Archéologie

Iran : une migration vers les amériques il y a 11000 ans ?

Iran : une migration vers les amériques il y a 11000 ans ?

 

Iran cheval leopard

 

Des preuves suggèrent que les Iraniens préhistoriques ont migré vers les Amériques (Theran Times)

 

" Après des années d'explorations de peintures anciennes à l'intérieur des grottes et des montagnes de l'Iran et dans d'autres parties du globe, des résultats étonnants ont été réalisés à cet égard ", a déclaré à IRNA (The Islamic Republic New AgencyMohammad Nasserifard dans une interview publiée mardi 12 mai 2020.

" Les peintures anciennes des murs des grottes et des montagnes en Iran ont été comparées à celles d'autres parties du monde, leurs similitudes d'apparence et de motifs ont été étonnantes ", selon les citations des professeurs néerlandais Jan Brouwer et Gus van Veen ", a déclaré Nasserifard. Ajoutant : " Ses recherches et ses découvertes sont présentées pour la première fois à des passionnés et des chercheurs.". YH : Pour rappel, ces scientifiques néerlandais sont bien aussi des spécialistes des pétroglyphes, voici une oeuvre à laquelle ils ont participé, entre autres : " Prehistoric Rock Art in Britain: Sermons in Stone " De leur ami Stan Beckensall.

 

 

L'archéologue a souligné que ces pétroglyphes peuvent être un chaînon manquant dans l'histoire et les arts humains.

« Les similitudes d'apparence, les styles artistiques et les thèmes uniformes des anciens pétroglyphes et des peintures rupestres de cette terre (Iran) révèlent de nombreux liens manquants dans l'histoire et les arts humains, dont l'un est la ressemblance d'objets anciens en Iran avec ceux trouvés sur le continent américain.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Irlande: découverte d'un quai et de bateaux du néolithique ?

Irlande : découverte d'un quai et de bateaux du néolithique ?

 

Newgrange

Newgrange, Irlande

 

Après les découvertes étonnantes d'un chantier naval dans la Manche et de structures datant du mésolithique au néolithique dans le sud de l'Angleterre, dont j'ai déjà parlé ici - https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/angleterre-preuves-d-un-chantier-naval-du-mesolithique.html - voici la découverte probable d'un quai et de bateaux en Irlande, à proximité du fameux site archéologique de Newgrange, sous la surface de la rivière Boyne.

Les archéologues ont déclaré lors d'une conférence qu'ils avaient découvert « des éléments clairement créés par l'homme » sous la surface de la rivière Boyne.

Annalisa Christie, de l'University College Dublin, et le Dr Kieran Westley, de l'Université d'Ulster, ont réalisé l'étude du sonar fin février. 

Les scientifiques ont fait la découverte à proximité du complexe de Brú na Bóinne dans le comté de Meath, qui contient environ 100 monuments néolithiques, y compris les fosses de passage à Newgrange, Dowth et Knowth.

Brú na Bóinne est l'un des sites néolithiques les plus importants au monde et il semble que les scientifiques aient fait une autre découverte à proximité de la zone historique. 

En février, Annalisa Christie et le Dr Kieran Westley ont organisé une conférence intitulée " The Pleasant Boyne " où ils ont informé les participants de leurs nouvelles découvertes, rapporte l'Irish Times.

Christie a déclaré à la conférence qu'ils avaient découvert « des éléments clairement créés par l'homme » sous la surface de la rivière Boyne sur un tronçon de dix kilomètres de la rivière, entre Oldbridge et un barrage à 1,8 km à l'est de Slane Bridge.​

 

Newgrange green getty

Newgrange vu du ciel

 

Elle a dit qu'il y avait une structure sous-marine qui aurait pu être un quai pour amarrer des bateaux. 

" Une forte caractéristique linéaire qui était clairement une continuation souterraine d'un mur sur la rive du fleuve qui aurait peut-être pu être utilisé comme quai ."

Mais ce n'est pas tout, lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Des traces des denisoviens dans l'ADN des islandais

Des traces de néandertalo-denisoviens dans l'ADN des islandais

 

Islande neandertal

L'ADN des Islandais apporte de nouvelles connaissances sur les espèces humaines disparues 
[Crédit: Université Arhuus]

 

Une équipe internationale de chercheurs a mis au point une nouvelle image des Néandertaliens basée sur les gènes que les Néandertaliens ont laissés dans l'ADN des humains modernes lorsqu'ils avaient des enfants avec eux il y a environ 50 000 ans. Les chercheurs ont découvert les nouvelles pièces du puzzle en analysant les génomes de plus de 27 000 Islandais. Entre autres choses, ils ont découvert que les femmes néandertaliennes accouchaient lorsqu'elles étaient plus âgées que les femmes homo-sapiennes de cette époque, et que les hommes néandertaliens devenaient pères lorsqu'ils étaient plus jeunes.

On sait maintenant qu'un groupe de nos ancêtres a quitté l'Afrique entre -60 000 et -50 000 ans et, il y a environ 50 000 ans, a rencontré des Néandertaliens en Europe, puis a eu des enfants avec eux.

Maintenant, une nouvelle analyse montre que les Néandertaliens ont peut-être eu des enfants avec une autre espèce humaine éteinte (Denisoviens), avant de rencontrer Homo Sapiens, et que ces enfants ont été fertiles et ont transféré des gènes des deux espèces à des hommes modernes.

" Ici, nous examinons l'effet de cet événement en utilisant 14,4 millions de fragments de chromosomes archaïques putatifs qui ont été détectés dans des séquences de génome entier entièrement phasées provenant de 27 566 Islandais, correspondant à une gamme de 56 388–112 709 fragments archaïques uniques qui couvrent 38,0–48,2% du génome appelableSur la base de la similitude avec les génomes archaïques connus, nous attribuons 84,5% des fragments à une origine Altaï ou Vindija Néandertal et 3,3% à une origine Denisovienne; 12,2% des fragments sont d'origine inconnue. Nous constatons que les Islandais ont plus de fragments de type Denisovien que prévu grâce au tri incomplet de la lignée. Cela s'explique mieux par un flux de gènes de Denisovien, soit vers les ancêtres des Néandertaliens introgresseurs, soit directement chez les humains. "

Lire la suite ci-dessous sur cette publication scientifique parue dans Nature :

Lire la suite

La légendaire cité d'Anfa

Maroc : La légendaire cité d'Anfa - MAJ

 

plandanfa.jpg

Carte de la ville d'Anfa en ruines par Marmol, 16ème siècle

 

Au 21ème siècle, Anfa est un quartier luxueux de la Cité Blanche, Casablanca au Maroc, Afrique. Mais ses origines historiques remontent à plusieurs millénaires, sans toutefois qu'on ait à ce jour réellement tenté d'étudier ses profondes fondations. Le quartier abrite encore quelques maisons datant du 18ème siècle, mais il est construit sur les ruines de l'antique cité d'Anfa qui forment une colline surélevée par rapport à la ville créée par l'arrivée des Français en 1907, Casablanca.

En fait, les origines d'Anfa remontent à l'aube des Temps, même si le géographe Léon l'Africain écrit en 1528 qu'Anfa a été créée par les Romains, personne n'a été voir si les Romains n'avaient pas eux-mêmes consolidés une antique cité. Il écrit aussi que la ville pratiquait la course, c'est-à-dire le piratage. Pour Marmol,au 16ème siècle aussi, son origine serait Phénicienne. Pour Ezzayani, né en 1734, la ville aurait été fondé par les Berbères. Les Zénètes s'établirent à Tamesna et Tadla, les Sanhadja en Doukkala. Les émirs des Zénata bâtirent la ville d'Anfa dans les Tamesna et la ville de Day dans le Tadla. Des écrits du 11ème siècle mentionnent son existence et des historiens pensent que la ville a peut-être été érigée par les Zénètes à cette époque. En fait, l'Homme pourrait y être installé depuis bien plus longtemps et la Cité légendaire n'a peut-être été qu'un camp d'agriculteurs-pêcheurs à ses débuts, car les découvertes archéologiques relativement récentes prouvent la présence d'Homo Erectus sur place il y a 1 million d'années...

 

anfa-16eme-siecle.jpg

Anfa ruines, 1572 - extrait de Civitates Orbis Terrarum (Braun and Hogenberg,1572) (© Bibliothèque nationale, Paris)

 

Le site est tout à fait exceptionnel géologiquement et selon une étude de Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui et Jean-Paul Raynal intitulée «Casablanca : Un patrimoine archéologique exceptionnel», la série sédimentaire de Casablanca serait un gigantesque escalier qui s'élève du rivage actuel jusqu'au plateau de l'Aéroport Mohammed V. Chacune de ses marches est un ancien rivage recouvert de dunes. Ces marches ont été taillées par l'océan, lors des périodes interglaciaires majeures, alors que les glaces des pôles avaient partiellement fondu sous l'effet du réchauffement. Les cordons dunaires, pour leur part, se sont édifiés pendant la transition vers les périodes glaciaires, lorsque le volume des océans commençait à diminuer en raison du stockage de l'eau aux pôles terrestres, conséquence du refroidissement global. L'âge des marches va croissant en direction de l'intérieur des terres. C'est un soulèvement de plus de six millions d'années qui est à l'origine de cette disposition originale et exceptionnellement préservée et mise au jour par les travaux d'urbanisme.

De nombreuses découvertes archéologiques ont déjà eu lieu, puisque dès 1926 des archéologues s'interessent aux nombreux fossiles de mamifères (dont plusieurs rhinocéros blancs) dégagés par les carrières servant à la reconstruction de la ville (l'ancienne ville a été rasée en 1468 par les Portugais vengeurs, totalement abandonnée pendant 300 ans, encore plus endommagée par un séisme en 1755, pour ne commencer réellement à réexister qu'au milieu du 19ème siècle). " La dernière en date est une incisive humaine dans la grotte des rhinocéros de la carrière Oulad Hamouda, datant de plus de 450 000 années. « Il s'agit d'un site exceptionnel au niveau mondial puisque nous avons trouvé dans cette grotte plus de 15 crânes de rhinocéros blancs », explique Abderrahim Mohib, conservateur principal des monuments et sites au ministère de la Culture et co-directeur du programme maroco-français «préhistoire du grand Casablanca». « Ce qui est d'autant plus intéressant, c'est qu'avec cette dernière découverte, nous sommes certains de trouver d'autres restes humains », continue la même source."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Suisse : Les génomes néolithiques indiquent des sociétés anciennes parallèles

Les génomes néolithiques de la Suisse moderne indiquent des sociétés anciennes parallèles

 

Vue aerienne du dolmen d oberbipp

Vue aérienne du Dolmen d'Oberbipp en Suisse, pendant la fouille.

 

La recherche génétique à travers l'Europe montre des preuves de changements drastiques de population vers la fin du néolithique, comme le montre l'arrivée d'ascendance liée aux pasteurs de la steppe pontique-caspienne (Kurgans). Mais le moment de ce changement et le processus d'arrivée et de mélange de ces peuples, en particulier en Europe centrale, sont peu connus. Dans une nouvelle étude publiée dans Nature Communications, les chercheurs ont analysé 96 génomes anciens, offrant de nouvelles perspectives sur l'ascendance des Européens modernes.

Avec des établissements néolithiques trouvés partout, depuis les rives des lacs et les environnements de tourbières jusqu'aux vallées alpines intérieures et aux cols de haute montagne, le riche dossier archéologique de la Suisse en fait un lieu privilégié pour les études de l'histoire de la population en Europe centrale. Vers la fin de la période néolithique, l'émergence de découvertes archéologiques provenant de groupes culturels du complexe d'artefacts en cordes (CWC) coïncide avec l'arrivée de nouvelles composantes d'ascendance de la steppe pontique-caspienne, mais exactement quand ces nouveaux peuples sont arrivés et comment ils se sont mélangés avec les indigènes Européens restent flous.

Pour le savoir, une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l'Université de Tübingen, de l'Université de Berne et de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine (MPI-SHH) a séquencé les génomes de 96 individus de 13 sites néolithiques et du début de l'âge du bronze. en Suisse, dans le sud de l'Allemagne et dans la région Alsace de la France.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

  MAJ vidéos - MAJ photos

 

sfh

 

Entretien le jeudi 26 septembre 2019 à 20h30

« Sciences – Faits – Histoires » avec Yves Herbo

Auteur indépendant, Yves Herbo anime le blog " Sciences-Faits-Histoires '' et rédige sur son site des articles dans lesquels il partage sa façon de voir le monde, sa propre expérience, ses recherches et nombreuses lectures en matière d'Histoire ancienne, de sciences diverses (archéologie, paléontologie, astronomie, astrophysique, …), phénomènes paranormaux, ufologie.

J'ai le plaisir de l'accueillir sur l'antenne de Nuréa TV pour échanger avec lui sur ces thématiques et faire un petit tour d'horizon de ses réflexions sur les sujets qu'il aborde sur la toile.

Site officiel : https://www.sciences-faits-histoires.com

Merci pour vos partages et invitations !

Lorsque nous invitons un intervenant à s’exprimer sur Nuréa TV, c’est que nous estimons que celui-ci ou celle-ci est à même de partager avec nous des éléments cohérents, susceptibles de nous éclairer sur les mystères qui nous entourent et nous les remercions chaleureusement pour leur partage. Ceci étant dit, restez libre de vérifier et d’assembler les pièces du puzzle comme bon vous semble ! Nous ne vous rappellerons jamais assez que vous êtes les seuls maîtres à bord.

Bonne route à toutes et à tous ! Nora & Guillaume

Lien vers la vidéo du direct ci-dessous :

Lire la suite

Turquie : géométrie et planification à Gobekli Tepe

Turquie : géométrie et planification à Gobekli Tepe

 

Gobekli tepe totem

L'un des "totems" découverts à Gobekli Tepe

 

Des archéologues israéliens découvrent un motif caché au «plus vieux temple du monde», Göbekli Tepe en Turquie.

Les chasseurs-cueilleurs néolithiques qui ont érigé des monolithes massifs dans le centre de la Turquie il y a 11 500 ans avaient une maîtrise de la géométrie et une société beaucoup plus complexe qu'on ne le pensait, selon les archéologues.

Les monolithes énigmatiques construits il y a environ 11 500 ans à Göbekli Tepe ont intrigué les archéologues et remis en question les idées préconçues sur la culture préhistorique depuis leur découverte dans les années 1990 (YH : C'est faux, ce site a été découvert en 1964 par un berger, qui l'a rapporté aux autorités de l'époque, mais seulement fouillé à partir de 1994). Surtout, comment des chasseurs-cueilleurs avec une structure sociétale soi-disant primitive pourraient-ils construire de tels cercles de pierre monumentaux sur cette colline stérile dans ce qui est aujourd'hui le sud-est de la Turquie ? (YH : pas une colline à l'origine : le site a été caché, enterré volontairement vers il y a 7 500 ans d'après les premières études, formant un tumulus). Comment une société largement nomade à l'aube de l'agriculture pourrait-elle mobiliser les ressources et le savoir-faire pour créer ce que ses découvreurs ont surnommé le plus ancien temple connu au monde ? (YH : l'hypothèse d'un grand centre de rencontres entre différents peuples de chasseurs-cueilleurs avait été aussi émise par les premiers fouilleurs).

 

Gobeklitepe1 2020

Quoi qu'il en soit, une découverte par des archéologues israéliens suggère que le projet de construction de Göbekli Tepe était encore plus complexe qu'on ne le pensait auparavant et nécessitait une quantité de planification et de ressources jugées impossibles à l'époque. Leur étude des trois plus anciennes enceintes en pierre de Göbekli Tepe (YH : déterrées à ce jour) a révélé un motif géométrique caché, en particulier un triangle équilatéral, sous-jacent à l'ensemble du plan architectural de ces structures.

Cela implique que, contrairement à l'hypothèse courante chez les chercheurs de Göbekli jusqu'à présent, ces trois cercles étaient conçus comme une seule unité et éventuellement construits en même temps, disent les archéologues Gil Haklay et Avi Gopher de l'Université de Tel Aviv.

Ainsi, des milliers d'années avant l'invention de l'écriture ou de la roue, les constructeurs de Göbekli Tepe avaient manifestement une certaine compréhension des principes géométriques et pouvaient les appliquer à leurs plans de construction, conclut l'étude publiée en janvier 2020 dans le Cambridge Archaeological Journal.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Iran: des pierres préhistoriques superposées uniques

Iran: découverte de pierres préhistoriques superposées uniques

 

Prehistoric rocks discovered in southern iran 2

Les roches sont posées en deux rangées en forme de rectangle, les unes sur les autres.

 

Les roches reposant les unes sur les autres ont été trouvées dans le village de «Tall Chegah-e Sofla» près de la ville de Behbahan dans la province du Khuzestan.

Le village a été découvert par une équipe d'archéologie dirigée par Hans Nielsen de l' Université de Chicago. Plus tard, Reinhard Dittmann a exposé les schémas d'habitation dans les déserts locaux de la région. Dittmann désigne Tall Chegah-e Sofla comme l'un des principaux centres d'habitation à la fin du 5e millénaire avant notre ère.

 

Prehistoric rocks discovered in southern iran 6

YH : la pierre semble avoir été abrasée, effacée sous ces formes géométriques (casque, couronne ?), on devine vaguement un visage. 

 

En 2009, Tall Chegah-e Sofla a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine national de l'Iran. En 2015, les opérations menées pour délimiter le site archéologique de Tall Chegah-e Sofla, l'un des plus grands sites préhistoriques du Kuzestan, ont conduit à la découverte de tombes datant de 7000 ans. Cela a déclenché un projet de 5 ans de fouilles archéologiques sur le site, qui ont maintenant abouti à la découverte de ces roches coniques.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Afrique du sud: plus ancien Homo Erectus découvert à ce jour ?

Afrique du sud : le plus ancien Homo Erectus découvert à ce jour ?

Mais des datations en fait similaires à la Chine !

 

Afriquesud dnh 134 location4

 

Une équipe internationale, dont le chercheur de l'Arizona State University, Gary Schwartz, a mis au jour le plus ancien crâne connu d'Homo erectus, supposé être le premier de nos ancêtres à être presque humain dans son anatomie et dans certains aspects de son comportement. Publié cette semaine dans Science, l'équipe internationale de près de 30 scientifiques de cinq pays a partagé les détails de ce crâne - le plus ancien fossile Homo erectus connu - et d'autres fossiles de ce site et explique comment ces nouvelles découvertes nous obligent à réécrire une partie de l'histoire évolutive de notre espèce.

Des années de fouilles minutieuses sur le site riche en fossiles de Drimolen, niché dans le berceau de l'humanité (un site du patrimoine mondial de l'UNESCO situé à seulement 40 kilomètres ou environ 25 miles au nord-ouest de Johannesburg en Afrique du Sud), ont abouti à la récupération de plusieurs nouveaux fossiles importants. Le crâne, attribué à Homo erectus, est daté en toute sécurité pour avoir deux millions d'années.

La datation à haute résolution des gisements fossilifères de Drimolen démontre l'âge du nouveau crâne est plus ancien que les spécimens d'Homo erectus d'autres sites à l'intérieur et à l'extérieur de l'Afrique d'au moins 100 000 à 200 000 ans et confirme ainsi une origine africaine pour l'espèce (YH : sauf autre nouvelle découverte plus ancienne ailleurs, ce que ces scientifiques peu prudents n'envisagent même pas !).

 

F1 large 1

Le crâne DNH 134 H. erectus d'Afrique du Sud. PHOTO: JESSE MARTIN, REANUD JOANNES-BOYAU ET ANDY IR HERRIES

 

Afriquesud dnh 134 homo erectus cranium6 copy

Le crâne, reconstruit à partir de plus de 150 fragments séparés, est un individu probablement âgé entre trois et six ans, donnant aux scientifiques un aperçu rare de la croissance et du développement de l'enfant chez ces premiers ancêtres humains.

Des fossiles supplémentaires récupérés à Drimolen appartiennent à une espèce différente.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

MAJ 21, 23-04-2020

Grottes mines baksan1 mini

 

Il n'y a pas si longtemps, dans les montagnes de Kabardino-Balkarie, dans la vallée de Baksan, a été découverte une grotte étrange. Pendant une courte période, des amateurs comme des spécialistes du monde entier sont venus étudier la cavité. Il s'est avéré que c'est une immense grotte, de plus de 70 à 80 mètres de profondeur, dont les parois sont faites de mégalithes parfaitement taillés ! Les photos et vidéos sont parfaitement cohérentes avec cette affirmation et cet article est la compilation de plusieurs petits articles ou brèves publiées dans la presse russe et certains sites, un point ayant été fait en 2012 (voir en bas les liens des sources).

Grottes mines baksan8

Voici un montage de plusieurs photos vous montrant le panorama des lieux

" Dans les montagnes de la Kabardino-Balkarie, sur l'un des sommets se situant dans les environs du village de Zayukovo, près de Baksan a été découverte une mine mystérieuse. Sa longueur est d'environ 80 mètres, elle est constituée de plusieurs parties, comme des paliers ou des transitions dans la descente, comme montré dans les photos. Elle a été étudiée par des gens de la région, Maria et Victor Kotljarova, qui ont également trouvé des croix gammées sculptées dans les montagnes. Bien que les membres de la division "Edelweiss" de Hitler, qui étaient dans le Caucase en 1942, n'aient pas atteint ce sommet. Il est possible que ces croix gammées aient été gravées par le personnel de l'organisation nazie "Ahnenerbe", engagée dans l'occulte. Mais il est possible aussi que ces croix datent de plusieurs milliers d'années, cette région du Caucase ayant probablement été occupée ou traversée par les peuples aryens qui ont à l'origine créé la croix gammée, qui était alors un symbole dédié à un dieu de paix et d'amour...

Grottes mines baksan10

 

« Nous savons que pendant la guerre en Kabardino-Balkarie, la mystérieuse organisation SS " Ahnenerbe " (" Patrimoine Ancestral "), a visité la région - a déclaré Victor Kotlyarov, dirigeant de la Société russe de géographie de Karardino-Balkarie. Selon le projet secret de Hitler, elle avait été à la recherche du Saint Graal, et une légende dit qu'elle l'aurait (trouvé ou caché) dans une grotte d'une montagne du Caucase ".

 

280px caucasus topo map blank svg

Il s'agit ici d'une vallée disposée sur la droite de la première grosse chaine de montagne située au nord sur cette carte et qui va de la Mer Noire à la Mer Caspienne, comme un barrage compliquant les migrations locales.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

 

Israel qesem3

Une vue de la grotte de Qesem, un site préhistorique près de Tel Aviv. Crédit Ariel David

 

L'étude, publiée la semaine dernière dans la revue scientifique PLOS ONE , met en évidence comment une solution technologique élégante, qui a permis aux hominines d'augmenter leur apport calorique, a perduré pendant des centaines de milliers d'années et a continué d'être utilisée alors même que nos ancêtres développaient de nouvelles techniques et créaient des sociétés plus complexes.

Les pierres en forme de sphères faisaient partie de la boîte à outils de l'humanité depuis plus de deux millions d'années, mais à quoi elles servaient exactement était resté une énigme. 

Elles ont été mis au jour par des archéologues en Afrique de l'Est, la maison ancestrale (supposée) de l'humanité, et ils jonchent des sites préhistoriques à travers l'Eurasie du Moyen-Orient à la Chine et à l'Inde. Pourtant, les experts ont été intrigués par leur fonction depuis les premiers jours de la recherche sur notre histoire évolutive.

Maintenant, une équipe internationale d'archéologues dirigée par la chercheuse en archéologie de l'Université de Tel Aviv, Ella Assaf, a produit des preuves que ces artefacts énigmatiques étaient utilisés dans un but très précis: briser les os de grands animaux pour extraire la moelle nutritive à l'intérieur.

 

Israel qesem1

Pierres en forme de sphères préhistoriques trouvées à la grotte de Qesem, près de Tel Aviv. Crédit Pavel Shrago

 

Les chercheurs ont analysé des pierres en forme de sphères, également appelées sphéroïdes, trouvées dans la grotte de Qesem, un site préhistorique juste à l'est de la ville moderne de Tel Aviv qui était habité il y a 400 000 à 200 000 ansLa découverte d'une trentaine de ces artefacts dans cette grotte particulière était un puzzle enveloppé dans une énigme pour les archéologues. Non seulement la fonction des sphères est restée obscure, mais leur présence a été considérée comme anachronique, car ces artefacts se trouvent généralement sur des sites beaucoup plus anciens.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Iran : 9000 ans d'Histoire sur le site d'Ozbaki Tappeh

Iran : 9000 ans d'Histoire sur le site d'Ozbaki Tappeh

 

Iran ozbaki

 

La colline d'Ozbaki, également appelée Ozbaki Tappeh ou Uzbaki Teppeh, est située près de Nazarabad, à environ 80 km à l'ouest de Téhéran. Le site a produit des vestiges culturels datant de la première moitié du 7e millénaire à la première moitié du premier millénaire avant JC, c'est-à-dire la période des Mèdes.

" La découverte d'objets tels que des tablettes, des statuettes et des faïences" dentelées " sur la colline d'Ozbaki indique une sorte de lien commercial entre Suse au Khuzestan et ce dans la province de Téhéran ", selon l'archéologue iranien principal Yousef Majidzadeh qui a dirigé les fouilles à Ozbaki, Collines de Qabristan et Jiroft.

En 2016, l'enceinte archéologique s'est ouverte au public en tant que musée en plein air du patrimoine culturel. La même année, il a été annoncé que l'enceinte archéologique était en attente d'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Iran ozbaki

Téhéran - "Neuf mille ans d'histoire." C'est une phrase qui peut sembler suffisante pour attirer l'attention de tous les passionnés d'histoire à travers le monde. (cliquer sur les images pour les agrandir).

 

Son article sur la colline, qui a été publié dans le Cercle des études iraniennes antiques, est donné ci-dessous:

Avec une longitude de 50,34 et une latitude de 35,54, le site historique d'Ozbaki est situé à 15 km au sud-ouest de la vieille ville de Hashtgerd dans la région de Savojbolagh, à environ 73 km à l'ouest de Téhéran. L'altitude du village d'Ozbaki depuis le niveau de la mer est de 1118 mètres. Il s'agit d'un vaste site ancien, composé de quelques monticules courts et d'un monticule élevé à 26 mètres au-dessus des terres environnantes.

Certains des monticules, selon les résidents, sont: Kumush Tappeh, situé à 400 mètres à l'ouest du grand monticule connu sous le nom d'Ozbaki Tappeh, Jairan Tappeh situé à 250 mètres au sud d'Ozbaki Tappeh et Yan Tappeh, situé à environ 700 mètres au sud-ouest d'Ozbaki Tappeh. L'équipe d'archéologie a nommé trois autres monticules comme Doshan Tappeh, Maral Tappeh et Takhtgah TappehCompte tenu de la profondeur des anciennes couches de sol jusqu'à un sol indemne prouvé dans le côté nord d'Ozbaki Tappeh, son altitude depuis la terre intacte est de plus de 30 mètres.

Compte tenu de la forme dispersée des monticules et selon les découvertes en terre cuite, on peut dire que la superficie du site d'Ozbaki est d'environ 100 acres (404686 m²). Avant les fouilles à Ozbaki Tappeh, les sites les plus anciens trouvés jusqu'à présent dans le plateau central iranien n'ont été trouvés que dans le Silk Tappeh près de Kashan et Zagheh Tappeh dans la plaine de Qazvin. Ces reliques ont été identifiées sur le site d'Ozbaki, à Yan Tappeh, sous la forme d'un petit village couvrant une superficie approximative d'un acre (4046,86 m²). Dans ce petit monticule en forme d'oreiller dont 200 mètres carrés ont jusqu'à présent été fouillés, des reliques de cinq périodes d'architecture en briques d'argile ont été identifiées, remontant à deux époques culturelles aux septième et sixième millénaires av. JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une figurine de Baal trouvée dans la cité biblique de Ziklag

Une figurine de Baal trouvée dans la cité biblique de Ziklag

 

Israel smiting god figurine clean lighthouse700x400

Une rare figurine du dieu cananéen Baal et une statuette de veau en bronze figurent parmi les découvertes fascinantes que les archéologues de l'Université Macquarie ont découvertes en Israël, sur le site probable de la cité Ziklag, dont parle de livre de Samuel dans l'Ancien Testament. Ces objets anciens datant de 3300 ans environ ont été mis au jour par des archéologues de l'Université australienne Macquarie dans une ville perdue depuis longtemps et qui serait liée au roi David.

Une rare figurine du " dieu qui frappe '', une figurine de veau en bronze, deux sceaux et des poteries cananéennes et philistines décorées du 12e siècle avant notre ère ont été découvertes sur le site de Khirbet el-Rai en Israël par une équipe de 32 étudiants de l'Université Macquarie et trois professeurs du secondaire lors d'une fouilles de trois semaines en février.

Les étudiants du programme Ancient Israel de l'Université Macquarie ont fouillé le site de 1,7 hectare en partenariat avec l'Université hébraïque de Jérusalem et la Israel Antiquities Authority.

Les étudiants en archéologie de Macquarie ont été ravis lorsqu'ils ont déniché la figure de bronze du dieu cananéen Baal, prêt à frapper ses ennemis, et un petit veau de bronze, évoquant des images du " veau d'or '' biblique.

 

Map of philistia and judah marking the location of khirbet al rai

" Lorsque nous partons pour une fouille archéologique, nous avons de grands espoirs et de faibles attentes, mais bien sûr, c'est merveilleux quand nous faisons des découvertes passionnantes ", a déclaré le Dr Gil Davis, directeur du programme Israël ancien à l'Université Macquarie. « Nous rêvons de faire des découvertes qui changeront notre compréhension d'une partie importante du passé antique ".

Le co-directeur de la Dig, le professeur Yossi Garfinkel, directeur de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque de Jérusalem, affirme que le partenariat avec l'Université Macquarie leur a permis de creuser à une échelle beaucoup plus grande que d'habitude. " La plupart des découvertes sur ce site sont grâce à la coopération de l'Université Macquarie."

Pendant trois semaines, du 26 janvier au 13 février 2020, l'équipe a travaillé sous le chaud soleil d'hiver pour creuser, tamiser et jeter des seaux de terre pour dénicher ces artefacts à deux endroits différents sur le site.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Création du Dossier Legendes d'Auvergne France

Création du Dossier Légendes d'Auvergne France

 

Toulxstecroix3

Voici un dossier regroupant des articles présentant des légendes des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne... ce n'est pas pour rien, je suis arrivé dans ces contrées qui, comme la plupart des régions de France, recèlent encore de nombreuses légendes et contes nous provenant des lointains âges pour beaucoup, et dont la tradition orale se perd malheureusement de plus en plus. Les origines mégalithiques, puis celtes de notre ethnie bien répandue dans toute la France font que nos légendes, du Nord de la France à la Provence, possèdent toutes un tronc commun au niveau des mythes très anciens liés notamment aux menhirs, dolmens ou autres Pierres Levées que l'on découvre encore (bien que des milliers aient disparues au fil des âges) dans pratiquement toutes des régions françaises... c'est donc tout naturellement que je commence cette série d'articles par des légendes liées à ces Anciennes Pierres Sacrées, à l'aide d'ouvrages déjà anciens eux-mêmes, découverts dans des bibliothèques locales (comme celle de Dompierre-sur-Besbre par exemple pour ce début)...

Ces histoires et références sont issues en partie des archives du Chateau de la Garde, sis à la Celle-sous-Montaigut, où elles ont été découvertes par Octave-Louis Aubert en 1944 et décrites dans son ouvrage "Légendes traditionnelles du Bourbonnais - Tome 1" paru en 1946 et réédité en 1998 par la SEPEC. Ces archives sont pour la plupart médiévales mais contiennent des écrits et copies datant des romains et des gallo-romains, celtes...

D'après cet ouvrage, trois centres mégalithiques existaient encore dans le Bourbonnais à l'époque de sa rédaction. Le premier se situe au sud-est, dans le canton de Mayet-de-Montagne, aux abords du village de la Chabanne. Il s'agit des Pierres-Courtines, mais en fait tout l'environnement et ses appellations font appel aux souvenirs des cultes druidiques, que l'on parle du Bois-Noir ou des Monts de la Madeleine, où l'on trouve encore les pierres à bassins et des dolmens. Sur Saint-Nicolas-des-Biefs, le Ré-des-Dieux et le Ré-de-Mussi ont pour voisin le menhir de la Pierre du Charbonnier. Situé sur le hameau de Gaulourdier, cette Pierre Levée se nomme ainsi à cause de ses sombres reflets. Sur la commune de Lavoine, au village de Malichard, existe le Champ-des-Rocs, qui se nomme ainsi car rien n'y pousse : il est couvert de petits menhirs et de grosses pierres, que la légende affirme avoir été jetées ici par le dieu romain géant Tanaris Lithobole (lithos : pierre, bolos : lancer), à moins que ce ne soit par le géant Gargantua. Il y a plusieurs Pierres sur Saint-Clément, avec la Pierre du Barde, la Pierre Maligne, les Pierres Folles, la Palle ou PallusDes alignements (un peu comme à Carnac en Bretagne, sans être aussi importants, ont longtemps été visibles à côté du village de Cressanges, mais ont totalement disparu vers la moitié du 19ème siècle, malheureusement.

 

Ginich cupules rondes

Pierre Ginish, Bourbonnais

 

Ce dossier, important en place, ne peut évidemment se trouver que dans les pages dossiers, rubriques Ecrits, visibles dans le menu du haut de ce site, et dont voici le lien direct :

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/dossier-legendes-d-auvergne-france.html

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 11-04-2020

 

Neanderthal pêchait en mer il y a 100 000 ans

Neanderthal pêchait en mer il y a 100 000 ans

 

Neanderthals figueirabrava portugal

 

Les Néandertaliens ont été les pionniers de l'exploitation des ressources marines: étude de l'université de Barcelone publiée dans Science.

La revue Science a publié une étude menée par le chercheur de l'ICREA João Zilhão de l'Université de Barcelone sur les fouilles des grottes de Cueva de Figueira Brava, au Portugal, qui ont été utilisées comme abri par les populations néandertaliennes il y a environ 86 000 à 106 000 ans. L'étude révèle que la pêche et la cueillette de coquillages ont contribué de manière significative à l'économie de subsistance des habitants de Figueira Brava. La pertinence de cette découverte réside dans le fait que jusqu'à présent, il y avait peu de preuves que ces pratiques étaient courantes chez les Néandertaliens.

Concernant les conséquences de cette étude, João Zilhão note qu' " un modèle influent sur nos origines suggère que la consommation commune de ressources en eau, riches en Oméga3 et autres acides gras qui favorisent le développement des tissus cérébraux, auraient accru les capacités cognitives de l'anatomie moderne c'est-à-dire les humains qui, en Afrique, étaient contemporains des Néandertaliens et sont généralement considérés (YH : à ce jour) comme les seuls ancêtres de l'actuel Homo sapiens. ". Mais les résultats de la fouille de Figueira Brava révèlent que si cette consommation commune de ressources marines a joué un rôle important dans le développement des compétences cognitives, elle l'a fait pour toute l'humanité, y compris les Néandertaliens, et pas seulement la population africaine qui s'est propagée plus tard. "

Zilhão, membre du Séminaire d'études et de recherches préhistoriques (SERP-UB), cite " des preuves qui se sont accumulées au cours de la dernière décennie pour montrer que les Néandertaliens avaient une culture matérielle symbolique ". Il y a deux ans, en 2018, les revues Science et Science Advances ont publié deux études co-dirigées par João Zilhão rapportant qu'il y a plus de 65000 ans, les Néandertaliens faisaient des peintures rupestres dans au moins trois grottes de la péninsule ibérique: La Pasiega, Maltravieso et Ardales ( Science ).

De plus, il y a plus de 115 000 ans à Cueva de los Aviones (Murcie, Espagne), ils utilisaient des coquilles marines perforées et des restes d'ocre comme pendentifs et conteneurs de coquilles avec des résidus de mélanges complexes de pigments ( Science Advances ). Ces découvertes " soutiennent une vision de l'évolution humaine dans laquelle les variantes fossiles connues, telles que les Néandertaliens en Europe et les contemporains anatomiques africains devraient être comprises comme des restes de nos ancêtres, et non comme des espèces différentes supérieures-inférieures ", note Zilhão.

Lire la suite ci-dessous) :

Lire la suite