archaeology

Israel : Les Mines du Roi Salomon découvertes ?

Israel : Les Mines du Roi Salomon découvertes ?

 

Israel park timna mines2

 

Sur la base d'enquêtes multidisciplinaires, un archéologue a conclu que les mines de cuivre de Timna faisaient partie d'un vaste système économique et industriel exploité par les Edomites, en liaison avec le Roi Salomon.

Les gens sont fascinés par le roi Salomon et sa sagesse légendaire, sa richesse fantastique et sa liaison alléchante avec la belle reine de Saba. Depuis longtemps, de nombreux efforts ont été déployés pour localiser les mines du roi Salomon et, au cours de la dernière année seulement, deux documentaires sur la télévision par câble ont enquêté sur des découvertes récentes confirmant que les mines légendaires se trouvent à Timna Park, situé au fond des déserts du sud d'Israël.

Il s'agit de la percée archéologique la plus importante depuis la dénomination des "Piliers du roi Salomon" il y a 90 ans par l'archéologue de renommée mondiale Nelson Glueck (à Khirbet en-Nahas, en Jordanie, juste en face de Timna). Au cours des 70 dernières années, de nombreux archéologues ont supposé que le roi Salomon était au mieux un chef local mineur, simplement parce qu'aucune preuve crédible n'avait été trouvée documentant son royaume biblique en 900 avant notre ère. Les investigations archéologiques après Glueck conclurent d’une absence d’activité minière durant le temps de Salomon. Mais, en 2008, ici aussi, les choses d'inversent : Sur le site de Khirbet en-Nahas, dans le district jordanien de Fainan, d’anciennes mines de cuivre sont explorées depuis longtemps par les archéologues, notamment par l’Américain Thomas Levy et le Jordanien Mohammad Najjar. Ces chercheurs affirment désormais que les activités minières avaient commencé plus tôt qu’on ne pensait, dès le 10ème siècle avant JC (BCE).

 

Israel piliersdesalomon park timna

"Les piliers du Roi Salomon" dans le Park Timna

 

Les fouilles menées depuis quatre ans par Levy (University of California San Diego) ont permis d’extraire du site des échantillons de charbon de bois sous six mètres de déchets issus de l’exploitation du site, à la limite du sol vierge. Les datations menées à l’Université d’Oxford indiquent que l’activité minière a commencé il y a 3.000 ans.

L’âge des mines de Khirbet en-Nahas a fait l’objet de controverses, d’autant plus que dans les années 30 les artisans de l’archéologie biblique cherchaient avant tout à fait correspondre les trouvailles archéologiques au récit biblique. C’est ainsi que l’archéologue américain Nelson Glueck a popularisé les ‘’mines de Salomon’’, qu’il pensait avoir découvertes à Khirbet en-Nahas, alors même que la Bible ne dit pas grand chose de ces mines.

La nouvelle datation fait finalement correspondre l’activité minière à la période supposée du règne du roi David et de son fils Salomon. Etaient-ils pour autant les ‘’exploitants’’ des mines de cuivre de Khirbet en-Nahas ? Ou bien étaient-ce les dirigeants des Edomites, peuple de la vallée biblique d’Edom où se situe ces mines ? Thomas Levy poursuit ses recherches pour éclaircir ces questions.

Les archéologues ont par ailleurs découvert dans les anciennes mines de cuivre des artefacts égyptiens –une amulette et un scarabée- datant du 10ème siècle BCE. Associés à une période où la production du site est perturbée, ils pourraient témoigner de l’incursion militaire du pharaon Sheshonq Ier à la fin du 10ème siècle avant notre ère.

Cependant, les découvertes débutant il y a 10 ans à Timna, menées par Erez Ben-Yosef, ont bouleversé ces théories. Ben-Yosef a examiné les 1 000 mines de cuivre de Timna et a trouvé des matériaux pouvant être datés au carbone. Il a été assez surpris de constater qu'ils étaient de 900 avant notre ère, correspondant à la période spécifiée du règne de Salomon dans la Bible :

Lire la suite

Egypte : des pétroglyphes de 12 000 ans répertoriés

Egypte : des pétroglyphes de 12 000 ans répertoriés

 

Egypte petroglyphe12000ans3

Photo : Ministère du Tourisme et des Antiquités égyptien

 

Une mission archéologique du ministère du Tourisme et des Antiquités égyptien a terminé de documenter des inscriptions préhistoriques colorées datant d'environ 10 000 ans avant JC trouvées dans une grotte située à environ 60 km au sud-est de Serabit al-Khadem et à 30 km au nord de Sainte-Catherine, dans le cadre d'un projet documentant les inscriptions dans le sud du Sinaï.

Le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités Mostafa al-Waziry a expliqué que la grotte était située dans une région difficile appelée al-Zaranij. La grotte de grès est à une profondeur d'environ trois mètres, a 3,5 mètres de haut et 22 mètres de large, et est la première du genre à être découverte dans le sud du Sinaï.

Elle a été découverte par hasard, sur notification d'un aventurier du désert du Sinaï Sud.

" La grotte découverte contient de nombreuses inscriptions colorées, certaines au plafond de la grotte et d'autres sur les blocs de pierre tombant sur le sol de la grotte ", a déclaré le chef du secteur des antiquités égyptiennes au ministère, Ayman Ashmawy.

Il a ajouté que la mission avait également trouvé de grandes quantités de restes d'animaux dans la grotte, indiquant son utilisation comme abri pour les Bédouins et les animaux du mauvais temps dans le passé.

" Les inscriptions découvertes représentent de nombreuses scènes différentes datant de différentes époques ", a déclaré le directeur général des Antiquités du Sinaï Nord et chef de la mission archéologique travaillant sur la grotte Hisham Hussein.Les inscriptions ont été divisées en plusieurs groupes :

Lire la suite

Roumanie : controverses sur la statue Vénus de 17000 ans

Roumanie : controverses sur la statue Vénus de 17000 ans

 

Venus of piatra neamt 17000y fundatia mircea titus romanescu

La découverte d'une statue de Vénus vieille de 17 000 ans en Roumanie suscite la controverse.

La découverte présumée d'une figurine de Vénus de 17 000 ans dans un site archéologique près de Piatra Neamt, dans le nord-est de la Roumanie, a suscité la controverse après que des journalistes du tabloïd local Libertatea ont rapporté que la figurine avait été trouvée par deux amateurs, et non par des archéologues professionnels. Des questions sur son authenticité.

L'équipe d'archéologues qui était en charge du site a mis en scène la découverte et fait des photos suggérant qu'ils étaient sur place au moment de la découverte de la figurine, visant ainsi à rendre la découverte plus crédible.

Les circonstances dans lesquelles la statue a été trouvée, l'impossibilité de dater le matériau à partir duquel la statue est fabriquée, son état presque parfait et le style qui ne correspond pas à la période où elle aurait été créée pointent plutôt vers un faux que vers un découverte authentique, selon des spécialistes interrogés par Libertatea.

 

Venus of piatra neamt 17000y fundatia mircea titus romanescu3Musée de l'évolution humaine et de la technologie du paléolithique, Roumanie

 

La découverte de la figurine de Vénus a eu lieu le 21 juin 2019, et a été annoncée officiellement dans un communiqué de presse le 11 décembre 2019. La découverte a été annoncée par le Musée de l'évolution humaine et de la technologie au Paléolithique de Targoviste, dont l'équipe d'archéologues , coordonné par les professeurs Marin Carciumaru et Elena Nitu, était en charge du site Piatra Neamt.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Nepal, Mustang: une culture inconnue dans des grottes et tunnels

Nepal, Mustang: une culture inconnue à l'origine des grottes et tunnels

 

Mustang nepal

Archéologiquement parlant, l'ancien Royaume de Mustang était principalement retenu pour son Histoire riche du fait de sa position stratégique commerciale régionale entre la Chine, le Tibet, Népal et l'Inde avant son annexion par le Népal et les combats contre les intentions chinoises sur ce territoire. Avec au moins 10000 grottes, dont beaucoup artificielles et tunnels aménagés, le site principal était considéré comme ayant une ancienneté remontant jusqu'aux premiers bouddhistes. De belles découvertes majeures y ont en effet été effectuées au 20ème siècle, avec entre autres, récemment (2007),  des magnifiques fresques représentant la vie de Bouddha, dont les plus grandes mesurent jusqu’à 8 mètres de longueur :

 

Mustang nepal fresquemuraleboudha

Mais ce sont surtout un grand nombre de manuscrits, découverts dans ces mêmes grottes, et qui sont toujours examinés de nos jours, qui en font un grand attrait archéologique sur la période bouddhique. En effet, des dizaines de milliers de manuscrit calligraphiés étaient enfouis dans ces grottes oubliées. Des traités philosophiques à l’arbitrage des conflits, ces trésors témoignent que de grands sages s’y rendaient pour y réfléchir alors que les artistes occupaient les cavernes pour y peindre l’adoration de Bouddha et des grands yogis de l’histoire bouddhiste. Une autre supposition serait que ces manuscrits proviendrait d'un monastère bouddhiste détruit et que cette bibliothèque avait été sauvée dans ces grottes...

On sait au moins qu'il y a 750 ans, le Royaume de Mustang (aboli en 2008 !), carrefour commercial régional influençant la route de la soie, était très prospère. Les manuscrits en question ont été datés du 13ème siècle de notre ère. En 2007, des explorateurs des États-Unis, d'Italie et du Népal ont découvert d'anciens arts décoratifs et peintures bouddhistes, des manuscrits et des poteries dans les grottes de Mustang près de Lo Manthang, datant du 13e siècle. Une deuxième expédition en 2008 a découvert plusieurs squelettes humains de 600 ans (14ème siècle) et a récupéré des rames de manuscrits précieux, certains avec de petites peintures connues sous le nom d'illuminations, qui contiennent un mélange d'écrits du Bouddhisme et de Bon (Bon, également orthographié Bön, est une religion tibétaine qui s'identifie comme étant distincte du bouddhisme tibétain, bien qu'elle partage les mêmes enseignements et terminologies. Elle serait née au XIe siècle et a établi ses écritures principalement à partir de termas et de visions de tertöns tels que Loden Nyingpo. Bien que les termas de Bon contiennent des mythes de Bon qui existaient avant l'introduction du bouddhisme au Tibet, "en vérité," l'ancienne religion "était une nouvelle religion.". Les théologiens actuels du Bon expliquent, (pour maintenir leur inclusion dans la dominance bouddhiste ?) que leur religion plus ancienne est due aux prémices du bouddhisme, prévus et visualisés par la leur et leurs visionnaires.

 

 

Mustang nepal himalayaregion

Mais l'attribution de ces grottes aux seuls moines bouddhistes est remis en question dès le début des années 1990, avec des découvertes faites lors d'une fouille entre 1992 et 1997 par une équipe composée d'experts du DoA et d'une troupe de fouille basée en Allemagne. C'est dans le complexe de grottes de Mhebrak dans la vallée de Muktinath dans le Lower Mustang qu'ils ont découvert de nouveaux indices, qui pourraient potentiellement révéler une partie importante de l'histoire humaine remontant à 450 avant JC minimum

Cette équipe a donc étudié deux cadavres uniques retrouvés dans ce complexe de grottes, et ont déclaré que " les caractéristiques choquantes des cadavres les rapprochent de la découverte d'une culture particulière de l'ère préhistorique ".


Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 2

Enquête archéologique aux Açores 2

 

Terceira acores 12 19 yh0(photo ©Yves Herbo)

 

Voici une petite suite à ce précédent article : 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

Vous comprendrez que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et batisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte de nombreux militaires issus de la base américaine locale. On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Lire la suite

Mexique : Découverte d'un grand Palais Maya au Yucatan

Mexique : Découverte d'un grand Palais Maya au Yucatan

 

Palais yutacan fouilles2019a

Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH)

 

Les ruines d'un palais ont été découvertes à l'est de la zone archéologique de Kuluba, un site préhispanique clé dans l'État du Yucatan au Mexique. Les vestiges du bâtiment de six mètres de haut, de 55 mètres de long et de 15 mètres de large, suggèrent que le palais a été habité pendant deux longues périodes entre 600 et 1050 après JC, a déclaré l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) mexicain.

" Ce travail n'est que le début, nous avons à peine commencé à découvrir l'une des structures les plus volumineuses du site ", a expliqué l'archéologue Alfredo Barrera dans une vidéo partagée par l'INAH.

 

Palais yutacan fouilles2019b

 

Kuluba avait des liens importants avec les villes mayas d'Ek 'Balam et, plus important encore, Chichen Itza, tombant sous son influence et faisant partie de son réseau de commerce et de territoire. Localisé à quelque 150 kilomètres de Cancún dans le Yucatán, ce site archéologique est connu depuis les années 1930 mais ce n'est que récemment que des fouilles approfondies ont pu y être démarrées.

Si les fouilles sont encore en cours pour tenter d'excaver ses murs, les archéologues ont réussi à collecter de premières informations sur l'édifice. D'après l'INAH, il s'agirait d'un palais construit il y a plus de 1.000 ans qui aurait compté au moins six chambres ainsi que des escaliers.

L'analyse des structures et de matériau découverts sur place suggèrent que le site aurait connu deux phases d'occupation : une première durant le Classique tardif (entre 600 et 900 de notre ère) et une seconde durant la fin de la période classique (entre 850 et 1000). Une chronologie qui semble correspondre à celle de Chichén Itzá, devenue entre 800 et 900, l'une des cités les plus importantes de la région.

"Nous avons trouvé des preuves d'une architecture et de céramiques similaires à celles de Chichén, de l'obsidienne de sources similaires à celle de Chichén ainsi qu'une technique de peinture murale très similaire à celle utilisée à Chichén Itzá", explique dans une vidéo, Alfredo Barrera Rubio, archéologue qui a dirigé les recherches sur place.

Autant de découvertes qui laissent penser que Kulubá était une enclave de la célèbre cité maya :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Indonésie - 44 000 ans - Peintures rupestres 2

Indonésie -  44 000 ans - Peintures rupestres 2

 

Scene chasse celebes sulawesi indonesie photo ratno sardi griffith university3

 

Retour sur de nouvelles découvertes effectuées sur l'île indonésienne de Sulawezi, sur laquelle plusieurs peintures très anciennes avaient déjà été trouvées depuis plusieurs années. Il s'agit donc ici d'une mise à jour de cet article de 2014 qui révélait déjà la découverte de peintures préhistoriques très semblables à celles trouvées en Europe, mais datées de périodes plus anciennes ou identiques (- 40 800 ans) à celles relevées en France ou Espagne par exemple :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-peintures-rupestres-en-indonesie-redessinent-l-image-des-premiers-arts.html

Cette grande île est en fait l'objet de nombreuses découvertes depuis les années 1950, car elle recèle au moins de 250 grottes connues dans lesquelles plusieurs peintures pariétales ont été observées, mais les dogmes scientifiques et le manque de moyens pour utiliser les techniques modernes de datations, faisaient que ces dernières étaient bloquées à - 12 000 ans pendant des décennies...

C'est au sein du site de Leang Bulu Sipong, au sud-ouest de l’île de Célèbes (Sulawesi), dans la région karstique de Makassar truffée de grottes, qu'une grande fresque en ocre rouge qui s’étend sur 4,5 mètres, a été trouvée lors de la recherche d'un passage vers une autre grotte. Ce qui est assez étonnant est d'ailleurs que cette fresque se situe en hauteur (non pas à hauteur d'homme) et au niveau justement d'un passage et non dans une grotte, mais entre deux grottes.

 

Scene chasse celebes sulawesi indonesie photo ratno sardi griffith university4PHOTO/RATNO SARDI/GRIFFITH UNIVERSITY

 

« C’est sans doute la plus ancienne scène de chasse de l'art préhistorique » connue à ce jour, indique, enthousiaste, l’archéologue québécois Maxime Aubert de l’Université Griffith de Brisbane (Australie), principal auteur de l'étude, fouillant en Indonésie depuis au moins 2014 (1). Elle représente une scène de chasse préhistorique peinte il y a au moins 44 000 ans, découverte en 2017. Les représentations surnaturelles, mi-humaines, mi-animales, appelées « thérianthropes », suggèrent une culture artistique aboutie, voire les prémices d'une religion, selon les interprétations.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Grèce : après le guerrier griffon, deux tombes princières découvertes

Grèce : après le guerrier griffon, deux tombes princières découvertes

 

Tombes grece 3500c

Une extraordinaire découverte, celle d'un possible roi de l'âge du bronze ou d'un grand guerrier minoen ou mycénien, avait été relatée dans un précédent article en 2017 :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/grece-une-decouverte-remet-en-cause-une-mythologie-antique.html

C'est en élagissant le champ des investigations et avec de l'instinct, que deux nouvelles tombes de la même époque ont été trouvées, non loin de ce riche site de la Grèce Antique, connu comme étant notamment le lieu du palais de Nestor, cité par Homère dans ses poèmes.

Jack Davis et Sharon Stocker, archéologues du département des classiques de l'UC (Université de Cincinnati, USA), ont trouvé les deux tombes en forme de ruche à Pylos, en Grèce, l'année dernière alors qu'ils enquêtaient sur la zone autour de la tombe d'un individu qu'ils ont appelé le «guerrier Griffon», un homme grec dont le dernier lieu de repos a été découvert à proximité en 2015.

Comme la tombe du guerrier Griffon, les tombes princières surplombant la mer Méditerranée contenaient également une multitude d'artefacts culturels et de bijoux délicats qui pourraient aider les historiens à combler les lacunes dans notre connaissance de la civilisation grecque primitive.

L'équipe de UC a passé plus de 18 mois à fouiller et à documenter la découverte. Les tombes étaient jonchées de débris de feuilles d'or qui tapissaient autrefois les murs.

" Comme pour la tombe de "Griffin Warrior", à la fin de la première semaine, nous savions que nous avions quelque chose de vraiment important ", a déclaré Stocker, qui a supervisé les fouilles.

" Il est vite devenu clair pour nous que la foudre avait de nouveau frappé ", a déclaré Davis, chef du département des classiques de l'UC.

Le Griffin Warrior est nommé d'après la créature mythologique - Le Griffon, en partie aigle, en partie lion - gravée sur une plaque d'ivoire trouvée dans sa tombe, qui contenait également des armures, des armes et des bijoux en or. Parmi les objets d'art inestimables, il y avait une pierre de sceau en agate représentant un combat mortel avec des détails si fins que le magazine Archaeology l'a salué comme un «chef-d'œuvre de l'âge du bronze».

 

Anneau grece 3500b

Un anneau en or représente des taureaux et de l'orge, la première représentation connue d'animaux domestiques et d'agriculture dans la Grèce antique.
CRÉDIT - UC Classics

 

" Les artefacts trouvés dans les tombes princières racontent des histoires similaires sur la vie le long de la Méditerranée il y a 3 500 ans ", a déclaré DavisUn anneau en or représentait deux taureaux flanqués de gerbes de grains, identifiés comme de l'orge par un paléobotaniste, qui a consulté sur le projet.

Lire la suite c-dessous :

Lire la suite

Tablettes cunéiformes et crétules découvertes en Irak

Tablettes cunéiformes et crétules découvertes en Irak

 

2excavating tell as sadoum marad irak 11 2019Université de Pise

 

La découverte, annoncée fin novembre 2019 et passée inaperçue, a été officialisée et concerne la découverte en Irak d'une centaine de fragments de tablettes comportant des textes cunéiformes, dont huit entières ou presque, encore en partie protégées par des crétules gravées, quatre-vingt dix d'entre elles. Ce sont l'Université de Pise en collaboration avec l'Université de Sienne et celle d'al-Qādisiyyah pour l'Irak qui ont collaboré à ces fouilles et découvertes, dans ce site qui a été identifié comme faisant partie de l'antique ville de Marad, et qui seront renouvellées en 2020.

Il y a des milliers d'années en Mésopotamie, pour échanger des informations de toutes sortes, des lettres étaient écrites sur des tablettes qui étaient ensuite envoyées dans des "sacs" d'argile. Trois grandes portions de ces "enveloppes" font partie d'une découverte exceptionnelle, en termes de quantité et d'état de conservation des trouvailles, mise au jour lors d'une campagne de fouilles en Irak. En particulier, les archéologues ont trouvé une centaine de fragments avec des textes cunéiformes datant du début du deuxième millénaire avant JC (dont jusqu'à huit tablettes entières ou presque entières) ainsi qu'un riche répertoire de céramiques et plus de quatre-vingt-dix "crétules", c'est-à-dire des blocs d'argile protecteurs avec des scellés ou des empreintes de corde appliquées lors de la fermeture de ces conteneurs.

13excavating tell as sadoum marad irak 11 2019

Université de Pise

 

Les investigations archéologiques conclues en novembre concernaient Tell as-Sadoum dans le centre-sud de l'Irak. Le site de 50 hectares, à l'est de Najaf, sur une branche de l' Euphrate, a été identifié comme Marad, une ancienne ville du sud de la Mésopotamie, dont l'histoire couvre une longue période chronologique de la protodynamique (3e millénaire avant JC) au néo-babylonien ( I millénaire avant JC). En particulier, les fouilles ont impliqué un grand temple au sommet de la colline principale et deux quartiers, l'un résidentiel et l'autre productif, où la plupart des textes et des crétules ont été trouvés.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 1

Enquête archéologique aux Açores 1

 

Ancre1 acores 2019 12 07

(photo ©Yves Herbo)

 

Je suis actuellement sur une enquête filmée aux Açores, ce qui explique le manque actuel de nouveaux articles. Un départ un peu précipité par l'obtention des autorisations militaires par le professeur Felix Rodrigues, notre correspondant physicien passionné d'archéologie aux Açores (et qui a un fils diplômé en archéologie d'ailleurs), car une partie des structures à étudier se trouvent dans l'enceinte d'une forteresse militaire en activité, sur l'île de Terceira.

Nous sommes arrivés vendredi 6 décembre 2019 au soir via un vol Barcelone-Lisbonne, puis un vol Lisbonne-Terceira (qui avait une heure de retard à son départ). Notez que les Açores ont deux heures en moins actuellement par rapport à la France. Dès le samedi, tôt le matin, nous avons entamé, avec le professeur Rodrigues, un premier périple sur le site de Grota do Medo qui recèle de véritables merveilles, dont j'ai déjà parlé un peu dans un précédent article (lien en bas) et qui sont indéniablement des structures mégalithiques très semblables à ce que nous trouvons dans toute l'Europe : deux dolmens à couloir bâtis l'un au-dessus de l'autre. Ces structures sont datées en Europe, la plupart du temps, du néolithique...

 

Grotadomado15

Grota do Medo aux Açores à gauche (crédit F. Rodrigues pour ce comparatif)

 

Journée très fatigante car des heures de marche, montées et descentes dans une forêt parfois dense, avec des passages parfois barrés par des chutes d'arbres suite au récent cyclone, qui a d'ailleurs fait beaucoup de dégâts sur la petite île de Flores. Je peux déjà vous dire que les journées de dimanche et lundi ont aussi été très intenses et épuisantes, avec également des kilomètres de marche en des endroits parfois un peu dangereux, escarpés, parfois glissants à cause du taux d'humidité assez élevé aux Açores, malgré un très beau soleil et de bonnes températures : nous avons eu 20°C samedi, 21°C dimanche et le lundi beaucoup plus humide, avec de hautes pressions atmosphériques et tout de même 19°C... moites. Il faut savoir que les Açores bénéficient d'un climat semi-tropical tout au long de l'année, avec des températures très constantes aussi bien le jour que la nuit.

Lire la suite

Briques de la Vie : du ribose dans les météorites

Briques de la Vie : du ribose dans les météorites

 

Ribose meteorite yoshihiro furukawa 500

 

 

La cosmochimie fait partie des disciplines utilisées par les exobiologistes pour apréhender l'origine de la Vie sur Terre et tenter d'évaluer les probabilités de son apparition ailleurs dans le cosmos. Une équipe internationale de chercheurs vient de publier un article dans Proceedings of the National Academy of Sciences qui fera date à cet égard, puisqu'ils y annoncent la toute première détection dans des météorites d'un sucre et surtout pas de n'importe quel sucre, puisqu'il s'agit du ribose, un des ingrédients de base pour la constitution de l'acide ribonucléique (ARN) et même de l'ADN, des molécules donc fondamentales du vivant.

La découverte a été faite en analysant des échantillons en poudre au moyen d'une technique de spectrométrie de masse par chromatographie en phase gazeuse. Deux météorites ont été l'objet de ces analyses, NWA 801 (CR) et Murchison (CM). Deux autres sucres biologiquement importants ont aussi été identifiés pour la première fois dans des météorites. L'arabinose ou sucre de pectine (les pectines sont présentes en grande quantité dans les parois végétales de nombreux fruits et légumes) et le xylose (sucre de bois ou sucre de bouleau).

 

Ribose meteorite yoshihiro furukawa

Ceci est un modèle de la structure moléculaire du ribose avec un fragment de la météorite de Murchison. La ribose et d'autres sucres ont été trouvés dans cette météorite. Crédit : Yoshihiro Furukawa

 

La météorite de Murchison fait l'objet de l'attention des exobiologistes depuis longtemps. Tombée près de la petite ville de Murchison en Australie en 1969, cette chondrite carbonée a livré aux cosmochimistes au cours des années plus de 70 acides aminés. Ils y ont ainsi découvert, sous forme de traces, l'alanine, la glycine, la valine, la leucine, l'isoleucine, la proline, l'acide aspartique et l'acide glutamique, toutes présentes dans les protéines de la vie telle qu'on la connaît sur Terre.

Des purines et des pyrimidines y ont également été trouvées. Or, ces molécules sont les bases de l'ADN et de l'ARN qui constituent le matériel génétique de tous les êtres vivants sur la Planète bleue.

C'est d'ailleurs ce à quoi fait allusion dans un communiqué de la NasaYoshihiro Furukawa de l'université de Tohoku, au Japon, l'auteur principal de l'étude publiée dans PNAS quand il explique que :

Lire la suite

142 nouveaux géoglyphes découverts à Nazca, Pérou

142 nouveaux géoglyphes découverts à Nazca, Pérou

 

Nazca newgeoglyphe1

 

Des chercheurs de l'Université Yamagata et d'IBM Japon ont utilisé une technologie d'intelligence artificielle appartenant au centre de recherche IBM Thomas J. Watson de New York pour localiser 142 géoglyphes, dont on pense qu'ils datent d'une période comprise entre 100 ans avant notre ère et 300 ans après notre ère. Une multitude de créatures vivantes sont représentées dans cette œuvre d'art ancienne, allant des poissons et des oiseaux aux singes, aux camélidés et aux humanoïdes.

Ils ont été construits en enlevant des roches, laissant une image négative dans le sable blanc en dessous. (YH : ce qui est difficilement datable précisément, d'autant plus que, puisque comme cet art "rituel" a été pratiqué pendant des millénaires, selon les archéologues, les poteries et artefacts trouvés sur place peuvent dater de différentes époques (ce qui est le cas) et ne datent pas les géoglyphes eux-mêmes...).

Le plus long géoglyphe identifié est plus grand que la Statue de la Liberté, mesurant plus de 100 mètres d'un bout à l'autre, et le plus petit mesure 5 mètres, ce qui correspond à peu près à la même taille que le David de Michel Ange (statue de un peu plus de 5 mètres) exposé à Florence, Italie.

 

Nazca newgeoglyphe1

Géoglyphe 1 de type B d'un humanoïde. - UNIVERSITÉ DE YAMAGATA - Il semblerait que sur ces comparaisons, l'entourage soit prédéterminé et ne reflète pas l'ensemble du géoglyphe original : une tête pourrait manquer au-dessus

 

Les chercheurs ont divisé les géoglyphes en deux catégories, en fonction de leur taille, de leur âge et de leur conception. Le premier groupe (type A) sont des dessins au trait et ont tendance à être plus grands, mesurant 50 mètres ou plus. Le deuxième groupe (type B) comprend les surfaces de couleur unie de 50 mètres et moins.Les deux catégories peuvent également être distinguées par leur âge. Les types Bs étaient plus anciens et auraient été construits entre 100 avant notre ère et 100 ans pendant notre ère au cours de la période initiale de Nazca ou avant. Par contre, il est probable que le type As soit construit entre 100 et 300 ans Après JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Le fossile Tullimonstrum devient encore plus mystérieux

Le fossile Tullimonstrum devient encore plus mystérieux

 

Tullymonstrium1

De temps en temps, les scientifiques découvrent des fossiles si bizarres qu'ils défient toute classification, leurs plans corporels ne ressemblant à aucun autre animal ou plante vivant. Tullimonstrum (également connu sous le nom de Tully Monster), un fossile vieux de 300 millions d’année découvert dans les gisements de fossiles de Mazon Creek dans l’Illinois, aux États-Unis, est l’une de ces créatures étranges.

À première vue, Tully a l'apparence d'une limace, superficiellement. Mais là où vous vous attendez à ce que sa bouche se trouve, la créature a un long appendice fin se terminant par ce qui ressemble à une paire de griffes saisissantes. Ensuite, il y a ses yeux, qui dépassent de son corps, sur des tiges.

Tully est si étrange que les scientifiques n’ont même pas pu s’entendre sur le fait qu’il s’agisse d’un vertébré (avec une colonne vertébrale, comme les mammifères, des oiseaux, des reptiles et des poissons) ou d’un invertébré (sans colonne vertébrale, comme des insectes, des crustacés, des pieuvres et tous les autres animaux)). En 2016, un groupe de scientifiques a prétendu avoir résolu le mystère de Tully, fournissant ainsi la preuve la plus solide à ce jour qu'il s'agissait d'un vertébréMais cette nouvelle étude remet en cause cette conclusion, ce qui signifie que ce monstre reste aussi mystérieux que jamais...

Le monstre de Tully a été découvert dans les années 1950 par un collectionneur de fossiles nommé Francis Tully. Depuis sa découverte, les scientifiques se sont demandé à quel groupe d'animaux modernes appartient cette créature. L'énigme des véritables relations évolutives de Tully a ajouté à sa popularité, le conduisant finalement à devenir le fossile d'État de l'Illinois.

Il y a eu beaucoup de tentatives pour classer le monstre de Tully , voir ci-dessous :

Lire la suite

Pérou : le site de Wat'a passé au LiDAR avant fouilles

Pérou : le site de Wat'a passé au LiDAR avant fouilles

 

Wata perou2600

 

La colonie qui doit être étudiée se trouve dans une zone archéologique connue sous le nom de Wat'a, qui signifie "île" dans la langue autochtone locale, à une altitude d'environ 13 000 pieds. C'est environ 5 000 pieds (1524 mètres) plus haut que le Machu Picchu, considéré comme le couronnement de la civilisation inca. Ce site n'est pas le Wat'a proche de Cuzco, mais un autre, le Wat'a de Huánuco.

L'explorateur du National Geographic, Albert Lin, ainsi que les archéologues Adan Choqque Arce et Thomas Hardy, ont utilisé une technologie révolutionnaire appelée LiDAR (détection et télémétrie par la lumière) pour révéler l'étendue de cette cité référencée en 2007 dans le dictionnaire Teofilo Laime Ajacopa, Diccionario Bilingüe Iskay simipi yuyayk'ancha, La Paz, 2007 (dictionnaire quechua-espagnol).

Wat'a (en quechua pour "île", orthographe hispanisée: Huata) est un site archéologique au Pérou. Il se situe dans la région de Huánuco, province de Huamalíes, district de Singa, dans la petite communauté de Bella Flores au nord de SingaWat'a est situé à une altitude d'environ 3 889 mètres (12 759 pieds) au sommet d'une montagne qui est bordée par les petites rivières Tawlli (Taulli) et Aqu (Aco).

 

1278px huata wat a 00608

Vue du complexe Wata (Huata) depuis la route qui commence à San José de Paucar - Crédit : Waterloo1883 - Trabajo propio - CC BY-SA 4.0

 

L’existence de cette zone était connue des chercheurs, mais jusqu’ici ils avaient utilisé des méthodes archéologiques traditionnelles. Les chercheurs ont découvert des traces de tombes, de places de cérémonie, de zones résidentielles et d’un grand mur d'enceinte.

Avec cette enquête LiDAR - la première fois que cette technologie a été utilisée sur le site - les archéologues ont pu révéler de nombreuses caractéristiques inédites. Les archéologues avaient déjà compris que ce site datait de bien avant les Incas, mais que c'était eux qui l'avaient agrandit et érigé en véritable petite ville locale.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

 

Danuvius baviere 2

 

Ce sont les restes d'au moins quatre grands singes d'une espèce inconnue qui ont été découverts dans le sud-est de l'Allemagne, région de l'Allgäu en Bavière. Anciens de 11,62 millions d'années, les ossements ont permis de réunir 21 ossements du squelette partiel le plus complet d'un singe Danuvius male et de procéder à sa première étude, qui révèle plusieurs surprises.

La paléontologue Madelaine Böhme de l'Université de Tübingen a déclaré que l'anatomie de cette espèce, baptisée Danuvius guggenmosi, indique un style de locomotion jusqu'alors inconnu qui pourrait offrir des indices sur l'évolution de la marche bipède. Pratiquement pour la première fois parmi les fossiles de ces périodes, des os complets de membre sont préservés, ce qui fournit la preuve d'une forme nouvellement identifiée de comportement de position - le "grimpement de membre étendu" ("extended limb clambering").

 

Danuvius baviere1

Os de la main d'un spécimen masculin d'un nouveau singe Danuvius. L'étrange créature avait de longs bras, ce qui laisse penser qu'elle pouvait se balancer dans les arbres, mais ses mains ne possédaient pas des os solides, que possèdent habituellement les promeneurs sur articulations. (Crédit image: Christoph Jäckle)

 

Ce mâle devait peser entre 37 et 68 livres (17 et 31 kilogrammes) et avait des jambes ressemblant à celles des humains, mais avec des orteils et doigts saisissants et des bras allongés ressemblant à ceux des singes, qui lui auraient permis de se déplacer facilement à travers les cimes des arbres ppur échapper aux prédateurs félins par exemple. Mais ses mains et doigts n'étaient pas aussi robustes que ceux des chimpanzés, des bonobos et des gorilles, qui utilisent leurs doigts pour marcher également. En fait, la créature a peut-être également utilisé une locomotion étrange jamais vue jusqu'à présent, expliquant comment les ancêtres des humains ont pu évoluer pour marcher sur deux jambes, révèle cette nouvelle étude.

Un trait essentiel qui distingue les humains de nos plus proches parents vivants - les grands singes modernes, y compris les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs - outans, est la façon dont nous nous tenons debout et marchons debout. Cette posture bipède a finalement permis de libérer nos mains pour utiliser des outils, aidant ainsi l’humanité à se répandre sur la planète. 

En revanche, les grands singes modernes possèdent des bras allongés qu'ils utilisent lors des mouvements. Par exemple, les chimpanzés, les bonobos et les gorilles pratiquent la marche sur les articulations, tandis que les orangs-outans marchent avec le poing sur le sol et que tous les grands singes modernes possèdent des traits anatomiques qui leur permettent de se balancer de branche en branche en utilisant uniquement leurs bras - une méthode de locomotion appelée brachiation.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite