Amazonie

Brésil : Une amazonienne parle des pyramides du Xingu

Brésil : Une amazonienne parle des pyramides du Xingu

 

Floresta amazonia

 

Un nouveau contact portugais, qui m'a été envoyé par mon ami Gilles Thomas, auquel je pense souvent (ceux qui le connaissent savent pourquoi), m'a indiqué une vidéo intéressante au sujet des pyramides amazoniennes de la région brésilienne du Xingu, dont j'ai déjà parlé il y a quelque temps (voir les liens en bas de cet article).

Le principal problème est que cette native amazonnienne, du peuple des Kalapalo du Xingù parle évidemment un portugais brésilien utilisant aussi des mots indiens et que je voulais avoir une traduction française. Ce contact a pu me faire une assez bonne traduction en français, que j'ai amélioré.

Ysani Kalapalo nous parle donc des pyramides présentes du bas au haut Xingù, dont plusieurs sont inconnues, nous explique les mythes et histoire de son peuple à leur sujet et les raisons pour lesquelles ils les gardent secrètes. Il semble que cette représentante de son peuple (elle n'est pas la seule) soit celle qui a été reçue par l'ONU l'année dernière.

Voici donc ci-dessous la vidéo intégrale de son intervention et des traductions en français et en anglais dessous :

Lire la suite

Amazonie : preuves d'une communauté évoluée il y a 10600 ans

Amazonie : premières preuves d'une communauté évoluée il y a 10600 ans

 

Amazonie bolivie 500

 

Une communauté est considérée comme évoluée quand elle commence a enterrer ses morts dans des sites précis et à modifier son environnement. C'est bien le cas ici...

Un nouveau communiqué de presse (24-04-2019) émanant de l'Université Park de Pennsylvanie, USA, précise les choses au sujet de la présence d'une communauté ancienne dans la région Llanos de Moxos dans le sud-ouest de l'Amazonie, en Bolivie. On sait que cette région contenait des sociétés complexes il y a au minimum 2500 ans, mais les dernières fouilles et découvertes repoussent la présence d'une communauté humaine déjà évoluée au début de l'holocène, il y a 10600 ans. Communauté humaine n'ayant pas une simple structure de chasseurs-cueilleurs mais déjà évoluée car enterrant ses morts dans des endroits précis et ayant évolué au point de cultiver certains légumes et plantes...

Voyons ce que dit ce communiqué de presse au sujet de cette étude qui a regroupé des anthropologues, géographes et archéologues internationaux : Blaine Maley, président de l’anatomie, Idaho College of Osteopathic Medicine; Carlos Zuna, étudiant en archéologie à l'Universidad Mayor de San Andres; Heinz Veit, directeur de l'Institut de géographie de l'Université de Berne; et Douglas Kennett, professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Santa Barbara.

" Des humains se sont installés dans le sud-ouest de l'Amazonie et ont même expérimenté l'agriculture beaucoup plus tôt que prévu "

Résumé de la publication : L’Amazonie a été témoin de l’émergence de sociétés complexes, il y a 2500 ans, qui ont modifié les paysages tropicaux grâce à une agriculture intensive et à la gestion de systèmes aquatiques. Cependant, on sait très peu de choses sur le contexte et les conditions qui ont précédé ces transformations sociales et environnementales. Nous démontrons ici que les îles forestières des Llanos de Moxos, dans le sud-ouest de l’Amazonie, renferment des sépultures humaines et qu’elles représentent les premières colonies de peuplement de la région il y a entre 10 600 et 4 000 ans. Ces sites archéologiques et leur contenu représentent les premières preuves de l'existence de communautés ayant connu des conditions propices à la production alimentaire, telles que la stabilité de l'environnement, la perturbation des ressources et la territorialité accrue des basses terres tropicales amazoniennes.

" Nous savons depuis longtemps que des sociétés complexes ont émergé à Llanos de Moxos dans le sud-ouest de l'Amazonie, en Bolivie, il y a environ 2 500 ans, mais nos nouvelles preuves suggèrent que les humains se sont installés pour la première fois dans la région il y a jusqu'à 10 000 ans, au début de l'Holocène ", a déclaré Jose Capriles, professeur adjoint d'anthropologie.

" Ces groupes de personnes étaient des chasseurs-cueilleurs; cependant, nos données montrent qu’ils commençaient à épuiser leurs ressources locales et à adopter des comportements territoriaux, les incitant peut-être à commencer à domestiquer des plantes telles que la patate douce, le manioc, les arachides et les piments chiliens pour acquérir de la nourriture. " (lire la suite ci-dessous) :

Lire la suite