Sciences-Faits-Histoires

Chine

  • Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

    Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

     

    Chine nouvelle espece3

    Vue d'artiste du Dragon Man dans son environnement. Crédit Chuang Zhao 

     

    Le même jour, deux publications, l'une chinoise et l'autre israélienne, revendiquent l'existence de deux nouvelles espèces apparentées au genre Homo (Nesher Ramla Homo et Homo longi). Et compte tenu des datations de ces fossiles, ces deux possibles nouveaux homininés auraient parfaitement pu rencontrer non seulement les néandertaliens mais aussi nos ascendants directs, Homo Sapiens sans parler de Dénisovien pour l'asiatique. Mieux, l'homininé asiatique serait même en fait notre plus proche cousin, raflant ce statut à néandertalien.

    Pour rappel, certaines études génétiques ont affirmé qu'il manquait au moins l'ADN d'un homininé inconnu dans le génome de l'homme moderne, mais aussi des néandertaliens et denisoviens, il n'est donc pas impossible que l'un ou même les deux de ces nouvelles espèces fortement envisagées se soient aussi croisées avec nos propres ancêtres (l'être humain a en effet un certain pourcentage de son ADN actuel attribuable selon les régions à néandertalien et dénisovien:

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

     

    Autre rappel, la génétique nous affirme depuis longtemps que Homo Sapiens (nous) et Néandertalien s'étaient tous deux séparés d'un unique ancêtre commun, avec une date qui recule au fil du temps (estimée à il y a environ 400 000 ans, puis 800 000 ans, l'estimation est maintenant de 1 million d'années.


    Commençons par parler des études israéliennes, plus proche de l'Europe, qui sont toutes deux parues le 25 juin 2021 dans Science et qui s'appuient également sur d'autres publications :

    Des fouilles dans un gouffre israélien ont dévoilé un groupe d'hominidés de l'âge de pierre jusqu'alors inconnu qui a contribué à l'évolution du genre humain (Homo). Les habitants d'un site appelé Nesher Ramla, qui vivaient il y a environ 140 000 à 120 000 ans, rejoignent les Néandertaliens et les Dénisoviens en tant que troisième population homo eurasienne qui s'est culturellement mêlée et peut-être croisée avec l'ancien Homo sapiens (amenant à l'homme moderne), selon les chercheurs, qui l'ont provisoirement nommé Nesher Ramla Homo.

    De plus, les fossiles d'hominidés précédemment trouvés dans trois grottes israéliennesqui datent d'il y a environ 420 000 ans, appartiennent probablement aussi à l'ancienne population représentée par les découvertes de Nesher Ramla, selon une équipe internationale dirigée par le paléoanthropologue Israel Hershkovitz.

    « Nesher Ramla Homo était l'un des derniers survivants d'un ancien groupe [d'hominidés] qui a contribué à l'évolution des populations de Néandertaliens européens et d'Homo d'Asie de l'Est », explique Hershkovitz. (YH : cette nouvelle espèce, pour l'instant, aurait donc vécu de 420 000 ans à 120 000 ans environlocalement).

    Les travaux de Nesher Ramla ont mis au jour cinq morceaux d'une boîte crânienne et une mâchoire inférieure presque complète contenant une dent molaire. Ces fossiles ressemblent à certains égards aux Néandertaliens et à d'autres hominidés rappellant certains fossiles souvent classés à tord ou à raison comme Homo heidelbergensis, une espèce pré-néandertalienne qui aurait occupé des parties de l'Afrique, de l'Europe et peut-être de l'Asie de l'Est depuis environ 700 000 ans ( SN : 15/5/19 ).

     

    Israel fossiles nouvelle espece

    Des parties d'une mâchoire (à gauche) et d'une boîte crânienne (à droite), trouvées sur le site israélien de Nesher Ramla, représentent une ancienne population d'hominidés qui a contribué à l'évolution des Néandertaliens européens et peut-être d'anciens groupes Homo en Asie de l'Est, selon les chercheurs. AVI LEVIN ET ILAN THEILER/FACULTÉ DE MÉDECINE SACKLER/TEL AVIV UNIV.

     

    Dans les sédiments fossilifères, l'équipe de Hershkovitz a déterré environ 6 000 artefacts en pierre et plusieurs milliers d'os de gazelles, de chevaux, de tortues et d'autres animaux. Certains de ces os contenaient des marques d'outils en pierre faites lors de l'enlèvement de la viande.

    Des combinaisons de traits sur certains fossiles d'Hominidés chinois, y compris une mâchoire d'enfant datant peut-être de plus de 200 000 ans (YH : et ayant une croissance des dents identique à celle de l'homme moderne !), ressemblent à l'apparence des nouveaux fossiles israéliens, dit Hershkovitz ( SN: 1/16/19 ). Les anciens groupes Homo ayant des racines à Nesher Ramla ont peut-être atteint l'Asie de l'Est et se sont peut-être mariés avec certains groupes qui y vivent déjà, spécule-t-il.

    Mais Nesher Ramla Homo n'a pas eu à aller jusqu'en Asie de l'Est pour interagir avec d'autres groupes d'hominidés. Les outils en pierre trouvés avec les fossiles de Nesher Ramla Homo correspondent à des outils d'âge comparable fabriqués à partir de morceaux de roche préparés par H. sapiens à proximité ( SN: 1/25/18). Nesher Ramla Homo et H. sapiens doivent avoir échangé des connaissances sur la fabrication d'outils en pierre, et peut-être se sont mélangés, dit HershkovitzLes tentatives d'extraction de l'ADN des fossiles de Nesher Ramla, qui révéleraient si des croisements ont eu lieu, ont échoué.

    Il est intrigant que des outils en pierre généralement associés à H. sapiens aient été trouvés avec des fossiles aussi distinctifs, explique le paléoanthropologue John Hawks de l'Université du Wisconsin-Madison, qui n'a pas participé à la nouvelle recherche. " Ce n'est pas un flingue qui prouve qu'il y a eu des interactions étroites entre Nesher Ramla Homo et Homo sapiens, mais c'est très suggestif." YH : et il est bien sûr impossible de connaître les contributions de Néandertalien à l'Homo Sapiens et inversement (ainsi que celles de Denisovien et autres d'ailleurs)

     

    Israel nouvelle espece2

    Les outils en pierre fabriqués par une ancienne population Homo au Moyen-Orient (illustrés) ressemblent à ceux fabriqués à la même époque par les Homo sapiens voisins, suggérant que les deux groupes avaient des contacts étroits.TAL ROGOVSKI

     

    Les preuves de Nesher Ramla correspondent à un scénario dans lequel le genre Homo a évolué en tant que populations et espèces étroitement liées du Pléistocène moyen, y compris les Néandertaliens, les Denisoviens et H. sapiensDes groupes basés dans des régions méridionales habitables se sont déplacés dans une grande partie de l'Europe et de l'Asie pendant des étendues relativement chaudes et humides, écrit la paléoanthropologue Marta Mirazón Lahr de l'Université de Cambridge dans un commentaire publié avec les nouvelles études. Ces anciens groupes se sont croisés, se sont fragmentés, se sont éteints ou se sont recombinés avec d'autres groupes Homo en cours de route, produisant une variété d'apparences squelettiques observées dans les fossiles d' Homo européens et est-asiatiques, suggère Lahr.

    Le mélange génétique et culturel des groupes d'Homo eurasiens au cours de la période du Pléistocène moyen – qui s'étendait d'environ 789 000 à 130 000 ans – s'est produit trop fréquemment pour permettre l'évolution d'une espèce distincte dans ce cas, selon l'équipe.

    Ces fossiles compliquent encore l'arbre généalogique humain, qui est devenu plus complexe ces dernières années avec des ajouts tels que H. naledi d'Afrique du Sud et le H. luzonensis proposé aux Philippines ( SN : 9/10/15 ; SN : 4/10 /19 ). YH : Sans oublier que plusieurs autres fossiles, comme cette machoire pêchée du côté de Taïwan en 2015 ou d'autres en Asie, posent également le même type de question.

    « C’est un hominidé plus archaïque que Néandertal, mais c’est le premier hominidé découvert qui utilise un type d’outil de pierre utilisé par Sapiens », explique l’une des coauteures de l’étude publiée jeudi dans la revue Science, Marion Prévost, de l’Université hébraïque de Jérusalem. Cela ouvre la porte à la possibilité que les néandertaliens, qui ont vécu en Europe jusqu’à il y a 40 000 ans (YH : Non, tout indique qu'on trouve encore néandertalien il y a 29 000 ans et peut-être moins dans le sud de l'Europe), aient appris d’autres techniques de taille de la pierre de l’homme de Nesher Ramla plutôt que de Sapiens. « Il est possible que Nesher Ramla ait migré vers l’Europe et engendré le néandertalien », dit Mme Prévost.

    Le type d’outil jusqu’à maintenant propre à Sapiens, qui a aussi été découvert sur le site israélien, s’appelle une coupe de pierre « levallois centripète ».

    Un autre outil trouvé sur le site a attiré l’attention des paléontologues. « C’est un outil qu’on ne retrouve nulle part ailleurs au Levant, qui a deux types de coupes le long du manche, pour servir à la fois de couteau et de racloir, dit Mme Prévost. On retrouve ce type d’outil ailleurs dans le monde. Il s’agit probablement d’une évolution technologique indépendante. » Ce type d’outil est plus ancien que ceux qu’utilisaient Homo sapiens.

     

    Israel site nouvelle espece

    Le site de Nesher Ramla - PHOTO FOURNIE PAR YOSSI ZAIDNER

     

    Le site a été découvert en 2010 lors du creusage d’une carrière, et des fouilles de sauvetage ont été faites jusqu’en 2012. Les paléontologues font leurs analyses depuis. « Nous avons 80 000 outils de pierre à examiner, alors nous n’avons pas fini », dit Mme PrévostL’homme de Nesher Ramla présente quelques similitudes avec un autre hominidé archaïque retrouvé en Israël dans la caverne de Qesem, découverte en 2000, qui n’a jamais été formellement identifié. Il pourrait aussi présenter des similitudes avec des individus d’autres sites mis au jour dans la péninsule arabique, selon Mme Prévost.

     

    Voir les sources en bas de l'article.

     

    Lire la suite ci-dessous pour la nouvelle espèce revendiquée en Chine :

    Lire la suite

  • Chine : la mystérieuse civilisation Sanxingdui - 4900 à 2316 BP

    Chine : la mystérieuse civilisation Sanxingdui 4800 à 2316 BP

     

    Shu china mask

    Un masque en bronze repésentant un dieu ? Musée de Sanxingdui

     

    Ses datations ne sont pas figées, et les différents sites en parlant se contredisent souvent à leur sujet. Même l'UNESCO, dans sa page qui lui est consacrée, annonce cette culture comme datée du 29ème siècle au 5ème siècle Avant JC (4800 à 2316 Avant le Présent en fait), tout en parlant plus bas de sa fin en 316 Avant JC (donc 4ème siècle AV).

    Considéré comme étant l'état Shu d'après son endroit, ce dernier faisait surtout partie des légendes et mythes chinois, jusqu'à la découverte du site principal en 1929, seulement fouillé un peu en 1934, puis surtout à partir de 1986.

    Au printemps 1929, Yan Daocheng, un fermier de Nanxing, surveillait les travaux de creusement d’un fossé d’irrigation qu’effectuait son fils, près de la demeure familiale.  En creusant, Yan Qing, le fils, heurta une pièce de jade; surpris, il appela son père qui accourut aussitôt. En fait, ce n’était pas une seule pièce de jade que les deux hommes allaient trouver, mais près de 400 ! Ils se hâtèrent donc de recouvrir leur découverte avec de la terre. À la nuit tombée, toute la famille Yan (5 personnes) se rendit au site pour prendre les jades et les conserver secrètement. Sans le savoir, Yao Daocheng venait d’entrouvrir la porte du royaume de Shu, une civilisation provenant surtout de légendes et d'une poignée de textes historiques...

     

    Shu sanxingdui10

    Musée de Sanxingdui

     

    En 1934, des fouilles de dix jours permirent de découvrir quelque 400 autres jades et poteries.  Puis, dans les décennies 50 et 60, les recherches permirent de cerner davantage les endroits importants du site. Par exemple, en 1963, un professeur d’archéologie, qui faisait de l’excavation à Sanxingdui, déclara à ses étudiants : « Les vestiges abondent tellement ici que ce lieu doit être une ville centrale du royaume de Shu ». Au cours des excavations subséquentes, sa remarque allait s’avérer exacte. En effet, le 1er mars 1986, débutaient les excavations les plus importantes de l’histoire de Sanxingdui, menées en commun par l’université du Sichuan, l’Institut de recherche archéologique du Sichuan et la ville de Guanghan. Au cours de ces fouilles, on déterra neuf vestiges de maisons et 101 fosses funéraires, ce qui permit de trouver plus de 100 000 poteries et quelque 500 bronzes, jades et laques. Le 1er juillet de la même année, ce sera au tour de la fosse no 1 de révéler ses secrets avec ses 400 objets, dont des sceptres et des masques en or, des images en bronze, des tablettes et des épées en jade, de même que des objets en ivoire. Vingt-sept jours plus tard, la fosse no 2 laissera paraître plus de 800 pièces, dont  l’homme debout en bronze, le masque en bronze avec l’œil à la verticale et l’arbre de vie sacré, désormais des pièces célèbres.

     

    Shu sanxingdui3

    Gigantesque arbre de vie de plus de 4 mètres en bronze - Musée de Sanxingdui

     

    Les murs d'une ville furent également trouvés en 1996 et, après des fouilles, les archéologues découvrirent que le site couvrait une superficie de 12 km2, ce qui en fait à ce jour la plus grande ville d'Asie de cette importance jamais découverte (pour l'âge du bronze).

    Jusqu’à la découverte des vestiges de Sanxingdui, l’existence du royaume de Shu, dont les débuts remontent à l’ère du néolithique et qui a duré plus de 2 000 ans, faisait plus ou moins partie de la légende. Mais aujourd’hui, à Guanghan, province du Sichuan, se dresse un musée ultramoderne qui illustre le cheminement de ce qui fut bien plus qu’un simple royaume en Chine mais une véritable civilisation.

    « Il semble que l’histoire de la Chine ne sera plus la même. Nous avons non seulement la culture du fleuve Jaune mais aussi la culture du Yangtsé…Sanxingdui représente la culture du fleuve Yangtsé.» C’est ainsi que s’est exprimé le président Jiang Zemin, le 21 avril 1999 à Sanxingdui, pour qualifier ces vestiges qui attestent, eux aussi, de l’existence d’une culture chinoise cinq fois millénaire.

    Vu l’éloignement dans le temps, on a longtemps cru que le royaume de Shu appartenait à la légende, mais les découvertes effectuées à Sanxingdui  ont concrétisé son existence. Maintenant, les cercles scientifiques divisent la culture de Shu en quatre périodes : la première correspond au néolithique; la deuxième, qui touche à sa formation à proprement parler, s’étend durant les Xia et les Shang, époque pendant laquelle les murs de la Cité de Shu furent érigés; la troisième correspond à son âge d’or, à la fin de la dynastie des Shang, et la quatrième, au déclin de la culture, au début des Zhou.  En outre, on sait maintenant que Sanxingdui était un royaume florissant au pouvoir considérable, et que sa position était  bien établie malgré une certaine dépendance. Le troc et l’agriculture y étaient florissants.

    Bien que les objets trouvés livrent peu à peu des bribes d’histoire, de nombreuses interrogations ne sont pas encore totalement éclaircies. Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Chine : une sculpture 3D d'oiseau en os de 13 500 ans

    Chine : une sculpture 3D d'oiseau en os de 13 800 à 13 000 ans

     

    Oldest chinese art

    Photo (en haut) et reconstruction 3D par microtomographie (en bas) de la sculpture d'oiseau miniature. Crédit: Francesco d’Errico et Luc Doyon

     

    Une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une sculpture sur os magnifiquement préservée représentant un petit oiseau sur le site paléolithique de Lingjing, dans le Henan, en Chine. L'œuvre ancienne, datant de 13 800 à 13 000 ans, est la plus ancienne œuvre d'art 3D trouvée en Asie de l'Est, témoignant d'une longue tradition artistique spécifique à la région.

    La plupart des œuvres d'art tridimensionnelles anciennes ont été découvertes en Europe. En 2007, une équipe dirigée par Nicholas Conard de l'Université de Tübingen en Allemagne a découvert une minuscule figurine d'un mammouth laineux, mesurant seulement 3,7 cm de long et pesant à peine 7,5 grammes, à partir d'un site situé à 1 km au nord-ouest de Stetten-ob-Lontal , Bade-Wurtemberg, Allemagne. Datée de 33 000 ans avant notre ère, la figurine de mammouth a été habilement sculptée, montrant une grande attention aux détails.

    Conard a également découvert la plus ancienne figurine représentant un humain, une sculpture d'une petite figure vieille de 35 000 ans, avec des bras courts se terminant par cinq doigts. La figurine de "Vénus" a été trouvée à trois mètres sous terre, dans la grotte de Hohle Fels, dans le sud de l'Allemagne.

    Bien que l'art rupestre le plus ancien connu - l'art rupestre vieux de 44 000 ans du sud de Sulawesi, en Indonésie - soit situé en Asie de l'Est, avant la découverte de Lingjing, la plus ancienne sculpture animale tridimensionnelle du continent n'avait que 4 500 ans/5 000 ans.

    Cela a conduit certains chercheurs à croire qu'il y avait un décalage assez important entre les cultures de chasseurs-cueilleurs européens et asiatiques dans la création d'œuvres d'art en 3D. Maintenant, dans une nouvelle étude dirigée par Zhanyang Li de l'Université du Shandong, en Chine, les archéologues ont jeté un nouvel éclairage sur les premiers arts 3-D de l'humanité.

     

    Chinelingjing

    Fig 1. Localisation et stratigraphie du site de Lingjing et datation au 14C pour le contexte archéologique de la sculpture d'oiseaux. (A) Emplacement de Lingjing (Henan, Chine). (B) Stratigraphie de la séquence sédimentaire avec indication des principaux résultats. (C) Âge calibré au 14C obtenu sur des os brûlés, du charbon de bois et des résidus carbonisés présents sur des tessons de poterie dans le contexte dans lequel la sculpture a été récupérée (voir le tableau 1 pour plus de détails). La barre rouge identifie l'âge d'un échantillon d'os brûlé portant des traces de modification similaires à celles enregistrées sur la sculpture.



    Les fouilles sur le site de Lingjing ont commencé en 2005, exposant 11 couches stratifiées distinctes dont l'âge variait de 120 000 ans à l'âge du bronze. Cependant, les chercheurs ont réalisé qu'ils étaient en difficulté. La cinquième couche avait été enlevée par une opération de creusement de puits en 1958 - mais pas entièrement.

    Un tas de débris depuis la construction du puits était toujours intact. À l'intérieur, Li et ses collègues ont trouvé plusieurs artefacts, y compris des éclats de poterie, des restes d'animaux brûlés, ainsi que la figurine d'oiseau sculptée dans des os.

    « La première fois que nous avons regardé la figurine au microscope, nous n'en croyions pas nos yeux. Non seulement les traces de fabrication ont été bien conservées. Ils ont clairement indiqué que l’artiste était extrêmement habile et capable d’adapter différentes techniques pour sculpter chaque partie de cette minuscule sculpture », a déclaré Francesco D’Errico de l'Université de Bordeaux en France et auteur correspondant de la nouvelle étude.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Chine : Découvertes d'égouts datant de plus de 4000 ans

    Chine : Découvertes d'égouts datant de plus de 4000 ans

     

    Aerial full view pingliangtai city china ancient ruins drainage xinhua

    Une vue complète des ruines de la ville antique de Pingliangtai. (Photo fournie à Xinhua)

     

    Les archéologues découvrent le premier système de drainage urbain de Chine (YH : pas obligatoirement le premier, mais le plus ancien découvert éventuellement...).

    Les archéologues ont mis au jour un certain nombre de tuyaux de drainage en poterie sur un site néolithique de la culture de Longshan datant de plus de 4000 ans et pensent (supposent donc) qu'ils forment le système de drainage urbain le plus ancien et le plus complet de Chine. (YH : Notons tout de même qu'un système hydraulique daté de 5100 ans a déjà été trouvé et attribué à la culture Liangzhu du delta du Yangtze, et son existence a perduré de 5.100 à 4.300 ans avant le présent (BP))... Voir le lien de l'article tout en bas de celui-ci.

    Le système de drainage de la ville a été fouillé dans les ruines de l'ancienne ville de Pingliang Tai, dans la province centrale du Henan en Chine. " Les tuyaux de poterie étaient reliés à des fossés de drainage dans la ville ", a déclaré Cao Yanpeng, chercheur associé à l'Institut provincial des reliques culturelles et d'archéologie du Henan. YH : autrement dit, des égouts d'évacuation d'eaux usées).

    J'ai déjà parlé de la culture Longshan dans cet article : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/chine-decouverte-d-un-peuple-geant-du-neolithique.html

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite