archaeology

Enquête archéologique aux Açores 1

Enquête archéologique aux Açores 1

 

Ancre1 acores 2019 12 07

Je suis actuellement sur une enquête filmée aux Açores, ce qui explique le manque actuel de nouveaux articles. Un départ un peu précipité par l'obtention des autorisations militaires par le professeur Felix Rodrigues, notre correspondant physicien passionné d'archéologie aux Açores (et qui a un fils diplômé en archéologie d'ailleurs), car une partie des structures à étudier se trouvent dans l'enceinte d'une forteresse militaire en activité, sur l'île de Terceira.

Nous sommes arrivés vendredi 6 décembre 2019 au soir via un vol Barcelone-Lisbonne, puis un vol Lisbonne-Terceira (qui avait une heure de retard à son départ). Notez que les Açores ont deux heures en moins actuellement par rapport à la France. Dès le samedi, tôt le matin, nous avons entamé, avec le professeur Rodrigues, un premier périple sur le site de Grota do Medo qui recèle de véritables merveilles, dont j'ai déjà parlé un peu dans un précédent article (lien en bas) et qui sont indéniablement des structures mégalithiques très semblables à ce que nous trouvons dans toute l'Europe : deux dolmens à couloir bâtis l'un au-dessus de l'autre. Ces structures sont datées en Europe, la plupart du temps, du néolithique...

 

Grotadomado15

Grota do Medo aux Açores à gauche (crédit F. Rodrigues pour ce comparatif)

 

Journée très fatigante car des heures de marche, montées et descentes dans une forêt parfois dense, avec des passages parfois barrés par des chutes d'arbres suite au récent cyclone, qui a d'ailleurs fait beaucoup de dégâts sur la petite île de Flores. Je peux déjà vous dire que les journées de dimanche et lundi ont aussi été très intenses et épuisantes, avec également des kilomètres de marche en des endroits parfois un peu dangereux, escarpés, parfois glissants à cause du taux d'humidité assez élevé aux Açores, malgré un très beau soleil et de bonnes températures : nous avons eu 20°C samedi, 21°C dimanche et le lundi beaucoup plus humide, avec de hautes pressions atmosphériques et tout de même 19°C... moites. Il faut savoir que les Açores bénéficient d'un climat semi-tropical tout au long de l'année, avec des températures très constantes aussi bien le jour que la nuit.

Lire la suite

Briques de la Vie : du ribose dans les météorites

Briques de la Vie : du ribose dans les météorites

 

Ribose meteorite yoshihiro furukawa 500

 

 

La cosmochimie fait partie des disciplines utilisées par les exobiologistes pour apréhender l'origine de la Vie sur Terre et tenter d'évaluer les probabilités de son apparition ailleurs dans le cosmos. Une équipe internationale de chercheurs vient de publier un article dans Proceedings of the National Academy of Sciences qui fera date à cet égard, puisqu'ils y annoncent la toute première détection dans des météorites d'un sucre et surtout pas de n'importe quel sucre, puisqu'il s'agit du ribose, un des ingrédients de base pour la constitution de l'acide ribonucléique (ARN) et même de l'ADN, des molécules donc fondamentales du vivant.

La découverte a été faite en analysant des échantillons en poudre au moyen d'une technique de spectrométrie de masse par chromatographie en phase gazeuse. Deux météorites ont été l'objet de ces analyses, NWA 801 (CR) et Murchison (CM). Deux autres sucres biologiquement importants ont aussi été identifiés pour la première fois dans des météorites. L'arabinose ou sucre de pectine (les pectines sont présentes en grande quantité dans les parois végétales de nombreux fruits et légumes) et le xylose (sucre de bois ou sucre de bouleau).

 

Ribose meteorite yoshihiro furukawa

Ceci est un modèle de la structure moléculaire du ribose avec un fragment de la météorite de Murchison. La ribose et d'autres sucres ont été trouvés dans cette météorite. Crédit : Yoshihiro Furukawa

 

La météorite de Murchison fait l'objet de l'attention des exobiologistes depuis longtemps. Tombée près de la petite ville de Murchison en Australie en 1969, cette chondrite carbonée a livré aux cosmochimistes au cours des années plus de 70 acides aminés. Ils y ont ainsi découvert, sous forme de traces, l'alanine, la glycine, la valine, la leucine, l'isoleucine, la proline, l'acide aspartique et l'acide glutamique, toutes présentes dans les protéines de la vie telle qu'on la connaît sur Terre.

Des purines et des pyrimidines y ont également été trouvées. Or, ces molécules sont les bases de l'ADN et de l'ARN qui constituent le matériel génétique de tous les êtres vivants sur la Planète bleue.

C'est d'ailleurs ce à quoi fait allusion dans un communiqué de la NasaYoshihiro Furukawa de l'université de Tohoku, au Japon, l'auteur principal de l'étude publiée dans PNAS quand il explique que :

Lire la suite

142 nouveaux géoglyphes découverts à Nazca, Pérou

142 nouveaux géoglyphes découverts à Nazca, Pérou

 

Nazca newgeoglyphe1

 

Des chercheurs de l'Université Yamagata et d'IBM Japon ont utilisé une technologie d'intelligence artificielle appartenant au centre de recherche IBM Thomas J. Watson de New York pour localiser 142 géoglyphes, dont on pense qu'ils datent d'une période comprise entre 100 ans avant notre ère et 300 ans après notre ère. Une multitude de créatures vivantes sont représentées dans cette œuvre d'art ancienne, allant des poissons et des oiseaux aux singes, aux camélidés et aux humanoïdes.

Ils ont été construits en enlevant des roches, laissant une image négative dans le sable blanc en dessous. (YH : ce qui est difficilement datable précisément, d'autant plus que, puisque comme cet art "rituel" a été pratiqué pendant des millénaires, selon les archéologues, les poteries et artefacts trouvés sur place peuvent dater de différentes époques (ce qui est le cas) et ne datent pas les géoglyphes eux-mêmes...).

Le plus long géoglyphe identifié est plus grand que la Statue de la Liberté, mesurant plus de 100 mètres d'un bout à l'autre, et le plus petit mesure 5 mètres, ce qui correspond à peu près à la même taille que le David de Michel Ange (statue de un peu plus de 5 mètres) exposé à Florence, Italie.

 

Nazca newgeoglyphe1

Géoglyphe 1 de type B d'un humanoïde. - UNIVERSITÉ DE YAMAGATA - Il semblerait que sur ces comparaisons, l'entourage soit prédéterminé et ne reflète pas l'ensemble du géoglyphe original : une tête pourrait manquer au-dessus

 

Les chercheurs ont divisé les géoglyphes en deux catégories, en fonction de leur taille, de leur âge et de leur conception. Le premier groupe (type A) sont des dessins au trait et ont tendance à être plus grands, mesurant 50 mètres ou plus. Le deuxième groupe (type B) comprend les surfaces de couleur unie de 50 mètres et moins.Les deux catégories peuvent également être distinguées par leur âge. Les types Bs étaient plus anciens et auraient été construits entre 100 avant notre ère et 100 ans pendant notre ère au cours de la période initiale de Nazca ou avant. Par contre, il est probable que le type As soit construit entre 100 et 300 ans Après JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Le fossile Tullimonstrum devient encore plus mystérieux

Le fossile Tullimonstrum devient encore plus mystérieux

 

Tullymonstrium1

De temps en temps, les scientifiques découvrent des fossiles si bizarres qu'ils défient toute classification, leurs plans corporels ne ressemblant à aucun autre animal ou plante vivant. Tullimonstrum (également connu sous le nom de Tully Monster), un fossile vieux de 300 millions d’année découvert dans les gisements de fossiles de Mazon Creek dans l’Illinois, aux États-Unis, est l’une de ces créatures étranges.

À première vue, Tully a l'apparence d'une limace, superficiellement. Mais là où vous vous attendez à ce que sa bouche se trouve, la créature a un long appendice fin se terminant par ce qui ressemble à une paire de griffes saisissantes. Ensuite, il y a ses yeux, qui dépassent de son corps, sur des tiges.

Tully est si étrange que les scientifiques n’ont même pas pu s’entendre sur le fait qu’il s’agisse d’un vertébré (avec une colonne vertébrale, comme les mammifères, des oiseaux, des reptiles et des poissons) ou d’un invertébré (sans colonne vertébrale, comme des insectes, des crustacés, des pieuvres et tous les autres animaux)). En 2016, un groupe de scientifiques a prétendu avoir résolu le mystère de Tully, fournissant ainsi la preuve la plus solide à ce jour qu'il s'agissait d'un vertébréMais cette nouvelle étude remet en cause cette conclusion, ce qui signifie que ce monstre reste aussi mystérieux que jamais...

Le monstre de Tully a été découvert dans les années 1950 par un collectionneur de fossiles nommé Francis Tully. Depuis sa découverte, les scientifiques se sont demandé à quel groupe d'animaux modernes appartient cette créature. L'énigme des véritables relations évolutives de Tully a ajouté à sa popularité, le conduisant finalement à devenir le fossile d'État de l'Illinois.

Il y a eu beaucoup de tentatives pour classer le monstre de Tully , voir ci-dessous :

Lire la suite

Pérou : le site de Wat'a passé au LiDAR avant fouilles

Pérou : le site de Wat'a passé au LiDAR avant fouilles

 

Wata perou2600

 

La colonie qui doit être étudiée se trouve dans une zone archéologique connue sous le nom de Wat'a, qui signifie "île" dans la langue autochtone locale, à une altitude d'environ 13 000 pieds. C'est environ 5 000 pieds (1524 mètres) plus haut que le Machu Picchu, considéré comme le couronnement de la civilisation inca. Ce site n'est pas le Wat'a proche de Cuzco, mais un autre, le Wat'a de Huánuco.

L'explorateur du National Geographic, Albert Lin, ainsi que les archéologues Adan Choqque Arce et Thomas Hardy, ont utilisé une technologie révolutionnaire appelée LiDAR (détection et télémétrie par la lumière) pour révéler l'étendue de cette cité référencée en 2007 dans le dictionnaire Teofilo Laime Ajacopa, Diccionario Bilingüe Iskay simipi yuyayk'ancha, La Paz, 2007 (dictionnaire quechua-espagnol).

Wat'a (en quechua pour "île", orthographe hispanisée: Huata) est un site archéologique au Pérou. Il se situe dans la région de Huánuco, province de Huamalíes, district de Singa, dans la petite communauté de Bella Flores au nord de SingaWat'a est situé à une altitude d'environ 3 889 mètres (12 759 pieds) au sommet d'une montagne qui est bordée par les petites rivières Tawlli (Taulli) et Aqu (Aco).

 

1278px huata wat a 00608

Vue du complexe Wata (Huata) depuis la route qui commence à San José de Paucar - Crédit : Waterloo1883 - Trabajo propio - CC BY-SA 4.0

 

L’existence de cette zone était connue des chercheurs, mais jusqu’ici ils avaient utilisé des méthodes archéologiques traditionnelles. Les chercheurs ont découvert des traces de tombes, de places de cérémonie, de zones résidentielles et d’un grand mur d'enceinte.

Avec cette enquête LiDAR - la première fois que cette technologie a été utilisée sur le site - les archéologues ont pu révéler de nombreuses caractéristiques inédites. Les archéologues avaient déjà compris que ce site datait de bien avant les Incas, mais que c'était eux qui l'avaient agrandit et érigé en véritable petite ville locale.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

 

Danuvius baviere 2

 

Ce sont les restes d'au moins quatre grands singes d'une espèce inconnue qui ont été découverts dans le sud-est de l'Allemagne, région de l'Allgäu en Bavière. Anciens de 11,62 millions d'années, les ossements ont permis de réunir 21 ossements du squelette partiel le plus complet d'un singe Danuvius male et de procéder à sa première étude, qui révèle plusieurs surprises.

La paléontologue Madelaine Böhme de l'Université de Tübingen a déclaré que l'anatomie de cette espèce, baptisée Danuvius guggenmosi, indique un style de locomotion jusqu'alors inconnu qui pourrait offrir des indices sur l'évolution de la marche bipède. Pratiquement pour la première fois parmi les fossiles de ces périodes, des os complets de membre sont préservés, ce qui fournit la preuve d'une forme nouvellement identifiée de comportement de position - le "grimpement de membre étendu" ("extended limb clambering").

 

Danuvius baviere1

Os de la main d'un spécimen masculin d'un nouveau singe Danuvius. L'étrange créature avait de longs bras, ce qui laisse penser qu'elle pouvait se balancer dans les arbres, mais ses mains ne possédaient pas des os solides, que possèdent habituellement les promeneurs sur articulations. (Crédit image: Christoph Jäckle)

 

Ce mâle devait peser entre 37 et 68 livres (17 et 31 kilogrammes) et avait des jambes ressemblant à celles des humains, mais avec des orteils et doigts saisissants et des bras allongés ressemblant à ceux des singes, qui lui auraient permis de se déplacer facilement à travers les cimes des arbres ppur échapper aux prédateurs félins par exemple. Mais ses mains et doigts n'étaient pas aussi robustes que ceux des chimpanzés, des bonobos et des gorilles, qui utilisent leurs doigts pour marcher également. En fait, la créature a peut-être également utilisé une locomotion étrange jamais vue jusqu'à présent, expliquant comment les ancêtres des humains ont pu évoluer pour marcher sur deux jambes, révèle cette nouvelle étude.

Un trait essentiel qui distingue les humains de nos plus proches parents vivants - les grands singes modernes, y compris les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs - outans, est la façon dont nous nous tenons debout et marchons debout. Cette posture bipède a finalement permis de libérer nos mains pour utiliser des outils, aidant ainsi l’humanité à se répandre sur la planète. 

En revanche, les grands singes modernes possèdent des bras allongés qu'ils utilisent lors des mouvements. Par exemple, les chimpanzés, les bonobos et les gorilles pratiquent la marche sur les articulations, tandis que les orangs-outans marchent avec le poing sur le sol et que tous les grands singes modernes possèdent des traits anatomiques qui leur permettent de se balancer de branche en branche en utilisant uniquement leurs bras - une méthode de locomotion appelée brachiation.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

 

Turquie fouilles2019 11800ans mardin 500

 

Faisant maintenant partie de la province de Mardin, cette région du sud-est de la Turquie a accueilli de nombreuses civilisations, notamment des Sumériens, des Akkadiens, des Babyloniens, des Hittites, des Urartiens, des Romains, des Abbassides, des Seljuks et des Ottomans. C'est sur le site de l'ancienne colonie Boncuklu Tarla que des dernières découvertes ont eu lieu.

L'archéologue Ergül Kodaş a déclaré que son équipe procédait à des fouilles sur le site dans le cadre d'un projet axé sur la documentation et le sauvetage de sites culturels situés dans le district de Dargecit, lorsqu'ils ont découvert un réseau d'égouts vieux de 11 800 ans et plus de deux douzaines d'artefacts architecturaux. Le professeur Kodas, professeur au département d’archéologie de l’Université Mardin Artuklu et conseiller scientifique des fouilles à Boncuklu Tarla, a déclaré que les travaux avaient été dirigés par la professeure Ayşe Tuba Ökse, du département d’archéologie de l’Université de Kocaeli.

Au total, 15 restaurateurs et archéologues, ainsi que 50 travailleurs, procèdent actuellement à des fouilles dans la zone, qui a été désignée site historique et culturel par les autorités turques.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Paléolithique : les plus anciennes gravures avaient une signification

Paléolithique : les plus anciennes gravures avaient une signification

 

Fig 1 gravuresanciennes 680

C'est ce qu'affirme cette étude publiée cet été par la Royal Society : https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsos.190086

 

La neuroimagerie soutient la nature représentationnelle des premières gravures humaines.

Les premières productions graphiques humaines, composées de motifs abstraits gravés sur divers supports, datent du Paléolithique inférieur et moyen. Ils sont associés à des hominines anatomiquement modernes et archaïques. La nature et la signification de ces gravures sont encore en suspens. Pour résoudre ce problème, nous avons eu recours à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle afin de comparer les activations cérébrales déclenchées par la perception de motifs gravés datant de 540 000 à 30 000 ans avant le présent avec celles suscitées par la perception de scènes, d’objets, de symboles et d’écrits, mots. La perception des zones de gravure activées bilatéralement le long de la route ventrale selon un schéma similaire à celui activé par la perception des objets, suggérant que ces productions graphiques sont traitées comme des représentations visuelles organisées dans le cerveau. De plus, la perception des gravures a entraîné une activation à gauche de la zone de forme visuelle des motsCes résultats confirment l'hypothèse selon laquelle ces gravures ont les propriétés visuelles de représentations significatives chez l'homme actuel et auraient pu servir à cette fin chez les humains modernes et les hominines archaïques.

Des peintures rupestres paléolithiques à l'art contemporain, la production et la perception d'artefacts symboliques ont représenté un aspect majeur de l'activité cognitive humaine.

Cependant, il n'y a pas de consensus sur quand, comment et parmi lesquels de nos ancêtres fossiles un comportement à médiation symbolique est apparu. La capacité d'intégrer un sens dans des produits culturels a longtemps été considérée comme le résultat d'une soudaine révolution cognitive survenue parmi les populations humaines modernes s'étant installées en Europe il y a 42 000 ans et remplaçant les habitants de Néandertal. La complexité culturelle de ces populations, démontrée par leur maîtrise de la peinture, du dessin, de la sculpture et la sophistication de leurs vêtements, de leurs ornements corporels et de leurs pratiques mortuaires, était considérée comme une preuve évidente de cette révolution cognitive [ 1 - 3 ].

La découverte ultérieure sur des sites africains plus anciens d'artefacts (ocre modifiée, perles, dessins, gravures, sépultures primaires) a conduit de nombreux auteurs à proposer que des pratiques symboliques soient apparues sur ce continent bien avant l'arrivée de l'Homme moderne en Eurasie 4 ].

D'autres ont remarqué qu'une équation entre l'homme moderne et la cognition moderne est contredite par le fait qu'avant la dispersion humaine moderne hors de l'Afrique, des pratiques symboliques comparables existaient en Eurasie parmi les populations archaïques telles que les Néandertaliens [6 - 10]. Cependant, tous les chercheurs ne sont pas disposés à accorder une dimension symbolique aux anciens artefacts africains et eurasiens interprétés par certains comme les archétypes de notre culture moderne, entièrement symbolique, cognitive et matérielle.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Néandertalien utilisait du goudron pour coller le bois aux pierres

Néandertalien utilisait du goudron de bouleau pour coller le bois aux pierres

 

Hommemodernevsneanderthal

 

Un outil de noyau de silex partiellement recouvert de goudron de bouleau ajoute aux évidences sur une pensée complexe de Neandertal.

Une équipe de chercheurs affiliés à plusieurs institutions néerlandaises a mis au jour un petit outil de découpe de Néandertal utilisant du goudron de bouleau. Dans son article publié dans Actes de la National Academy of Sciences, le groupe décrit l'outil et ce qu'il révèle sur la technologie de Neanderthal, beaucoup plus élaborée que supposée il y a peu de temps...

 

Hommemodernevsneanderthal

Comparaison entre un crâne d'Homme Moderne (à gauche) et d'un crâne de néandertalien.

 

Des travaux antérieurs avaient déjà mis au jour des preuves montrant que les Néandertaliens utilisaient du goudron de bouleau pour fabriquer divers types d'outils, dont la plupart impliquaient le transfert de pierres taillées à des manches en bois. Cette nouvelle découverte le confirme, puisque les chercheurs ont trouvé un outil sans poignée: un morceau de silex conçu pour être tranchant d'un côté et recouvert de goudron de bouleau de l'autre.
L'ajout de goudron de bouleau permettrait à l'utilisateur de tenir l'outil confortablement et de mettre beaucoup de pression dessus sans se couper la main. Les chercheurs notent que la création et l'utilisation de goudron de bouleau nécessitent un certain degré de réflexion complexe. L'opération en plusieurs étapes commence par la collecte du bois et sa combustion de manière à extraire le goudron. Le goudron ressemblant à de la gomme peut être utilisé pour lier des objets car il devient dur lors du refroidissement à la température ambiante.

 

Adhesifsneandertal

Carte de l’Eurasie occidentale avec les emplacements de recherche de produits chimiques et chimiques.
Adhésifs MP identifiés et datés par spectrométrie. On note l'utilisation du goudron de bouleau, du goudron de pin et de bitume pétrolifère, datés de 191 000 ans à 40 000 ans... (PNAS.org)

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : découverte de 27 sites mayas sur une carte LiDAR

Mexique : découverte de 27 sites mayas sur une carte LiDAR

 

Lidarelsaraguato mini500

 

Un archéologue très observateur a utilisé une carte en ligne LIDAR librement disponible pour localiser 27 sites cérémoniels mayas au Mexique.

Selon le New York TimesTakeshi Inomata, professeur d'archéologie à l'Université de l'Arizona, a découvert de nombreux sites inconnus à l'aide d'une carte LiDAR (Détection de la lumière et télémétrie) trouvée en ligne l'an dernier. La technologie LiDAR exploite un laser pour mesurer les distances à la surface de la Terre et peut s'avérer extrêmement utile pour étudier ce qui est caché dans les zones à végétation dense.

 

Mayanlidar7 superjumbo

La carte LIDAR en question, republiée par le New York Times

 

La carte de 2011, qui couvre 4400 km 2 des états mexicains de Tabasco et de Chiapas, a été publiée par l'Institut national de la statistique et de la géographie du Mexique, a rapporté le Times.

 

Mayalacarmelitawest

Vue de l'ouest du site de La Carmelita. (Crédit :Takeshi Inomata)

 

Inomata a déclaré à Fox News que cette découverte faisait suite à ses recherches sur le site de Ceibal au Guatemala, où un complexe cérémoniel datant de 1000 à 900 avant JC a été découvert.

« Nous sommes ensuite allés dans cette région (Tabasco) en pensant qu'il pourrait y avoir des complexes cérémoniels similaires de cette période », a-t-il expliqué. « C'était formidable de voir qu'il y avait plus de sites de ce type que prévu. Il est également remarquable qu'ils aient des formations rectangulaires très standardisées ».

Lire la suite-ci-dessous :

Lire la suite

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves !

 

Grotteqesem israel0 mini

Des chercheurs de l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec des universitaires espagnols, ont mis au jour des preuves du stockage et de la consommation tardive de la moelle osseuse dans la grotte de Qesem près de Tel Aviv, site de nombreuses découvertes majeures de la fin du Paléolithique inférieur, il y a environ 400 000 ans.

La recherche fournit des preuves directes que les premiers paléolithiques ont sauvegardé les os d'animaux jusqu'à neuf semaines avant de se régaler à l'intérieur de la grotte de Qesem.

L'étude, publiée dans le numéro du 9 octobre 2019 de Science Advances , était dirigée par Mme Ruth Blasco du département d'archéologie et des civilisations du Proche-Orient ancien du TAU et par le Centre national d'investigation sur l'évolution de la société humaine (CENIEH) et ses collègues du TAU, le professeur Ran Barkai et le professeur Avi Gopher. Elle a été menée en collaboration avec les professeurs Jordi Rosell et Maite Arilla de l’Université Rovira i Virgili (URV) et de l’Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES); Antoni Margalida, professeur à l’Université de Lleida, à l’Université de Berne, et à l’Institut de recherche sur le jeu et la vie sauvage (IREC); et le professeur Daniel Villalba de l'Université de Lleida.

" Les os ont été utilisés comme des" boîtes de conserve " qui ont préservé la moelle osseuse pendant une longue période, jusqu'à ce qu'il soit temps d'enlever la peau sèche, de briser l'os et de manger la moelle osseuse ", souligne le professeur Barkai (voir ci dessous) :

Lire la suite

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

 

Luxorfouilles2019b

Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

Le 11 octobre 2019, une publication dans les médias annonçait la découverte d'une véritable "Zone industrielle" remplie d'objets royaux, composée de 30 ateliers et d'un grand four à céramique, un site tentaculaire découvert dans la Vallée des Singes de Louxor. C'est maintenant plus de 20 sarcophages intacts, scellés et peints, en parfait état, qui viennent d’être découverts dans une cachette à El Assasif, sur la rive ouest de Louxor. Une annonce officielle est prévue samedi 19 octobre 2019.

" Chaque atelier avait un but différent ", a déclaré l'archéologue Zahi Hawass, qui a dirigé les fouilles, lors d'un entretien téléphonique avec CNN. " Certains étaient utilisés pour fabriquer de la poterie, d'autres pour produire des artefacts en or et d'autres encore pour fabriquer des meubles ".

Sur le site, qui s'étend sur environ 75 mètres dans la vallée, l’équipe de Hawass a découvert des perles de marqueterie, des bagues en argent et du papier doré - des objets couramment utilisés pour décorer les cercueils en bois de la royauté antique égyptienne. Selon la déclaration, certains des artefacts représentaient les ailes d’Horus, une divinité associée à la mort et à la résurrection.

 

Luxorfouilles2019a

L'équipe de fouilles a découvert 30 ateliers utilisés pour produire des objets tels que des poteries, qui ont été placées dans les tombeaux royaux parsemant les vallées environnantes. Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

" Ceci est sans précédent ", a déclaré Hawass à propos des trouvailles. " Jusqu'à présent, tout ce que nous savions sur la région (de Louxor) provenait des tombes elles-mêmes, mais cette nouvelle découverte nous permettra de faire la lumière sur les outils et techniques utilisés pour produire les cercueils royaux et le mobilier placé dans les tombes ".

Selon Hawass, cette découverte marque la première fois que des ateliers de fabrication d'ornements funéraires à "l'échelle industrielle" sont découverts en Égypte. Il a ajouté que le site fournirait des informations supplémentaires sur la vie des ouvriers qui y travaillaient.

" Nous avons trouvé des pièces de stockage contenant de l'eau et de la nourriture, ainsi qu'un réservoir d'eau dans lequel les travailleurs pouvaient boire ", a-t-il expliqué.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

 

Israel ville5000ans 550

 

 

Décidément, après la découverte cet été d'une étonnante ville préhistorique de 9000 ans environ découverte près de Jerusalem (voir le lien ci-dessous), c'est maintenant la découverte d'une grande cité datée de 5 000 ans environ, de l'âge du bronze donc, qui a été découverte au nord de Tel Aviv. Et il y a également en-dessous encore, des ruines datées de 7 000 ans environ...

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/motza-decouverte-d-une-cite-prehistorique.html

Cette vieille ville de 5 000 ans laisse présager une planification urbaine sophistiquée qui s'est produite bien plus tôt que prévu.

" Il s’agit de la plus grande zone urbaine de l’âge du bronze trouvée dans la région à ce jour et pourrait fondamentalement changer l’idée de la date à laquelle une urbanisation sophistiquée a commencé à se produire dans la région ", ont déclaré les archéologues.

L'Autorité israélienne des antiquités a déclaré dans un article sur Facebook que la ville avait été découverte sur le site de fouilles d'En Esur au cours de travaux routiers près de Harish, une ville située à environ 50 kilomètres au nord de Tel Aviv.Les archéologues ont décrit la ville comme "cosmopolite et planifiée". Elle couvrait une superficie de 65 hectares et abritait environ 6 000 personnes, ont-ils ajouté, ce qui aurait été une taille importante pour l'époque. A tel point que l'Autorité des antiquités israéliennes l'a appelée le "New York du début de l'âge du bronze".

 

Israel ville5000ans1

Crédit : picture-alliance/newscom/D.Hill

 

C'est plus de deux à trois fois plus grand que les plus grands sites (de cette région) remontant à cette période ", a expliqué l'archéologue Yitzhak Paz.

 

(voir la suite ci-dessous) :

Lire la suite

Anomalies dans la Baltique : Nouvelles expéditions 2019

Anomalies dans la Baltique : Nouvelles expéditions 2019

 

Scananomaliebaltique2 mini

 

 

Voici la reprise d'un gros dossier de ce site, puisque cette découverte et les recherches liées y ont été suivies et traduites dès son début : http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Un gros dossier qui va devoir être divisé en deux parties étant donné la masse de son contenu.

Nous avions donc quitté l'équipe Océan X à la moitié de l'année 2016 et sa découverte confirmée d'un sous-marin datant de la première guerre mondiale dans un autre endroit de la Mer Baltique. Depuis, l'équipe a pu se procurer un bateau plus récent et confortable, un nouveau rover et a continué ses recherches d'épaves et de cargaisons de spiritueux, permettant le financement de l'entreprise. C'est en juin 2019 que l'annonce d'une nouvelle expédition sur l'Anomalie 2 cette fois est engagée formellement...

 

baltique-anomaly2-scan-1.jpg

Les scans de 2011 avec l'Anomalie 1 à gauche et l'Anomalie 2 à droite (crédit : Ocean X)

ocean-explorer-balticanomaly2012g.jpg

le scan de 2011 de l'Anomalie 2 (crédit : Ocean X)

 

Depuis, les analyses des scans et l'utilisation des données sur la région, de comparaison avec des cartes marines, satellitaires et les données des échoes des senseurs du rover associées aux logiciels GPS ont permis de dessiner de nouvelles cartes des lieux. Pour rappel, l'équipe avait au moins pu faire un passage au-dessus des deux anomalies à la mi-août 2014, avec leur nouveau matériel de sonar multidirectionnel Klein 3900 :

 

Maps2011sonarscans

Nous avons ici un mix entre la ligne de scan du sonar de 2011 et l'écho de la région au multibeam (multidirectionnel 3D GPS) (2014).

 

Baltiqueano

scan issu d'un passage au-dessus de l'anomalie 2 (2014) Publication by Thomas Mikey Scrøder Jensen

 

Ano 2zoommpevrard2

Ano 2 par MP Evrard (équipe française), une certaine apparence d'une épave ou de l'empreinte sédimentée d'une épave...

 

 

Voici une petite vidéo mise en ligne en septembre 2019 présentant les débuts de l'expédition de juin 2019, en direct du bateau et la veille d'atteindre le lieu des Anomalies. Présentation faite par Peter Lindberg de la passerelle du navire. Celui-ci annonce qu'il s'agit juste d'une petite expédition car ils n'ont que 66% de l'équipage. Les quelques minutes d'images restantes ont été filmées sur les lieux, le lendemain, avec un beau temps et une petite visite du bateau...

 

Le site des anomalies a été atteint le 08 juin 2019 d'après la communication du chef de l'expédition, ‎Peter Lindberg‎, voir ci-dessous :

Lire la suite

Sri Lanka : des microlithes sophistiqués de 48 000 ans

Sri Lanka : des microlithes sophistiqués de 48 000 ans

 

Phasedetc outilsdivers

 

De petits outils en pierre - probablement des pointes de flèche et de lance - trouvés dans une grotte au Sri Lanka sont en train de réécrire l'histoire sur la façon dont les humains se sont déplacés vers de nouveaux environnements difficiles il y a près de 50 000 ans.

Une nouvelle datation au radiocarbone montre que les microlithes sont les plus anciens trouvés en Asie du Sud et parmi les plus anciens de toute l'Eurasie. Les outils semblent faire partie d'une «boîte à outils de survie» qui a permis à Homo sapiens de s'installer dans les forêts tropicales humides et dans d'autres environnements difficiles beaucoup plus tôt que prévu.

Jusqu'à récemment, les forêts tropicales étaient considérées comme des obstacles à la migration humaine, avec des maladies, des animaux dangereux, la rareté de plantes riches en glucides et des ressources limitées, posant tous des problèmes. Par conséquent, les recherches sur les migrations humaines en Asie se sont concentrées sur la côte et la savane.

 

Sri lanka grotte

Sri Lanka, entrée d'une grotte - wikipedi common

 

Toutefois, au cours des dix dernières années, de plus en plus de preuves archéologiques ont montré que H. sapiens vivait dans les forêts tropicales ombrophiles d’Asie du Sud, du Sud-Est et de Mélanésie il y a 45 000 à 36 000 ans. YH : Ces nouvelles datations calibrées repoussent donc déjà de 3 000 ans la présence certaine de l'homme moderne au Sri Lanka. Mais je n'oublie pas la présence possible, voir probable, de Homo Denisova (détecté "localement" au Tibet et Philippines) et de Homo Erectus (trouvé en Asie et ailleurs) auparavant...

Cette image manquait d'une bonne compréhension de la technologie utilisée par les humains pour leur survie, ces études approfondies sont instructives, voir ci-dessous :

Lire la suite