Les mystères de la Fuente Magna, Bolivie

Les mystères de la Fuente Magna, Bolivie

 

Bolfuentemagna bolivie 2

Le Bol de la Fuente Magna 

Un artefact bolivien, "le Bol de la Fuente Magna" a été trouvé accidentellement par un travailleur de l'Hacienda CHUA, propriété de la famille Manjon située près de lac Titicaca à environ 75-80 km de la ville de La Paz, Bolivie. Le site où il a été trouvé n'a pas été étudié pour des artéfacts précédemment. Le Bol de Fuente Magna en terre brune est joliment gravé à l'intérieur et à l'extérieur et porte des motifs zoologiques et des personnages anthropomorphes (S'il vous plaît voir Bernardo Biadós pour plus de détails).

L'archéologue bolivien, don Max Portugal-Zamora, a appris l'existence de la Fuente Magna autour de 1958-1960 de son ami le pasteur Manjon. Tous deux ont donné son nom à l'endroit qu'il porte aujourd'hui, "Fuente Magna».

Une controverse est née sur l'écriture cunéiforme sur l'artefact de Fuente Magna. Le Dr Alberto Marini, a traduit et a indiqué qu'elle était sumérienne... Après un examen attentif de l'écriture linéaire de Fuente Magna, le Dr Clyde A. Winters a déterminé qu'elle était probablement proto-sumérienne, qui se retrouve sur de nombreux objets provenant de Mésopotamie. Un script identique a été utilisé par les Elamites appelés proto-élamites.

Bolfuentemagna bolivie 1

Le Dr Winters croit que les chercheurs n'ont pas été en mesure de lire l'écriture parce qu'ils ont refusé de comparer le proto-élamite et l'écriture proto-sumérienne avec d'autres systèmes d'écritures utilisés dans les 3000-2000 ans Avant JC. Il a comparé l'écriture à l'écriture libyco-berbère utilisée dans le Sahara il y a 5000 ans. Cette écriture a été utilisée par les proto-Dravidiens (de la vallée de l'Indus), Proto-Mandé, Proto-Elamites et Proto-Sumériens.

Suite :

Ces gens vivaient autrefois en Afrique centrale, jusqu'à ce que la désertification étendue du Sahara ait commencé après 3500 av. JC. M. Rawlins était sûr que les Sumériens avaient auparavant vécu en Afrique, et il a utilisé les langues sémitiques et africaines parlées en Ethiopie pour déchiffrer l'écriture cunéiforme. Rawlins a appelé les premiers habitants de la Mésopotamie : Koushites, parce qu'il croyait que les ancêtres de ces gens étaient les Koushites occidentaux de la littérature classique.

 

Bolfuentemagna bolivie 4

 

Winters a noté que le script libyco-berbère n'a pas pu être lu à l'aide de la langue berbère, parce que les Berbères ne sont entrées en Afrique qu'à l'époque des Vandales qui ont conquis une grande partie de l'Afrique du Nord. Bien que le script libyco-berbère ne peut être lu à l'aide de la langue berbère, il peut être lu en utilisant la langue Mandé. C'est parce que le Proto-Mandé a autrefois vécu en Libye, jusqu'à ce qu'ils aient émigré de la région vers la vallée du Niger de l'Afrique de l'Ouest.

Le script Vai a des signes similaires au libyco-berbère, à la vallée de l'Indus, au linéaire A de Crète, au proto-élamite et a des signes proto-sumériens. Les gens de Vai parlaient une langue Mandé.

 

Bolfuentemagna bolivie 5

 

En utilisant les valeurs phonétiques du script Vai, M. Winters a été en mesure de déchiffrer l'écriture linéaire de la vallée de l'Indus. La langue sumérienne est étroitement liée aux langues dravidiennes et Mandé, et le proto-sumérien, le libyco-berbère et le Vai sont similaires. Ainsi, il est possible de lire le texte sur la Fuente Magna en utilisant les valeurs phonétiques du script Vai. Une fois Winters avait transcrit les signes Fuente Magna, il a réussi à traduire l'inscription en utilisant la langue sumérienne.

En comparant les scripts de Fuente Magna et des symboles avec l'écriture Vai, Winters a trouvé beaucoup de points communs. Ensuite, après avoir récupéré plusieurs ouvrages sur la langue sumérienne et le système d'écriture, par exemple, C.S. Ball, Chinese and Sumerian (London, 1913), and John A. Halloran, Sumerian Lexicon, il a réussi à déchiffrer l'écriture de Fuente Magna.

Il a constaté que les inscriptions de Fuente Magna sont dans un script Proto-sumérien, et les symboles ont plusieurs signes proto-sumériens qui se sont réunis pour représenter des mots et des phrases. Il a présenté deux signes qui se séparent en leurs éléments constitutifs des signes de Fuente Magna afin qu'ils puissent être interprétés en utilisant les valeurs phonétiques de l'écriture Vai, il a montré la séparation des signes de Fuente Magna dans leurs parties distinctes.

Bolfuentemagna bolivie 6

 

Ce qui suit est une transcription des inscriptions sur le côté droit du bol de la Fuente Magna, la lecture se fait de haut en bas et de droite à gauche.

1. Pa ge gi
2. Mi lu du
3. I mi ki
4. me su du
5. Nia po
6. Pa
7. Mash
8. Nia mi
9. Du lu gi
10 . Ka me lu
11 . Zi
12 . Nan na pa-I

Winters a ensuite donné la traduction suivante :

"( 1 ) Les filles prennent un serment d'agir avec justice (en ce) lieu. ( 2 ) (C'est) un oracle favorable à la population. ( 3 ) Envoie un décret tout simplement divin. ( 4 ) Le charme (la Fuente Magna) (est), plein de bien. ( 5 ) Le (la déesse) Nia est pure. ( 6 ) Faites un serment (pour elle). ( 7 ) Le Devin. ( 8 ) Le décret divin de Nia (existe), ( 9 ) pour entourer les personnes atteintes de Bonté / Joie. ( 10 ) Valeur oracle du peuple. ( 11 ) L'âme (de), ( 12 ) apparaît comme un témoin du [bien qui vient de la foi en la Déesse Nia d'abord] pour l'humanité tout entière. "

 

Bolfuentemagna bolivie 7

 

"(1) Girls take an oath to act justly (this) place. (2) (This is) a favorable oracle of the people. (3) Send forth a just divine decree. (4) The charm (the Fuente Magna) (is) full of Good. (5) The (Goddess) Nia is pure. (6) Take an oath (to her). (7) The Diviner. (8) The divine decree of Nia (is) , (9) to surround the people with Goodness/Gladness. (10) Value the people's oracle. (11) The soul (to), (12) appear as a witness to the [Good that comes from faith in the Goddess Nia before] all mankind."

Ensuite, la translittération des inscriptions sur le côté gauche de l'objet est la suivante:.

1. Tu ki a mash pa
2a . Lu me lu ki mi
2b. Pa be ge
3. Zi
4. lu na
5 . ge
6. du po
7. I tu po
8. lu mi du

Cet article a été traduit de la manière suivante :

"( 1 ) Faire une libation (en ce) lieu de l'eau (liquide séminal ?) et chercher la vertu. ( 2a ) (C'est) une grande amulette / charme, ( 2b ) (cette) place du peuple est une zone phénoménale du pouvoir de la divinité [de Nia ]. ( 3 ) L'âme (ou souffle de vie). ( 4 ) beaucoup de parfums, ( 5 ) à juste titre, ( 6 ) faire la libation pure. ( 7 ) Capturez la libation pure (/ ou comparaître (ici) en tant que témoin de la libation pure). ( 8 ) Divin dans cette proximité phénoménale de la puissance de la divinité ". Ce qui donne à peu près : " Approche à l'avenir (une) dotée d'une grande protection la Grande Nia. [Le divin Nia (sh) établir] établir la pureté, établir la joie, établir le caractère. (Cet oracle favorable du peuple pour établir la pureté et établir le caractère [pour tous ceux qui le cherchent]). [Utilisez ce talisman (le bol Fuente)] Pour germer [oh] deviner le conseil unique [au] temple. Le sanctuaire juste, oint (ce) sanctuaire, oint (ce) sanctuaire; Le chef prête serment [d'établir] la pureté, un oracle favorable (et d'établir) le caractère. [Oh leader du culte,] ouvrez une lumière unique [pour tous], [qui] souhaitent une vie noble."

Bolfuentemagna bolivie 11

 

Ce déchiffrement des inscriptions sur le bol de la Fuente Magna indique qu'il a été utilisé pour faire des libations à la déesse Nia (Neith) pour demander la fertilité, et d'offrir grâce à la faune et la flore abondantes dans la région, qui ont permis à ces explorateurs sumériens à subvenir à leurs besoins en Bolivie.

 

Bolfuentemagna bolivie 9

 

Un intérêt particulier est que les gens de la Fuente Magna se réfèrent à la déesse Nia. Nia est le terme en linéaire A pour Neith. Neith est le nom grec pour le Nt et la déesse Neit égyptienne, le sémitique Anat. Cette déesse était très populaire parmi les anciens peuples de Libye et d'autres parties de l'Afrique du Moyen-Orient, avant que ces personnes aient quitté la région pour s'installer dans la Mésopotamie, la vallée de l'Indus et la Crète minoenne.

Le Dr Winters a noté que sa traduction des inscriptions de la Fuente Magna soutient l'hypothèse d'Awen Dawn que la Fuente a été utilisée dans la célébration de la religion de la déesse de l'ancien peuple de la Bolivie. Awen Dawn a reconnu que la figure de la Fuente Magna était une déesse en pose, les bras ouverts et les jambes écartées, qui soutient la traduction de Winters... En outre, l'identification des symboles sur le bol par Awen qui se rapportent à des signes européens pour la Déesse Mère, reflète probablement l'influence précoce de la déesse Neith sur la partie continentale de la Grèce et la Crète.

Bolfuentemagna bolivie 10

 

" On croit que la Fuente Magna a probablement été conçue par des sumériens qui se sont installés en Bolivie quelque temps après 2500 av. JC. Les Sumériens ont utilisé des navires en état de navigabilité qui ont été connus pour naviguer vers le sous-continent indien lointain. Certains navires sumériens ont probablement fait leur chemin vers l'Afrique du Sud et sont entrés dans l'un des courants de la région qui conduit de l'Afrique à travers l'Atlantique vers l'Amérique du Sud et de là, à l'Océan Pacifique. Ils auraient alors cherché des zones sur le haut plateau de la Bolivie où la nourriture était produite par les habitants locaux. Ils ont tenu le bol en haute estime et étaient pointilleux sur son transport autour de la zone. Il convient de noter qu'il y avait un défi sur l'authenticité du bol de la Fuente Magna par les sceptiques qui ont suggéré qu'il s'agissait d'une fabrication par des archéologues pour attirer l'attention internationale. L'appui écrasant de la majeure partie de la communauté universitaire doit discréditer cette critique, comme il l'a fait dans le passé où des dénégations ont surgi sur l'existence d'un quelconque écrit dans les Amériques (par exemple, celui des olmèques et mayas). "

http://www.faculty.ucr.edu/~legneref/archeol/fuentema.htm

On note tout de même malheureusement qu'il n'y a pas de trace officielle de la découverte ni d'un endroit précis, comme c'est souvent le cas de trouvailles par des paysans, ceux-ci préféraient bien souvent détruire ou cacher les "vieilleries" plutôt que d'être ennuyés et arrêtés dans leurs cultures...

Le Monolithe Pokotia

Monolithepokotia2 1

 

Le monolithe Pokotia est une statue de pierre anthropomorphe d’environ 170 cm, qui a été découvert par une équipe archéologique dans les années 1960 (?) sur le site du même nom, à 6 km au sud de la ville de Tiahuanaco, Bolivie et c'est dans le musée où il avait été placé que Bernardo Biadós, Freddy Arce, Javier Escalente, Cesar Calisaya, Leocadio Ticlla, Alberto Vasquez, Alvaro Fernholz, Omar Sadud, Paulo Batuani et Rodrigo Velasco l'ont remarqué le 4 Janvier 2002. Cette découverte et d'autres recherches effectuées par les scientifiques est soutenue par l'honorable H. Enrique Enrique Toro, président du Congrès de la Bolivie. Initialement, on croyait qu'il y avait une inscription écrite uniquement sur les pattes avant du monolithe, d'autres recherches ont indiqué qu'il y avait aussi une inscription sur le dos de la statue et directement en dessous de la main gauche de la figure.

 

Monolithepokotia1

 

Malheureusement, il n’était pas possible de revenir à l’endroit exact où le monolithe avait été trouvé, car cela aurait permis une étude stratigraphique encore plus sérieuse. Dans tous les cas, l’analyse de la statue peut dire qu’elle appartient à une période antérieure à la civilisation Tiwanaku classique. Le monolithe Pokotia aurait été sculpté dans une période précédant la floraison de la civilisation Pukara. Selon la langue officielle, le terme vient du quechua et signifie Pukara "la force ou le lieu stratégique" où vous pouvez surveiller une vallée ou la confluence de deux rivières.

 

Wo pokotia3

 

La civilisation de Pukara a été centrée sur la citadelle fortifiée qui est située à 61 kilomètres au nord de Juliaca dans le département de Puno. Cependant, le terme Pukara est si commun dans le nord des vallées du lac Titicaca (le site et aussi à Poquera, située loin sur la rivière Palotoa, "la Mère de Dieu")", ce qui conduit, à priori, à découvrir l’origine de la civilisation Pukara dans l’Amazone.

Esp th26

 

Du proto-elamite trouvé ailleurs, au Pérou et Bolivie ?

 

Probablement un peuple indien d’origine Arawak se dirigea vers les montagnes autour du VIème millénaire, afin d’échanger leurs produits. Certains d’entre eux se sont arrêtés dans les montagnes et, se mêlant aux indigènes originaires de Colla, les ont initié aux cultures Qaluyo et Chiripa (également mis en évidence dans les pétroglyphes Quiaca, très similaires à Pusharo), et successivement la civilisation de Pukara.

 

Tn pokotia2

 

L’endroit où a été trouvé le monolithe Pokotia a été reconnu par certains chercheurs comme un lieu sacré ou un oracle.
Selon l’universitaire Clyde A. Winters, il y a plusieurs inscriptions sur le monolithe Pokotia (proto-sumérienne d’origine - d'où le rapport avec le bol de Fuente Magna, mais aussi les nombreux artefacts filmés de Padre Crespi en Equateur !), mais les plus importantes sont en dessous des mains (qui sont posées sur les cuisses) et la dorsale (dos de la statue). Le déchiffrement des inscriptions sur le devant et le côté du Monolithe de Pokotia par le Dr C.A. Winters. Les signes de Pokotia se trouvent sur le devant de la statue et sous ses mains et sur ses cuisses droite et gauche. Les symboles sur la statue de Pokotia se lisent de haut en bas et de droite à gauche. Les signes ont une valeur syllabique.

 

Protosumerien ex6

Proto-sumérien en comparaison

 

" Les inscriptions et des motifs sur le devant et le dos de la statue ont été photographiés par une équipe dirigée par l'archéologue bolivien Bernardo Biadós. Les photos de la statue montrent un personnage masculin debout avec ses bras à ses côtés. Il semble partiellement vêtu, avec un vêtement comme un pagne, des brassards et peut-être un serre-tête ou une coiffe. Le visage est presque entièrement érodé. Il existe des lignes en forme de nervures sur la poitrine. La statue est brisée aux pieds et au cou. Les symboles se trouvent sur le devant des jambes, au-dessous des mains et sur les cuisses droite et gauche. Plus de signes se trouvent au dos de la statue. "

 

Sar 8mop2c

 

" Les représentants du gouvernement de la Bolivie ont d'abord refusé de reconnaître l'importance de la trouvaille. En raison de l'importance de la découverte, les photos ont été envoyées à tous ceux qui ont une connaissance de la culture sumérienne dans un effort pour authentifier le monolithe. C'est alors que toutes les personnes que j'ai nommés dans le message original (Bernardo Biadós, Freddy Arce, Javier Escalente, Cesar Calisaya, Leocadio Ticlla, Alberto Vasquez, Alvaro Fernholz, Omar Sadud, Paulo Batuani et Rodrigo Velasco), ont volé en Bolivie pour voir le Monolithe et rencontrer les responsables gouvernementaux de la Bolivie. C'est pourquoi la date Janvier 2002 est le jour officiel de la découverte, parce que c'est quand les chercheurs et les universitaires concernés ont été en mesure d'obtenir le feu vert bolivien, et que la Bolivie a Officiellement publié l'avis de la découverte. Ce qui est très rapide compte tenu de...

Proto cuneiform4

proto-cuneiforme

 

Quand les photos ont été transmises aux différentes entités, des collèges, des musées, des individus, en Décembre 2001, Bernardo Biadós a fait ces photos publiques avec un plaidoyer pour que toute personne ayant connaissance de la culture post-sumérienne dans les Amériques se manifeste. Par la suite, la Bolivie a saisi le Monolithe, de sorte que lorsque les premiers rapports des inscriptions ont été signalés, ils ne mentionnent pas celles sur le dos et les jambes, parce que les fonctionnaires boliviens ont apparemment pensé qu'ils étaient simplement des décorations. Parce que les photos ont été diffusées aussi largement, Bernardo Biadós, et d'autres ont pu forcer la main de la Bolivie et obtenir que la statue soit de retour pour de nouvelles recherches. En 2010, le musée El Museo Nacional de Arquelogía à La Paz a commencé des travaux de rénovation afin d'inclure une chambre pour le Monument Pokotia et d'autres découvertes concernant les rites funéraires de la région. Même si je sais que le musée a réouvert, je ne sais pas si le Monument Pokoyia y est. Un autre lien qui donne des informations plus approfondies concernant la recherche proprement dite des écrits sur le monument et la Fuente Magna - La Pierre de Rosette des Amériques est http://www.world-mysteries.com/sar_8.htm 

 

Pokotiamain1

 

" Si vous regardez la photo du monument complet, vous remarquerez que celui sur le site Biblioapocolyps est affiché dans un sens et celui que j'ai présenté montre le contraire. On montre le bras droit et on montre la gauche. Mes photos provenaient de Robert Feldman, archéologue au Musée Field d'histoire naturelle, Roosevelt Road à Lake Shore Drive, Chicago, 60605. Je les ai depuis plusieurs années et ai également la permission de les utiliser comme je veux. Je crois que le problème est que les mêmes photos ont été distribuées à autant de sources. En 2008, lors d'une visite familiale en Italie (j'ai une tante, oncle et deux neveux là), mon neveu, Lorenzo, est tombé sur un article de journal portant sur le Monument Pokotia. Il l'a lu pour moi et je suis devenu immédiatement intriguée. Que l'article original a déclaré que le monument a été trouvé dans les années 1950 ou 1960. Après quelques recherches, et prouvant que les faits sont de nombreuses fois mal interprétés, la Fuente Magna a été trouvé au cours de cette période de temps (1950), mais le Monument Pokotia n'a réellement pas été trouvé avant 2001. Ou bien 2002 si vous écoutez le gouvernement bolivien. Ce fait est mal interprété sur de nombreux sites. Le bol de la Fuente Magna et le Monument Pokotia sont introuvables à la même époque. Ils ont des inscriptions similaires et ont été trouvés assez près, cependant, les aspects temporels de leurs découvertes sont très différents. De plus, le monument a été trouvé très près d'un petit village appelé Pokot, à environ 4 miles (6 km) de Tiwanaku, La Paz Département, Ingavi province en Bolivie, à environ 45 miles (72 kilomètres) de La Paz. Cette zone est également non loin du lac Titicaca. Je voudrais placer le marqueur de carte quelque part entre Tiwanaku et La Paz, près de la rive sud-est du lac Huinaymarca en Bolivie (appelé lac Pequeño au Pérou), avec une notation de "Pokot". Un détroit, "Tiquina", sépare le lac Titicaca dans deux plans d'eau. Cependant, la plupart des gens de la région ne se réfèrent qu'à deux restant entiers d'eau "du lac Titicaca". S'il vous plaît également ne pas le confondre avec le village africain de Pokot. C'est le Pokot en Bolivie, près du lac Titicaca, entre Tiwanaku et La Paz. "

http://www.megalithic.co.uk/article.php?sid=30136

On peut noter aussi que, officiellement, ce monolithe a été un peu arbitrairement (à la moustache comme on dit et sans science) daté à 1000 ans environ après JC, en conformité avec la civilisation locale et que certains y ont même vu une description d'une supernovae visible vers l'an mil justement dans ces régions...

http://www.bibliotecapleyades.net/esp_boliviarosseta.htm

Un artefact de pierre trouvée à Oruro, Bolivie contient étrange inscription.

 

Oruro6b 1

 

" Certains des symboles sont similaires à l'écriture sur le disque de Phaistos. « Je pense que l'écriture de Oruro est similaire au script sur le disque de Phaistos. Je suis également d'avis que les deux sont liés au Rongorongo (de l'île de Pâques) et à l'écriture de l'Indus. On peut les résoudre toutes." - https://groups.yahoo.com/neo/groups/Precolumbian_Inscriptions/

Dr Clyde Winters : " Cette tablette est très intéressant pour moi. Après un examen rapide de la tablette, il semble que le personnage sur le côté droit de la tablette semble avoir une coiffure semblable à celle portée par les gens de la mer ou les Hittites, quand ils ont attaqué l'Egypte vers 1200 avant JC. Je ne peux pas lire les caractères sur la tablette, mais ils semblent être du linéaire B, des signes semblables à l'écriture du peuple grec de Crète. Là encore, c'est mon avis et je me réjouis de l'observation d'autres personnes du forum. Si cette tablette est authentique, elle indique qu'en plus des Sumériens dans l'ancienne Amérique du Sud, il y avait aussi des personnes parlant indo-européen qui ont également commencé à arriver dans cet endroit, au moins vers 1200 av. JCLa présence des "gens de mer" en Amérique du Sud ne devrait pas être trop surprenante étant donné les preuves de momies avec de la cocaïne. Si les Egyptiens importaient de la cocaïne d'Amérique du Sud, il va de soi que lorsque les gens de la mer ont fait leur chemin vers l'Egypte, ils ont peut-être appris sur le commerce et ont décidé de voir s'ils pouvaient trouver un moyen de participer à ce commerce probablement lucratif des anciens peuples, compte tenu du fait que certains chercheurs prétendent que la cocaïne a également été exportée en Chine à cette époque. "

"On peut noter également qu'en Bolivie, les langages locaux ont conservés des termes sumériens. La preuve linguistique soutiennent le point de vue que beaucoup de ces Sumériens étaient des mineurs (pour le cuivre, l'or). Le terme sumérien pour le cuivre était "urudu", ce terme est en accord avec les termes des Aymara pour l'or "Ouri" et pour le cuivre "anta, Yawri". La similitude entre Urudu et Yawri et Ouri suggèrent que les Sumériens ont peut-être été les premiers habitants de la région à exploiter les métaux trouvés dans toute la région du Titicaca et la Bolivie."

 

MAJ 14-11-2018 : 

 

Souvent qualifié de «pierre de Rosette des Amériques», le bol de pierre est l’un des artefacts les plus controversés en Amérique du Sud, car il soulève la question de savoir s’il peut exister un lien entre les Sumériens et les anciens habitants des Andes à des milliers de miles de distance.

L'ancienne relique a été découverte par hasard par un agriculteur travaillant dans un domaine privé appartenant à la famille Manjon. Les propriétaires le livrèrent ensuite à la mairie de La Paz en 1960 en échange d'un terrain situé près de la capitale. À peu près à la même époque, l'archéologue bolivien Max Portugal Zamora a appris son existence et a tenté, sans succès, de déchiffrer des inscriptions inhabituelles, notamment parce qu'il n'avait pas reconnu que l'écriture sur le bol était un type de texte cunéiforme datant de près de 5 000 ans.

Au début des années 2000, Maximiliano, un habitant de 92 ans, après avoir vu une photo du bol, a prétendu que celui-ci avait déjà été en sa possession. Ne réalisant pas son importance, Maximiliano admit qu'il avait utilisé le bol pour nourrir ses cochons. 

Si la traduction de l’épigraphiste Dr. Clyde Ahmed Winters est correcte (voir plus haut), cela aura des implications majeures pour notre compréhension de la civilisation sumérienne et de la culture ancienne de la Bolivie. Le chercheur Yuri Leveratto  pose justement la question suivante: " Comment se fait-il que des inscriptions proto-sumériennes aient été retrouvées dans une cuvette trouvée près du lac Titicaca, à 3 800 mètres d'altitude, à des milliers de kilomètres de la région où vivait le peuple sumérien ? "

Selon  Bernardo Biados , le Fuente Magna aurait probablement été conçu par des Sumériens installés en Bolivie après 2.500 ans av. J.-C. Selon Biados, il était connu que les Sumériens naviguaient vers le lointain sous-continent indien et que des navires sumériens auraient fait le tour de l'Afrique du Sud. et est entré dans l'un des courants de la région qui ont traversé l'Atlantique, de l'Afrique à l'Amérique du Sud. Il est possible que certains aient choisi de rester et d'explorer les Andes, peut-être à la recherche de zones élevées sur le plateau de la Bolivie où de la nourriture était produite. Yuri Leveratto a déclaré: " La culture sumérienne a influencé les habitants du plateau, non seulement du point de vue religieux, mais également de la langue. En fait, certains linguistes ont trouvé de nombreuses similitudes entre les langues proto-sumérienne et aymara.

Cependant, cette perspective et le travail de traduction initial de M. Winters n’ont pas été sans critiques. Jason Colavito, un sceptique connu et un "debunker", mais sans réelle qualification pour, c'est un auteur, suggère qu'il n'y a qu'un faible degré de corrélation entre le script du bol et les caractères proto-sumériens. Colavito souligne que la cuvette a une provenance très problématique et peut simplement être un canular. Biados dit que c'est inexact, citant le soutien écrasant de la majeure partie de la communauté universitaire.

Il est clair que le bol Fuente Magna reste un sujet de discorde entre les universitaires. Nous espérons que de nouvelles recherches archéologiques et linguistiques pourront aider à comprendre l'histoire de cet artefact mystérieux, car cela pourrait contribuer à élargir notre compréhension des grandes civilisations de notre passé et de leur influence à travers le monde.

Source : https://www.ancient-origins.net/artifacts-ancient-writings/fuente-magna-controversial-rosetta-stone-americas-003660 - 2015

Notons que le Dr. Alberto Marini, l'a traduit également et a rapporté qu'il s'agissait de sumérien ("A Sumerian inscription of the Fuente Magna, La Paz, Bolivia" appeared in The Epigraphic Society Occasional Publications 13 (1985). En ce qui concerne le Dr. Winters, en utilisant les valeurs phonétiques du script Vai, M. Winters a été en mesure de déchiffrer l’écriture de la vallée de l’Indus et de A linéaire. La langue sumérienne est étroitement liée aux langues dravidienne et mandé, et les écritures proto-sumériennes, libyco-berbères et vaï sont similaires. Ainsi, il est possible de lire le script sur la Fuente Magna en utilisant les valeurs phonétiques du script Vai. Une fois que Winters a translittéré les signes de Fuente Magna , il a pu traduire l'inscription en langue sumérienne. En comparant les scripts et les symboles de la Fuente Magna avec l'écriture en vai, Winters a trouvé de nombreuses correspondances. Puis, après avoir évoqué plusieurs ouvrages publiés sur la langue et le système d'écriture sumériens, tels que CS BallChinese and Sumerian (Londres, 1913) et John A. HalloranLexicon sumérien, il parvint à déchiffrer l'écriture de Fuente Magna. Il a constaté que les inscriptions de Fuente Magna étaient écrites en écriture proto-sumérienne et que les symboles avaient plusieurs signes proto-sumériens réunis pour représenter des mots et des phrases. Il a présenté deux figures qui séparent les signes Fuente Magna en leurs parties constitutives afin qu'elles puissent être interprétées à l'aide des valeurs phonétiques de l'écriture vai. Il a montré la séparation des signes Fuente Magna en leurs parties séparées (voir plus haut).

Source : http://www.faculty.ucr.edu/~legneref/archeol/fuentema.htm

En 2017, le problème n'est pas résolu, principalement en raison du manque de contexte archéologique de la découverte. " On a bien les noms du découvreur et de ses premiers possesseurs, mais pas de contexte et autres artefacts liés, même si le lieu approximatif de la découverte a été identifié. Les sceptiques se retranchent facilement sur la possibilité d'un canular fait par un archéologue, sans désigner personne. Le regretté anthropologue Hugh Fox, qui était professeur à la Michigan State University a affirmé que l'écriture était phénicienne, bien qu'il ne semble pas avoir fourni de traduction nulle part. Il a dit que la source de son identification était " Signe, symbole et écriture », de Hans Jensen (1969).

Clyde Winters, ancien professeur d'éducation à la Governer's State University de Chicago, affirme que l'écriture est sumérienne. Le côté droit du bol, dit-il, est sumérien cunéiforme et le côté gauche est «Proto-sumérien». Le problème est que les signes ne correspondent pas tout à fait à la translittération qu'il propose. Et la traduction de Winters est la plus importante à trouver lorsque vous recherchez sur Internet la «traduction de Fuente Magna».

De plus, le «proto-sumérien» n'est pas vraiment une chose. Le sumérien est la langue qui a été exprimée par l'écriture cunéiforme. Pensez à un livre écrit en anglais utilisant l'alphabet romain. Un autre livre pourrait être écrit en espagnol en utilisant le même alphabet romain. Vous reconnaîtrez les lettres et de nombreuses prononciations, mais à moins que vous ne parliez la langue, une grande partie du texte n'a pas de sens. C'est la même chose avec le cunéiforme en quelque sorte. Les langues pouvant utiliser l'écriture cunéiforme sont le sumérien, l'akkadien, l'assyrien, le hittite et quelques autres. Ainsi, au lieu de l'écriture «proto-sumérienne», Winters voulait probablement dire proto-cunéiforme. Pour lequel il existe un syllabaire de signes connus. Dans tous les cas, les symboles cunéiformes ne sont généralement pas très différents d’une langue à l’autre, mais leur signification change. "

Cette source est celle d'un sceptique, mais qui ne prend pas en compte l'indication du script Vai révélé par Winters par la suite, et se base sur les signes actuellement connus, mais il en manque probablement : https://ahotcupofjoe.net/2017/11/fuente-magna-bowl-not-cuneiform-not-sumerian/

Une autre source mentionne : " La reconnaissance de l'écriture cunéiforme est attribuée à Mario Montaño Aragón (né en 1931), qui a publié dans Raíces semíticas en la religiosidad aymará y kichua (Bibliothèque populaire d'Ultima Hora, 1979)."

A suivre si progrès sur l'étude de ces artefacts...

Autres articles liés : 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enormes-inscriptions-pheniciennes-a-nasca-sur-un-plateau-de-nasca-perou.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bolivie-decouvertes-imprevues-a-tiahuanaco.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/preuves-d-une-autre-histoire-en-bolivie.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/tiahuanaco-en-bolivie-les-preuves-de-son-existence-il-y-a-15-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/l-ecriture-est-apparue-au-perou-il-y-a-5000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-minoens-au-mississippi.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 05-06-2014, MAJ 14-11-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

mystère archéologie prehistoire économie

Commentaires (4)

franco54
  • 1. franco54 | 22/05/2017
Super intéressant, comment ne pas croire que des peuples vivant bien avant notre ère n'aient pas pu traverser l'océan atlantique et rejoindre l'Amérique du Sud. Trop d'indices vont dans ce sens...pyramides, langues, etc....
cedric
  • 2. cedric | 19/10/2016
jmdem Interessant ce que tu dit.
Tu peux me dire dans quelles légendes ils en parlent?

Merci
jmdem
  • 3. jmdem | 05/06/2014
je lis les tablettes sumériennes depuis bien longtemps, tablettes que beaucoup prennent pour des légendes religieuses, j'ai le regret de vous informer que les sumériens ont laissé la plus belle bibliothèque de l'histoire de l'humanité.
dans leurs textes, ils expliquent que l'un des "dieux fondateurs" s'est rendu en Amérique du sud pour continuer la quête de l'or, merci de parler enfin des preuves prouvant ces textes.
yvesh
Mais ne regrettez surtout pas ces merveilleux témoignages échappés du temps et de la destruction humaine, au contraire ! Quand on voit que la bibliothèque d'Alexandrie a été incendiée par les barbares et celles des indo-européens par Rome... ces textes sont un vrai miracle dont les multiples interprétations me font penser aux multiples doctrines ayant menées à plusieurs religions opposées et pourtant issues toutes de la même...

Ajouter un commentaire