Actualité

Commentaires ou articles sur l'actualité en général

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves !

 

Grotteqesem israel0 mini

Des chercheurs de l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec des universitaires espagnols, ont mis au jour des preuves du stockage et de la consommation tardive de la moelle osseuse dans la grotte de Qesem près de Tel Aviv, site de nombreuses découvertes majeures de la fin du Paléolithique inférieur, il y a environ 400 000 ans.

La recherche fournit des preuves directes que les premiers paléolithiques ont sauvegardé les os d'animaux jusqu'à neuf semaines avant de se régaler à l'intérieur de la grotte de Qesem.

L'étude, publiée dans le numéro du 9 octobre 2019 de Science Advances , était dirigée par Mme Ruth Blasco du département d'archéologie et des civilisations du Proche-Orient ancien du TAU et par le Centre national d'investigation sur l'évolution de la société humaine (CENIEH) et ses collègues du TAU, le professeur Ran Barkai et le professeur Avi Gopher. Elle a été menée en collaboration avec les professeurs Jordi Rosell et Maite Arilla de l’Université Rovira i Virgili (URV) et de l’Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES); Antoni Margalida, professeur à l’Université de Lleida, à l’Université de Berne, et à l’Institut de recherche sur le jeu et la vie sauvage (IREC); et le professeur Daniel Villalba de l'Université de Lleida.

" Les os ont été utilisés comme des" boîtes de conserve " qui ont préservé la moelle osseuse pendant une longue période, jusqu'à ce qu'il soit temps d'enlever la peau sèche, de briser l'os et de manger la moelle osseuse ", souligne le professeur Barkai (voir ci dessous) :

Lire la suite

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

 

Luxorfouilles2019b

Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

Le 11 octobre 2019, une publication dans les médias annonçait la découverte d'une véritable "Zone industrielle" remplie d'objets royaux, composée de 30 ateliers et d'un grand four à céramique, un site tentaculaire découvert dans la Vallée des Singes de Louxor. C'est maintenant plus de 20 sarcophages intacts, scellés et peints, en parfait état, qui viennent d’être découverts dans une cachette à El Assasif, sur la rive ouest de Louxor. Une annonce officielle est prévue samedi 19 octobre 2019.

" Chaque atelier avait un but différent ", a déclaré l'archéologue Zahi Hawass, qui a dirigé les fouilles, lors d'un entretien téléphonique avec CNN. " Certains étaient utilisés pour fabriquer de la poterie, d'autres pour produire des artefacts en or et d'autres encore pour fabriquer des meubles ".

Sur le site, qui s'étend sur environ 75 mètres dans la vallée, l’équipe de Hawass a découvert des perles de marqueterie, des bagues en argent et du papier doré - des objets couramment utilisés pour décorer les cercueils en bois de la royauté antique égyptienne. Selon la déclaration, certains des artefacts représentaient les ailes d’Horus, une divinité associée à la mort et à la résurrection.

 

Luxorfouilles2019a

L'équipe de fouilles a découvert 30 ateliers utilisés pour produire des objets tels que des poteries, qui ont été placées dans les tombeaux royaux parsemant les vallées environnantes. Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

" Ceci est sans précédent ", a déclaré Hawass à propos des trouvailles. " Jusqu'à présent, tout ce que nous savions sur la région (de Louxor) provenait des tombes elles-mêmes, mais cette nouvelle découverte nous permettra de faire la lumière sur les outils et techniques utilisés pour produire les cercueils royaux et le mobilier placé dans les tombes ".

Selon Hawass, cette découverte marque la première fois que des ateliers de fabrication d'ornements funéraires à "l'échelle industrielle" sont découverts en Égypte. Il a ajouté que le site fournirait des informations supplémentaires sur la vie des ouvriers qui y travaillaient.

" Nous avons trouvé des pièces de stockage contenant de l'eau et de la nourriture, ainsi qu'un réservoir d'eau dans lequel les travailleurs pouvaient boire ", a-t-il expliqué.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

 

Israel ville5000ans 550

 

 

Décidément, après la découverte cet été d'une étonnante ville préhistorique de 9000 ans environ découverte près de Jerusalem (voir le lien ci-dessous), c'est maintenant la découverte d'une grande cité datée de 5 000 ans environ, de l'âge du bronze donc, qui a été découverte au nord de Tel Aviv. Et il y a également en-dessous encore, des ruines datées de 7 000 ans environ...

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/motza-decouverte-d-une-cite-prehistorique.html

Cette vieille ville de 5 000 ans laisse présager une planification urbaine sophistiquée qui s'est produite bien plus tôt que prévu.

" Il s’agit de la plus grande zone urbaine de l’âge du bronze trouvée dans la région à ce jour et pourrait fondamentalement changer l’idée de la date à laquelle une urbanisation sophistiquée a commencé à se produire dans la région ", ont déclaré les archéologues.

L'Autorité israélienne des antiquités a déclaré dans un article sur Facebook que la ville avait été découverte sur le site de fouilles d'En Esur au cours de travaux routiers près de Harish, une ville située à environ 50 kilomètres au nord de Tel Aviv.Les archéologues ont décrit la ville comme "cosmopolite et planifiée". Elle couvrait une superficie de 65 hectares et abritait environ 6 000 personnes, ont-ils ajouté, ce qui aurait été une taille importante pour l'époque. A tel point que l'Autorité des antiquités israéliennes l'a appelée le "New York du début de l'âge du bronze".

 

Israel ville5000ans1

Crédit : picture-alliance/newscom/D.Hill

 

C'est plus de deux à trois fois plus grand que les plus grands sites (de cette région) remontant à cette période ", a expliqué l'archéologue Yitzhak Paz.

 

(voir la suite ci-dessous) :

Lire la suite

Anomalies dans la Baltique : Nouvelles expéditions 2019

Anomalies dans la Baltique : Nouvelles expéditions 2019

 

Scananomaliebaltique2 mini

 

 

Voici la reprise d'un gros dossier de ce site, puisque cette découverte et les recherches liées y ont été suivies et traduites dès son début : http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Un gros dossier qui va devoir être divisé en deux parties étant donné la masse de son contenu.

Nous avions donc quitté l'équipe Océan X à la moitié de l'année 2016 et sa découverte confirmée d'un sous-marin datant de la première guerre mondiale dans un autre endroit de la Mer Baltique. Depuis, l'équipe a pu se procurer un bateau plus récent et confortable, un nouveau rover et a continué ses recherches d'épaves et de cargaisons de spiritueux, permettant le financement de l'entreprise. C'est en juin 2019 que l'annonce d'une nouvelle expédition sur l'Anomalie 2 cette fois est engagée formellement...

 

baltique-anomaly2-scan-1.jpg

Les scans de 2011 avec l'Anomalie 1 à gauche et l'Anomalie 2 à droite (crédit : Ocean X)

ocean-explorer-balticanomaly2012g.jpg

le scan de 2011 de l'Anomalie 2 (crédit : Ocean X)

 

Depuis, les analyses des scans et l'utilisation des données sur la région, de comparaison avec des cartes marines, satellitaires et les données des échoes des senseurs du rover associées aux logiciels GPS ont permis de dessiner de nouvelles cartes des lieux. Pour rappel, l'équipe avait au moins pu faire un passage au-dessus des deux anomalies à la mi-août 2014, avec leur nouveau matériel de sonar multidirectionnel Klein 3900 :

 

Maps2011sonarscans

Nous avons ici un mix entre la ligne de scan du sonar de 2011 et l'écho de la région au multibeam (multidirectionnel 3D GPS) (2014).

 

Baltiqueano

scan issu d'un passage au-dessus de l'anomalie 2 (2014) Publication by Thomas Mikey Scrøder Jensen

 

Ano 2zoommpevrard2

Ano 2 par MP Evrard (équipe française), une certaine apparence d'une épave ou de l'empreinte sédimentée d'une épave...

 

 

Voici une petite vidéo mise en ligne en septembre 2019 présentant les débuts de l'expédition de juin 2019, en direct du bateau et la veille d'atteindre le lieu des Anomalies. Présentation faite par Peter Lindberg de la passerelle du navire. Celui-ci annonce qu'il s'agit juste d'une petite expédition car ils n'ont que 66% de l'équipage. Les quelques minutes d'images restantes ont été filmées sur les lieux, le lendemain, avec un beau temps et une petite visite du bateau...

 

Le site des anomalies a été atteint le 08 juin 2019 d'après la communication du chef de l'expédition, ‎Peter Lindberg‎, voir ci-dessous :

Lire la suite

Sri Lanka : des microlithes sophistiqués de 48 000 ans

Sri Lanka : des microlithes sophistiqués de 48 000 ans

 

Phasedetc outilsdivers

 

De petits outils en pierre - probablement des pointes de flèche et de lance - trouvés dans une grotte au Sri Lanka sont en train de réécrire l'histoire sur la façon dont les humains se sont déplacés vers de nouveaux environnements difficiles il y a près de 50 000 ans.

Une nouvelle datation au radiocarbone montre que les microlithes sont les plus anciens trouvés en Asie du Sud et parmi les plus anciens de toute l'Eurasie. Les outils semblent faire partie d'une «boîte à outils de survie» qui a permis à Homo sapiens de s'installer dans les forêts tropicales humides et dans d'autres environnements difficiles beaucoup plus tôt que prévu.

Jusqu'à récemment, les forêts tropicales étaient considérées comme des obstacles à la migration humaine, avec des maladies, des animaux dangereux, la rareté de plantes riches en glucides et des ressources limitées, posant tous des problèmes. Par conséquent, les recherches sur les migrations humaines en Asie se sont concentrées sur la côte et la savane.

 

Sri lanka grotte

Sri Lanka, entrée d'une grotte - wikipedi common

 

Toutefois, au cours des dix dernières années, de plus en plus de preuves archéologiques ont montré que H. sapiens vivait dans les forêts tropicales ombrophiles d’Asie du Sud, du Sud-Est et de Mélanésie il y a 45 000 à 36 000 ans. YH : Ces nouvelles datations calibrées repoussent donc déjà de 3 000 ans la présence certaine de l'homme moderne au Sri Lanka. Mais je n'oublie pas la présence possible, voir probable, de Homo Denisova (détecté "localement" au Tibet et Philippines) et de Homo Erectus (trouvé en Asie et ailleurs) auparavant...

Cette image manquait d'une bonne compréhension de la technologie utilisée par les humains pour leur survie, ces études approfondies sont instructives, voir ci-dessous :

Lire la suite

Impact puissant il y a 12 800 ans : Nouvelle confirmation

Impact puissant il y a 12 800 ans : Nouvelle confirmation en Afrique du Sud

 

Collisions 1

 

Une nouvelle recherche soutient l'hypothèse qu'un astéroïde a contribué à l'extinction de masse du Dryas récent (12 800 ans).

Une équipe de scientifiques sud-africains a découvert des preuves corroborant en partie l'hypothèse selon laquelle la Terre aurait été frappée par une grosse météorite, un astéroïde ou une comète il y a 12 800 ans, entraînant des conséquences globales, notamment un changement climatique, et contribuant à l'extinction de nombreuses espèces de grands animaux à l'époque, lors d'un épisode appelé le Dryas Récent.

L’équipe, dirigée par le professeur Francis Thackeray de l’Institut d’études sur l’évolution de l’université du Witwatersrand à Johannesburg, en Afrique du Sud, a découvert des preuves d’un «pic de platine» remarquable sur un site appelé Wonderkrater dans la province du Limpopo, au nord de Pretoria, en Afrique du Sud. En travaillant avec le chercheur Philip Pieterse de l'Université de Johannesburg et le professeur Louis Scott de l'Université de l'État libre, Thackeray a découvert ces preuves à partir d'un noyau foré dans un gisement de tourbe, notamment dans un échantillon âgé d'environ 12 800 ans. Cette recherche a été publiée dans Palaeontologia Africana, voir ci-dessous :

Lire la suite

Vix, France, une nouvelle tombe celte découverte ?

Vix, France, une nouvelle tombe celte découverte ?

 

Vix vueaerienne mini 1

L'emplacement de ce qui pourrait être une autre sépulture a été trouvé sous le tumulus de la princesse de Vix : c'est l'un des premiers enseignements des nouvelles fouilles entreprises sur le site, qui ne sont pas finies puisqu'elles durent jusqu'en novembre de cette année 2019. Découverts et partiellement fouillés en 1953, le tumulus de la princesse de Vix et son trésor ont été datés à l'époque au 6ème siècle avant notre ére. Il serait intéressant de refaire de nouvelles datations avec les nouvelles calibrations et techniques.

Durant l’hiver 1953, dans des conditions difficiles, la tombe de « la Dame de Vix » fut fouillée par René Joffroy. Dans la chambre funéraire, parementée de bois, les quatre roues d’un char étaient déposées le long d’une paroi. Au centre, une femme d’environ 40 ans reposait sur la caisse du char. Elle était richement parée avec notamment un torque en or, des fibules en bronze décorées d’or, de corail et d’ambre... Un gigantesque cratère grec en bronze – le plus grand vase métallique de l’antiquité – occupait un angle de la tombe. Il est décoré d’hoplites, de chevaux et de chars et des gorgones forment ses anses. Sont aussi présents une phiale (coupe) d’argent, une œnochoé, des bassins de bronze…
Cette tombe constitue en France la plus grande découverte celtique du XXe siècle mais le vaste monument funéraire qui l’abritait n’a jamais été réellement fouillé.

Les techniques d’enregistrement des données en usage en 1953 n’autorisaient qu’une prise en compte partielle de la tombe. Aucune vue d’ensemble, aucun relevé stratigraphique n’existent pour cet espace funéraire. Aujourd’hui, l’utilisation de drone, la photogrammétrie et la modélisation 3D sont autant de nouvelles technologies au service des archéologues.

De nombreuses questions restent en suspens, auxquelles l’équipe de spécialistes (archéologues, géomorphologues, céramologues, etc…) tente de répondre. Le monument funéraire abrite-t-il encore des sépultures secondaires ? Pourrait-on, comme l’a montré le site princier de Lavau, déceler les traces d’un podium destiné aux funérailles de la princesse ?

 

Vix vueaerienne

Vue zénithale de la fouille ; le tumulus apparaît, vaste aménagement de pierres et de terre ; au cœur de la fouille, à la croisée des bermes, se trouve la tombe, recoupée par la fouille de 1953. - Denis Gliksman, Inrap

 

Depuis le mois d'août et jusqu'en novembre 2019 donc, des équipes de l’INRAP, l’Institut national de recherches archéologiques préventives, et de l’unité de recherche ArTeHis, se succèdent à Vix, près de Châtillon-sur-Seine, en Cote d'Or, là où en 1953 avait été découverte la tombe d'une princesse celte. Elle était pleine d'objets merveilleux, dont le célèbre vase de Vix, 200 kilos de bronze richement ouvragé, mais les archéologues veulent en savoir plus. Ils ont fait ce mercredi 18 septembre 2019 un point d'étape pour la presse :

Lire la suite

Il y a 7000 ans l'homme fabriquait des biberons

Il y a 7000 ans l'homme fabriquait des biberons

 

Vaseneolithique

 

Des traces de lait de ruminants ont été retrouvées dans des biberons en céramique datés de 5.000 ans avant J.-C. Ici, un bébé avec une reconstruction d'un de ces récipients préhistoriques. Crédit: Helena Seidl da Fonseca 

 

Une équipe de scientifiques, dirigée par l'Université de Bristol, a découvert la première preuve que des bébés préhistoriques étaient nourris au lait d'origine animale à l'aide de l'équivalent de biberons modernes.

D'éventuels vases d'alimentation pour nourrissons, fabriqués à partir d'argile, apparaissent pour la première fois en Europe au néolithique (environ 5 000 av. J.-C.), et deviennent de plus en plus courants au cours des âges du bronze et du fer.

Les vases sont généralement assez petits pour tenir dans les mains du bébé et ont un bec verseur à travers lequel le liquide peut être aspiré. Parfois, ils ont des pieds et ont la forme d'animaux imaginaires.

Malgré cela, en l'absence de toute preuve directe de leur fonction, il a été suggéré qu'ils pourraient également être des vases pour les malades ou les infirmes.

 

Vaseneolithique5

Crédit : Katharina Rebay-Salisbury

 

Les chercheurs voulaient déterminer s'il s'agissait bien de vases d'alimentation pour bébés (biberons). Ils ont donc sélectionné trois exemples trouvés dans de très rares tombes d'enfants en Bavière (Allemagne). Celles-ci étaient petites (environ 5 à 10 cm de diamètre) avec un bec extrêmement étroit.

L'équipe a utilisé une approche combinée chimique et isotopique pour identifier et quantifier les résidus de nourriture trouvés dans les vases, lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019  MAJ vidéos

 

sfh

 

Entretien le jeudi 26 septembre 2019 à 20h30

« Sciences – Faits – Histoires » avec Yves Herbo

Auteur indépendant, Yves Herbo anime le blog " Sciences-Faits-Histoires '' et rédige sur son site des articles dans lesquels il partage sa façon de voir le monde, sa propre expérience, ses recherches et nombreuses lectures en matière d'Histoire ancienne, de sciences diverses (archéologie, paléontologie, astronomie, astrophysique, …), phénomènes paranormaux, ufologie.

J'ai le plaisir de l'accueillir sur l'antenne de Nuréa TV pour échanger avec lui sur ces thématiques et faire un petit tour d'horizon de ses réflexions sur les sujets qu'il aborde sur la toile.

Site officiel : http://www.sciences-faits-histoires.com

Merci pour vos partages et invitations !

Lorsque nous invitons un intervenant à s’exprimer sur Nuréa TV, c’est que nous estimons que celui-ci ou celle-ci est à même de partager avec nous des éléments cohérents, susceptibles de nous éclairer sur les mystères qui nous entourent et nous les remercions chaleureusement pour leur partage. Ceci étant dit, restez libre de vérifier et d’assembler les pièces du puzzle comme bon vous semble ! Nous ne vous rappellerons jamais assez que vous êtes les seuls maîtres à bord.

Bonne route à toutes et à tous ! Nora & Guillaume

Lien vers la vidéo du direct ci-dessous :

Lire la suite

Premier portrait d'un Denisovien

Premier portrait d'un Denisovien

 

Denisovien 1erportraitb

Il s'agit en l'occurence d'une jeune denisovienne...

 

Il y a 100 000 ans, de multiples groupes d'êtres humains, y compris des humains anatomiquement modernes, des Néandertaliens et des Denisoviens se croisaient et certains se mêlaient. Mais ce à quoi nos cousins Denisoviens auraient pu ressembler n'était que supposé pour une raison simple: toute la collection de restes de Denisovan comprennait un os rose, trois dents et une mâchoire inférieure. À présent, les chercheurs de la revue Cell ont publié des reconstructions de ces parents disparus depuis longtemps, sur la base de modèles de méthylation dans leur ADN ancien.

Attention, il ne s'agit que d'un premier aperçu de ce à quoi ressemblaient les anciens Denisoviens, avec une estimation de 85%, en se basant sur l'apport des données de méthylation de l'ADN ancien.

 

Denisovien 1erportraitb

Portrait d'une jeune femme Denisovan basée sur un profil squelettique reconstitué à partir de cartes de méthylation de l'ADN ancien. Crédit: Maayan Harel

 

" Nous fournissons la première reconstruction de l'anatomie squelettique de Denisovan ", explique l'auteur Liran Carmel de l'Université hébraïque de Jérusalem. " À bien des égards, les Denisoviens ressemblaient aux Néandertaliens, mais par certains traits, ils nous ressemblaient et par d'autres, ils étaient uniques. "

Dans l'ensemble, les chercheurs ont identifié 56 caractéristiques anatomiques dans lesquelles les Denisoviens différaient de l'homme et / ou du Néandertal moderne, dont 34 dans le crâne. Par exemple, le crâne de Denisovan était probablement plus large que celui des humains modernes ou des Néandertaliens. Ils avaient probablement aussi un arc dentaire plus long :

Lire la suite

France, Somme : des outils de pierre datés de 650 000 à 670 000 ans

France, Somme : des outils de pierre datés de 650 000 à 670 000 ans

 

Moulinquignon2 1839

Bifaces acheuléens - Somme - 1839 - DP

 

Les premiers signes d'occupation par un homininé dans le nord de la France ont été repoussés de 150 000 ans, grâce aux conclusions d'une équipe de scientifiques du CNRS et du Musée national d'histoire naturelle sur le site emblématique du Moulin Quignon dans la Somme.

Le site, désormais situé dans les jardins d'un lotissement à Abbeville, a été redécouvert en 2017 après être tombé dans l'oubli pendant plus de 150 ans.

Plus de 260 objets en silex, dont 5 bifaces ou haches, datés d'il y a 650 000 à 670 000 ans, ont été découverts dans des sables et du gravier déposés par la Somme, à environ 30 mètres au-dessus de la vallée actuelle, à ces périodes.

 

Moulinquignon1

Bifaces Abeville - DP - 19ème siècle

 

Cela fait également du Moulin Quignon le site le plus ancien du nord-ouest de l'Europe, où des bifaces ont été découverts :


Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

La plus grande étude jamais réalisée sur l'ADN humain ancien

La plus grande étude jamais réalisée sur l'ADN humain ancien

 

Indus adn

 

La plus grande étude jamais réalisée sur l'ADN humain ancien, ainsi que sur le premier génome d'un individu de l'ancienne civilisation de la vallée de l'Indus, révèle avec un détail sans précédent les origines changeantes des populations d'Asie centrale et du Sud au fil du temps. La recherche, publiée en ligne le 5 septembre 2019 dans deux articles de Science et Cell , répond également à des questions de longue date sur les origines de l'agriculture et la source des langues indo-européennes en Asie du Sud et en Asie centrale.

Des généticiens, des archéologues et des anthropologues d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Asie centrale et d'Asie du Sud ont analysé les génomes de 524 individus anciens jamais étudiés auparavant. Le travail a augmenté d'environ 25% le total mondial des génomes anciens publiés.

En comparant ces génomes les uns aux autres et à des génomes précédemment séquencés, et en replaçant les informations dans leur contexte, parallèlement à des enregistrements archéologiques, linguistiques et autres, les chercheurs ont fourni de nombreux détails clés sur les personnes vivant dans diverses parties de cette région depuis l'ère mésolithique (il y a environ 12 000 ans) à l'âge du fer (jusqu'à il y a environ 2 000 ans) et comment ils se rapportent aux gens qui y vivent aujourd'hui.

" Avec ces nombreux échantillons, nous pouvons détecter des interactions subtiles entre les populations ainsi que des valeurs aberrantes au sein des populations, chose qui n'est devenue possible qu'au cours des dernières années grâce aux progrès technologiques ", a déclaré David Reich, co-auteur principal des deux articles et professeur de génétique à l’Institut Blavatnik de la faculté de médecine de Harvard.

Lire la suite

Auvergne, France : un autre alignement de menhirs découvert

Auvergne, France : un autre alignement de monolithes découvert par hasard

 

Alignements veyre monton mini

Si je parle d'un "autre" alignement de monolithes en Auvergne, c'est bien qu'il y a dans les archives du 19ème siècle des mentions sur l'étude de deux groupes de monolithes du côté de Montluçon... monolithes sur et reliant les actuelles communes de Saint Martinien et de Quinssaines...

Plusieurs magazines, journaux et sites internet ont publié récemment sur cette découverte annoncée fin août 2019 par l'INRAP (Institut national des recherches archéologiques préventives), avec cependant une affirmation probablement fausse en ce qui concerne le fait que ce serait le premier et unique alignement découvert en Auvergne et le Centre de la France (YH : je rappelle tout de même ici que la Région Centre est au nord de la Région Auvergne-Rhone-Alpes, et que ce sont bien trois villages du Cher qui revendiquent ce titre (avec des stèles géographiques), pour un dans l'Allier. Et pour d'autres, c'est Bourges...  bon, peu importe d'ailleurs car le plus grave est cette fausse idée de Gaulois étant à l'origine des menhirs et dolmens - ce cher Obelix est un détournement (ou raccourci de plusieurs milliers d'années) de l'Histoire !). Je vais d'abord parler de cette découverte annoncée fin août, qui est bien entendu extraordinaire et riche archéologiquement parlant, puis je parlerai des groupes de monolithes découverts près de Montluçon (en Auvergne donc !) et décrits dans un ouvrage du début du 19ème siècle et aussi mentionnés lors des comptes-rendus archéologiques du Congrès archéologique de Moulins en 1834... En vous disant tout de suite que pratiquement tous ces monolithes ont disparu depuis (tout comme au moins un autre alignement dans le Jura)... ce qui explique probablement cette annonce de l'INRAP.

J'ajouterai que si les célèbres alignements de Carnac en Bretagne sont de loin les plus célèbres en France, il en existe d'autres, dans le Jura, dans les Cévennes et en Corse. En fait, il est assez probable qu'il en existait un peu partout en France et en Europe... sans parler d'autres pays lointains comme le Japon ou le Moyen-Orient !

De plus, il y a d'autres études récentes qui montrent bien des alignements de monolithes (et visibles du ciel) dans la région, j'en parlerai aussi, même s'ils sont moins spectaculaires, et semblent délimiter des territoires de tribus ou anciennes communautés... avec probablement aussi des monolithes disparus ou enterrés, débités pour servir aux constructions ou autres...

La récente découverte : Dans le cadre des travaux d’élargissement de l’autoroute A75, par la société APRR, une équipe de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) a découvert une série d’alignements de menhirs à Veyre-Monton, entre Clermont-Ferrand et Issoire.

Les fouilles qui se sont déroulées sur 1,6 hectare, ont révélé une trentaine de monolithes, de 1,60 m entre novembre 2018 et mai 2019.

« Ces menhirs forment un alignement plus ou moins rectiligne s’étirant sur 150 m dans l’emprise de la fouille. Ils sont bordés d’un autre alignement de gros blocs de pierre, dans la continuité duquel cinq pierres composent un ensemble en fer à cheval alors que six blocs, régulièrement espacés, forment un cercle de 15 m de diamètre », détaille la responsable scientifique de la fouille Ivy Thomson qui a travaillé avec une dizaine d’archéologues sur le chantier.

 

Alignements veyre monton5 1

Alignement de menhirs et cairn de Veyre-Monton. Crédit Denis Gliksman, Inrap - (cliquer pour agrandir l'image).

 

Comme d'autres monuments en France, dont Belz dans le Morbihan où une cinquantaine de menhirs ont été mis au jour en 2006, les menhirs de Veyre-Monton ont été abattus afin de les faire disparaître du paysage : « Poussés dans de grandes fosses, parfois mutilés ou recouverts de terre, ces monolithes ont fait l’objet de gestes iconoclastes, sorte de condamnation peut-être liée à quelque changement de communauté ou de croyances » suppose Ivy Thomson. YH : Dans la mesure où il n'y a pas pour l'instant de datations en ce qui concerne cette disparition volontaire, il pourrait tout aussi bien s'agit de l'action concertée de l'Eglise Chrétienne (qui a construit des chapelles au-dessus des anciens sites "païens" (avec possiblement toujours des menhirs et dolmens ensevelis dessous), a récupéré certains monolithes pour leurs constructions, transformés certains monolithes en croix ou apposé des croix au-dessus de certains monolithes. Et quand ces lieux n'étaient pas utiles ou récupérables, ils étaient détruits et enterrés. Les paysans ont aussi beaucoup pratiqué l'ensevelissement ou le retrait de monolithes dans leurs champs (et réutilisations pour leurs constructions), partout en France et en Europe, (et encore probablement actuellement...), appuyés d'ailleurs par les religieux et l'éducation nationale qui n'a jamais sensibilisé les jeunes sur ce sujet.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Le plus ancien homme moderne trouvé hors d'Afrique : 210000 ans

Le plus ancien homme moderne trouvé hors d'Afrique : 210 000 ans ?

 

Grece apidima1 homosapiensApidima 1 (présenté ici dans une reconstruction) présente toutes les caractéristiques d'un crâne humain moderne. Crédit: KATERINA HARVATI, EBERHARD KARLS UNI TÜB

 

Les chercheurs ont trouvé le premier exemple (plus ancien à ce jour) de notre espèce (l'homme moderne) en dehors de l'Afrique.

Un crâne découvert en Grèce a été daté d'il y a 210 000 ans, à une époque où l'Europe était occupée par les Néandertaliens.

Cette découverte sensationnelle ajoute aux preuves d'une migration antérieure de personnes en provenance d'Afrique (YH : difficile à savoir en fait : ces nomades pouvant provenir de n'importe où, et peuvent même être nés sur place, vu le faible nombre d'années d'espérance de vie !, ou encore retourner vers l'Afrique, ou ailleurs...) qui n'a laissé aucune trace dans l'ADN des personnes vivantes aujourd'hui.

Les résultats sont publiés dans la revue scientifique Nature.

" Il est environ cinq fois plus vieux que n'importe quelle autre preuve d'hommes modernes en Europe (YH : 47000 à 45000 ans jusqu'à présent). Et évidemment, il est plus vieux que Misliya d'Israël (un fossile humain moderne datant de 150 000 ans). La forme de l'arrière du crâne est très moderne. et c'est potentiellement le plus ancien fossile qui montre ce regard moderne à l'arrière du crâne ", a déclaré le professeur Chris Stringer, du Natural History Museum de Londres.

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

Idaho, USA : Un site daté de 16600 à 15300 ans

Idaho, USA : Un site daté de 16600 à 15300 ans

 

Idaho fouilles 1

Le site de fouilles en Idaho - (Oregon State University)

 

Les preuves disant que la culture dite "Clovis", en Amérique du Nord (Nouveau Mexique), n'est pas la plus ancienne sur le continent s'accumulent. En effet, pendant des décennies et en l'absence de preuves formellement datées, il était considéré que les premiers hommes modernes (Homo Sapiens), provenant d'Asie, avaient profité d'un passage avant la fin de la dernière période glaciaire et avant le réchauffement ayant débuté il y a 14 000 ans. Les eaux des océans, en partie figées sous forme de glace, étaient plus basses d'une centaine de mètres par rapport à leur niveau actuel et le détroit formait un pont de terre émergée entre la Sibérie et l'Alaska. Appelé Béringie, cet étroit couloir de 1 200 km était accessible à pied sec, encombré de lacs glaciaires et de moraines, mais ne permettait sans doute pas de séjours prolongés. Cette théorie date des années 1920/1930, et est de plus en plus remise en question. Déjà, les scientifiques estimaient que la culture Clovis est apparue il y a environ 13500 ans, localement, avant de se répandre dans toutes les amériques. Il est plus logique de considérer que cette culture, originaire d'Asie donc, est bien plus ancienne, est apparue en Asie et y a développé ses outils, qu'elle a emmené avec elle. C'est un peu le problème de l'archéologie moderne d'attribuer un nom à une culture d'après le lieu de sa première découverte... tout en parlant de migrations, de pillages, de réutilisations, etc...

Avec les découvertes et datations de plus en plus anciennes dans les Amériques, cette première théorie est remise en question, et encore plus avec les nouvelles datations publiées récemment par des scientifiques, au sujet d'un site de l'Idaho.

En effet, selon une étude publiée aujourd'hui dans la revue Science, l'un des sites archéologiques les plus anciens des Amériques a été découvert dans l'ouest de l'Idaho.

Les datations au radiocarbone montrent que les gens fabriquaient des outils et abattaient des animaux à Cooper's Ferry il y a 15 300 à 16 600 ans, ce qui en fait un ajout rare et important à la poignée de sites archéologiques qui bouleversent la théorie traditionnelle du peuplement des Amériques.

Il y a quelques années à peine, les outils en pierre de Clovis, généralement âgés de 13 000 ans environ, étaient considérés comme la première technologie humaine dans les Amériques. Dans le cadre de l’hypothèse «Clovis-First», la plupart des chercheurs pensaient que les créateurs de ces outils arrivaient d’Asie en Amérique du Nord en marchant depuis l’Asie en franchissant la Béringie, le territoire qui reliait autrefois la Sibérie à l’Alaska, puis en descendant un couloir libre qui s’est ouvert lorsque d’immenses couches de glace recouvrant l’intérieur de l’Amérique du Nord ont commencé à se retirer il y a environ 14 000 ans.

Mais les chercheurs ont commencé à trouver des artefacts plus anciens que Clovis à travers les Amériques...

Bien que des dizaines de sites prétendent être ce que les archéologues appellent «pré-Clovis», Donald Grayson, archéologue et professeur émérite à l'Université de Washington, estime que seuls quelques-uns sont datés avec précision, y compris Monte Verde au Chili (environ 14 500 ans), les sites Friedkin et Gault au Texas (âgés respectivement de 15 500 et 16 000 ans) et le site des grottes de Paisley en Oregon (âgé d’environ 14 000 ans). Mais même Grayson, qui admet qu’il a une vision relativement "dure", inclurait désormais le Ferry de Cooper dans sa courte liste.

" Le Ferry de Cooper, pour moi, est un site pré-Clovis totalement convaincant ", déclare Grayson, qui n'a pas participé à la nouvelle étude.

Todd Braje, un archéologue de la San Diego State University qui a examiné le document scientifique, a déclaré de même que le site était une preuve supplémentaire que " le modèle de First Clovis n'est plus viable ".

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite