neandertalien

Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

 

Hwltsitngbrd

Le petit art du Paléolithique ancien est un terme collectif désignant les découvertes préhistoriques controversées d'outils en pierre et de pierres de silex du Paléolithique ancien, qui ressemblent à des visages ou à des animaux et sont censés représenter les premières œuvres d'art de l'humanité. Cependant, la majorité des scientifiques ne croient pas à la production de telles sculptures avant le Paléolithique supérieur, mais les considèrent plutôt comme des géofacts (produits naturels). La collection de ces «pierres de figure» par des Néandertaliens ou des formes humaines antérieures est difficile à prouver, bien que de récentes études et découvertes soient actuellement en train de faire évoluer les choses (voir liens en bas). En fait, les premiers arts sembleraient bien pouvoir être attribués à Homo Erectus et les Néandertaliens semblent ne pas être en reste.

 

Bilzingsleben bone

Homo Erectus proto-art os gravé - Domaine public - José-Manuel Benito - Travail personnel

 

Pour la première fois, les anciennes expressions artistiques paléolithiques de l'Homo Erectus peuvent être affirmées avec des séquences rythmées de lignes sur des os du site de Bilzingsleben. Plusieurs os gravés représentent probablement les premières implémentations graphiques d'une pensée humaine. Les lignes incisées ne peuvent pas avoir été créées en les utilisant comme documents de travail, car un fragment d'os présente deux faisceaux de 7 ou 14 lignes parallèles. Un tel arrangement ne peut pas être accidentel. Ils doivent donc avoir été exécutés intentionnellement et être appelés proto-art. Cependant, ce ne sont en aucun cas des représentations figuratives. Mais l'autre surprise est la découverte d'une zone pavée ! C'est un endroit presque circulaire en forme de place d'un diamètre d'environ 9 m. Parfois, des pierres étrangères ont été pressées dans le loess et ne sont qu'en une seule couche. Ce revêtement ne montre que quelques artefacts et donne une impression de "bien rangé". Au nord-ouest de cette place, il y avait une cheminée et un crâne d'auroch, plus une enclume faite d'un bloc de travertin et de plusieurs fragments de crâne humain. Des éclats dans les articulations du bloc de travertin indiquent la rupture des os. Dans quelle mesure cela est lié aux restes de crâne humain n'est toujours pas clair jusqu'à ce que l'examen des éclats soit terminé. Fait intéressant, une rangée de pierres mène également de l'ouest vers le revêtement et se termine non loin du «lieu de travail» illustré ci-dessus. Ce site en Allemagne a bien été daté de 400 000 ans.

 

Engraved object 1 from the bilzingsleben collection on forest elephant bone

Engraved object 1 from the Bilzingsleben collection, on forest elephant bone - Homo Erectus

 

L'extraordinaire site de Bilzingsleben indique également que Homo Erectus fabriquait déjà des structures en bois (cabanes/stockages), des reconstitutions ont été faites sur place, tandis que le site a été mis sous cloche de verre dans un bâtiment qui sert de musée sur place.

 

Des paléoanthropologues ont découvert un coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Ces motifs auraient été gravés par Homo erectus. C'est une découverte pour le moins étonnante : un coquillage, sur lequel des motifs abstraits ont été gravés il y a vraisemblablement 540 000 à 430 000 ans, a été découvert par une équipe internationale de paléoanthropologues.

Selon les auteurs de cette découverte, ces gravures auraient été réalisées par Homo erectus : en effet, le coquillage a été mis au jour sur l'île de Java. Or, à cette époque, Homo erectus était le seul représentant du genre Homo présent dans cette partie du monde.

 

Coquillage gravure abstraite erectus java 500000ans

Ci-dessus, le coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Crédits : Wim Lustenhouwer, VU University Amsterdam

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neandertal-etait-un-marin-graveur-mais-erectus-aussi-bien-avant.html

 

D'autres artefacts gravés très anciens ont été découverts, tant en Afrique qu'en Europe et Asie. Ces artefacts aux datations anciennes ne sont pas tous attribuables à un hominidé particulier ou même à Homo Sapiens car plusieurs hominidés existaient aux même époques, et Homo Sapiens (Home moderne et/ou archaïque) n'a une ancienneté de 300 000 ans (en Afrique du nord) que depuis peu de temps. Voici un exemple !

" ... De même, les inscriptions sur un fragment d'ivoire de mammouth du glacier de Rissian de Whylen, dans le sud de l'Allemagne, semblent notoires (Moog 1939), mais le spécimen a été perdu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La grotte Wonderwerk en Afrique du Sud a donné une plaque de pierre de fer microcristalline soigneusement et délibérément gravée il y a > 276 000 ans. (Bednarik et Beaumont 2012)."

12africa312africa3.pdf (1.52 Mo) - https://www.researchgate.net/figure/Engraved-object-1-from-the-Bilzingsleben-collection-on-forest-elephant-bone_fig10_311707029

Mais parlons maintenant des figurines anciennes, dont certaines sont avérées et d'autres contestées, comme les fameuses centaines de "Venus" découvertes et datées sur une très longue période, recouvrant plusieurs "cultures" inventées par la science pour faciliter son travail de chronologie, ou d'autres figurines comme les statues de Hambourg, sur lesquelles j'ai enquêté à l'occasion de cet article. Voir ci-dessous :

Lire la suite

Néandertalien utilisait des cure-dents !

Néandertalien utilisait des cure-dents !

 

Neanderthal homosapiens

Comparaison entre le crâne d'un Homo Sapiens (moderne) à gauche et celui d'un Néandertalien à droite

 

Contrairement aux idées préconçues et à une publicité actuellement visible à la télévision, les hommes de l'âge de pierre prenaient soin de leurs dents et une nouvelle étude prouve que même néandertalien le faisait. 

Les Néandertaliens d'il y a environ 46 000 ans utilisaient des «cure-dents et une hygiène bucco-dentaire», selon une équipe internationale de scientifiques.

 

En analysant deux dents extraites des couches du Pléistocène de la grotte de Stajnia (Kraków-Częstochowa Upland), en Pologne, l'équipe dirigée par le Dr Wioletta Nowaczewska du Département de biologie humaine de l'Université de Wrocław a trouvé des traces laissées par un cure-dent.

Elle a déclaré: " Il semble que le propriétaire de la dent ait utilisé une hygiène bucco-dentaire. Il y avait probablement entre les deux dernières dents des résidus de nourriture qui devaient être éliminés. Nous ne savons pas de quoi il a fait un cure-dent - un morceau de brindille, un morceau d'os ou d'os de poisson. Il devait s'agir d'un objet cylindrique assez rigide, que l'individu utilisait assez souvent pour laisser une trace claire."

Ceci est le deuxième exemple connu de telles procédures hygiéniques pratiquées par les Néandertaliens de Stajnia Cave. Des traces similaires ont été conservées sur une autre dent trouvée plus tôt dans la grotte.

Les scientifiques pensent également que les dents, une dent de sagesse (troisième molaire inférieure) et une prémolaire supérieure, appartenaient à un individu de plus de 30 ans, et l'autre à un homme légèrement plus jeune dans la vingtaine.

 

Pologne dentneandertalien1

Image : Dr Marcin Binkowski de l'Université de Silésie

 

Cependant, ils n'ont trouvé aucun changement pathologique indiquant des troubles de la croissance de l'émail, une hypoplasie ou des caries. Ils notent que la dent de sagesse présente des signes d'usure sévère, qui peuvent être liés à la consommation d'aliments durs.

Pour déterminer si la dent appartenait à notre ancêtre immédiat (Homo sapiens - Cro-Magnon) ou à un parent fossile (Homo neanderthalensis), les scientifiques ont évalué la structure de la couronne de la dent, l'épaisseur de l'émail, le contour de la surface de la dentine et le microtraumatisme de la surface de la couronne. 

Ils ont comparé les données avec d'autres données sur les dents des Néandertaliens, ainsi que des représentants fossiles et contemporains de notre espèce.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Neanderthal pêchait en mer il y a 100 000 ans

Neanderthal pêchait en mer il y a 100 000 ans

 

Neanderthals figueirabrava portugal

 

Les Néandertaliens ont été les pionniers de l'exploitation des ressources marines: étude de l'université de Barcelone publiée dans Science.

La revue Science a publié une étude menée par le chercheur de l'ICREA João Zilhão de l'Université de Barcelone sur les fouilles des grottes de Cueva de Figueira Brava, au Portugal, qui ont été utilisées comme abri par les populations néandertaliennes il y a environ 86 000 à 106 000 ans. L'étude révèle que la pêche et la cueillette de coquillages ont contribué de manière significative à l'économie de subsistance des habitants de Figueira Brava. La pertinence de cette découverte réside dans le fait que jusqu'à présent, il y avait peu de preuves que ces pratiques étaient courantes chez les Néandertaliens.

Concernant les conséquences de cette étude, João Zilhão note qu' " un modèle influent sur nos origines suggère que la consommation commune de ressources en eau, riches en Oméga3 et autres acides gras qui favorisent le développement des tissus cérébraux, auraient accru les capacités cognitives de l'anatomie moderne c'est-à-dire les humains qui, en Afrique, étaient contemporains des Néandertaliens et sont généralement considérés (YH : à ce jour) comme les seuls ancêtres de l'actuel Homo sapiens. ". Mais les résultats de la fouille de Figueira Brava révèlent que si cette consommation commune de ressources marines a joué un rôle important dans le développement des compétences cognitives, elle l'a fait pour toute l'humanité, y compris les Néandertaliens, et pas seulement la population africaine qui s'est propagée plus tard. "

Zilhão, membre du Séminaire d'études et de recherches préhistoriques (SERP-UB), cite " des preuves qui se sont accumulées au cours de la dernière décennie pour montrer que les Néandertaliens avaient une culture matérielle symbolique ". Il y a deux ans, en 2018, les revues Science et Science Advances ont publié deux études co-dirigées par João Zilhão rapportant qu'il y a plus de 65000 ans, les Néandertaliens faisaient des peintures rupestres dans au moins trois grottes de la péninsule ibérique: La Pasiega, Maltravieso et Ardales ( Science ).

De plus, il y a plus de 115 000 ans à Cueva de los Aviones (Murcie, Espagne), ils utilisaient des coquilles marines perforées et des restes d'ocre comme pendentifs et conteneurs de coquilles avec des résidus de mélanges complexes de pigments ( Science Advances ). Ces découvertes " soutiennent une vision de l'évolution humaine dans laquelle les variantes fossiles connues, telles que les Néandertaliens en Europe et les contemporains anatomiques africains devraient être comprises comme des restes de nos ancêtres, et non comme des espèces différentes supérieures-inférieures ", note Zilhão.

Lire la suite ci-dessous) :

Lire la suite