homininés

300 000 ans: durcissement des pierres au feu contrôlé

300 000 ans: durcissement contrôlé des pierres au feu

 

Grotteqesem fouilles2020

On sait depuis maintenant longtemps que les homininés ont domestiqué le feu il y a plusieurs centaines de milliers d'années, mais on a maintenant des preuves que l'un d'entre eux, probablement le néandertalien, l'a utilisé de façon très contrôlé pour chauffer les pierres de ses outils à différentes températures. En fait, l'utilisation contrôlée du feu par l'Homo erectus, il y a environ 1 000 000 d'années, est largement soutenue par plusieurs chercheurs (Kim Luke, Kenneth Miller par exemple), alors qu'une simple utilisation ponctuelle (à partir d'un feu naturel) dateraient de 1,7 millions d'années. Les preuves certaines des premiers foyers dateraient de 790 000 ans environ mais c'est à partir de datations de 400 000 ans environ que les découvertes de foyers sont multiples en Europe, les premiers étant attribués à Homo Hedelbergensis (assimilé par plusieurs chercheurs à des néandertaliens archaïques), avec le plus ancien allume feuconnu dans une grotte habitée par cet homininé (grotte Menez Dregan 1 en France).Vers il y a 300 000 ans, on semble assister à une utilisation du feu de façon plus technique, de la part de Néandertalien, mais peut-être aussi des premiers Homo Sapiens archaïques (découverte de lame de silex chauffées dans des incendies il y a environ 300 000 ans près de fossiles d'Homo sapiens anciens mais pas entièrement modernes au Maroc).

C'est une étude publiée dans la revue Nature Human Behavior qui révèle maintenant que les hominines de la région levantine utilisaient un feu contrôlé pour façonner des outils, il y a 300 000 ans.

Des recherches antérieures avaient révélé que la production d'outils en silex se produisait parmi les premiers hominidés du Levant au Paléolithique inférieur tardif (il y a 420 000 à 200 000 ans), dont certains présentaient même des preuves d'exposition au feu. Mais on ne savait pas très bien si ce traitement au feu était l'effort d'un artisan ou simplement un accident.

Les chercheurs de cette étude se sont penchés sur la grotte de Qesem dans le centre d'Israël, un site clé du Levant à la fin du Paléolithique inférieur qui s'est avéré être l'hôte d'une importante collection d'artefacts anciensIci, il a été constaté que l'utilisation du feu pour fabriquer des lames était à la fois étendue et habituelle parmi les hominines qui habitaient la grotte. Notons qu'il y a toujours un mystère concernant les habitants de cette grotte. En effet, la datation des spéléothèmes de la grotte indique qu'elle a été occupée à partir de 382 000 ans. Elle cesse d'être occupée vers 152 000 ans, peut-être plus tôt vers 207 000 ans !

Il  pourrait y avoir une succession de deux populations différentes d'homininés ou non : l'industrie lithique trouvée sur place en grand nombre (ainsi que les ossements de 4 740 animaux découpés, d'extraction de la moëlle et de cuisson) appartien à l'industrie Acheuléenne (l'une des plus anciennes existantes car existant de 1,76 Million d'années à 150 000 ans - attribuée dans l'ordre à Homo ergaster, Homo erectus, Homo rhodesiensis, Homo heidelbergensis) et l'industrie Yabroudien, qui est locale (Moyen Orient).

 

Entreeprotegeegrotteqesem

Par 66AVI — צילמתי, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php

 

Certaines strates contiennent de nombreuses lames et outils de la même famille alors qu'ils sont absents d'autres strates. Néanmoins, des grattoirs sur éclats épais se trouvent dans la plupart d'entre elles, alors que les bifaces de type Acheuléen sont dans toutes les couches archéologiques. YH : nous aurions donc éventuellement une évolution locale du même Homininé de l'Acheuléen au Yabroudien (continuant à se servir de l'Acheuléen). Toutes les étapes du façonnage de la fabrication des outils sont observables dans la grotte. Beaucoup de nucléus sont conservés à proximité d'éclats, permettant une reconstitution de la pierre d'origine.

L'autre grand mystère est que 13 dents d'homininés ont été trouvées réparties dans toutes les couches de la grotte, de la plus ancienne à la plus récente, et qu'après avoir analysé ces dents en tomodensitométrie et aux rayons X, les chercheurs les ont jugées proches de celles d'Homo sapiens. Toutefois, l’article n’exclut pas que ces dents appartiennent à des ancêtres d’Homo Sapiens ou de l’Homme de Néandertal. Pour le chercheur britannique Paul Mellars, la probabilité qu'il s'agisse de dents d'Homo sapiens paraissait à l'époque de la découverte « très ténue, et même franchement peu vraisemblable. » Le crâne aurait permis de préciser l'espèce concernée, les dents seules n'étant pas assez fiables pour cette identification.

Une chose certaine, ces dents  ne sont pas de type Homo erectus (sensu lato), mais présentent des similitudes avec les populations locales du Skélien et de Qafzeh du Pléistocène supérieur, ainsi que certaines affinités avec les Néanderthaliens (50). Par conséquent, les fossiles humains peuvent appartenir à une lignée d'hominines locale encore inconnue du Levant (des premiers hybrides entre Néandertaliens et Homo Sapiens ?).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

 

Israel qesem3

Une vue de la grotte de Qesem, un site préhistorique près de Tel Aviv. Crédit Ariel David

 

L'étude, publiée la semaine dernière dans la revue scientifique PLOS ONE , met en évidence comment une solution technologique élégante, qui a permis aux hominines d'augmenter leur apport calorique, a perduré pendant des centaines de milliers d'années et a continué d'être utilisée alors même que nos ancêtres développaient de nouvelles techniques et créaient des sociétés plus complexes.

Les pierres en forme de sphères faisaient partie de la boîte à outils de l'humanité depuis plus de deux millions d'années, mais à quoi elles servaient exactement était resté une énigme. 

Elles ont été mis au jour par des archéologues en Afrique de l'Est, la maison ancestrale (supposée) de l'humanité, et ils jonchent des sites préhistoriques à travers l'Eurasie du Moyen-Orient à la Chine et à l'Inde. Pourtant, les experts ont été intrigués par leur fonction depuis les premiers jours de la recherche sur notre histoire évolutive.

Maintenant, une équipe internationale d'archéologues dirigée par la chercheuse en archéologie de l'Université de Tel Aviv, Ella Assaf, a produit des preuves que ces artefacts énigmatiques étaient utilisés dans un but très précis: briser les os de grands animaux pour extraire la moelle nutritive à l'intérieur.

 

Israel qesem1

Pierres en forme de sphères préhistoriques trouvées à la grotte de Qesem, près de Tel Aviv. Crédit Pavel Shrago

 

Les chercheurs ont analysé des pierres en forme de sphères, également appelées sphéroïdes, trouvées dans la grotte de Qesem, un site préhistorique juste à l'est de la ville moderne de Tel Aviv qui était habité il y a 400 000 à 200 000 ansLa découverte d'une trentaine de ces artefacts dans cette grotte particulière était un puzzle enveloppé dans une énigme pour les archéologues. Non seulement la fonction des sphères est restée obscure, mais leur présence a été considérée comme anachronique, car ces artefacts se trouvent généralement sur des sites beaucoup plus anciens.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite