Il y a 4500 ans : Grande-Bretagne et Ibérie

Il y a 4500 ans : Grande-Bretagne et Ibérie

Basques 8000ans

 

Hasard ou autre, de nouvelles études parues au même moment pratiquement nous parlent de faits survenus aux alentours de - 2500 ans avant JC dans des contrées aussi éloignées que la Grande-Bretagne actuelle et la péninsule ibérique. Apparemment éloignées, mais on a vu dans un précédent article concernant la civilisation mégalithique (et ces nouvelles études en sont des compléments scientifiques évidents, de nouvelles briques) que cette dernière avait entamé son expansion vers la Méditerranée bien plus tôt. Ces nouvelles études résumées ici nous confirment par exemple que, vers -2500 ans Av. JC, une civilisation s'étendant au minimum sur toutes les îles britanniques (la Bretagne française n'est pas étudiée dans ces  études, mais on a pu voir ailleurs que la Bretagne et la Normandie actuelles étaient obligatoirement très concernées à cette époque par cette culture mégalithique) agissait d'un même ensemble et organisait de grands rassemblements, des sortes de grandes foires "internationales" en des lieux comme les stonehenges, que l'on pourrait envisager comme des lieux de foires universelles ouverts aux solstices, permettant des échanges tant matériels que spirituels, et probablement politique de la part des dirigeants de cette grande communauté. Les liens entre la Bretagne et Grande-Bretagne avec l'Iberia de l'époque sont évidents de part l'expansion de la culture mégalithique plusieurs siècles auparavant, croisant les derniers chasseurs-cueilleurs, mais jusqu'à quel point ce qu'il se passait au même moment (-2500 ans Av JC) en Iberia est-il lié à la disparition de la culture mégalithique en tant que telle et son éventuelle lente assimilation dans les lieux de son expansion ? En effet, cette nouvelle étude nous apprend qu'à cette période, le tout début de l'âge du bronze local donc, la population masculine précédente n'avait presque laissé aucun héritage génétique masculin à la population locale. L'arrivée des nombreuses populations agricoles provenant de l'Anatolie, avec une apogée il y a environ 6000 ans, avait déjà accompagné probablement l'expansion mégalithique, tout en "entamant" son patrimoine génétique. Mais l'arrivée des nombreuses populations agricoles provenant de l'Europe centrale (Caucase) et Russie actuelles, entre -4500 ans et -3600 ans avant maintenant, qui se sont installés pacifiquement aux côtés des premiers colons et premiers agriculteurs, a éliminé en quelques siècles, par assimilation complète, le patrimoine génétique masculin local. Une comparaison intéressante est aussi faite avec le patrimoine génétique unique des Basques, qui seraient ainsi les seuls descendants des chasseurs-cueilleurs, mégalithiques et premiers agriculteurs anatoliens (utilisant une langue restée aussi unique, le basque) ayant survécus avec leur patrimoine génétique intact d'avant ces -4500 ans...

La première étude a un aspect intéressant car elle concerne l'étude approfondie des ossements porcins très nombreux découverts à proximité de lieux de rassemblement connus de la culture mégalithique. Cette étude prouve que le porc (et non le sanglier d'Obelix) était le numéro un des animaux domestiqués localement à cette période (la seule fois où il a été numéro un d'ailleurs), et qu'il était le met principal de toutes ces cérémonies et rassemblements accompagnés de festins énormes. Et surtout, que les restes d'animaux trouvés au Stonehenge anglais provenaient d'endroits aussi lointains que l'Ecosse moderne, le nord-est de l'Angleterre et l'ouest du pays de Galles, ce qui implique que des milliers de porcs étaient amenés sur des centaines de kilomètres, d'une façon ou d'une autre (notez que faire bouger un porc sur quelques centaines de mètres est assez laborieux, voir avec nos paysans actuels !) à l'occasion de ces foires annuelles... et pour nourrir la population (estimation de 4000 personnes) installée en permanence à proximité du lieu de rassemblement comme noté dans l'étude.

 

Stonehenge anglais

Le célèbre Stonehenge anglais

 

La seconde étude concerne une profonde étude génétique de l'ADN de populations ibériques anciennes, à l'aide de nombreux ADN de fossiles locaux et de leurs résultats d'analyses, voir ci-dessous :

L'héritage génétique des hommes qui vivaient dans la péninsule ibérique il y a 4500 ans a considérablement diminué: tous leurs chromosomes Y, qui sont transmis d'homme à homme, ont été remplacés par de nouvelles cultures agricoles qui ont balayé la région et les ont chassés du pool génétique. C'est l'une des conclusions frappantes de la plus grande analyse de l'ADN ancien de la péninsule ibérique. Les résultats suggèrent que, loin d'être un cul-de-sac isolé de l'Europe, Iberia a connu de profonds changements d'ascendance: des vagues de chasseurs-cueilleurs, d'agriculteurs, de Romains et d'autres se sont mêlées à la population locale au cours de milliers d'années.

Le travail - une plongée profonde dans les génomes d'environ 300 personnes qui vivaient dans la péninsule ibérique il y a de 13 000 à 500 ans - est «extraordinaire pour obtenir autant de données génétiques dans le temps et dans l'espace d'individus», déclare le biologiste de l'évolution Jaume Bertranpetit Busquets de Université Pompeu Fabra à Barcelone, en Espagne. Il «représente la documentation génétique la plus détaillée et la plus durable d'une seule région, l'Ibérie, de la préhistoire à la première histoire», ajoute l'archéologue Kristian Kristiansen de l'université de Göteborg en Suède. Il a été impliqué dans la nouvelle recherche.

 

Basques 8000ans

Ces deux squelettes à La Braña, dans le nord-ouest de l'Espagne (Basque), appartenaient à des frères aux cheveux noirs et aux yeux bleus qui vivaient il y a 8 000 ans et qui étaient étroitement liés aux chasseurs-cueilleurs d'Europe centrale. These two skeletons at La Braña in northwest Spain belonged to brothers with dark hair and blue eyes who lived 8000 years ago and were most closely related to hunter-gatherers in Central Europe. photo JULIO MANUEL VIDA ENCINAS

 

Iberia a été colonisée pour la première fois par l'homme moderne il y a environ 44 000 ans (47000 ans en Roumanie mais les fourchettes des datations sont révisables selon les progrès)Mais on sait peu de choses sur la manière dont ces pionniers ont contribué aux populations ultérieures - le plus vieil ADN provenant de chasseurs-cueilleurs datant de 19 000 ans dans le nord de l'EspagneCes premiers chasseurs-cueilleurs sont venus en deux groupes distincts qui se sont installés dans le nord et le sud de l'Espagne et entretenaient des liens étroits avec des chasseurs-cueilleurs en Pologne et en Italie, respectivement, selon l'ADN ancien de 11 chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs qui vivaient dans la péninsule ibérique entre il y a 13000 et 6000 ans. Plus tard, les échantillons d’ADN, ils se sont lentement mêlés à de nouveaux agriculteurs d’Anatolie, qui est dans la Turquie actuelle (On peut ici noter que cette première arrivée massive d'agriculteurs provenant d'une région située à des milliers de kilomètres et sous la Mer Noire pourrait être liée à une catastrophe (inondations massives) survenue plusieurs siècles auparavant. Des chercheurs dirigés par le généticien des populations Wolfgang Haak de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine à Iéna, en Allemagne, rendent compte aujourd'hui dans Current Biology de leurs résultats.

Un ADN plus récent, issu de deux squelettes datant d’il y a 3600 à 4500 ans, révèle un autre élément du mélange ibériqueL'un était nord-africain et l'autre avait un grand-parent d'origine nord-africaine, selon une étude publiée aujourd'hui dans Science par Iñigo Olalde, post-doctorant dans le laboratoire du généticien des populations David Reich de la Harvard Medical School de Boston, et leurs collègues. 

Ensuite, les Européens du centre, descendants de bergers des prairies d’Europe de l’Est et de Russie, sont apparus en Ibérie à partir du début de l’âge du bronze, il y a 4500 ans. Ils ont probablement introduit une première langue indo-européenne (la famille principale de plus de 400 langues parlées en Europe et en Asie aujourd'hui), selon Olalde. Au début, les paysans européens vivaient aux côtés des paysans déjà installés en Espagne, sur la base du vieil ADN d’hommes enterrés à peu près au même moment dans les mêmes lieux. Mais au bout de quelques centaines d'années, presque tous les chromosomes Y des agriculteurs ibériques précédents avaient disparu - et remplacés par l'ADN des agriculteurs d'Europe centrale.

Cela signifie qu'en quelque sorte, les nouveaux migrants ont remplacé 40% du patrimoine génétique des Espagnols et des Portugais de l'époque. «Ce serait une erreur de conclure que les hommes ibériques ont été tués ou déplacés de force», explique Olalde, «car les archives archéologiques ne donnent aucune preuve claire d'une explosion de violence au cours de cette périodePeut-être que les migrants de la steppe avaient beaucoup plus d'enfants que la petite population d'agriculteurs locaux et ont fini par épuiser leur ADN, dit Reich.

Encore plus d'immigrants sont venus dans les temps historiques: d'abord les Romains et ensuite les Nord-Africains musulmans. Il y a 500 ans, beaucoup plus de personnes d'ascendance nord-africaine vivaient en Espagne qu'aujourd'hui, avant que les royaumes chrétiens poussent les États musulmans au sud et les expulsent. Mais l’ADN suggère que les envahisseurs musulmans et les migrants antérieurs n’ont pas pénétré dans le pays basque reculé du Grand Nord; Le peuple basque, dont les origines sont toujours un mystère malgré certaines études, est l'un des rares groupes en Europe à avoir conservé sa propre langue non indo-européenne, même après son arrivée et sa fréquentation avec les agriculteurs d'Europe centrale.

« Le pays basque est un endroit vraiment difficile à conquérir; À l'époque médiévale, des dirigeants français ont cité des citations qui affirmaient qu'il s'agissait d'un mauvais endroit pour faire partie d'une armée », déclare le généticien des populations, Mattias Jakobsson, de l'université d'Uppsala en Suède, qui ne fait partie d'aucune des équipes des études. En conséquence, «les Basques actuels ressemblent à des Iberiens de l'âge du fer (génétiquement parlant) », dit Olalde, lui-même basque.

https://www.sciencemag.org/news/2019/03/men-who-lived-spain-4500-years-ago-left-almost-no-descendants-alive-today

 

 

Quant à l'autre étude sur les ossements de porcs du Stonehenge anglais, elle prouve que de nombreux porcs ont probablement parcouru des centaines de kilomètres pour se rendre à Stonehenge et à d’autres monuments antiques du néolithique, où ils ont été rapidement dévorés au cours de grandes fêtes. Après avoir avalé la viande de porc succulente, les peuples anciens ont jeté les restes du porc de côté, jonchant le paysage de crânes et d’os de porc. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de mâchoire et de dent sur les restes de 131 de ces porcs néolithiques. À partir des échantillons, ils ont analysé les isotopes (un élément dont le noyau contient un nombre de neutrons différent de celui qui est habituel), qui suggèrent l'origine des animaux.

Les résultats isotopiques suggèrent que certains des cochons ont parcouru des centaines de kilomètres. En effet, les valeurs isotopiques avaient une "gamme stupéfiante" et provenaient de tout le Royaume-Uni, a déclaré le chercheur principal de l'étude, Richard Madgwick, chargé de cours en sciences archéologiques à l'Université de Cardiff au Royaume-Uni.

Si ces cochons sont un bon substitut pour les humains qui les ont mangés, il est probable que les Néolithiques ont également parcouru des centaines de kilomètres de toute la Grande-Bretagne pour assister à des fêtes capitales annuelles dans ces sites sacrés, a déclaré Madgwick.

Stonehenge n’est guère le seul henge - un terme qui désigne des monuments préhistoriques circulaires en bois ou en pierre. Bien que les restes de cochon n’aient pas été retrouvés à Stonehenge, ils ont été retrouvés à proximité, à environ 3 km d’un autre refuge appelé Durrington Walls.

Des porcs étaient également au menu sur trois autres sites néolithiques britanniques, datant d'environ de 2800 à 2400 ans: Mount Pleasant, une enceinte de poules dressée près de la côte par le Dorset; Les enclos de West Kennet Palisade, qui abrite le plus grand cercle de pierres préhistoriques au monde; et Marden, un poulailler comprenant 14 hectares.

Les porcs étaient la viande du jour à la fin du Néolithique. En fait, "c'est l'âge du cochon", a déclaré Madgwick. " C'est le seul âge où les porcs sont l'espèce domestique numéro un. "

Ces porcs peuvent aider à répondre à une question de longue date sur qui a construit et utilisé Stonehenge. La nourriture et l'eau locales qu'un animal consomme contiennent des isotopes uniques, et ces isotopes se retrouvent dans les os et les dents de l'animal.

Comme par hasard, il est plus facile de savoir d'où viennent les porcs que les humains, a déclaré Madgwick. Les dents humaines se développent lentement et si l’humain bougeait beaucoup, il peut être difficile de déterminer d’où vient la personne. En revanche, les porcs sont " des animaux peu mobiles, et leurs dents se développent très rapidement ", a déclaré Madgwick. Madgwick et ses collègues ont donc examiné cinq isotopes différents chez les 131 porcs récupérés: le strontium donnait un signal géologique, le soufre, la proximité des côtes, l'oxygène, le climat et le carbone et l'azote, de même que les signaux alimentaires.

Ce n'était pas une petite entreprise. "Il s'agit de la plus grande étude multi-isotopes publiée utilisant cinq systèmes", a déclaré Madgwick. Certes, ces isotopes ne donnent pas un code postal précis de l'origine des porcs, "mais nous nous rapprochons de l'endroit d'où ils sont le plus susceptibles de provenir", a-t-il déclaré.

La nuance de l’étude: "Incontestablement, le risque le plus important dans cette étude était: 'Les porcs sont-ils un bon indice ?'", A déclaré Madgwick. "Parce que les cochons ne sont pas propices au déménagement. Demandez à n'importe quel éleveur de cochons et ils vous diront que même déplacer un cochon à quelques centaines de mètres est un défi."

Mais plusieurs indices suggèrent que les porcs ont été déplacés - peut-être au trot ou par bateau - de leur lieu de naissance aux monuments néolithiques, où ils ont ensuite été abattus. Par exemple, de nombreux crânes de porc - qui sont lourds et ont peu de viande - ont été retrouvés dans ces monuments néolithiques. Donc, si les gens ne faisaient que transporter de la viande de porc abattue, il ne serait pas logique pour eux d'apporter les crânes aussi, a déclaré Madgwick. De plus, il n'y a aucune preuve de production de sel pendant cette période et, bien que les néolithiques aient pu fumer le porc, la viande aurait probablement été gâtée pendant le long voyage, a-t-il déclaré.

Au contraire, il est probable que ces porcs aient été incités à se déplacer, puis à être engraissés en cours de route avant d’atteindre la destination ultime pour le henge, a déclaré Madgwick.

Des sites comme Durrington Walls auraient pu héberger jusqu'à 4 000 personnes à la fois. Il était donc évident qu'il fallait du porc, à l'heure des repas. Il est possible que ces personnes soient venues construire Stonehenge et célébrer des rituels, tels que le solstice de l’hiver . "Alors, ils travaillent toute la journée sur les pierres et font la fête toute la nuit au festin du cochon", a déclaré Madgwick.

"Pour moi, cela a confirmé que des personnes et des animaux venaient de partout à Stonehenge et dans les environs de Stonehenge", a déclaré Christophe Snoeck, chercheur à l'unité d'analyse, d'environnement et de géochimie de la Vrije Universiteit Brussel, en Belgique. qui n'a pas été impliqué dans la recherche. Ces conclusions corroborent une étude publiée par Snoeck et ses collègues en 2018, montrant que certaines des personnes incinérées retrouvées enterrées à Stonehenge n'étaient pas locales , mais venaient du pays de Galles, à l'origine de certains des mégalithes de Stonehenge.

"Les gens se sont déplacés dans le paysage, ils ne se sont pas limités à l'environnement de Stonehenge", a déclaré Snoeck. "Cette étude montre vraiment cela encore plus loin que celle de l'année dernière."

https://www.livescience.com/64983-ancient-pig-feast-at-stonehenge.html

 

Autres liens concernés :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/surprises-de-l-adn-les-irlandais-ont-une-origine-commune-aux-basques.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-ancienne-civilisation-megalithique-a-aussi-laisse-des-traces-au-japon.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/chine-enigmes-megalithiques.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-cercles-et-le-tumulus-de-rogem-hiri-en-syrie.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 21-03-2019

 

archéologie prehistoire interviews échange lire mystère

Ajouter un commentaire