être que la suppression (secret) la plus étonnante de toutes est l'excavation d'une tombe égyptienne par le Smithsonian lui-même dans l'Arizona. Une longue 1ère page historique de la Gazette de Phoenix du 5 Avril 1909 a présenté un rapport très détaillé de la découverte et de l'excavation d'une voûte taillée dans la roche par une expédition menée par un professeur SA Jordan de la Smithsonian. Le Smithsonian, cependant, prétend n'avoir absolument aucune connaissance de la découverte ou de ses découvreurs...

grandcanyonews.jpg

Front page of The Phoenix Gazette of April 5th, 1909

Le World Explorers Club a décidé de vérifier cette histoire en appelant le Smithsonian à Washington, DC , mais nous avons senti qu'il y avait peu de chance d'obtenir quelconque information réelle. Après avoir parlé brièvement à un opérateur, nous avons été transférés à un archéologue du personnel du Smithsonian, et la voix d'une femme est venue au téléphone et s'est identifiée. Je lui ai dit que je faisais des recherches sur l'histoire de Phoenix et les articles des journaux de 1909 au sujet de l'Institut Smithsonien qui disent avoir fouillé des voûtes taillées dans la roche dans le Grand Canyon où des artefacts égyptiens avaient été découverts, et si l'Institut Smithsonian pourrait me donner plus d'information sur le sujet .

Elle dit : « La première chose que je peux vous dire, avant d'aller plus loin, c'est qu'aucun artefact égyptien de toute nature n'a déjà été trouvé dans le nord ou l'Amérique du Sud. Par conséquent, je peux vous dire que l'Institut Smithsonian n'a jamais été impliqué dans de telles fouilles. "

Elle était très serviable et polie, mais, à la fin, ne savait rien. Ni elle, ni personne d'autre avec qui j'ai parlé ne pouvait trouver aucune trace de la découverte ou que ce soit GE Kinkaid et un professeur S.A. Jordan. S'il ne peut être écarté que toute l'histoire soit un canular de journal, le fait qu'elle était sur la première page, a nommé le prestigieux Institut Smithsonian, et a donné un récit très détaillé qui a duré plusieurs pages, prête beaucoup à sa crédibilité.

Il est difficile de croire qu'une telle histoire aurait pu venir de nulle part. Si cette histoire est vraie, cela changerait radicalement la vue actuelle qu'il n'y a eu aucun contact transocéanique à l'époque pré-colombienne, et que tous les Indiens d'Amérique, sur les deux continents, descendent des explorateurs de l'Age de Glace qui ont traversé le détroit de Béring .

C'est l'idée que des Egyptiens venus dans la région de l'Arizona dans le passé antique est si répréhensible et absurde qu'elle doit être cachée ? Peut-être que l'Institut Smithsonien est plus intéressé à maintenir le statu quo que de faire des vagues avec une étonnante nouvelle de découvertes qui bouleversent les enseignements académiques précédemment acceptés . L'historien et linguiste Carl Hart, éditeur de Word Explorer, a pu obtenir une carte pour les randonneurs du Grand Canyon, à partir d'une librairie de Chicago.

Penchés sur la carte, nous avons été surpris de voir que beaucoup de la région sur le côté nord du canyon avait des noms égyptiens. La zone autour de Ninety-four Mile Creek et de Trinity Creek avait des zones (des formations rocheuses, apparemment) avec des noms comme Tour de Set, Tour de Ra , Temple d'Horus, Temple d'Osiris et Temple d'Isis.

grandcanyonisistemple.jpg

The Isis Temple

grandcanyontowrofset.jpg

The Tower of Set

grandcanyontowerofra.jpg

The Tower of Ra

templegrandcanyon2.jpg

Zoroaster Temple


Dans la zone du Canyon Haunted il y a  des noms tels que la pyramide de Khéops, le Cloître de Bouddha, le Temple du Bouddha, Manu Temple et Temple de Shiva. Il y a-t-il une relation entre ces lieux et les prétendues découvertes égyptiennes dans le Grand Canyon ?

Nous avons appelé un archéologue de l'Etat au Grand Canyon, et il a dit que les premiers explorateurs devaient aimer les noms égyptiens et hindous, mais il est vrai que cette zone était interdite aux randonneurs ou d'autres visiteurs, en raison des cavernes dangereuses.

En effet, toute cette zone avec les noms de lieux égyptiens et hindous dans le Grand Canyon est une zone interdite - nul n'est autorisé dans cette grande surface. Nous ne pouvions qu'en conclure que c'était l'endroit où se trouvaient les voûtes. Pourtant, aujourd'hui encore, cette région est curieusement hors-limites de tous les randonneurs et même, en grande partie, du personnel du parc.

Je crois que le lecteur averti verra que si seulement une petite partie de la preuve "Smithsoniangate" est vraie, alors notre institut archéologique le plus sacré a été activement impliqué dans la suppression de preuves sur des cultures américaines avancées, des preuves de voyages antiques de diverses cultures vers le Nord Amérique, la preuve de géants et d'autres objets excentriques, et la preuve qui tend à infirmer le dogme officiel qui est maintenant l'histoire de l'Amérique du Nord.

Le conseil des gouverneurs de l'Institut Smithsonien refuse toujours d'ouvrir ses réunions aux médias ou au public. Si les Américains n'ont jamais été autorisés à l'intérieur du "grenier de la nation", comme le Smithsonian a été appelé, quels squelettes pourraient-ils y trouver ?

Rapport de G. E. Kinkaid

GE Kinkaid croyait être la première personne de race blanche née dans l'Idaho. Il a été un explorateur et un chasseur toute sa vie, 30 années de travail à l'Institut Smithsonien. Voici des extraits de son journal de ses aventures présumées dans la grotte.

grandcanyonriver.jpg

" Je voyageais sur le fleuve Colorado dans un bateau, seul, à la recherche de minéraux. A quelque 42 miles (67 km) en haut de la rivière du El Tovar Crystal Canyon, j'ai remarqué, sur le mur est, des taches dans la formation sédimentaire à environ 2.000 pieds (610 mètres) au-dessus du lit de la rivière. Il n'y avait pas de piste à ce moment, mais j'ai pu finalement l'atteindre avec grande difficulté. "

grandcancave.jpg

Cette falaise est censé être l'emplacement de l'entrée de la grotte à la mystérieuse citadelle souterraine.

" L'entrée est à 1,486 pieds (453 m) au-delà du mur du canyon. Au-dessus d'une avancée qui le cachait à la vue de la rivière, se trouvait l'entrée de la grotte. Il y a des escaliers menant à cette entrée à une trentaine de mètres de ce qui était à l'époque le niveau de la rivière.

Quand j'ai vu les coups de ciseau sur la paroi interne de l'entrée, je m'y suis intéressé. J'ai armé mon fusil, je suis entré.

J'ai rassemblé un certain nombre de reliques, que je transportais par la Colorado jusqu'à Yuma, d'où je les ai expédiées à Washington avec les détails de la découverte. Par la suite, d'autres explorations ont été menées. Assez intéressés sont devenus les scientifiques, au point que des préparatifs sont en cours pour équiper notre camp pour des études approfondies, le nombre d'archéologues est en augmentation de 30 à 40. "

grandcanyondiagram.jpg

" Du long passage principal, une autre chambre de mammouth (géante) a été découverte à partir de laquelle rayonne des marques de passages, comme les rayons d'une roue.

Plusieurs centaines de pièces ont été découvertes, atteintes par des passages allant du passage principal, l'un d'entre eux ayant été exploré sur 854 pieds (260 m) et un autre sur 634 pieds (193 m). Les découvertes récentes incluent des artefacts qui n'ont jamais été connus comme originaires de ce pays, et sans doute qu'ils avaient leur origine en Orient. Des armes de guerre, des instruments de cuivre, acérés et durs comme l'acier, indiquent l'état de civilisation atteint par ces personnes.

Le passage principal est d'environ 12 pieds (3,70 m) de large, se rétrécissant à neuf pieds (2,70 m) vers la fin plus loin. Environ à 57 mètres de l'entrée, la première branche secondaire passe à droite et à gauche, le long de laquelle, des deux côtés, un certain nombre de pièces de la taille de pièces de vie ordinaires d'aujourd'hui, même si certaines sont de 30 par 40 pieds carrés (9 par 12 mètres carrés). Elles sont ouvertes par des portes de forme ovale et sont aérées par des trous d'air ronds à travers les murs dans les passages. Les murs sont d'environ trois pieds six pouces d'épaisseur (1,07 m).

Les passages sont ciselés ou taillés aussi droits que pourraient l'être aménagés par un ingénieur. Les plafonds de la plupart des chambres convergent vers un centre. Les passages secondaires partant près de l'entrée prennent à un angle aigu par rapport à la salle principale, mais vers l'arrière ils l'atteignent progressivement par un bon angle dans la direction. "

grandcanyonshrine.jpgJack Andrew (c) 2001-reconstitution

" A plus d'une centaine mètres de l'entrée est le Hall en Croix, de plusieurs centaines de mètres de long, dans lequel on trouve l'idole, ou l'image, du dieu du peuple, assis les jambes croisées, avec une fleur de lotus ou de nénuphar dans chaque main. La forme du visage est oriental. L'idole ressemble presque à Bouddha, bien que les scientifiques ne sont pas certains du culte religieux qu'il représente. Prenant en considération tout ce qu'on a trouvé à ce jour, il est possible que ce culte ressemble le plus à l'ancien peuple du Tibet.

Autour de cette idole se trouvent de petites figurines, dont certaines très belles dans leurs formes, d'autres avec des formes tordues et déformées, symboliques, probablement, du bien et du mal. Il y a deux grands cactus, les bras en saillie, un de chaque côté de l'estrade sur laquelle repose le Dieu. Tout cela est gravé dans le marbre ressemblant à du rocher dur.

Dans le coin opposé de ce Hall en Croix a été trouvé des outils de toutes sortes, en cuivre. Ces gens connaissaient sans doute l'art perdu de durcir ce métal, qui a été tenté par des produits chimiques pendant des siècles sans résultats.

Sur un banc qui court autour de la salle de travail était un peu de charbon et d'autres matières probablement utilisées dans le processus. Il y a également des scories et des trucs similaires à du métal, montrant que ces anciens ont fondu des minerais, mais jusqu'ici, aucune trace d'où ni comment cela a été fait n'a été découverte, ni sur l'origine du minerai.

Parmi les autres découvertes sont des vases ou des urnes et des tasses de cuivre et d'or, très artistiques dans leur conception. Le travail sur la poterie comprend de la céramique émaillée et des récipients vitrifiés.

Un autre passage mène aux greniers comme on en trouve dans les temples orientaux. Ils contiennent des graines de toutes sortes. Un très grand entrepôt n'a pas encore été fouillé, comme il est de douze pieds de haut (3 m 70) et ne peut être atteint que par le haut.

Deux crochets de cuivre dépassent du bord, ce qui indique qu'une sorte d'échelle avait été fixée. Ces greniers sont arrondis, comme les matériaux dont ils sont construits, que je pense être un ciment très dur. Un métal gris se trouve également dans cette caverne, qui choque les scientifiques, son identité n'a pas été établie. Il ressemble à du platine. Parsemé pêle-mêle sur le sol partout se trouvent ce que les gens appellent des « yeux de chat », une pierre jaune sans grande valeur. Chacune est gravée avec une tête du type malais. "

grandcanyonheiroglyphics.jpg

" Sculptés sur toutes les urnes, au-dessus des portes et des tablettes de pierre, se trouvent de mystérieux hiéroglyphes, la clé que l'Institut Smithsonien espèrait découvrir. Les gravures sur les tablettes ont probablement quelque chose à voir avec la religion du peuple. Des Hiéroglyphes similaires ont été trouvés dans le sud de l'Arizona.

Parmi les œuvres picturales, seuls deux animaux se trouvent - l'un d'eux ressemble à un animal préhistorique. "

grandcanyoncrypt.jpg

Jack Andrew (c) 2001-reconstitution

 " Le tombeau ou crypte dans laquelle les momies ont été trouvées est l'une des plus importantes des chambres, avec les murs inclinés en arrière à un angle d'environ 35 degrés. Sur des niveaux il y a des momies, chacune occupant une tablette taillée séparée. A la tête de chacune est un petit banc, sur lequel on trouve des tasses de cuivre et des pièces d'épées brisées. Certaines de ces momies sont recouvertes d'argile et toutes sont enveloppées dans un manteau d'écorce.

Les urnes ou les découpes aux niveaux inférieurs sont grossières, tandis que quand les niveaux élevés sont atteints, les urnes sont plus fines dans leur conception, montrant un stade ultérieur de la civilisation. Il est intéressant de noter que toutes les momies examinées jusqu'ici se sont révélés être des hommes, pas d'enfants ou de femmes étant enterrés ici. Cela conduit à la conviction que cette section extérieure était la caserne des guerriers.

Parmi les découvertes, aucun os d'animaux n'ont été trouvés, aucune peau, pas de vêtements, pas de literie. La plupart des chambres sont nues mais pour des récipients d'eau.

Une chambre, d'environ 40 (12 m) par 700 pieds (213 m), était probablement la salle à manger principale, puisque des ustensiles de cuisine sont disponibles ici. Que ces gens vivaient ici est un problème, si on suppose qu'ils sont venus du sud en hiver et faisaient de l'élevage dans les vallées, et en allant vers le nord en été.

Au moins 50.000 personnes ont pu vivre dans ces cavernes confortablement. Une théorie est que les actuelles tribus indiennes trouvées en Arizona sont les descendants des serfs ou des esclaves des gens qui ont habité la grotte.

Sans doute un bon plusieurs milliers d'années avant l'ère chrétienne, un peuple vivait ici, qui a atteint un haut degré de civilisation. La chronologie de l'histoire humaine est pleine de lacunes.

Une chose dont je n'ai pas parlé, ayant peut-être un intérêt. Il y a une chambre de passage qui n'est pas ventilée, et quand nous l'avons approchée, une mauvaise odeur de mort nous a frappé. Notre lumière ne pouvait pas pénétrer dans la salle, et jusqu'à ce que de plus fortes soient disponibles, nous ne saurons pas ce que la chambre contient. Certains disent qu'il y a des serpents, mais d'autres pensent qu'elle peut contenir un gaz ou des produits chimiques utilisés par les anciens. On n'entend aucun son, mais ça sent mauvais tout de même.

L'ensemble de l'installation souterraine donne des nerfs fragiles ou la chair de poule. Le sentiment sombre d'avoir comme un poids sur ses épaules, et nos lampes de poche et nos bougies font seulement rendre moins noire l'obscurité. L'imagination peut se vautrer dans des conjectures et rêveries impies à travers les âges qui se sont écoulés, jusqu'à ce que les circuits de votre esprit vous mènent vertigineusement dans l'espace. "

Une Légende Indienne

grandcanyonlegends.jpg

Jack Andrew (c) 2001-reconstitution

Dans le cadre de cette histoire, il est à noter que parmi les Indiens Hopi, la tradition raconte que leurs ancêtres ont vécu dans un monde souterrain dans le Grand Canyon, jusqu'à dissension s'éleva entre le bon et le mauvais, les gens d'un seul cœur et les habitants de deux coeurs. Machetto, qui était leur chef, leur conseilla de quitter le monde souterrain, mais il n'y avait pas d'issue. Le chef a ensuite provoqué la croissance d'un arbre et a percé le toit de la grotte, et puis les gens avec un seul cœur sont sortis. Ils passèrent par Paisisvai (Red River), qui est le Colorado, et ont semé le grain et le maïs.

Ils ont envoyé un messager au Temple du Soleil, demandant la bénédiction de la paix, de bonne volonté et de la pluie pour les personnes d'un seul cœur. Ce messager ne revint jamais, mais aujourd'hui, dans les villages Hopi, au coucher du soleil peut être vu les vieillards de la tribu sur les toits, regardant fixement vers le soleil, à la recherche du messager. Quand il reviendra, leurs terres et ancien lieu d'habitation seront restitués. C'est la tradition.

Parmi les gravures d'animaux de la grotte est considérée l'image d'un coeur au-dessus de l'endroit où il se trouvait. La légende a été apprise par W.E. Rollins, l'artiste, au cours d'une année passée avec les Indiens Hopi.

Il y a deux théories sur l'origine des Egyptiens. La première est qu'ils venaient d'Asie ; l'autre que le berceau de la race était dans la région du Haut-Nil. Heeren, un égyptologue, croyait à l'origine indienne des Egyptiens. Les découvertes dans le Grand Canyon peuvent jeter un nouvel éclairage sur l'évolution humaine et de la préhistoire...

grandcanyoncrystalcreek.jpg

http://www.crystalinks.com/gc_egyptconnection.html

Possible localisation de la cité troglodyte perdue :

Marble Canyon a obtenu son nom du Major John Wesley Powell, qui, en Août 1869, écrit dans son journal sur des "falaises de marbre", qui contenaient "un grand nombre de grottes". Il est important de noter ici que Powell a déclaré que Marble Canyon contenait "un grand nombre de grottes". La «citadelle» dont Kincaid parle dans son histoire est dans une "grotte".

Depuis ces temps, de nombreuses grottes de Powell ont été notées ou découvertes dans la région de Marble Canyon, y compris la grotte de Stanton, une grande grotte dans la formation de Redwall au kilomètre (mile) 31,7 et un important site archéologique (ref : Robert C. Euler, Editor, The Archaeology, Geology, and Paleobiology of Stanton's Cave, Grand Canyon National Park, Arizona (Grand Canyon Natural History Association Monograph Number 6, 1984)

stanton-cave.jpgStanton's cave in Marble Canyon, Grand canyon, Arizona

http://www.bibliotecapleyades.net/esp_orionzone_8.htm#inicio

http://www.bibliotecapleyades.net/esp_orionzone_9.htm

Lost City of the Dead in the Grand Canyon

In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this Site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.

Notez bien que les recherches continuent toujours de nos jours.

 

MAJ 02-09-2014 : Un article est paru cette année sur ce sujet précis et plus largement sur le sujet des dissimulations évidentes de certaines preuves archéologiques et historiques remettant en question la version confortant les idéologies au pouvoir. En voici un extrait, auquel j'ajouterai mon article sur la découverte d'une toute aussi évidente dissimulation archéologique du côté de la Nouvelle-Zélande (et de l'Australie via d'autres articles) :

" Découvertes archéologiques dissimulées par des autorités archéologiques, comme la célèbre Institution Smithsonian, gérée par le gouvernement fédéral américain. L’appellation de cet organisme, basé à Washington, vient du nom du généreux donateur britannique James Smithson qui aurait légué au 19ème siècle plus de 500.000 dollars aux États-Unis d’Amérique. Il est curieux que ce Smith n’ait jamais mis les pieds là-bas…

Le site internet du Smithsonian est ICI.

Bref, on pourrait donner à cet article de David Childress  (né en 1957 en France, vit aux US, auteur de nombreux livres comme « la technologie des dieux »), qui révèle la présence possible de populations égyptiennes en Arizona, le sous-titre de "Smithsoniangate" .

Dissimulations archéologiques ?

Par David Hatcher Childress

" Qui contrôle le passé, contrôle le futur. Qui contrôle le présent, contrôle le passé ". George Orwell, 1984

Nous avons presque tous en mémoire la dernière scène du film populaire sur les aventures archéologiques d’Indiana Jones, Les Aventuriers de l’Arche Perdue, où un important artefact historique, l’Arche d’Alliance du temple de Jérusalem est enfermée dans une caisse et placée dans un gigantesque entrepôt, invisible pour toujours, empêchant ainsi toute réécriture des livres d’histoire et toute remise en question des cours donnés par les professeurs d’histoire sur les quarante années précédentes.

Bien que le film soit une fiction, la scène pendant laquelle l’ancienne relique est enterrée dans l’entrepôt est désagréablement proche de la réalité pour de nombreux spécialistes de la recherche. Pour ceux qui enquêtent sur les allégations de dissimulations archéologiques, il existe des indications perturbantes sur le fait que l’institut archéologique le plus important des USA, l’Institut Smithsonian, agence fédérale indépendante, aurait sérieusement supprimé certaines découvertes archéologiques américaines les plus intéressantes et les plus importantes.

Le Vatican a été longtemps accusé de conserver des artefacts et d’anciens livres dans ses vastes sous-sols sans permettre au monde extérieur d’y accéder. Ces trésors secrets, de nature souvent controversée sur le plan historique ou religieux, auraient été supprimés par l’Église catholique parce qu’ils pouvaient nuire à la crédibilité de l’église ou mettre peut-être en doute leurs textes officiels. Il y a malheureusement des preuves que quelque chose de très semblable se soit produit avec l’Institut Smithsonian.

Le Smithsonian a été créé en 1829 lorsqu’un britannique excentrique, du nom de James Smithson, mourut en laissant 515.169 $ pour créer une institution " en vue d’un accroissement de la connaissance et de sa diffusion parmi les hommes ". Des preuves indiquent, hélas, que le Smithsonian s’est montré depuis un siècle plus actif à supprimer la connaissance… qu’à la diffuser.

La dissimulation et la suppression de preuves archéologiques auraient commencé fin 1881 quand John Wesley Powell, archéologue rendu célèbre pour son exploration du Grand Canyon, nomma Cyrus Thomas comme directeur de la Section des Tumulus du Bureau d’ethnologie de l’institut SmithsonianQuand Thomas arriva au Bureau d’ethnologie il " croyait fermement à l’existence d’une race de bâtisseurs de tumulus [Mound Builders], différente de la race amérindienne " Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

 

Atlityamreconstitution1

Une reconstitution du site d'Atlit Yam, englouti il y a 10 000 ans environ

 

L'excavation sous-marine, le forage de puits et la modélisation informatique suggèrent qu'un paléo-tsunami massif a frappé près de l'ancienne colonie de Tel Dor (qui n'existait pas à cette époque) il y a entre 9,910 à 9,290 ans (11,700 à 10,500 ans Calibrés BP), selon une étude publiée le 23 décembre 2020 dans la revue en libre accès PLOS ONE par Gilad Shtienberg, Richard Norris et Thomas Levy du Scripps Center for Marine Archaeology, University of California, San Diego, USA, et des collègues de l'Utah State University et de l'Université de Haïfa en Israel.

Les tsunamis sont un événement relativement courant le long de la côte est de la Méditerranée, avec des enregistrements historiques et des données géographiques montrant un tsunami par siècle au cours des six mille dernières années. En Méditerranée orientale ( figure 1 ), les tsunamis sont fréquents, se produisant à un rythme d'environ huit événements par siècle dans la région de la mer Égée au cours du passé ca. 2 000 ans et environ dix par siècle au cours des 3 000 dernières années dans le bassin du LevantLa plupart de ces événements sont de petite taille et n'ont que des impacts locaux. Cependant, 23 gisements de tsunami ont été reconnus dans la région depuis env. 6 000 ans, soit en moyenne un événement suffisamment grand pour quitter le faciès sédimentaire du tsunami tous les ~ 160 ans, ce qui suggère qu'il s'agit d'un phénomène répandu. L'enregistrement des événements antérieurs de tsunamis, cependant, est moins défini. Dans cette étude, Shtienberg et ses collègues décrivent un grand gisement de tsunami du début de l'Holocène (entre 9 910 et 9 290 ans - C14 non calibré) dans les sédiments côtiers de Tel Dor au nord-ouest d'Israël, une ville-monticule maritime occupée à partir de la période du bronze moyen II (2000-1550 avant notre ère) à travers la période des Croisés.

 

Journal pone 0243619 g001

Fig 1. Geological sketch of the eastern Mediterranean modified after natural earth (https://www.naturalearthdata.com in the public domain), showing the main near-shore sediment transport mechanism (black arrows), selected thrusts (CA–Cypriot Arc) and major fault lines (CF- Carmel fault; DSF- Dead Sea Fault system; SF- Seraghaya fault; MF-Missyaf fault; YF-Yammaounch fault; submarine landslides as well as tsunami deposits, geomorphological tsunami features and documented tsunami events.

The name compilation of the sites presented in the figure are: 1a-2a (Alexandria); 3a (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4a-8a (Caesarea Marittima, Jiser al-Zarka); 9a (Byblos, Senani Island); 10a (Elos); 11a (Gramvousa, Balos, Falasarna, Mavros, Stomiou, Gramenos, Paleochora); 12a (Western Crete); 13a (Palaikastro); 14a (Pounta); 15a (Limni Moustou); 16a (Pylos, Porto Gatea, Archangelos, Elaphonisos); 17a (Limni Divariou); 18a (Santorini); 19a (Balos bay); 20a (Thera); 21a (Dalaman); 22a (Didim) for the previously dated tsunami deposits and 1 (Lebanon, Israel, Syria); 2 (levant coast); 3 (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4 (S-E Cyprus); 5 (Akko); 6 (Yaffo); 7–8 (S-E Cyprus); 9–11 (Levant coast); 12 (The Nile cone); 13 (Lebanon); 14 (Levant coast); 15 (southern turkey); 16 (Cyprus); 17 (Israel); 18 (Lebanon–Israel) for the previously dated tsunami events. Further details regarding the tsunami data are discussed in S1 and S2 Tables.

 

Le paléo-tsunami peut être la raison pour laquelle les enquêtes archéologiques précédentes n'ont trouvé aucune preuve de villages côtiers de basse altitude dans la région sur une période de 4000 ans.

Pour mener leur analyse, les auteurs ont utilisé des techniques de télédétection photogrammétriques pour créer une maquette numérique du site Tel Dor, combinée à des fouilles sous-marines et des forages terrestres jusqu'à une profondeur de neuf mètres.

Le long de la côte de la zone d'étude, les auteurs ont trouvé une couche marine impactée brutalement et une couche de sable avec un âge de contrainte il y a 9 910 à 9 290 ans (non calibrés), au milieu d'une grande couche de zone humide ancienne s'étendant de 15 000 à 7 800 ans. Les auteurs estiment que la vague capable de déposer des coquillages et du sable au milieu de ce qui était à l'époque une zone humide fraîche à saumâtre (marais) a dû parcourir 1,5 à 3,5 km, avec une hauteur de vague côtière de 16 à 40 m. À titre de comparaison, les événements de tsunami précédemment documentés dans l'est de la Méditerranée n'ont parcouru que 300 m à l'intérieur des terres, ce qui suggère que le tsunami à Dor a été généré par un mécanisme beaucoup plus puissant. Les tsunamis locaux ont tendance à se produire en raison de tremblements de terre dans le système de faille de la mer Morte et de glissements de terrain sous-marinsles auteurs notent qu'un tremblement de terre contemporain du paléo-tsunami Dor (datant d'environ 10,000 ans) a déjà été identifié à l'aide de dommages causés sur des grottes dans la crête voisine du Carmel, ce qui suggère que ce tremblement de terre spécifique aurait pu déclencher un glissement de terrain sous-marin provoquant le tsunami massif à Dor.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Fabrication de pate d'ivoire ramolli lors de l'âge de glace?

Fabrication de pate d'ivoire ramolli lors de l'âge de glace ?

 

Ivoireramolli ivoiregrave siberiesudrussie

Alors que les scientifiques ne peuvent pas encore comprendre pourquoi ces formes ont été fabriquées, la technique de fabrication de la `` pâte à modeler '' les aide à se rendre compte que ces peuples anciens avaient des compétences beaucoup plus grandes qu'ils ne l'imaginaient. Photo: Evgeny Artemyev

 

C'est une possible découverte très étonnante et qui demande bien sûr des études poussées de niveau international si les choses sont confirmées. Le Dr Evgeny Artemyev, qui travaille pour le laboratoire d'archéologie et de paléogéographie de Krasnoïarsk de la Sibérie moyenne, et l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, depuis 1990 sur ce site archéologique connu, a réexaminé récemment les découvertes faites au début des années 2000 et publie ses premières conclusions surprenantes.

L'archéologue affirme en effet que " Les préhistoriques ont développé une technique pour fabriquer un matériau semblable à de la pâte à modeler à partir d'ivoire de mammouth ". La compétence de ramollissement de l'ivoire a été utilisée il y a plus de 12 000 ans pour fabriquer des outils - ou des décorations - qui déroutent encore la science moderne.

En effet, une douzaine de barres d'ivoire allongées solides fabriquées à partir d'ivoire ramolli et plusieurs figurines fabriquées à partir de parties spongieuses de gros os de mammouths et ressemblant à divers animaux ont été trouvées sur le site archéologique Afontova Gora-2 près de la rivière Yenisey à Krasnoïarsk.

 

Ivoireramolli ivoiregrave siberiesudrussie 1

Dr Evgeny Artemyev et des barres d'ivoire de mammouths modifiées. Photos: Evgeny Artemyev

 

Le Dr Evgeny Artemyev a déclaré que les figurines peuvent être soit des jouets de l'âge de glace fabriqués par des personnes qui peuplaient cette région de la Sibérie moderne, soit une forme d'art primitif. « Quand vous les regardez sous différents angles, ils ressemblent à différents types d'animaux. Il est possible que ce soit une nouvelle forme d'art paléolithique, dont la communauté scientifique internationale n'est pas encore au courant ", a déclaré l'archéologue.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Proxima Centauri : un signal radio étrange de plus

Proxima Centauri : un signal radio étrange de plus

 

Proxima centauri esa hubble nasa

Proxima Centauri (ESA/HUBBLE-NASA), l'étoile la plus proche de nous

 

Historiquement parlant, c'est le troisième signal de cette sorte qui est maintenant détecté en provenance de l'espace : des signaux ayant des caractéristiques techniques, distances et fréquences entrant dans le domaine de l'artificiel possible, et non encore résolus. Les milliers de “sursaut radio rapide” (FRB) maintenant repérés et même dans notre galaxie, ont pu être identifiés comme provenant de magnétars (des sortes de cadavres d'étoiles) disséminés dans l'univers visible. Mais deux signaux posaient encore question à la science, jusqu'au nouveau de Proxima Centauri, celui de "WOW !", dont j'ai parlé ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/astronomie-espace/le-signal-spatial-non-identifie-wow-localise.html

et celui de "SHGb02 + 14a": En mars 2003 Le projet Seti @ home, géré par l'Université de Californie à Berkeley avec des observations du radiotélescope Green Bank et du télescope Arecibo récemment effondré (mais qui va être reconstruit à priori), a également découvert un signal intrigant. La rafale d'ondes radio de 1420 MHz, connue sous le nom de SHGb02 + 14a, a été observée trois fois avant de disparaître. Le signal se trouve dans la zone tranquille du «trou d'eau» du spectre électromagnétique, que les scientifiques considèrent comme une bande intéressante pour les civilisations extraterrestres pour diffuser des signaux interstellaires.

 

Skymap sp 493

La bande de ciel étudiée par Arecibo : la trainée bleue foncée est notre galaxie, la ligne pourpre est la ligne de visée du télescope pour repérer les signaux radios.

 

" La tempête avait été déclenchée par un article du magazine New Scientist, qui a rendu compte du signal candidat le plus prometteur de SETI @ home à ce jour, et a spéculé sur ses origines possibles. Comme tous les 5 milliards de signaux potentiels de SETI @ home, ce candidat, étiqueté SHGb02 + 14a, s'est vu attribuer un score numérique représentant la probabilité statistique qu'il s'agit bien d'un signal extraterrestre intelligent. Son score relativement élevé l'a placé parmi les 200 «meilleurs candidats» sélectionnés pour les séances de réobservation ciblées qui ont eu lieu en mars 2003 à l'Observatoire de la radio d'Arecibo. Cependant, de tous les candidats ciblés lors des séances, SHGb02 + 14a était l'un des très rares à être confirmé lors des réobservations, et le seul dont le score à l'issue des séances a effectivement augmenté.

Bien que cela rende SHGb02 + 14a intéressant, les chances qu'il représente réellement un signal intelligent de l'au-delà restent extrêmement minces. Le hasard seul rendrait probable qu'au moins un des milliards de candidats détectés par SETI @ home soit observé à trois reprises, comme ce fut le cas pour ce candidat. De plus, comme nous l'avons signalé dans la mise à jour SETI @ home du 17 mai 2004, le fait que la fréquence de ce candidat dérive rapidement rend extrêmement improbable qu'il s'agisse d'une transmission d'extraterrestres. A cause de la dérive, a expliqué Werthimer, «si nous avions regardé le ciel même quelques secondes plus tard, nous n'aurions pas trouvé de correspondance» pour ce candidat. Un signal qui dérive si rapidement qu'il ne peut être entendu que quelques secondes à la fois à une fréquence donnée ne peut être détecté que par chance aveugle.

De plus, David Anderson, directeur du projet SETI @ home, de l'UC Berkeley, a souligné que SHGb02 + 14a est un candidat d'un type connu sous le nom de «gaussien à correction barycentrique». Une véritable transmission de ce type, a-t-il expliqué, resterait dans une fréquence à bande étroite plus ou moins fixe, et ne dériverait pas rapidement comme ce signal.

 

http://seticlassic.ssl.berkeley.edu/Candidates/SHGb02+14a/SHGb02+14a.html

" La fréquence du signal a une dérive rapide, ce qui correspondrait à son émission depuis une planète en orbite près de 40 fois plus vite que la Terre autour du Soleil. Chaque fois que le signal était détecté, il était à nouveau à environ 1420 MHz, la fréquence d'origine avant toute dérive."

Alors que les études sur le signal WOW ! aient repris suite aux dernières publications (voir lien de l'article mentionné plus haut et plus bas), voilà donc qu'une autre publication annonce la détection d'un signal radio inattendu en provenance du système stellaire le plus proche du nôtre, le triple système Alpha du Centaure, dont la plus proche de ses trois étoiles par rapport au Soleil s'appelle Proxima Centauri, une naine rouge autour de laquelle tourne pour l'instant deux planètes, dont l'une légèrement plus grosse que la Terre et dans une zone à priori habitable. Inutile de dire qu'un tel signal, possédant un certain pourcentage de possible artificialité, dans le voisinage immédiat de notre propre planète, paraît peu probable selon nos critères actuels et connaissances, y compris des lois du hasard. 

Cette fois-ci, un faisceau étroit d'ondes radio a été capté pendant 30 heures d'observations par le télescope Parkes en Australie en avril et mai de l'année dernière (2019). L'analyse du faisceau est en cours depuis tout ce temps et les scientifiques n'arrivent pas encore à identifier un coupable terrestre tel qu'un équipement au sol ou un satellite de passage.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'utilisation du meulage de pierre remonte à 350 000 ans !

Les premières preuves de l'outil de meulage de pierre remontent à 350000 ans ! 

 

Outils de meulage 350000ans montcarmel

 

La découverte montre que nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme différentes pièces.

Des outils «simples» ont été utilisés pour façonner des pièces pour des jeux lors de découvertes trouvées dans les grottes de Tabun au mont Carmel et publiées dans le Journal of Human Evolution par le Dr Ron Shimelmitz, le Dr Iris Goman-Yaroslavski, le professeur Mina Weinstein-Evron et le professeur Dani Rosenberg du Département d'archéologie de l'Université de Haïfa. Le site de Tabun a hébergé par intermittence des personnes il y a entre 500 000 à 40 000 ans et a été déclaré par l'UNESCO comme ayant une «valeur universelle» montrant les étapes de l'évolution humaine.

Cette découverte montre qu'il y a 350 000 ans, nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme des pièces différentes - un peu comme aujourd'hui où les différentes formes d'un jeu ont des valeurs différentes. Jusqu'en 2017, on pensait que l'Homo sapiens n'avait que 160000 ans. La découverte à Tabun permet de confirmer une découverte à Jebel Irhoud, au Maroc (voir lien en bas), qui suggérait que notre espèce est probablement plus proche de 350 000 ans.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Il y a 2,3 milliards d'années, une vie complexe a existé pendant 200 millions d'années

Il y a 2,3 milliards d'années, une vie complexe a existé pendant 200 millions d'années

 

faunegabon-2ga-fossile2.jpgCe fossile d'un organisme pluricellulaire, ici reconstitué en 3D par microtomographie X, a été découvert au Gabon, dans des roches vieilles de deux milliards d'années ! © Kaksonen, photothèque CNRS

L'étude des plus vieux fossiles pluricellulaires connus et présentés au public en 2010 bouleverse une nouvelle fois les fausses réalités apprises consciemment ou non quant aux théories approuvées jusqu'à présent. Cette étude révèle non seulement de nouvelles données sur notre atmosphère passée et le taux de son oxygène, mais prouve que, pendant au moins 200 millions d'années, grâce au premier gros apport en oxygène sur la planète, une vie complexe et pluricellulaires s'est largement développée (avec des tailles de 1 centimètre à 25 centimètres) il y a 2,3 milliards d'années. Certes, les seuls fossiles jamais trouvés ne sont que ces masses pluricellulaires, ce qui ferait penser que la chute prouvée du taux d'oxygène 200 millions d'années après aurait empêché un développement complet et une évolution. Mais méfions-nous des pensées faciles si souvent détrompées en pensant au développement très rapide après l'autre grosse "invasion d'oxygène" dans l'atmosphère au Cambrien, il y a un peu plus de 500 millions d'années, et aussi au simple fait que notre propre civilisation et notre histoire complète sont assez petites en durée, même par rapport aux premiers 200 millions d'années...

Citation de Quentin Mauguit, Futura-Sciences : " Après sa formation, notre atmosphère comportait environ 100.000 fois moins de dioxygène (O2) qu’aujourd’hui, de quoi fortement limiter le développement de formes de vie complexes. Cependant, cela n’a pas empêché l’apparition de la photosynthèse il y a 3,8 milliards d’années, durant le Précambrien. Elle était alors pratiquée par des cyanobactéries qui libérèrent de grandes quantités d’oxygène dans les océans. Seulement voilà, il s’est d’abord lié avec des composés ferreux présents dans l’eau (précipitation d’hématite et de magnétite).

Ainsi, il a fallu attendre qu’une grande partie du fer marin soit consommé avant que de l’oxygène ne soit libéré en masse dans l’atmosphère, ce qui est arrivé voici 2,3 milliards d’années lors de la Grande Oxygénation. Ensuite, de nombreux ouvrages expliquent que sa concentration n’a fait qu’augmenter par plateau pour atteindre sa valeur actuelle : ils se trompent ! Le taux atmosphérique d’O2 n’a cessé de monter puis de redescendre durant l’histoire de notre planète. Une nouvelle étude publiée par Donald Canfield de l’université du Danemark du Sud dans la revue Pnas, dans le cadre d’un projet coordonné par Abderrazak El Albani, de l’université de Poitiers, vient de nous le rappeler.

Les fluctuations de la concentration en oxygène dans l’atmosphère ne sont pas sans conséquence sur l’environnement, notamment d’un point de vue géologique. Ainsi, en analysant des roches sédimentaires trouvées au Gabon, grâce à différents marqueurs (isotopes du molybdène et carbone 13, entre autres), les chercheurs sont parvenus à retracer l’évolution du taux d’O2 dans l’air durant une période qui s’étend de -2,150 à -2,080 milliards d’années, donc un peu plus de 200 millions d’années après la Grande Oxygénation. Voici deux milliards d'années, la concentration atmosphérique en oxygène aurait été au plus bas !

fossils-2mdans.pngCes fossiles sont ceux d'êtres pluricellulaires qui ont vécu voici deux milliards d'années. Plus de 500 individus ont été récoltés à ce jour. Certains ne font que 1 cm de long, tandis que d'autres atteignent 25 cm. © Abderrazak El Albani

Les sédiments marins montent, l’oxygène descend

En effet, les sédiments les plus anciens (-2,150 milliards d’années) étaient plus riches en carbone que les roches les plus jeunes (-2,080 milliards d’années). Mais comment l’expliquer ? Durant la Grande Oxygénation et les 200 millions d’années qui ont suivi, des organismes photosynthétiques ont produit de l’oxygène tout en intégrant du carbone. Une fois morts, ils ont précipité vers les fonds marins, provoquant ainsi un stockage du carbone dans les sédiments marins. Ayant moins de possibilités d’interagir, l’oxygène se serait alors accumulé dans l’atmosphère.

L’astuce, c’est qu’il réagissait également avec des roches terrestres, les érodant progressivement. Les précipitations ont alors emporté des nutriments (phosphore et fer, par exemple) vers les océans, où ils ont favorisé le développement des micro-organismes, et donc la capture d’encore plus de carbone. Ce cycle aurait pu se poursuivre sans fin mais… des sédiments marins ont fini par remonter en surface, probablement par le jeu de la tectonique des plaques (YH : notons ici tout de suite que le même phénomène peut aussi se produire à cause de la fonte du permafrost sibérien et canadien, et que la tectonique des plaques n'est peut-être pas la principale raison, mais plutôt les changements climatiques...). La matière organique accumulée au fil du temps se serait alors massivement oxydée, ce qui aurait consommé une grande fraction de l’oxygène présent dans l’atmosphère, en produisant du CO2 en retour.

Un essai évolutif abordé par la raréfaction de l’oxygène

Grâce à d’autres travaux réalisés par la même équipe, nous savons également que le taux d’oxygène a à nouveau augmenté voici 1,9 à 1,8 milliard d’années, avant de finalement baisser à un niveau qui a limité le développement de formes de vie complexes durant un milliard d’années. La suite… nous la connaissons. Il y a 542 millions d’années environ, l’oxygène a atteint une concentration qui a permis à la vie de se développer rapidement : il s'agit de l’explosion cambrienne.

Ce qui n’a pas encore été dit, c’est que ces analyses ont été réalisées sur des roches qui entourent des fossiles d’êtres pluricellulaires présentés en 2010. Or, plus aucun organisme complexe n’a été observé dans les roches du Paléoprotérozoïque après la chute drastique de la concentration en oxygène. Selon Abderrazak El Albani, nous pouvons dès lors imaginer la théorie suivante : des formes de vie complexes n’auraient-elles pas essayé de se développer voici deux milliards d’années, avant que les conditions environnementales ne mettent fin à cet essai évolutif ? "

Sources : www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-precambrien-oxygene-atmospherique-eu-hauts-bas-49811/#xtor=RSS-8

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-fossile-de-2-2-milliards-d-annees-bouleverse-l-evolution-classique.html

Yves Herbo-SFH-10-2013, up 12-2020

France : un bébé néandertalien de 2 ans enterré avec égard

France : un bébé néandertalien de 2 ans enterré avec égard

 

Neandertalien

Enfant néandertalien, reconstitution

 

Nous ne savons pas si c'était un garçon ou une fille. Mais cet enfant, un Néandertalien, n'a atteint l'âge que d'environ deux ans. Même si la majorité des spécialistes penchent maintenant vers des enterrements volontaires et organisés par les néandertaliens, les scientifiques qui peuvent encore avoir des doutes doivent maintenant prendre en compte cette nouvelle étude des ossements de ce site célèbre du sud-ouest de la France, La Ferrassie.

Cette courte vie, vécue il y a environ 41 000 ans, est la dernière découverte de ce site connu, puisque les restes de plusieurs Néandertaliens y ont été retrouvés, y compris la découverte la plus récente, l'enfant, connue uniquement sous le nom de La Ferrassie 8.

Lorsque les vestiges antiques ont été découverts pour la première fois - la plupart à divers stades du début du XXe siècle - les archéologues avaient supposé déjà que les squelettes représentaient des sépultures intentionnelles, les Néandertaliens déposant leurs parents décédés au repos sous la terre. Néanmoins, les partisans d'un plus grand anthropocentrisme (centré sur l'homme moderne), se basant aussi sur le fait que les techniques archéologiques et à la tenue de registres utilisées dans le passé, étaient des méthodes désuètes et peu fiables, se posent encore la question de savoir s'il s'agissait vraiment de cérémonies funéraires : si les néandertaliens enterraient leurs morts comme ça ou si il y avait réellement un rite derrière. 

Avec un tel mystère en tête, une équipe dirigée par des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Muséum national d'histoire naturelle en France a mené une réévaluation approfondie des vestiges antiques de La Ferrassie 8, qui ont été conservés au musée pendant près de 50 ans après avoir été découverts entre 1970 et 1973.

" La découverte et le contexte de ce squelette ont généralement été considérés comme mal documentés, mais en fait cette carence provient d'un manque de traitement nécessaire des informations et des matériaux de La Ferrassie liés à l'avant-dernière phase de fouille (1968-1973) ", les chercheurs écrivent dans leur nouveau papier.

" En effet, une énorme quantité de données restait non évaluée avant notre étude actuelle. "

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Un hominidé en Californie il y a 130 000 ans ?

Un hominidé en Californie il y a 130 000 ans, une autre confirmation ?

 

Stones feat 680 california2Une nouvelle étude ajoute à la preuve que la proposition controversée selon laquelle les pierres et les os de mastodonte précédemment excavés en Californie, y compris ceux présentés ici, représentent la première preuve connue de l'activité humaine dans les Amériques, il y a 130 000 ans. LARRY AGENBROAD

 

Depuis 2017, un débat scientifique houleux s'est établi entre spécialiste au sujet d'une étude de l'époque affirmant qu'il y a environ 130000 ans, une espèce Homo non identifiée utilisait des outils en pierre pour briser les os d'un mastodonte près de ce qui est aujourd'hui San Diego, en Californie. Si cela est vrai, cela signifierait que les humains ou l'un de nos proches parents évolutifs ont atteint les Amériques au moins 100 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, remodelant considérablement la compréhension des scientifiques sur le moment où la région a été colonisée ( SN: 26/04/17 ). J'avais traduit les données d'ailleurs à cette époque : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/important-l-homme-en-amerique-il-y-a-130000-ans.html

 

Les critiques se sont demandé à l'époque si les pierres déterrées étaient réellement utilisées comme outils. Et d'autres chercheurs ont suggéré que des marques d'outils supposées sur les os auraient pu être créées lorsque les os étaient transportés par des cours d'eau rapides ou causés par des activités de construction qui ont partiellement exposé le site de Californie avant son excavation en 1992 et 1993.

Mais de nouvelles analyses renforcent l'affirmation controversée, dit une équipe qui comprend certains des chercheurs impliqués dans la découverte initiale. Des résidus chimiques d'os apparaissent sur deux pierres précédemment trouvées parmi les restes de mastodontes sur le site de Cerutti Mastodon, rapportent les scientifiques dans le Journal of Archaeological Science: Reports de décembre 2020. Les deux roches de Cerutti montrent également des signes d'avoir porté ou reçu des coups durs là où des résidus osseux se sont accumulés, selon l'équipe. La plus grosse pierre peut avoir servi de plate-forme sur laquelle les os ont été brisés avec la pierre plus petite, éventuellement pour enlever la moelle pour manger ou pour obtenir des morceaux d'os appropriés pour la mise en forme en outils.

« De nombreux coups répétés sont susceptibles d'avoir créé les concentrations d'os brisés [de mastodonte] » trouvés sur le site, explique Richard Fullagar, géoarchéologue à l'Université de Wollongong en Australie qui faisait également partie de la recherche originale. Des hominidés - peut-être des Néandertaliens, des Denisoviens, des Homo erectus ou des Homo sapiens - ont battu les restes de la grande créature lors d'une ou peut-être plusieurs visites sur le site, affirme Fullagar.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Navigation de Taiwan aux îles Ryukyu il y a plus de 30000 ans

Navigation de Taiwan aux îles Ryukyu il y a plus de 30000 ans

 

Tete jonagumi

Yonaguni, Japon

 

Dans une publication parue dans Nature, Scientific ReportsDOI: 10.1038 / s41598-020-76831-7Yosuke Kaifu de l'Université de Tokyo et ses collègues précisent l'ancienne colonisation de l'archipel de Ryukyu (où se trouve la toujours discutée structure de Yonaguni) en argumentant que les anciens l'ont fait en voyageant au nord-est de Taiwan - un voyage qui impliquait des traversées océaniques de dizaines à centaines de kilomètres pour sauter d'île en île.

Les sites archéologiques sur plusieurs des îles Ryukyu suggèrent que les humains ont atteint les îles il y a environ 30 000 à 35 000 ans.

 

Isena island japon

Izena Island, Ryukyu archipel, Japan  - https://www.atlasobscura.com/users/caitlinfrunks



D'après leur étude et même reconstitution, les humains de l'âge de pierre ont traversé la mer de Taiwan aux îles Ryukyu du sud-ouest du Japon il y a des dizaines de milliers d'années - et il semble qu'ils l'ont fait délibérément, même si les îles sont trop éloignées pour être visibles de manière fiable depuis Taiwan.

Cette colonisation par voie maritime n'est pas discutée par la science, car ces îles en étaient déjà à cette période, mais on ignorait si la colonisation s'était produite par accident ou volontairement. Pour avoir une plus grande certitude dans un sens ou l'autre, les scientifiques se sont donc attelés à l'étude des courants, de plusieurs manières.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Colombie : des milliers de pétroglyphes de 12500 ans découverts

Colombie : des milliers de pétroglyphes de 12500 ans découverts

 

Colombie0

Beaucoup de peintures sont très hautes, similaires à celles du site voisin de Cerro Azulcertaines si hautes qu'elles ne peuvent être atteintes que par des drones. Photographie: Marie-Claire Thomas / Wild Blue Media

 

Des dizaines de milliers de peintures de la période glaciaire sur une falaise mettent en lumière des personnes et des animaux d'il y a 12500 ans

L'une des plus grandes collections d'art rupestre préhistorique au monde a été découverte dans la forêt amazonienne.

Saluée comme «la chapelle Sixtine des anciens», les archéologues ont trouvé des dizaines de milliers de peintures d'animaux et d'humains créés il y a jusqu'à 12 500 ans sur des parois de falaises qui s'étendent sur près de huit kilomètres en Colombie.

Leur date est en partie basée sur leurs représentations d'animaux de la période glaciaire maintenant éteints, tels que le mastodonte, un parent préhistorique de l'éléphant qui n'a pas parcouru l'Amérique du Sud depuis au moins 12000 ans. Il y a aussi des images du paléolama, un camélidé éteint, ainsi que des paresseux géants et des chevaux de l'ère glaciaire.

Ces animaux ont tous été vus et peints par certains des tout premiers humains à atteindre l'Amazonie. Leurs images donnent un aperçu d'une ancienne civilisation perdue. Telle est l'ampleur des peintures qu'il faudra des générations pour les étudier.

La découverte a été faite l'année dernière, mais a été gardée secrète jusqu'à présent car elle a été filmée pour une série majeure de Channel 4 qui sera projetée en décembre: Jungle Mystery: Lost Kingdoms of the Amazon.

Le site se trouve dans la Serranía de la Lindosa où, avec le parc national de Chiribiquete, d'autres œuvres d'art rupestre ont été découvertes . La présentatrice du documentaire, Ella Al-Shamahi, archéologue et exploratrice, a déclaré à l'Observer : " Le nouveau site est tellement nouveau qu'ils ne lui ont même pas encore donné de nom ". Elle a parlé de l'excitation de voir des images « à couper le souffle » créées il y a des milliers d'années.

La découverte a été faite par une équipe anglo-colombienne, financée par le Conseil européen de la recherche. Son chef est José Iriarte, professeur d'archéologie à l'Université d'Exeter et grand expert de l'histoire amazonienne et précolombienne.

 

Colombie2

Il y a de nombreuses empreintes de mains parmi les images sur la falaise, similaires à celles du site voisin de Cerro Azul. Photographie: Marie-Claire Thomas / Wild Blue Media

 

Il a dit: " Quand vous êtes là, vos émotions coulent… Nous parlons de plusieurs dizaines de milliers de peintures. Il faudra des générations pour les enregistrer… A chaque tour que vous faites, c'est un nouveau mur de peintures. Nous avons commencé à voir des animaux qui sont maintenant éteints. Les photos sont si naturelles et si bien faites que nous avons peu de doutes sur le fait que vous regardez un cheval, par exemple. Le cheval de l'ère glaciaire avait un visage lourd et sauvage. C'est tellement détaillé, on peut même voir les crins du cheval. C'est fascinant."

Les images incluent des poissons, des tortues, des lézards et des oiseaux, ainsi que des gens qui dansent et se tiennent la main, entre autres scènes. Une figure porte un masque ressemblant à un oiseau avec un bec.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

La maison d'enfance de Jésus découverte ?

La maison d'enfance de Jésus découverte ?

 

Nazareth jesus house

Une photo de la maison du 1er siècle où l'archéologue Ken Dark pense que Jésus-Christ a probablement vécu enfant, montrant l'un de ses murs taillés dans la roche. Photo K.R. Dark

 

Alors qu'il faisait une étude sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin, le professeur Ken Dark, de l'Université de Reading, pendant qu'il étudiait le couvent des Sœurs de Nazareth, lui-même bâti sur une église de l'époque byzantine, pense avoir découvert la réalité de la maison d'enfance de Jésus de Nazareth, sous cette église byzantine.

Il a dit: " Je ne suis pas allé à Nazareth pour trouver la maison de Jésus, je faisais en fait une étude  sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin. Personne n'aurait pu être plus surpris que moi ".

Le professeur Ken Dark a passé 14 ans à étudier les vestiges de l'habitation du Ier siècle sous un couvent moderne.

Il a dit que les ruines ont été suggérées pour la première fois comme la maison de Jésus, Marie et Joseph au 19ème siècle, cependant, l'idée a été rejetée par les archéologues dans les années 1930.

Le site est resté largement oublié depuis lors, jusqu'à ce que le professeur Dark lance un projet en 2006 pour réexaminer le site.

Il a expliqué: " Nous savons d'après des preuves écrites que cette église, à l'époque byzantine, aurait été construite sur le site de la maison de Jésus et de l'habitation conservée dans sa crypte.

" C'est presque certainement l'Église de la Nutrition, qui était dédiée à l'éducation du Christ et mentionnée dans le récit d'un pèlerin du 7ème siècle."

 

Nazareth byzantine church jesus house

L'entrée de la grotte d'une église du IVe siècle sur le site des Sœurs de Nazareth en Israël. L'église était énorme, richement décorée, et l'archéologue Ken Dark pense qu'il s'agissait probablement de la cathédrale byzantine de Nazareth, construite au sommet de la maison où Jésus-Christ a pu vivre enfant. Photo K.R. Dark

 

Le professeur Dark a déclaré que son travail a identifié la maison comme datant du 1er siècle et révèle que le bâtiment a été sculpté dans une colline rocheuse.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Le signal spatial non identifié WOW ! localisé ?

Le signal spatial non identifié "WOW" localisé un proximité d'un soleil jumeau ?

 

Regions ciel origine signal wow 1

Les deux régions du ciel desquelles peut provenir le signal Wow ! région de l'espace dans la constellation du Sagittaire - Crédits : Pan-STARRS/DR1

 

J'en avait parlé un peu vers le milieu de cet ancien article ci-dessous, le signal "WOW!", capté le 15 août 1977 par le grand radio télescope de l'Université de l'Ohio (Big ear), refait parler de lui aujourd'hui :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/astronomie-espace/mysterieux-sursauts-radios-intergalactiques-observes-a-parkes.html

L'astronome amateur Antonio Paris avait annoncé en 2017 qu'il avait probablement résolu l'énigme du fameux signal « Wow! » capté en 1977 par l'un des radiotélescopes du programme Seti, en l'attribuant au nuage d'hydrogène de grande taille entourant la chevelure d'une comète dont on ignorait l'existence à l'époque et qui a été détectée seulement dans les années 2000 : 266/P Christensen. Mais depuis, ses recherches ont été annulées, car il a été prouvé que cette comète ne se trouvait pas du tout à cet endroit en 1977, et que, de toute façon, un nuage d'hydrogène galactique ne pouvait correspondre à une telle détection.

C'est un autre astronome amateur, Alberto Caballero, qui a longuement analysé la base de données publique extrêmement détaillée du satellite Gaïa, spécialisé dans l'étude de notre galaxie, qui affirme avoir localisé l'origine de ce mystérieux signal radio, pouvant être interprété comme artificiel, donc provenant d'une civilisation extraterrestre utilisant, comme nous, des ondes radios pour communiquer.

 

5e4c3d3e96 50170421 signal wow

© Big Ear Radio Observatory and North American Astrophysical Observatory

 

Parmi les milliers d'étoiles recensées dans la région par cette base de données de Gaia et les quelques dizaines jugées potentiellement intéressantes, une seule a été retenue. L'étoile 2MASS 19281982-2640123 est une sorte de sosie de notre Soleil. Elle présente la même température, le même rayon et la même luminosité que notre étoile. La source du signal « Wow ! » pourrait se situer dans ses environs, une exoplanète qu'elle hébergerait. Et ce type d'étoile, tout comme le nôtre, n'émet pas de signaux étranges comme ceux détectés régulièrement, et plutôt attribués à des magnétars actuellement...

Notons tout de suite que ce soleil similaire au nôtre est très loin, situé à 1.800 années-lumière de la Terre. Bien sûr, ces nouvelles données vont être examinées et recalculées, discutées par la communauté scientifique. Rien de certain pour l'instant, mais cela relance le mystère et l'intérêt de la science sur ce signal unique.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Découverte de plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

Découverte de la plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

 

2012, MAJ 04-2015, MAJ 11-2020

 

bulgarie1.jpg

 

Les archéologues bulgares confirment la découverte de la plus ancienne cité préhistorique connue à ce jour, près de la ville moderne de Prodavia, dans le nord-ouest de la Bulgarie. Cette cité entourée de parois fortifiées a probablement été un centre important pour la production de sel, denrée très importante à l'époque. L'époque ? On parle là d'une cité érigée, creusée dans la roche entre 6700 et 6200 ans avant maintenant ! 1500 ans avant les balbutiements de la première Grèce antique...

Sa découverte, à cet endroit, explique peut-être le fabuleux trésor en or découvert pas très loin, il y a 40 ans : le plus ancien trésor en or au monde jamais trouvé jusqu'à présent... Les archéologues ont estimé que la petite ville avait pu contenir environ 350 personnes, et que les habitants faisaient bouillir de l'eau à partir d'une source locale et l'utilisaient pour fabriquer des briques de sel. Ces briques étaient probablement échangées contre d'autres denrées non locales (ou complétaient une organisation plus globale concernant plusieurs cités ou tribus (des chasseurs, des mineurs, des pêcheurs, des cueilleurs, des éleveurs, etc...) et servaient surtout à conserver la viande, d'où l'importance du lieu. Un autre trésor découvert d'ailleurs en 2012https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-tresor-archeologique-de-bijoux-en-or-de-2300-ans-decouvert-en-bulgarie.html

Important car, et c'est aussi unique en Europe pour l'instant, cette petite cité est en effet entourée d'une paroi d'énormes et hauts murs défensifs entourant le lieu de production. Les fouilles ont démarré en 2005, avec la découverte des restes de plusieurs maisons à deux étages, d'une série de fosses utilisées pour des rituels, ainsi que les structures d'un pont et de bastions. Une petite nécropole ou cimetière a commencé a être dégagée très récemment et est en train d'être analysée par les archéologues.

Remarquez la disposition particulière des corps enterrés : disposés sur le coté mais leurs têtes soutenues par leur mains jointes, sur une sorte de piédestal, et dirigées vers le ciel ou une direction précise.

Nous ne parlons pas d'une ville comme les ville-état grecs, de la Rome antique ou des villages médiévaux, mais sur ce que les archéologues sont d'accord pour dire qu'elle constituait une ville du cinquième millénaire avant JC, " a déclaré à l'agence de presse AFP Vasil Nikolov, un chercheur de l'Institut national d'archéologie de Bulgarie.L'archéologue Krum Batchvarov de l'institut a dit que la dernière trouvaille était « extrêmement intéressante ». « Les énormes murs autour de la colonie, qui ont été construits très grands et avec de gros blocs de pierre ... sont aussi quelque chose d'inconnu dans les fouilles de sites préhistoriques dans le sud-est de l'Europe jusqu'à  ce jour," a-t-il déclaré à l'AFP.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite