Sciences-Faits-Histoires

néanderthal

  • Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

    Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

     

    Chine nouvelle espece3

    Vue d'artiste du Dragon Man dans son environnement. Crédit Chuang Zhao 

     

    Le même jour, deux publications, l'une chinoise et l'autre israélienne, revendiquent l'existence de deux nouvelles espèces apparentées au genre Homo (Nesher Ramla Homo et Homo longi). Et compte tenu des datations de ces fossiles, ces deux possibles nouveaux homininés auraient parfaitement pu rencontrer non seulement les néandertaliens mais aussi nos ascendants directs, Homo Sapiens sans parler de Dénisovien pour l'asiatique. Mieux, l'homininé asiatique serait même en fait notre plus proche cousin, raflant ce statut à néandertalien.

    Pour rappel, certaines études génétiques ont affirmé qu'il manquait au moins l'ADN d'un homininé inconnu dans le génome de l'homme moderne, mais aussi des néandertaliens et denisoviens, il n'est donc pas impossible que l'un ou même les deux de ces nouvelles espèces fortement envisagées se soient aussi croisées avec nos propres ancêtres (l'être humain a en effet un certain pourcentage de son ADN actuel attribuable selon les régions à néandertalien et dénisovien:

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

     

    Autre rappel, la génétique nous affirme depuis longtemps que Homo Sapiens (nous) et Néandertalien s'étaient tous deux séparés d'un unique ancêtre commun, avec une date qui recule au fil du temps (estimée à il y a environ 400 000 ans, puis 800 000 ans, l'estimation est maintenant de 1 million d'années.


    Commençons par parler des études israéliennes, plus proche de l'Europe, qui sont toutes deux parues le 25 juin 2021 dans Science et qui s'appuient également sur d'autres publications :

    Des fouilles dans un gouffre israélien ont dévoilé un groupe d'hominidés de l'âge de pierre jusqu'alors inconnu qui a contribué à l'évolution du genre humain (Homo). Les habitants d'un site appelé Nesher Ramla, qui vivaient il y a environ 140 000 à 120 000 ans, rejoignent les Néandertaliens et les Dénisoviens en tant que troisième population homo eurasienne qui s'est culturellement mêlée et peut-être croisée avec l'ancien Homo sapiens (amenant à l'homme moderne), selon les chercheurs, qui l'ont provisoirement nommé Nesher Ramla Homo.

    De plus, les fossiles d'hominidés précédemment trouvés dans trois grottes israéliennesqui datent d'il y a environ 420 000 ans, appartiennent probablement aussi à l'ancienne population représentée par les découvertes de Nesher Ramla, selon une équipe internationale dirigée par le paléoanthropologue Israel Hershkovitz.

    « Nesher Ramla Homo était l'un des derniers survivants d'un ancien groupe [d'hominidés] qui a contribué à l'évolution des populations de Néandertaliens européens et d'Homo d'Asie de l'Est », explique Hershkovitz. (YH : cette nouvelle espèce, pour l'instant, aurait donc vécu de 420 000 ans à 120 000 ans environlocalement).

    Les travaux de Nesher Ramla ont mis au jour cinq morceaux d'une boîte crânienne et une mâchoire inférieure presque complète contenant une dent molaire. Ces fossiles ressemblent à certains égards aux Néandertaliens et à d'autres hominidés rappellant certains fossiles souvent classés à tord ou à raison comme Homo heidelbergensis, une espèce pré-néandertalienne qui aurait occupé des parties de l'Afrique, de l'Europe et peut-être de l'Asie de l'Est depuis environ 700 000 ans ( SN : 15/5/19 ).

     

    Israel fossiles nouvelle espece

    Des parties d'une mâchoire (à gauche) et d'une boîte crânienne (à droite), trouvées sur le site israélien de Nesher Ramla, représentent une ancienne population d'hominidés qui a contribué à l'évolution des Néandertaliens européens et peut-être d'anciens groupes Homo en Asie de l'Est, selon les chercheurs. AVI LEVIN ET ILAN THEILER/FACULTÉ DE MÉDECINE SACKLER/TEL AVIV UNIV.

     

    Dans les sédiments fossilifères, l'équipe de Hershkovitz a déterré environ 6 000 artefacts en pierre et plusieurs milliers d'os de gazelles, de chevaux, de tortues et d'autres animaux. Certains de ces os contenaient des marques d'outils en pierre faites lors de l'enlèvement de la viande.

    Des combinaisons de traits sur certains fossiles d'Hominidés chinois, y compris une mâchoire d'enfant datant peut-être de plus de 200 000 ans (YH : et ayant une croissance des dents identique à celle de l'homme moderne !), ressemblent à l'apparence des nouveaux fossiles israéliens, dit Hershkovitz ( SN: 1/16/19 ). Les anciens groupes Homo ayant des racines à Nesher Ramla ont peut-être atteint l'Asie de l'Est et se sont peut-être mariés avec certains groupes qui y vivent déjà, spécule-t-il.

    Mais Nesher Ramla Homo n'a pas eu à aller jusqu'en Asie de l'Est pour interagir avec d'autres groupes d'hominidés. Les outils en pierre trouvés avec les fossiles de Nesher Ramla Homo correspondent à des outils d'âge comparable fabriqués à partir de morceaux de roche préparés par H. sapiens à proximité ( SN: 1/25/18). Nesher Ramla Homo et H. sapiens doivent avoir échangé des connaissances sur la fabrication d'outils en pierre, et peut-être se sont mélangés, dit HershkovitzLes tentatives d'extraction de l'ADN des fossiles de Nesher Ramla, qui révéleraient si des croisements ont eu lieu, ont échoué.

    Il est intrigant que des outils en pierre généralement associés à H. sapiens aient été trouvés avec des fossiles aussi distinctifs, explique le paléoanthropologue John Hawks de l'Université du Wisconsin-Madison, qui n'a pas participé à la nouvelle recherche. " Ce n'est pas un flingue qui prouve qu'il y a eu des interactions étroites entre Nesher Ramla Homo et Homo sapiens, mais c'est très suggestif." YH : et il est bien sûr impossible de connaître les contributions de Néandertalien à l'Homo Sapiens et inversement (ainsi que celles de Denisovien et autres d'ailleurs)

     

    Israel nouvelle espece2

    Les outils en pierre fabriqués par une ancienne population Homo au Moyen-Orient (illustrés) ressemblent à ceux fabriqués à la même époque par les Homo sapiens voisins, suggérant que les deux groupes avaient des contacts étroits.TAL ROGOVSKI

     

    Les preuves de Nesher Ramla correspondent à un scénario dans lequel le genre Homo a évolué en tant que populations et espèces étroitement liées du Pléistocène moyen, y compris les Néandertaliens, les Denisoviens et H. sapiensDes groupes basés dans des régions méridionales habitables se sont déplacés dans une grande partie de l'Europe et de l'Asie pendant des étendues relativement chaudes et humides, écrit la paléoanthropologue Marta Mirazón Lahr de l'Université de Cambridge dans un commentaire publié avec les nouvelles études. Ces anciens groupes se sont croisés, se sont fragmentés, se sont éteints ou se sont recombinés avec d'autres groupes Homo en cours de route, produisant une variété d'apparences squelettiques observées dans les fossiles d' Homo européens et est-asiatiques, suggère Lahr.

    Le mélange génétique et culturel des groupes d'Homo eurasiens au cours de la période du Pléistocène moyen – qui s'étendait d'environ 789 000 à 130 000 ans – s'est produit trop fréquemment pour permettre l'évolution d'une espèce distincte dans ce cas, selon l'équipe.

    Ces fossiles compliquent encore l'arbre généalogique humain, qui est devenu plus complexe ces dernières années avec des ajouts tels que H. naledi d'Afrique du Sud et le H. luzonensis proposé aux Philippines ( SN : 9/10/15 ; SN : 4/10 /19 ). YH : Sans oublier que plusieurs autres fossiles, comme cette machoire pêchée du côté de Taïwan en 2015 ou d'autres en Asie, posent également le même type de question.

    « C’est un hominidé plus archaïque que Néandertal, mais c’est le premier hominidé découvert qui utilise un type d’outil de pierre utilisé par Sapiens », explique l’une des coauteures de l’étude publiée jeudi dans la revue Science, Marion Prévost, de l’Université hébraïque de Jérusalem. Cela ouvre la porte à la possibilité que les néandertaliens, qui ont vécu en Europe jusqu’à il y a 40 000 ans (YH : Non, tout indique qu'on trouve encore néandertalien il y a 29 000 ans et peut-être moins dans le sud de l'Europe), aient appris d’autres techniques de taille de la pierre de l’homme de Nesher Ramla plutôt que de Sapiens. « Il est possible que Nesher Ramla ait migré vers l’Europe et engendré le néandertalien », dit Mme Prévost.

    Le type d’outil jusqu’à maintenant propre à Sapiens, qui a aussi été découvert sur le site israélien, s’appelle une coupe de pierre « levallois centripète ».

    Un autre outil trouvé sur le site a attiré l’attention des paléontologues. « C’est un outil qu’on ne retrouve nulle part ailleurs au Levant, qui a deux types de coupes le long du manche, pour servir à la fois de couteau et de racloir, dit Mme Prévost. On retrouve ce type d’outil ailleurs dans le monde. Il s’agit probablement d’une évolution technologique indépendante. » Ce type d’outil est plus ancien que ceux qu’utilisaient Homo sapiens.

     

    Israel site nouvelle espece

    Le site de Nesher Ramla - PHOTO FOURNIE PAR YOSSI ZAIDNER

     

    Le site a été découvert en 2010 lors du creusage d’une carrière, et des fouilles de sauvetage ont été faites jusqu’en 2012. Les paléontologues font leurs analyses depuis. « Nous avons 80 000 outils de pierre à examiner, alors nous n’avons pas fini », dit Mme PrévostL’homme de Nesher Ramla présente quelques similitudes avec un autre hominidé archaïque retrouvé en Israël dans la caverne de Qesem, découverte en 2000, qui n’a jamais été formellement identifié. Il pourrait aussi présenter des similitudes avec des individus d’autres sites mis au jour dans la péninsule arabique, selon Mme Prévost.

     

    Voir les sources en bas de l'article.

     

    Lire la suite ci-dessous pour la nouvelle espèce revendiquée en Chine :

    Lire la suite

  • Néandertalien avait très probablement un langage

    Néandertalien avait très probablement un langage

     

    Néandertalien : changement de paradigme scientifique

     

    Neanderthal speech

    Une reconstruction d'un homme et d'une femme de Néandertal - S. ENTRESSANGLE / E. DAYNES / BIBLIOTHÈQUE DE PHOTOS SCIENCES


     

    Décidément, l'actualité scientifique sur l'Homme de Néandertal m'y fait revenir de plus en plus souvent. Deux publications sont sorties pratiquement en même temps, l'une concluant à un profond changement du consensus scientifique les concernant (surtout sur sa disparition) et l'autre concluant que néandertalien possédait tous les attributs physiques pour avoir un langage articulé et des oreilles tout aussi adéquates que les nôtres pour l'entendre.

    La première a été publiée dans les Rapports Scientifiques (https://phys.org/journals/scientific-reports/) :

    Changement du consensus scientifique sur la disparition des Néandertaliens

     

    On ne sait toujours pas comment les Néandertaliens sont morts. Pendant longtemps, une théorie a semblé la plus probable: l'émergence des Homo sapiens hautement intelligents, ou humains modernes. Cette hypothèse de concurrence n'est plus la théorie dominante parmi les scientifiques, comme l'ont montré des recherches parmi les archéologues et les anthropologues.

    Pensez aux Néandertaliens et vous êtes susceptible de penser à un groupe de sauvages, une sorte de demi-singe qui pâlit par rapport aux humains modernes avec leur intelligence illimitée et leurs manières raffinées. Cette image est souvent liée à la disparition des Néandertaliens: ils ont dû mourir lorsque leur cousin intelligent Homo sapiens est entré en scène.

    Mais des recherches récentes à l'université de Leiden ont montré que la plupart des experts - en archéologie ou en anthropologie paléolithique - ne croient plus que cette théorie de la concurrence soit l'explication la plus plausible de la disparition des Néandertaliens. La plupart des scientifiques pensent maintenant qu'une explication démographique est plus probable. C'est ce que les auteurs ont découvert après avoir interrogé 216 collègues des Pays-Bas et de l'étranger.

    " Les résultats nous ont surpris "

    « Pour être honnête, les résultats nous ont surpris », déclare l'archéologue paléolithique Gerrit Dusseldorp, co-auteur de l'article. " L'hypothèse de la concurrence est profondément enracinée dans l'esprit des gens - les scientifiques aussi. Nous nous attendions à ce qu'il y ait un large soutien pour cette hypothèse, mais cela ne s'est pas avéré être le cas."

    Dusseldorp attribue ce changement de paradigme à des découvertes récentes qui rendent l'hypothèse de la concurrence moins plausible. Des recherches antérieures à Leiden ont montré que les Néandertaliens " stupides '' (il a failli s'appeler Homo Stupidus ^^) fabriquaient du goudron à partir d'écorce de bouleau et l'utilisaient pour coller des fers de lance à une lance. Pas si stupide après tout. Et en février, il a été annoncé que les Néandertaliens avaient laissé des peintures rupestres en Espagne, alors que, pendant longtemps, l'art n'avait été attribué qu'aux humains modernes.

    Les différences archéologiques disparaissent presque complètement

    Cela signifie que les différences archéologiques entre les Néandertaliens et les Homo sapiens ont presque complètement disparu, a récemment déclaré le collègue de Dusseldorp, Wil Roebroeks, à la chaîne NOSDusseldorp ajoute: " Il semblerait que les Néandertaliens étaient à peu près aussi intelligents que les Homo sapiens, à condition que vous les compariez à la même période." Les Néandertaliens et les Homo sapiens ont parcouru la terre ensemble il y a 200 000 ans, et il semble que ces contemporains étaient plus ou moins également développés.

    Mais quelle est alors une explication plausible à la disparition des Néandertaliens ? La plupart des répondants pensent que la cause principale est les facteurs démographiquesDusseldorp: " Les Néandertaliens vivaient en groupes plus petits que les Homo sapiens, par exemple. La consanguinité et un manque de variation génétique peuvent avoir joué un rôle." De plus, certains des Néandertaliens semblent avoir été subsumés dans les humains modernes : vous trouvez toujours de l'ADN de Néandertal dans le génome humain. Une sorte de dilution génétique donc.

    Relativement peu de matière reste

    Ainsi, la mort des Néandertaliens n'est en aucun cas une fatalité. C'est en partie parce qu'il y a relativement peu de matériaux restants, ce qui signifie que les pièces manquantes sont plus grandes que celles qui ont été trouvées. Mais jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté, Dusseldorp a ce qui suit à dire à ses collègues, attachés de presse et journalistes scientifiques: " Arrêtons de considérer la thèse du concours comme la norme. Je lis encore trop souvent comment les Néandertaliens étaient plus intelligents qu'on ne le pensait, alors que la plupart des experts n'ont pas considéré cette espèce humaine comme stupide depuis longtemps. "

    Préférence politique sans importance

    Les auteurs ont également cherché à savoir si la préférence politique avait une incidence sur l'explication qu'un scientifique estime être la plus probableDusseldorp: " Nous avions entendu dire que plus de collègues de droite étaient plus susceptibles de soutenir l'hypothèse de concurrence alors que les plus de gauche avaient tendance à préférer les explications démographiques. Mais ce n'était que anecdotique." Maintenant qu'elle a été étudiée, cette théorie peut être mise au rebut: les scientifiques n'ont trouvé aucune preuve significative à ce sujet.

    Krist Vaesen et al. Un consensus émergent en paléoanthropologie: la démographie a été le principal facteur responsable de la disparition des Néandertaliens, rapports scientifiques (2021). DOI: 10.1038 / s41598-021-84410-7

     

    La seconde publication est plus technique et a été publiée dans Nature Ecology and Evolution , DOI: 10.1038 / s41559-021-01391-6

    Les oreilles de Néandertal étaient réglées pour entendre la parole comme les humains modernes
     

    Les reconstructions virtuelles des oreilles de Néandertal montrent que nos cousins ​​éteints avaient la même capacité physique d'entendre que les humains modernes, et par déduction pourraient également émettre les mêmes sons que nous le pouvons - bien qu'il est encore inconnu de savoir si ils parlaient réellement une langue.

    « Nous ne savons pas s'ils avaient une langue, mais au moins ils avaient toutes les parties anatomiques nécessaires pour avoir le genre de discours que nous avons », explique Mercedes Conde-Valverde de l'Université d'Alcalá en Espagne. " Ce n'est pas qu'ils parlaient la même langue (que nous), ni l'anglais, ni l'espagnol, rien de tout cela. Mais si nous pouvions les entendre, nous reconnaîtrions que c'étaient des humains."

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des traces des denisoviens dans l'ADN des islandais

    Des traces de néandertalo-denisoviens dans l'ADN des islandais

     

    Islande neandertal

    L'ADN des Islandais apporte de nouvelles connaissances sur les espèces humaines disparues 
    [Crédit: Université Arhuus]

     

    Une équipe internationale de chercheurs a mis au point une nouvelle image des Néandertaliens basée sur les gènes que les Néandertaliens ont laissés dans l'ADN des humains modernes lorsqu'ils avaient des enfants avec eux il y a environ 50 000 ans. Les chercheurs ont découvert les nouvelles pièces du puzzle en analysant les génomes de plus de 27 000 Islandais. Entre autres choses, ils ont découvert que les femmes néandertaliennes accouchaient lorsqu'elles étaient plus âgées que les femmes homo-sapiennes de cette époque, et que les hommes néandertaliens devenaient pères lorsqu'ils étaient plus jeunes.

    On sait maintenant qu'un groupe de nos ancêtres a quitté l'Afrique entre -60 000 et -50 000 ans et, il y a environ 50 000 ans, a rencontré des Néandertaliens en Europe, puis a eu des enfants avec eux.

    Maintenant, une nouvelle analyse montre que les Néandertaliens ont peut-être eu des enfants avec une autre espèce humaine éteinte (Denisoviens), avant de rencontrer Homo Sapiens, et que ces enfants ont été fertiles et ont transféré des gènes des deux espèces à des hommes modernes.

    " Ici, nous examinons l'effet de cet événement en utilisant 14,4 millions de fragments de chromosomes archaïques putatifs qui ont été détectés dans des séquences de génome entier entièrement phasées provenant de 27 566 Islandais, correspondant à une gamme de 56 388–112 709 fragments archaïques uniques qui couvrent 38,0–48,2% du génome appelableSur la base de la similitude avec les génomes archaïques connus, nous attribuons 84,5% des fragments à une origine Altaï ou Vindija Néandertal et 3,3% à une origine Denisovienne; 12,2% des fragments sont d'origine inconnue. Nous constatons que les Islandais ont plus de fragments de type Denisovien que prévu grâce au tri incomplet de la lignée. Cela s'explique mieux par un flux de gènes de Denisovien, soit vers les ancêtres des Néandertaliens introgresseurs, soit directement chez les humains. "

    Lire la suite ci-dessous sur cette publication scientifique parue dans Nature :

    Lire la suite