Groenland - un gros impact spatial détecté

Groenland - un gros impact spatial détecté

 

Cratere groenland© NASA Goddard

 

Une publication scientifique dans le journal spécialisé Science Advances, d'après une étude de trois ans par une grosse équipe de spécialistes internationaux (Kurt H. Kjær, Nicolaj K. Larsen, Tobias Binder, Anders A. Bjørk, Olaf Eisen, Mark A. Fahnestock, Svend Funder, Adam A. Garde, Henning Haack, Veit Helm, Michael Houmark-Nielsen, Kristian K. Kjeldsen, Shfaqat A. Khan, Horst Machguth, Iain McDonald, Mathieu Morlighem, Jérémie Mouginot, John D. Paden, Tod E. Waight, Christian Weikusat, Eske Willerslev et Joseph A. MacGregor) affirme la découverte d'un large cratère d'impact sous un actuel glacier au Groenland.

Le résumé de la découverte se traduit ainsi : " Nous rapportons la découverte d'un cratère d'impact important sous le glacier Hiawatha dans le nord-ouest du Groenland. D'après les levés radar aéroportés, nous avons identifié une dépression circulaire du substrat rocheux de 31 km de large sous jusqu'à un kilomètre de glace. Cette dépression présente un rebord surélevé qui coupe les canaux sous-glaciaires d'un affluent et un soulèvement central modéré qui semble s'éroder activement. À partir d’enquêtes au sol sur l’avant-pays déglacié, nous avons identifié des structures incorporées dans le substrat rocheux précambrien le long de la marge de glace qui tangent au bord sous-glaciaire. Les sédiments glacio-fluviaux de la plus grande rivière drainant le cratère contiennent du quartz choqué et d'autres grains liés aux impacts. L'analyse géochimique de ce sédiment indique que l'impacteur était un astéroïde de fer fractionné, dont la largeur devait être supérieure à un kilomètre pour produire le cratère identifié. La radiostratigraphie de la glace dans le cratère montre que la glace de l'Holocène est continue et conformable, mais toute la glace plus profonde et plus ancienne semble être riche en débris ou fortement perturbée. L'âge de ce cratère d'impact est actuellement inconnu, mais d'après nos preuves géologiques et géophysiques, nous concluons qu'il est peu probable qu'il soit antérieur à la création de la calotte glaciaire du Groenland au Pléistocène. "

F1 large-GroenlandContexte géomorphologique et glaciologique du glacier Hiawatha, au nord-ouest du Groenland.

A ) Vue régionale du nord-ouest du Groenland. La carte en médaillon montre l'emplacement par rapport à l'ensemble du Groenland. La case magenta identifie l’emplacement de (B) à (D). ( B ) Une mosaïque ArcticDEM de 5 m sur l’est de la région d’Inglefield. Les couleurs sont la vitesse de la surface de la glace. La ligne bleue illustre un chemin de drainage basal actif déduit des radargrammes. ( C ) Relief en surface des ombrages de collines basé sur la mosaïque ArcticDEM, qui illustre des caractéristiques telles que les ondulations de surface. Les lignes rouges pointillées sont les contours des deux paléocanaux sous-glaciaires. Les lignes bleues représentent les contours du bassin versant, c’est-à-dire que la ligne bleue continue est sous-glaciaire et que la hachure est supraglaciale. ( D) Topographie de lit basée sur les sondages radar aéroportés entre 1997 et 2014, données de la NASA et 2016 de l'Institut Alfred Wegener (AWI). Les triangles noirs représentent les pics de bord surélevés des radargrammes, tandis que les cercles pourpres foncés représentent les pics du soulèvement central. Les lignes rouges hachurées représentent les mesures sur le terrain de la direction des structures de substrat rocheux marginales de glace. Les cercles noirs indiquent l'emplacement des trois échantillons de sédiments glaciofluviaux décrits dans le tableau S1.

 

Dans la discution et consclusion de l'article, les scientifiques disent : "  Ce cratère est potentiellement l'une des 25 plus grandes structures d'impact sur Terre et c'est le seul de cette taille qui conserve encore une partie importante de son expression topographique de surface d'origine. " : 

 

"  Le cratère d'impact Hiawatha est situé plus au nord (78,72 ° N) que tout autre cratère d'impact connu, une position qui augmente la probabilité d'un impact oblique dirigé vers le nord étant donné que la majorité des astéroïdes traversant la Terre se déplacent dans le plan écliptique ou à proximité de celui-ci. Comme on ne sait pas encore si la calotte glaciaire du Groenland couvrait cette région au moment de l’impact, son épaisseur à ce moment-là ou son angle d’impact, nos estimations de la taille de l’élément de frappe, de la taille initiale du cratère, du volume de la fonte de l’impact, sa mesure devrait être considérée comme préliminaire. Nous pouvons supposer avec confiance que la structure est plus jeune que le vieux substrat rocheux du Paléoprotérozoïque de 1,985 à 1,740 million d'années qui affleurent dans l’avant-pays immédiatement adjacent. En outre, de multiples sources de preuves indirectes dérivées principalement de notre levé radar-sondeur fournissent des contraintes indépendantes, bien que provisoires, sur l'âge du cratère. "

 

F5 large groenland

Fig. 5Radiostratigraphie du glacier Hiawatha.

A et B ) Exemples de radargrammes sur le glacier Hiawatha. Voir le film S1 pour tous les radargrammes. Le radargramme de (A) passe à travers les creux sous-glaciaires qui pénètrent dans le cratère, de sorte que le bord a été complètement érodé. ( C ) Carte de la zone d'étude montrant l'emplacement de (A) et (B) superposés sur la topographie de lit locale. ( D à G ) Exemples d’unités radiostratigraphiques cartographiées dans le glacier Hiawatha avec les principales caractéristiques étiquetées. ( H à J) Épaisseur de l’Holocène, du LGP et de la glace de base à l’intérieur et à proximité du glacier Hiawatha. Background est une scène Landsat-8 composite de couleur naturelle du 11 août 2015. Les lignes noires sont des traces d'arpentage. Les unités ne sont cartographiées que lorsque l'identification est sans ambiguïté. La glace de l’Holocène se dissipe lorsque la glace se dirige vers le glacier et est exposée à la marge de la glace. La séquence de glace LGP incomplète s’éclaircit considérablement en aval du centre du cratère d’impact de Hiawatha. À l'inverse, la glace de base apparemment riche en débris s'épaissit considérablement en aval du centre de la structure. Les panneaux en médaillon indiquent la moyenne, l'écart-type et la distribution de la valeur absolue des différences d'épaisseur de recouvrement. Plusieurs photos des roches et sédiments étudiés et des shémas sans dans l'article original visible dans les Sources en bas.

 

 

Je passe les nombreuses études de sédiments et roches prélevées, ainsi que les conclusions actuelles sur l'érosion, mais toutes ces données impliquent pour l'instant : " La somme de ces contraintes d'âge suggérées suggère que le cratère d'impact Hiawatha s'est formé pendant le Pléistocène, cet âge étant le plus compatible avec les inférences des données actuellement disponibles. Un impact avant le Pléistocène ne peut expliquer clairement la combinaison de la fraîcheur relative de la morphologie du cratère et de l’équilibrage apparemment en cours de la calotte glaciaire avec la présence du cratère. Nous soulignons que même cette estimation d'âge large reste incertaine et qu'une étude plus approfondie de l'âge du cratère d'impact de Hiawatha est nécessaire. Indépendamment de son âge exact, en fonction de la taille du cratère d'impact Hiawatha, cet impact a très probablement provoqué des conséquences environnementales importantes dans l'hémisphère Nord et éventuellement dans le monde. "

Si l'on se réfère à cette étude, l'impact a eu lieu entre 2 Millions d'année et 12000 ans avant maintenant, avec une probabilité s'établissant entre -500.000 ans et -12.000 ans d'après l'érosion assez récente, avec un cratère d'impact encore très bien conservé.

 

Une présentation de la découverte du cratère en bordure du glacier Hiawatha, au Groenland. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © NASA Goddard

 

C'est encore de la spéculation tant que les datations ne sont pas affinées au niveau de ce nouveau cratère d'impact, mais ce dernier n'est pas sans rappeler les autres cratères fortement soupçonnés (avec de nombreuses preuves d'iridium et de quartz choqué, traces des astéroïdes ou comètes admises) au niveau des Grands Lacs canadiens, dont j'ai déjà parlé longuement ici, et dont l'âge a été estimé également aux environs de la fin du Pléistocène et début du Drias récent, entre -13.000 ans et -12.000 ans environ avant maintenant :

 

Google earth saginaw crater

 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/gros-impact-sur-l-hemisphere-nord-il-y-a-12-900-ans.html

On pourrait noter que la proximité de ces impacts détectés au niveau des Grands Lacs canadiens d'avec celui du Groneland, si ils sont datés de la même période, pourrait amener à la conclusion d'un très gros astéroïde qui se serait fragmenté en plusieurs morceaux dans l'atmosphère et dont les gros débris seraient retombés aux endroits cités. Je rappelle ici que ce ou ces impacts est supposé par tous ces chercheurs avoir provoqué non seulement l'extinction des mammouths nord-américains et l'affaiblissement de la culture Clovis au nord des USA, mais aussi l'avènement du très fort refroidissement dans l'hémisphère nord, appelé Drias Récent. Il est en outre supposé que ce refroidissement subit et rapide est également du à la fonte des glaces recouvrant les Grands Lacs et au déversement de grandes quantité d'eaux douces et glacées dans l'Atlantique, bloquant durablement les courants chauds, donc la circulation thermohaline autour du globe, notamment celle du Gulf Stream. Une baisse importante des températures sur l'Europe du Nord-Ouest, évaluée à 5 ou 6 degrés s'est alors produite. Cet événement brutal est aujourd'hui plutôt bien attesté par l'analyse des carottes de sédiments marins et de glaces. Le refroidissement du climat qui en aurait résulté serait non seulement la cause de la disparition des mammouths nord-américains mais il aurait aussi accéléré la sédentarisation de l'Homme et la découverte de l'agriculture au Moyen-Orient.

D'ailleurs, en parlant du Moyen-Orient, un autre hasard supplémentaire apportant du moulin à ces hypothèses est aussi la publication scientifique reliée à une découverte à... Gobekli Tepe, en Turquie, considérée jusqu'à présent comme la plus ancienne construction humaine, puisque datée également de cette même période ! Est-ce que ces chasseurs-cueilleurs à semi-sédentarisés se seraient réunis à Gobekli Tepe régulièrement, et que l'un de ces groupes auraient rapporté et dessiné la chute de cette comète ou astéroïde, comme décrit dans cet article ? On y parle bien d'une datation de -12.950 avant maintenant... :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gobekli-tepe-montrerait-la-comete-qui-a-frappe-la-terre-vers-10950-av-jc.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/gobekli-tepe-de-plus-en-plus-mysterieux.html

 

Notons aussi une certaine convergence (-13.000 à 12.000 ans avant maintenant) qui nous amène à certaines datations parlant de la disparition de la célèbre Atlantide de Platon, l'une des plus anciennes légendes de l'humanité !

 

Sources : http://advances.sciencemag.org/content/4/11/eaar8173

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/geologie-cratere-impact-geant-decouvert-groenland-39734/

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoires, 16-11-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire échange environnement climat lire video mystère astronomie

Ajouter un commentaire