Le mystérieux artefact de Aiud

Le mystérieux artefact de Aiud

 

aiud2.jpg

Roumanie mystérieuse et pleine de légendes... En 1974, environ à deux kilomètres à l'est de la ville de Aiud, Roumanie, sous une dizaine de mètres d'épais dépôts de la rivière Mures, trois objets ont été trouvés, dont l'un s'est avéré être un objet énigmatique.

Deux des objets ont révélés être des os, mais l'objet en forme de hache était fait de métal, d'aluminium. Les deux fragments d'os ont pu être facilement identifiés, et proviennent d'un mastodonte - une sorte d'éléphant préhistorique - qui s'est éteint il y a plus d'un million d'années. Le plus mystérieux était que l'obet de Aiud, même s'il était mélangé avec des ossements de mastodonte à 10 mètres sous terre, il était clairement identifiable comme étant artificiel.

 

alumwedge.jpg

L'objet a une longueur d'environ 20 centimètres et comporte deux côtés munis de trous ronds, qui correspondent au "centre" du corps. En outre, il a à une extrémité un «amincissement», qui n'est pas sans rappeler la lame d'une excavatrice moderne.Le corps a également été soumis à une analyse spécifique, dont entre autres, le Dr I. Niederkorn de l'Institut de recherche et de conception non minerais ferreux et des métaux (ICPMMN) faites à Magurele. Il a été constaté que l'objet était un alliage composé de 12 éléments différents. 89 pour cent - qui est l'ingrédient principal - est fait d'aluminium. Les éléments suivants ont pu être détecté dans l'objet : 6,2% de cuivre / silicium 2,84% / 1,81% de zinc / plomb 0,41% / 0,33% d'étain / 0,2% de zirconium / 0,11% de cadmium (découvert en 1817) / 0,0024% de nickel (découvert en 1751) / 0,0023% de cobalt (découvert en 1735) / bismuth (découvert en 1753) 0,0003% / 0,0002% d'argent et des traces de Galium :

alumwedge1.jpg alumwedge2.jpg alumwedge3.jpg

 

En particulier, la composante principale de l'aluminium est déroutante. L'aluminium a été conquis pour la première fois (à priori) par un effort technique considérable, découvert en 1825 par HC Oested, ce n'est que depuis la fin du 19ième siècle qu'il est produit commercialement. Cela nécessite des températures de près de 1.000 degrés.

Mais ce qui est encore plus un casse-tête, que le fait que ce soit une production artificielle découverte à une dizaine de mètres de profondeur dans le voisinage immédiat d'os d'un million d'années minimum, c'est que l'objet en question est couvert par une lourde couche d'oxyde sur un millimètre d'épaisseur. Toutefois, l'aluminium est connu pour, sous l'action de l'oxygène, c'est-à-dire de l'air, former assez rapidement une couche très mince d'oxyde. Mais une couche d'oxyde de surface d'environ un millimètre d'épaisseur est non seulement inconnue et unique, mais nécessite une très très longue exposition de l'objet à l'oxygène. En langage clair, cela signifie que l'âge de l'objet de Aiud semble aller au-delà des limites de la compréhension... En fait, les métallurgistes établissent que l'objet date de 250.000 ans

aiud-schema1.jpg 

schéma de Fl. Gheorghita en 1992

 

En 1992, le roumain Florian Gheorghita dans le magazine, "Ancient Skies" parle aux AAS (Archeology, Astronautic and Seti) pour la première fois de cette découverte. Il doit tenir compte non seulement que l'objet mystérieux d'origine inconnue et d'âge inconnu a maintenant disparu, mais il a aussi osé une spéculation sur l'origine et la signification de l'objet à partir de l'hypothèse paléo-SETI. Il a pensé qu'il pourrait être, peut-être une sorte de "Lander", une machine volante extraterrestre qui a perdu son atterrisseur. Il voulait dire, en référence à un "ingénieur en aéronautique" qui a mis cette idée dans le monde, qu'une tige de retenue placé pile dans les trous reconnaissables , utilisée de manière prolongée, pourrait provoquer les traces d'abrasions et de rayures visibles sur la face inférieure. Le croquis ci-dessous montrant cette idée.

aiudfootpad.gif

Par hasard et des circonstances chanceuses, l'enquêteur Michael Hesemann du magazine 2000 Plus a été mis sur la piste de l'objet de Aiud en 1994.

 

aiudhesemann.jpg 

Michael Hesemann

 

A cette époque, il était à Debrecen, en Hongrie, pour participer à une conférence. Puis Hesemann a été invité à donner des conférences à Cluj en Transylvanie. Parmi son auditoire s'était aussi trouvé quelqu'un qui pourrait lui montrer l'objet, et c'est ainsi que Hesemann réussit en Septembre 1995 à maintenir l'élément souhaité dans ses mains.

 

aiud-mag.jpg

aiud-mag2.jpg

 

rufor-03-001.jpg

rufor-04-001.jpg 

rufor-05-001.jpg 

Les nouvelles analyses en 1995, faites à Londres et en Suisse infirment le fait que les os soient ceux d'un jeune mastodonte, mais plutôt ceux d'un rhinocéros moins ancien, mais tout de même datés de entre -80.000 et -10.000 ans. (Gh. Lazarovici). Mr Marian Pasla confirme pour la Suisse qu'un morceau de l'objet est examiné à Lausanne. Les experts suisses confirment la même composition que le laboratoire de Magurele, et confirment également que cet alliage particulier n'est pas un standard actuel ni du passé, ni utilisé. Sur l'âge de la couche d'oxyde, le prof. Stoicovici arrive à la conclusion que celle-ci a au minimum 300 à 400 ans d'existence (toujours trop tôt pour l'invention de l'aluminium et autres composants !), mais, en accord avec les autres spécialistes, est d'accord pour dire que l'objet en lui-même pourrait avoir des dizaines de milliers d'années...

Dans son magazine (n ° 108), il signale qu'il ferait "dans les prochaines semaines un rapport nourrit à ses collègues chercheurs roumains, et s'attend à ce que de nouvelles preuves soient trouvées". Malheureusement, à cet égard aucune autre publication n'est venue... black out !

 

alumwedge4.jpg

 

Tout ce qu'on peut confirmer, c'est que Hesemann a bien retrouvé l'objet (voir photos), mais s'agit-il bien du même objet ou d'un autre, du même type ? En effet, si vous regardez bien les schémas du premier objet trouvé et ses descriptions, comme l'esquisse de F. Gheorghita de 1992, aucune des extrémités ne présente des angles saillants comme l'objet photographié. On sait aussi qu'une utilisation de cet objet comme un marteau ou une hache est exclue... encore une énigme et un artefact caché en attente de... 

On peut aussi remarquer que ce n'est pas la première fois que des objets métalliques et "hors de leur temps" ont été découverts, principalement au fond de vieilles mines... des têtes de marteaux pris dans des pierres millénaires, des clous pris dans des concrétions datées de la préhistoire... ces objets laissent des traces (photographies et témoignages), mais disparaissent très rapidement de la sphère scientifique et même physiquement tout court... fakes ? (ça commence à faire beaucoup trop), collectionneurs ? (plus probable), maintient d'un secret ou études secrètes par état/autre ? (très possible aussi sur la longueur et la non-réapparition de certaines pièces très connues...)

Sources : http://www.rufon.org/forum/index.php/topic,402.15.html, http://www.libertatea.ro/detalii/articol/OZN-obiect-extraterestru-390318.html, http://www.abovetopsecret.com/forum/thread668162/pg1, autres

 

 

MAJ 04-2015 : des analyses ont été faites : des analyses métallographiques répétées avec l'étrange objet ont posé d'autres questions. Le bulletin délivré par le Centre de recherche ICPMMNMagurele, près de Bucarest) montre que la pièce métallique est en fait un alliage complexe composé de 12 éléments différents, parmi lesquelles le constituant principal était de l'aluminium, dans une proportion d'environ 80%.
Une caractéristique très inhabituelle était l'existence d'une épaisse couche anormale d'oxyde d'aluminium sur toute la surface de l'objet. Il est connu que ce métal s'oxyde très difficilement en profondeur car le plus souvent, la première couche en surface d'oxyde mince limite la pénétration des phénomènes d'oxydation dans le corps métallique.


En outre, un spécialiste de Bucarest, Florin Gheorghita, qui a assisté à plusieurs reprises les analyses métallographiques a écrit: « C'est déroutant, car l'aluminium a une structure vieillissante, et les éléments alliés ont retrouvé en partie leurs structures aussi " (l'alliage est tellement âgé qu'il se désolidarise). Des personnes qualifiées qui ont vu cette pièce (des archéologues, des professeurs d'université, ingénieurs...), personne n'était en mesure d'identifier l'objet ou de trouver une ressemblance avec un produit humain.


La première analyse a été effectuée par le Centre de recherche et de conception pour les métaux radioactifs - Magurele - Bucarest. Le rapport d'analyse No.334 du symbole de l'échantillon A-1975-CNST-Bucarest montre : Al - 74,17%, Cu - 4,62%, Zn - 1,81% Pb - 0,11% Sn - 0,33% Ni - 0, 0024% de Bi - 0,0003 % Ag - 0,0002%, Co - 0,0023% Cd - 0,11% Zr - 0,20%. Ga - trace et Si - présent. Certains autres éléments étaient également présents. Le rapport est signé par le chef de section, Dr.ingénieur Ion Niederkorn, ing. St. Neciu, et chercheur principal M. Gradin.


La deuxième analyse, faite par le même Centre, a le rapport d'analyse No.380 , le symbole de l'échantillon NK-2, apporté par Dr.ing. Ion Niederkorn, montre: Al - 92,74%, Si - 2,84%, Cu - 1,62%, Zn - 0,95% Pb - 0,41% Sn - 0,33% Ni - 0,002% Bi - 0,0003, Ag - 0,0002%, Co - 0002% Cd - 0,055, Zr - 0,20%.


Les ingénieurs de "Alro" de Slatina, une des plus grandes entreprises d'aluminium en Roumanie et en Europe, à l'examen de ces rapports d'analyse, n'ont pas pu identifier des alliages d'aluminium similaires produits dans le monde, d'autant plus que l'aluminium ne peut s'allier avec l'étain en principe !

http://beforeitsnews.com/paranormal/2015/03/the-11000-year-old-aluminium-wedge-of-aiud-2486188.html + http://www.hidden-truth.org/1/categories-3/ancient-civilizations-mysteries/120-incredible-artifacts-the-aluminum-wedge-of-aiud.html

 

Yves Herbo traductions, S,F,H, 04-2012, 04-2015, UP 2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

écrivain livre auteur lire échange ovni ufo archéologie prehistoire alien

Commentaires (6)

yvesh
Il n'existe pas d'ouvrage spécifique pour cet artefact (évidemment très contesté) mais il en est question dans ces ouvrages : https://books.google.fr/books?id=Eq9cDwAAQBAJ&lpg=PP1&dq=artefact%20Aiud%20%2B%20ebooks&hl=fr&pg=PP1#v=onepage&q&f=false et
https://www.amazon.fr/Michael-Cremo/e/B004NA651Q/ref=dp_byline_cont_book_1
Pierre.B
  • 2. Pierre.B | 07/10/2018
Bonjour Yves,

Ce genre de sujet m'interresse très fortement, auriez vous un ouvrage à me conseillez sur le sujet ?
yvesh
Attention, les piles de Bagdad, dont je parle dans un autre article, semble prouver que des cultures anciennes (age du cuivre ou du bronze ?) connaissaient l'électrolyse et le placage de l'or par exemple... Pour l'aluminium, c'est en effet plus compliqué car il n'a été découvert qu'assez récemment (et j'en parle dans l'article). De plus, la découverte de cet objet en compagnie d'os de mastodontes le fait remonter à au minimum 15000 ans (voir 11000 ans pour d'éventuels survivants de cette espèce d'éléphant), donc loin des ces âges du cuivre, bronze, fer. Ce qui est encore plus compliqué, c'est que les archéologues se servent des datations des couches sédimentaires pour établir leurs données, et que ces datations remontent à encore bien plus loin de le passé...
Michel Camus
  • 4. Michel Camus | 04/10/2018
Bonjour

Vous avez oublié de préciser que l'aluminium n'est pas un métal ordinaire, car on ne peut l'obtenir que par électrolyse. Cet objet témoigne donc d'une technologie moderne (au sens actuel du terme), et l'alliage qui le compose ne peut avoir été produit par une culture archaïque de l'âge du fer. Un vrai mystère !
yvesh
Voilà qui est fait, merci pour votre intérêt...
ciagar
  • 6. ciagar | 04/10/2018
Bonjour, impossible de voir les images, pouvez vous y remedier ? cet article m'intrigue

Ajouter un commentaire