Sciences-Faits-Histoires

Açores

  • Açores : des morceaux de continent englouti ?

    Açores : des morceaux de continent englouti ?

     

    Carte du plateau des acores et des principales structures tectoniques dapres vogt 2004

    Attention, il s'agit ici d'une compilation de données, mais qui repose sur les dernières données scientifiques concernant les Açores, donc des études géologiques, des carottages de sédiments en divers endroits des îles et de l'Océan, de la dorsale Atlantique, d'études des sédiments et de thèses publiées depuis 2014. Et ces données remettent en question en partie les précédentes, axées principalement sur la probabilité d'un point chaud pur classique pour expliquer l'endroit, dont la position exacte n'est pas connue et toujours en discussion. En fait, les choses sont beaucoup plus compliquées que ça et même uniques au niveau mondial, bien qu'on y retrouve certaines caractéristiques de l'Islande par exemple (qui vient de faire l'objet d'une nouvelle publication au sujet de la possible présence de masses de taille continentale profondes, liées à Théia !https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/formation-systeme-solaire-restes-theia-sont-ils-enfouis-sous-surface-terre-86480/. J'en profite pour rappeler qu'il y a seulement quelques années, la science estimait que l'enfoncement et engloutissement d'une masse continentale était impossible, ce qui a été démenti finalement avec le nouveau continent en parti englouti officiellement reconnu, Zealandia.

    Comme chacun le sait, la science n'admettait pas la possibilité qu'un continent ait pu disparaître sous les eaux, tout simplement parce que les croutes continentales, épaisses de 30 km en moyenne, sont censées flotter directement sur le magma, ce qui les distinguent de la croûte océanique, dont la moyenne en épaisseur n'est que de 7 kilomètres. Zealandia a été reconnu comme un continent, englouti certes à 94 %, parce qu'il a bien une épaisseur moyenne de 20 à 30 km, de toute façon plus élevé que les 7 km d'une croûte océanique, ainsi que d'autres paramètres que nous verrons. Mais le vaste plateau des Açores possède exactement cette même caractéristique, avec une épaisseur estimée entre 20 et 30 km, selon les dernières estimations. La question à l'étude est donc la possibilité d'une croûte océanique gonflée par un point chaud ou un possible bloc (ou plusieurs) continental, possiblement arraché à un talus continental, lors de la dérive tectonique engendré par la dorsale Atlantique et la division de la Pangée à cet endroit. Nous avons donc potentiellement également un morceau de continent englouti à cet endroit, puisque ce plateau est maintenant à environ 2000 mètres sous l'eau (alors que certaines études postulent qu'il a du être émergé à un moment donné), et est surmonté par quelques îles volcaniques, engendrées elles éventuellement par un panache fixe de chaleur magmatique qui contournerait ce plateau, ou la présence d'un rift actif et donc d'une tectonique locale, influencée par la tectonique de la dorsale à proximité et du point de jonction des trois plaques. Les dernières recherches prouvent également que ces îles ont été crées, détruites et recrées plusieurs fois au cours du temps. En fait, les scientifiques parlent bien de situations catastrophiques, y compris récemment (puisque la majorité de ces îles ont moins de 1 million d'années), avec l'effondrement complet de pans de ces îles, qui sont des îles volcaniques et donc facilement fragilisées par des séismes, éruptions et érosions (tsunamis et ouragans).

     

    Commençons pas les données sur Zealandia et son acceptation officielle en 2018, après un premier soupçon dans les années 1970 (rejeté juste par des "à priori") et ensuite plus de 20 ans de discussions scientifiques et d'attente de données fermes. J'en ai parlé deux fois précédemment, dans un article de 2018 puis en 2020 avec les dernières confirmations : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/zealandia-un-continent-disparu-retrouve.html

     

    Zealandia2 1

    Zealandia continent englouti exact1024x768 p

    Le continent en question, bien qu'il s'étend sur quasiment l'équivalent des deux tiers de la surface de l'Australie est à 94% sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous des milliers de mètres d'eau et surtout recouvert par une épaisse couche de sédiments. Il n'émerge essentiellement que sous la forme des terres de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie et quelques îles. On sait aussi qu'il est nettement sous le niveau de l'océan depuis des dizaines de millions d'années et on ne peut donc logiquement le rattacher aux théories de l'Atlantide ou du continent Mu, car aucun représentant du genre Homo n'existait alors.

    Un bilan des connaissances acquises ont été publiés en février 2020 dans un article du journal Geology.

    Il est le fruit d'une équipe internationale de chercheurs qui comprenait plus de 30 scientifiques de Nouvelle-Zélande, des États-Unis, d'Italie, d'Espagne, de Nouvelle-Calédonie, de Chine, des Pays-Bas, d'Allemagne, du Brésil, du Japon, du Royaume-Uni et de Corée du Sud. Elle était dirigée conjointement par le professeur Rupert Sutherland de la Victoria University of Wellington (Nouvelle-Zélande) et le professeur Gerald Dickens de la Rice University au Texas (États-Unis). Les deux hommes ont de plus écrit un article de vulgarisation à ce sujet dans The Conversation et on peut les voir donner des explications dans la vidéo, ci-dessous, extraite d'un documentaire complet sur l'expédition 371 plus bas.

    Ces nouvelles études révéleraient en fait un processus tectonique inédit avec la formation de la ceinture de feu (YH : comme quoi la principale théorie sur la tectonique des plaques n'est pas figée non plus et pourrait être incomplète, sans parler de l'autre théorie connue, celle de la tectonique hydraulique des plaques...).

    En effet, pour résumer, les continents sont formés de roches moins denses que le basalte des plaques océaniques et c'est pour cette raison que l'on dit souvent que les continents sont insubmersibles (YH : ce qui ne serait donc pas si exact). Ils flottent sur les roches du manteau, peuvent être déchirés puis recollés par les mouvements des plaques tectoniques, voire s'enfoncer un peu dans ce manteau sous l'effet d'une couverture glaciaire importante, un inlandsis, mais jamais vraiment couler ou disparaître (à priori). C'est pour cette raison que l'on peut trouver sur les continents des roches datant de plusieurs milliards d'années (qui sont tout de même assez rares).

    D'après ces chercheurs donc, ce serait l'occurrence de processus tectoniques jusqu'ici inconnus, et qui ont accompagné la formation de la ceinture de feu, lors de sa naissance toujours mal comprise il y a 50 millions d'années environ, qui aurait fortement contribué à l'enfoncement de Zealandia sous la surface de l'océan Pacifique. Ces processus se seraient ajoutés aux forces qui auraient étiré donc aminci la croûte continentale de Zealandia lorsque la dérive des continents a commencé à l'arracher à l'ancien supercontinent du Gondwana (qui comprenait l'Australie et l'Antarctique) il y a environ 85 millions d'années. Julien Collot dans son interview avait expliqué à cet égard que « la croûte continentale de Zealandia est plus fine que dans le cas des autres continents. En l'occurrence, son épaisseur est généralement comprise entre 10 et 25 kilomètres, ce qui fait que la majeure partie de ce continent se trouve entre 1.000 et 3.000 mètres sous la surface du Pacifique. C'est parce qu'il flotte sur les roches du manteau plus dense que cette plus faible épaisseur l'a conduit à s'enfoncer par rapport aux autres continents ». (YH : ce processus pourrait donc ne pas être unique)

    Les professeurs Rupert Sutherland et Gerald Dickens précisent ce qu'eux et leurs collègues ont en tête sur ce qui se serait produit il y a 50 millions d'années dans la déclaration suivante extraite de l'article de The Conversation : « Nous proposons qu'un événement de "rupture de subduction" se soit propagé dans l'ensemble du Pacifique occidental à cette époque. Nous suggérons que le processus était similaire à un énorme tremblement de terre ultra lent qui a ressuscité d'anciennes failles de subduction qui étaient restées en sommeil pendant plusieurs millions d'années. Ce concept de "résurrection de subduction" est une idée nouvelle et peut aider à expliquer une gamme d'observations géologiques différentes. » (YH : car il existe plusieurs autres "anomalies tectoniques" dans le monde).

    Les chercheurs sont arrivés à émettre cette hypothèse à partir des analyses des carottes prélevées sur six lieux de forages profonds. Il y avait parfois plus de 900 mètres d'épaisseur de sédiments accumulés depuis 50 millions d'années à traverser avant d'atteindre le continent proprement dit.

    Voici la publication officielle de 2020ZealandiaZealandia (1.4 Mo)

    Julien Collot : " Nous pensons que Zealandia est passé sous l'eau à la fin du rifting, il y a environ 80 millions d'années mais peut-être pas dans sa totalité et peut-être que d'autres événements plus tardifs l'ont réémergé puis resubmergé. La Grande Terre, qui est l'île principale de la Nouvelle-Calédonie, est largement le produit d'une obduction d'une plaque océanique sur la croûte continentale de Zealandia, il y a de 40 à 30 millions d'années environ. Ceci a conduit localement à un épaississement de la croûte ce qui a engendré l'émersion de la Nouvelle-Calédonie. Quant à la Nouvelle-Zélande, elle est le produit d'une collision similaire à celle en cours entre la plaque océanique du Pacifique et celle, continentale, de l'Amérique du Sud. Il y a donc subduction d'une portion de croûte océanique sous une croûte continentale, ce qui donne naissance à des montagnes par plissement et volcanisme. C'est d'ailleurs de cette façon que les Andes ont pris naissance."

    Pour finir avec Zealandia, rappelons les critères qui l'ont fait retenir comme nouveau continent (des scientifiques réclament que ce nouveau continent apparaisse sur les cartes du monde) :

     

    Zealandia3

    1. Élévation

    Les continents et leurs plateaux continentaux sont toujours élevés au-dessus de la croûte océanique, tout comme Zealandia. Contrairement à d'autres continents, cependant, il a des plateaux continentaux beaucoup plus larges et plus profonds et est submergé à 94% sous le niveau actuel de la mer. Le point culminant de Zealandia est Aoraki – Mount Cook à 3724 m. (c'est aussi le cas du plateau des Açores, de plus la Nouvelle Zélande fait partie de la « ceinture de feu » du Pacifique et toutes ses montagnes sont soit volcaniques, soit dûes à la tectonique, comme le plateau des Açores).

    2. Géologie

    Les continents sont composés de nombreux types divers de roches, comme le granite, le calcaire, le quartzite et le schiste. Les données géologiques collectées au cours des 20 dernières années fournissent suffisamment de preuves que Zealandia possède la structure nécessaire pour se qualifier en tant que continent. (Le Plateau des Açores est moins connu et étudié, mais les études des différences de magma lors des éruptions et la détection de roches plutoniques (dont du granit, du calcaire, du quartzite) ne diffèrent guère, bien que du granit dans une croûte océanique soit possible, même si c'est rare).

    3. Structure crustale

    La croûte continentale varie en épaisseur avec une moyenne de 30 à 46 km, contrairement à la croûte océanique, qui a généralement une épaisseur de 7 km. Zealandia est le continent avec la croûte la plus fine allant de 10 à 30 km mais l'analyse montre qu'il est partout plus épais que 7 km. (C'est le cas du Plateau des Açores, avec une épaisseur maintenant estimée à 20-30km comme indiqué ci-dessous, de toute façon supérieur aux 7 km. Un bombement thermique d'une telle dimension serait exceptionnel).

    4. Limites et superficie

    Les six continents géologiques communément reconnus (Afrique, Eurasie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Antarctique et Australie) sont isolés spatialement par des caractéristiques géologiques. La croûte continentale de Zealandia est spatialement séparée de l'Australie par le Cato Trough - 3600 m de profondeur et recouvert par la croûte océanique. (Cela semble être aussi le cas d'au moins une partie du plateau des Açores, puisque qu'une micro-plaque (futur micro-continent donc) y est détectée maintenant, ainsi que des blocs tectoniques précédents (débris de la Pangée ?), mais sa superficie ne pourrait en faire un continent "normatif" bien sûr).

    Voyons maintenant la situation du plateau des Açores et son environnement, voir la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook

    LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook le 16-03-2021

     

    Acores livefacebook

    Affiche du film, Yves Herbo en haut, Loïc Occhipenti en bas

     

    Demain 16-03-2021, Loïc Occhipenti sera en direct accompagné de Yves Herbo.

    Demain a partir de 19h45. Facebook Live

    La première partie du direct concernera, l'association ECD et ses objectifs 2021.

    Dans la Deuxième partie, nous parlerons de notre documentaire:

    Les Açores, Débris de L'Atlantide ?

    Nous apporterons des éléments supplémentaires concernant la première partie du documentaire.

    Nous répondrons aux questions posées.

    Nous partagerons des éléments qui viendrons appuyer notre théorie.

    Loïc Occhipenti

     

    https://www.facebook.com/101070322053017/posts/112420254251357

    Facebook live

    https://www.facebook.com/asso.civilisationsdisparues/?ref=page_internal

    https://www.helloasso.com/associations/association-etude-des-civilisations-disparues/formulaires/

     

    Acores terceiraa

    Açores-Terceira - © Yves Herbo (cliquer pour agrandir)

     

    La première partie du documentaire sur youtube (seconde partie en juin 2021) :

     

     

    Le Bonus 1 sur la première partie du documentaire (sous-titres en plusieurs langues ajoutés) :

     

     

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html

     

    Venez nombreux demain soir à partir de 19h45, pour poser vos questions et avoir de nouvelles informations sur le sujet !

     

    Plusieurs problèmes techniques lors de ce direct, avec deux coupures pendant et l'impossibilité pour un grand nombre de le rejoindre, y compris moi, sauf par téléphone. Les trois parties de l'intervention en direct vont être encodées et réunies en une ou deux parties, qui seront visibles gratuitement sur Youtube. Merci de votre patience.

     

    Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 15-03-2021, 18-03-2021

  • Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

    Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

     

    Figure10 terceira

     

    Le rapport concernant les analyses scientifiques d'une pierre possiblement façonnée artificiellement à un âge très lointain vient d'être publié sur la plateforme Academia.Edu. Ce rapport est signé par les chercheurs Dino Alberto Moura Teves, Isaac Saul Torres Ávila, Vitor Manuel Viveiros Raposo de l'Université des Açores, Angra do Heroísmo, et le professeur biophysicien Antonio Félix Rodrigues des CITAAA, CCMG, Université des Açores, Angra do Heroísmo.

    Cet artefact a été recueilli par l'Université des Açores, à l'intérieur d'une structure en forme de four atypique lors d'une fouille archéologique de la DRAC (Direction Régionale de la Culture des Açores) à la Caldeira das Lajes, Terceira, Açores, présentant un éclat de pierre ou un artefact lithique. La pièce analysée était au niveau le plus bas du profil, à environ 2 mètres de profondeur, recouverte de terre mélangée à de petites pierres fracturées non identifiées, presque en grains, en pierre ponce et en argile fine. Cet éclat d'apparence pointu, car il a une pointe extrêmement effilée, raclant et coupant, mais cette dernière possibilité ne semble pas très pratique, soit en raison de l'épaisseur du tranchant ou manipulation de la pièce.

    L'objectif est d'analyser certains aspects physiques de la pièce lytique hypothétique précédemment mentionnée, afin de comprendre s’il s’agit d’un éclat naturel ou produit par l'intervention de l'homme.

    Les fractures concoïdales de la pièce et de sa forme ont été analysées et mesurées, à l'aide d'un pied à coulisse. Sa densité a été évaluée et observée avec une loupe électronique pour les détails de cette même pièce. La typologie et les caractéristiques de la pièce ont été comparées aux caractéristiques générales de l'industrie microlitique. La pièce a également été observée en direct par un spécialiste en pétrologie et par photographie par un archéologue expert.

    Les comparaisons ont notamment fait appel aux travaux de Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée. Préhistoire de la pierre tailléeGarcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS (voir biographie en fin d'article).

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite